The Whole Of The Law

Anaal Nathrakh

28/10/2016

Metal Blade

Lorsqu’on souhaite exprimer un point de vue musical nihiliste et misanthrope, on peut opter pour un Black Metal sombre et compact.

Lorsqu’on souhaite titiller les sens par des itérations et des répétitions robotiques crispantes, on opte pour l’Industriel. Et lorsqu’un grain de folie vient vous titiller les neurones, on opte pour le Grind, certainement le plus débridé des trois.

Chaque style est symptomatique d’une démarche, d’un état d’esprit, qui en dit beaucoup plus que bien des discours sur la personnalité de ses auteurs.

Mais que se passe-il si un groupe décide de réunir ces trois issues en une même porte fermée ? Sont-ils fous ? Misanthropes, atteints de TOC et secoués de crises d’épilepsie passagères, combinaison qui les rend incurables et incontrôlables ?

C’est la question légitime qu’on peut se poser au sujet des stades terminaux d’ANAAL NATHRAKH, et c’est la question qui reste sans réponse depuis 2001, et la sortie de leur premier LP, The Codex Necro. Qui sont-ils vraiment ?

Autre chose. Et considérerez le débat comme clos.

Ils se décrivent eux-mêmes comme un Armageddon, une sorte d’apocalypse musicale en forme d’épiphanie de fin du monde. Et si tous leurs albums ont franchi un cap dans l’illustration de cette impasse, certains ont indiqué que quelques changements s’opéraient, dans l’ombre, en douce.

Desideratum avait déçu les fans les plus Hardcore. Trop « ouvert », trop de « respirations », baisse de l’intensité dans la brutalité, en gros, une étape qui sentait mauvais la reprise de souffle pour un duo qui n’en a jamais manqué, mais qui nous a fait suffoquer.

Mick et David tentaient l’approche de biais, et si artistiquement, le pari était réussi, on espérait sans le dire que le prochain chapitre serait le bon.

Celui qui mettrait tout le monde d’accord, et à genoux.

Car écouter ANAAL NATHRAKH, c’est un peu comme être asthmatique, et jouer avec des allumettes près d’une décharge de produits toxiques dont chaque fut est percé. Un risqué permanent, une inconscience avouée, un suicide programmé qui surprend à chaque instant. Et sous cet aspect-là, quel que soit son degré de qualité, The Whole Of The Law respecte les non-règles établies à la fin des années 90, à savoir que tout est possible, et surtout le pire. Dans le meilleur évidemment. Meilleur, seul le temps nous dira si ce neuvième album l’est par rapport aux précédents, mais il est sûr que nombre de fans seront encore déçus. Ce qui est toujours une problématique dans le cas de groupes aussi extrêmes… « Musicalement » parlant, cette nouvelle production chez Metal Blade respecte les us et coutumes du duo de Birmingham. Beaucoup de violence, beaucoup de stridences, beaucoup de cris, de hurlements, d’accélérations foudroyantes, de pesanteurs lancinantes, et surtout, un ballet enivrant de plans qui s’entremêlent dans un chaos organisé et qui finit par vous coller une céphalée carabinée, doublée d’une altération des sens.

Même si la mélodie parvient à se tailler un petit bout d’espace, comme sur le séduisant « Hold Your Children Close and Pray for Oblivion », ou sur certaines interventions de guitare de « We Will Fucking Kill You », le malaise est palpable, le chaos fatal, et l’issue inévitable. Le bruit, la fureur, la colère, et une certaine forme d’avant-gardisme, comme sur chaque occurrence.

Mais on ne vient pas de Birmingham pour faire de la musique sans avoir quelques troubles psychiques et être en avance sur son temps…

Production massive et irrespirable, riffs sombres et répétitifs, brutal déluge de blasts pour un savant cocktail de Crust teinté de Black qui joue le Grind comme si la fin du monde était une course qu’il fallait à tout prix perdre. Pas une seconde de répit, là n’est pas le crédo du duo, alors on court, tout en sachant qu’au final, on crèvera tous heureux. C’est en tout cas ce qu’essaie de nous dire « So We Can Die Happy », qui lui aussi laisse filtrer un genre d’harmonie exsangue au travers de persiennes BM et Indus.

La trademark d’un groupe décidemment à part ?

Absolument. Après tout, qui ose juxtaposer des soli à la Trey Azagthoth et des structures à la BERZERKER/BILE ? ANAAL NATHRAKH, bonne réponse.

Le schema est simple d’apparence, et se retrouve d’effort en effort. Des rythmiques mi robotiques, mi analogiques, des changements de tempo abrupts et terrifiants, et une dualité vocale aussi Black que Néo qu’Indus, que Thrash ou Hardcore. L’auberge Anglaise accueille toujours tous les éléments laissés pour compte et les intègre à une farandole qui donne le vertige. On imbrique des idées, on les étouffe dans l’œuf, et on construit un ballet de l’extrême que seules les victimes de la danse de Saint Guy peuvent suivre.

Et je vous assure qu’en tombant sur des apnées bruitistes comme « In Flagrante Delicto », vous trouverez l’endurance un peu trop sollicitée. Arrangements ignobles et typiques d’un bébé qui hurle dans la nuit, collision entre la grandiloquence d’EMPEROR et le radicalisme des ATARI TEENAGE RIOT, passages mélodiques incongrus typiques de l’école Néo Death nordique…Un gros foutoir organisé, un énorme bordel rangé. Comme des étagères qui abriterait des ouvrages aussi disparates que complémentaires, telles les œuvres de Lautréamont, Dante, Leary, Kerouac et Sade.

Imaginez un peu le coin lecture. Il ressemblerait trait pour trait à ce The Whole Of The Law.

 

En bons sadiques qui savent pertinemment ce qu’ils font, Mick et David ont laissé traîner en fin de disque leurs exactions les plus étirées, histoire d’user un peu plus notre résistance au moment même où elle atteint son point le plus faible. Alors ils jettent en pâture des longueurs de plus de cinq minutes, comme « On Being a Slave », qui une fois de plus souffle le chaud et le brûlant avec son mélange de fulgurances bruitistes et de nappes vocales séduisantes, sur fond de riffs rythmiques d’apocalypse.

« Of Horror, and the Black Shawls » est peut-être encore plus malsain dans son agencement opératique, et dissèque l’harmonie pour la décharner et l’intégrer à une structure Crust/BM symphonique assourdissante. Moins de six minutes à peine, mais pourtant, comme une heure qui égrène chaque seconde.

Deux bonus track pour l’édition CD, « Powerslave », strident comme du MERZBOW et lapidaire comme du NAILS/STRAPPING YOUNG LAD, et « Man at C&A », massif et écrasant, concassant le peu de tympans qu’il nous reste, sans aucune empathie.

Je ne rentrerai pas dans le petit jeu de la prévision. Inutile de savoir si The Whole Of The Law fait partie des meilleurs albums ou pas, là n’est pas la problématique.

La vraie est de savoir si oui ou non, un jour, les ANAAL NATHRAKH arrêteront d’abuser du bruit et du chaos pour nous faire souffrir dans le plaisir. Et là encore, la réponse est limpide et implicite. Non.

 Mais vous pouvez toujours demander à un unijambiste de traverser l’espace vide entre deux immeubles, pendant une tempête, après avoir trop bu. Sa peur ne sera pas moins tangible que la vôtre en écoutant cet album.

Titres de l'album:

  1. The Nameless Dread
  2. Depravity Favours the Bold
  3. Hold Your Children Close and Pray for Oblivion
  4. We Will Fucking Kill You
  5. ...So We Can Die Happy
  6. In Flagrante Delicto
  7. And You Will Beg for Our Secrets
  8. Extravaganza!
  9. On Being a Slave
  10. The Great Spectator
  11. Of Horror, and the Black Shawls

Bandcamp officiel





par mortne2001 le 28/10/2016 à 07:56
80 %    525

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


mazak
membre enregistré
28/10/2016, 14:14:39
un groupe unique et tellement jouissif !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01