Inutile de se voiler la face, il semblerait que les NERVOSA aient décidé de franchir un cap en enjambant celui du dangereux troisième album. Nous les avions quittées bien remontées à l'occasion d'Agony il y a deux ans, mais les tremblements générés par ce second-longue durée semblent aujourd'hui bien timides par rapport à la déflagration provoquée par ce terrifiant Downfall of Mankind, qui ridiculise de ses tonalités graves et de son ambiance échevelée les deux précédents chapitres de la saga des brésiliennes énervées. D'ailleurs, un simple coup d'œil aux photos promo et à la pochette de ce nouvel effort suffit à comprendre que la simple excitation Thrash ne suffit plus au trio démoniaque, bien décidé à s'aventurer en terre Death plus aride, ce qui n'est pas forcément bon signe. Je l'avoue, j'avais méchamment craqué sur Victim Of Yourself, qui dévoilait alors un groupe bien décidé à porter l'hégémonie du Thrash brésilien sur le piédestal qu'il méritait amplement, et j'avais cru y découvrir un renouveau sous le ciel ombragé du Metal extrême local. Mon avis hautement positif fut grandement tempéré par la suite des évènements, et finalement, l'euphorie laisse place aujourd'hui à une reconnaissance inévitable, celle qui permet aux NERVOSA de s'immiscer dans le haut du panier des groupes du cru, position indiscutable, mais pas forcément la plus recommandable ni la plus confortable...Enregistré au Family Mob studio de Sao Paulo, et produit par la référence incontournable Martin Furia (FLOTSAM & JETSAM, DESTRUCTION, EVIL INVADERS, SISTERS OF SUFFOCATION), Downfall of Mankind multiplie les appels du pied, et se permet même quelques featurings fameux, dont ceux de João Gordo (RATOS DE PORÃO), Rodrigo Oliveira (KORZUS) et Michael Gilbert (FLOTSAM AND JETSAM). Tableau assez flatteur s'il en est, mais qui peine à cacher une réalité que les plus objectifs accepteront comme inéluctable. En choisissant de durcir le ton et de rentrer dans le rang, les NERVOSA ont perdu cette fraîcheur qui faisait leur force lors de leur découverte. Et le résultat est sans appel. Aussi excité et puissant soit ce troisième LP, il n'en reste pas moins exercice de style un peu stérile, qui vient chercher dans la brutalité ce qui lui fait défaut au niveau créativité.

Pour être honnête, et ne pas tomber dans le piège de la descente en flammes gratuite, je dirai pour résumer la chose que personne n'a vraiment besoin d'un nouvel ARCH ENEMY, ni d'un énième groupe flirtant avec la frontière séparant le Thrash du Death moderne. Et surtout, nul n'a besoin non plus d'un trio qui confond méchanceté et sadisme, et qui heurte de plein fouet l'écueil du pilotage automatique, préférant se reposer sur des structures redondantes et roboratives pour laisser sa nature violente s'exprimer par le vecteur le plus éculé qui soit. En rentrant dans le détail, les quatorze morceaux de ce troisième LP semblent tous nés de la même crise de colère, et se contentent de suivre un cahier des charges très précis. Tout ici semble forcé, exagéré, un peu comme si nos jolies brésiliennes avaient soudainement décidé de se poser en alter-ego féminin du KREATOR le plus contemporain. Sauf qu'à la différence des allemands menés par Mille, les trois lusophones ne maîtrisent pas encore parfaitement les codes de la bestialité musicale, et sombrent souvent dans la redite et le radotage, qu'une perfection de surface peine à dissimuler de ses artifices grossiers. Fernanda Lira (chant/basse), Prika Amaral (guitare/chœurs) et Luana Dametto (batterie), frappent tous azimuts, cognent comme des malades, et courent comme des dératées, mais il semblerait que leur objectif reste flou et que la bataille qu'elles mènent soit vaine et perdue d'avance. Non que cet album soit un plantage total, loin de là, mais la férocité dont il s'évertue à faire preuve à plus des airs de molosse qui montre les dents sans vraiment se vouloir menaçant, ce qui contribue à handicaper des titres qui sont de fait condamnés à se mordre la queue. On imagine sans peine leur impact live sur un auditoire conquis d'avance, et il est vrai que certains segments auront leur place dédiée et méritée au sein de la setlist des NERVOSA, mais en version studio, ces mêmes morceaux peinent à convaincre, et évoquent plus une version moderne et décalquée des légendaires DETENTE, dans une vague tentative de retrouver l'impulsion Punk de la bande à Dawn Crosby. Sauf que la sauvagerie et l'effronterie du combo d'origine sont ici remplacées par une standardisation à outrance du son sud-américain, qui fait méchamment du pied au Death scandinave des années 90, sans parvenir à en égaler la froideur et l'intensité.

Alors, le disque déroule, les morceaux se roulent en boule, et le fan de Thrash de regretter l'époque où ces musiciennes avaient encore tout à prouver. Si Downfall of Mankind ne détonnera aucunement dans l'écurie Napalm Records, habituée à gérer son cheptel d'agresseurs plus ou moins anonymes dans leurs étables, il rentre justement dans des rangs qu'on aurait souhaité le voir bousculer, pour imposer un Thrash plus naturel à la bestialité moins forcée. Le tout ressemble à une sale grimace de carnaval, une attraction à sensation qui peine à faire peur, et qui en moins de temps qu'il n'en faut pour hurler, à déjà fait fuir d'ennui les moins facilement impressionnables. Beaucoup trop long pour le peu d'idées novatrices qu'il propose, il est à l'image du chant vain de Fernanda, qui a beau hurler comme une damnée, ne glace les sangs que des quelques enfants tombés par erreur sur une distraction qui ne les concerne pas, et ce ne sont pas ces chœurs systématiques à la DEICIDE qui permettent de s'extirper d'une expression un peu trop figée. En quarante-huit minutes, les NERVOSA règlent le problème de la quadrature du cercle, multiplient les coups de boule dans l'eau, et finissent enfermées dans leur propre labyrinthe, qui ne dispose pas vraiment d'une sortie facile à trouver. Le pinacle est atteint lors du stérile “No Mercy”, qui s'évertue à dispenser les mêmes enseignements que tous les titres l'ayant précédé, et qui sonne comme l'archétype du morceau Thrash/Death que l'on a tous déjà abondement écouté et disséqué. Les quelques arrangements en samples ne viennent pas sauver du naufrage un disque destiné à sombrer dans les abysses de la standardisation annoncée, malgré quelques intermèdes plus lourds et plus volontiers sombres qui nous sauvent de la catastrophe.

Techniquement, les filles continuent de faire des progrès, et les soli prennent de plus en plus d'ampleur, tandis que la rythmique gomme les quelques erreurs du passé pour se livrer de temps à autres à de jolis exercices Crust/D-beat aérés (“Raise Your Fist!”). Mais ne soyez pas dupes, de l'entame “Horrordome” qui amorce les débats au final surprise “Selfish Battle”, tout ici est calibré, mesuré, et finalement bien inoffensif eut égard à l'énergie faussement dispensée. On pense finalement à une plongée en apnée, qui nous laisse le souffle coupé, et qui rend les minutes bien longues avant de remonter à la surface. S'il est évident que cette nouvelle tranche de haine trouvera son public sans aucune difficulté, les fans du groupe des origines regretteront l'époque où les NERVOSA incarnaient encore un renouveau du Thrash, malgré les quelques maladresses qu'elles ont aujourd'hui corrigées de la plus vulgarisatrice des façons. Et si la boucherie live attendue aura bien lieu, espérons qu'à l'avenir, les filles se souviendront que le Thrash est avant tout une affaire de passion, et non de perfection dans l'agression.


Titres de l'album:

                     01. Intro
                     02. Horrordome
                     03. Never Forget, Never Repeat
                     04. Enslave
                     05. Bleeding
                     06. ... And Justice For Whom?
                     07. Vultures
                     08. Kill The Silence
                     09. No Mercy
                     10. Raise Your Fist!
                     11. Fear, Violence And Massacre
                     12. Conflict
                     13. Cultura Do Estupro
                     14. Selfish Battle (bonus track)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2018 à 14:45
50 %    153

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
19/06/2018 à 22:42:54
Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...