Je ne sais pas si 2019 a été placée sous des auspices particuliers depuis les origines. Il faudrait interroger à posteriori ce bon vieux Nostradamus ou Elizabeth Tessier pour avoir une explication, mais cette année est aussi chargée en surprises que le pied du sapin de Noel d’une princesse d’un royaume bien réel. Et pas n’importe lesquelles…Certes, l’underground, les groupes émergents, les nouvelles sensations ne nous ont pas épargnés, mais ce qui est assez fascinant depuis le mois de janvier, c’est que les références, les grands, les icones n’ont pas chômé non plus. Pour faire le compte juste, souvenez-vous de RAMMSTEIN, de SLIPKNOT, de TOOL, tremblez un peu, et ajoutez au solde KORN, pour obtenir neuf mois pas encore achevés d’albums fondamentaux, presque des postulats, et certainement les témoignages les plus probants de carrières pourtant solidement établies. On en est à ce point qu’on en attendrait presque l’album qui ramènerait METALLICA du côté de Load et un nouveau MACHINE HEAD (là, plus difficile) à la hauteur de Burn My Eyes. Mais sans jouer les oracles, ou les prophètes de fortune, je reconnais avoir du dégainer ma meilleure plume à plusieurs reprises pour essayer de hisser mon verbe à la hauteur des réussites musicales proposées…Petit message d’introduction aux détracteurs, demandez-vous d’abord avant d’aller plus loin et de cracher votre fiel, pourquoi vous détestez KORN à ce point. Parce qu’il a toujours incarné un mauvais renouveau pour vous, de la même façon que NIRVANA s’était fait détester ? Parce qu’il fut le chef de file d’un « nouveau Metal » que vous avez conchié, sous prétexte qu’il n’en était pas pour vous, ou trop différent ? Parce que vingt-cinq ans après son émergence, le groupe est encore là, presque dans sa configuration d’origine et que ça vous défrise ? De toutes ces possibilités, les mecs de Bakersfield n’ont cure. Ils sont ce qu’ils ont toujours été, ne seront jamais rien d’autre, malgré des parenthèses travesties (ce fameux travers Dubstep que les opposant leur collent sous le nez comme preuve majeure de leur hérésie), et continuent, continuent d’explorer les traumas de leur leader comme si cette musique était la seule catharsis possible. Et elle l’est. Pour nous aussi.

Si on se pose un peu, on comprend assez vite que KORN n’a rien proposé de révolutionnaire depuis son premier éponyme. Il a ensuite passé son temps à peaufiner le style, le durcir, l’ouvrir à d’autres influences, à gommer celles envahissantes du Hip-Hop, à s’acoquiner avec des outsiders pour ouvrir son champ des possibles, à organiser des festivals de masse érigés à sa propre gloire, et à revenir comme une bête blessée dans le giron de la violence sourde la plus sincère. Une fois l’intronisation du frappeur de luxe Ray Luzier en 2007 et le retour au bercail de Brian "Head" Welch en 2013 admis, les étonnements ont fait place aux certitudes, et il ne restait plus à la bande qu’à suivre ce chemin global, pour trouver la sérénité dans la souffrance. Cette sérénité justement, ils l’avaient formalisée il y a trois ans, au travers d’un album solide, et certainement l’un des meilleurs de leur carrière, sans rien proposer de choquant, bouleversant, innovant. Une fois encore, avec The Nothing, ils jouent leurs propres cartes, tranquillement, et continuent de sonder l’esprit de leur chanteur poursuivi par le malheur, la peine, l’isolement et la rancœur à l’égard d’une vie qui ne souhaite pas le laisser en paix. Jonathan Davis ne fera donc jamais partie du club du bonheur, il continuera de supporter les contrariétés, la violence, et continuera de l’exorciser à grand renfort des guitares de ses deux amis, qui riffent toujours aussi sombre, et qui trouvent toujours des gimmicks rythmiques à rendre fou n’importe quel suiveur. Mais même en partant de ce rien, le leader du Néo-Metal est encore cette bête indomptable qui accepte de laisser ses plaies à vif pour que le public puisse les regarder avec voyeurisme, avant de tenter de les panser comme il peut. Produit par Nick Raskulinecz, et toujours sur Roadrunner, ce treizième album du quintet lui portera peut être chance, en conjurant le sort du malheur. Né de la souffrance d’un Davis qui a coup sur coup perdu sa mère et sa femme, dans des circonstances plus que malheureuses, The Nothing est un coup d’œil jeté sur le néant, celui d’un cœur qui aimerait ne plus saigner, mais aussi le survol le plus complet (ou presque) d’une carrière exemplaire, non dénuée de faux-pas, mais utilitaire dans le sens le plus artistique du terme. Il n’enfonce aucune porte qui ne soit déjà ouverte, se contente souvent de prolonger le travail laissé en l’état il y a trois ans, et pourtant, reflète des images que l’on n’a pas l’habitude de voir dans le miroir de KORN. Des expressions plus apaisées, des mélodies un peu plus franches que la moyenne, des tics qui se mutent en réactions épidermiques, des sentiments qui s’articulent autrement que par un scat nerveux ou des hurlements gutturaux, et une musique certes connue, appréciée, mais qui trouve toujours un biais pour ne pas sonner trop convenue.

Abordé comme la thérapie qu’il a été, ce disque n’a pas été pensé ni conçu comme l’étape cruciale que chaque sortie majeure représente. Il n’a pas le côté fouillis et complètement bordélique d’un St Anger, il n’a pas non plus l’âme désespérément noire d’un Tonight’s The Night. Il n’est pas la sortie de l’hôpital annoncée dans les gros titres, juste un grincement de gonds lorsque celle-ci se referme en attendant la prochaine poussée. Alors qu’on pensait Davis au fond du trou et prêt à beugler sa souffrance comme un patient incurable, alors qu’on s’apprêtait à traiter du cas le plus noir de la carrière des américains, The Nothing est presque trop normal et calme dans les faits. Certes, l’intro « The End Begins » avec sa cornemuse et ses pleurs nous laisse augurer d’un regard vers le passé très appuyé, et plante le décor sur les ruines de l’espoir, mais « Cold », déjà connu, n’est pas l’explosion sourde de rage et de peine que l’ambiance exigeait. Le phrasé est encore là, évidemment, le riff principal plutôt déviant, mais les arrangements, la syncope sont d’usage, et rien ne vient vraiment chahuter notre esprit. Du bon KORN, de l’excellent même au regard des standards de jugement, avec cette basse qui claque, ce tempo que Ray martèle comme le pas d’un cortège funèbre, et ce refrain presque trop lumineux, et parfaitement en osmose avec ceux que The Serenity of Suffering lâchait. « You'll Never Find Me » est d’ailleurs si parfait qu’on aurait pu tomber dessus sur Life Is Peachy ou Untouchables. Les boucles, la voix qui plane comme une menace, la complémentarité grondante des guitares de Munky et Head, les frères siamois, toutes les composantes sont en place, et c’est une fois encore dans les détails indécelables qu’il faut aller chercher les explications. On les trouve par intermittence sur l’énorme « H@rd3r », avec un Davis qui se demande qui il est, sur le plombé et glauque « Idiosyncrasy », montrant le quintet sous son jour le plus sombre et Heavy, sur l’aveu implicite « Finally Free », qui malgré des saccades symptomatiques des nineties ose des juxtapositions surprenantes et presque Pop/R’N’B, et plus généralement, dans le déroulé générique d’un album qui joue un mode mineur pour un groupe majeur.

KORN sur ce treizième tome n’a pas osé défier la légende, il n’en a même pas tenu compte. Il s’est contenté d’enregistrer une musique logique, qui se suffit à elle-même. Eventuellement décevant de la part d’une icône aussi importante, mais finalement, la seule alternative possible. Pour le moment, et avec le peu de recul offert, aucun morceau ne s’impose comme un futur classique, alors que « Black is the Soul », « Insane » et « Rotting in Vain » acceptaient directement ce fardeau il y a trois ans. Mais des indices, des traces, ce final « Surrender To Failure », tribal, et qui voit un Jonathan Davis assumer que « pour chaque belle chose qu’il a faite, il y a eu un prix à payer ». Le glaçant « The Loss », pourtant le morceau le plus surprenant de la part des cinq, haché au possible, et assez proche du versant le plus abordable d’une mode née il y a vingt-cinq ans, avec ce mélange étonnant de mélodies et d’arrangements Pop. On voit dans ce morceau le RAMMSTEIN de « Puppe », et le SLIPKNOT de « Spiders », ces moments fugaces où les défricheurs s’éloignent de leurs ténèbres pour aller vers la lumière. Ce qui prouve que quelque part, quelque part sous la couche de connaissance et de reconnaissance, il y encore possibilité de trouver des traces de pas partant dans une autre direction. Mais quelle que soit la direction suivie par KORN, nous la suivrons, parce qu’on suit toujours les leaders. Même si ça ne doit rien donner. The Nothing n’est pas tout, mais il est quelque chose. Et surtout pas rien.                                    

           

Titres de l’album :

                        01. The End Begins

                        02. Cold

                        03. You'll Never Find Me

                        04. The Darkness Is Revealing

                        05. Idiosyncrasy

                        06. The Seduction Of Indulgence

                        07. Finally Free

                        08. Can You Hear Me

                        09. The Ringmaster

                        10. Gravity Of Discomfort

                        11. H@rd3r

                        12. This Loss

                        13. Surrender To Failure

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/09/2019 à 16:59
90 %    211

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@80.215.1.223
14/09/2019 à 11:20:44
Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est plutôt bon.

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)


Bravo, quel professionnalisme. J'espère que vous avez payé votre place pour écrire un tel torche-cul, parce que si vous avez été accrédité, honte à vous