En 1984, Tom Warrior posait déjà cette question existentielle :

« Are you morbid ? »

Depuis, des millions de fans et des centaines de musiciens lui ont indirectement répondu, en fondant une myriade de groupes influencés par ses enseignements, ou en passant des heures à écouter et disséquer des œuvres qu’on a classé par facilité dans de petites cases nommées Death, ou Black Metal. Sans vraiment connaître le musicien du jour, gageons qu’il n’a pas lui non plus oublié l’importance du legs de Thomas, puisqu’il a dédié sa carrière à la pratique du Metal le plus franc et le plus noir possible, sans tenir compte des évolutions entreprises depuis trente ans.

Trente ans, le chiffre n’est pas anodin, puisque c’est plus ou moins la durée à ce jour de la carrière de l’américain délocalisé en Transylvanie Uriel Aguillon, qui avec VORUS nous présente une nouvelle facette de son talent pour l’orchestration morbide. Après avoir exercé ses talents dans différents ensembles (MORBICUS, CANNABIS SATIVA, PYROPHORIC, GUTWRENCH, ROTTING AWAY, NECRORITE, CRYPTIC REALMS, et beaucoup d’autres visiblement), Uriel s’est donc décidé à nous exposer ses vues sur un Death Metal vraiment barbare, et emprunt des influences d’origine, puisqu’il cite volontiers POISON, OBSCURITY, NECROVORE, PENTAGRAM, SARCOFAGO, ou MORTUARY comme références absolues. Et de ce point de vue, l’homme/musicien est assez honnête, puisque la musique exposée sur cette première démo est en effet assez proche des racines sud-américaines de la brutalité, le professionnalisme et la bouteille en plus.

Trois morceaux pour à peine dix minutes de musique, c’est court, mais largement assez suffisant pour se faire une idée du potentiel néfaste de ce nouveau projet qu’Uriel signe de son seul nom. Il a joué de tous les instruments sur cette bande, se présente subtilement affable et en noir et blanc sur la jaquette (dans une optique graphique qui rappelle les premières photos promo d’OBITUARY), et chante bien sûr, d’une voix légèrement geignarde, et plus symptomatique des efforts les moins complaisants d’un BM nuancé de gravité Death. Du Death, il est question sur les trois pistes de ce Chamber Of Laments, qui ne se plaint pas beaucoup, mais qui râle en conséquence. Si les noms utilisés par l’auteur se définissent comme des contours assez clairs, il est aussi évident que l’ombre de HELLHAMMER et de MORBID ANGEL (version expurgée et modeste s’entend, comme sur leurs premières démos) plane sur les accords de « Chamber of Laments », « Paradise is Burning » et « Where Misery Crawls ». La complexité n’est pas forcément de mise, mais Uriel donne quand même à sa caverneuse musique des inflexions évitant la simplicité la plus formelle, sans tomber dans la débauche démonstrative. Il sait jouer, de tous les instruments, au moins suffisamment pour s’exprimer sans balbutier son solfège, mais n’en rajoute point, puisque le but de cet enregistrement est de renouer avec les effluves nauséabondes des premières déjections Death de la création. Sous cet angle, l’opération est une franche réussite, puisqu’on se croirait presque revenu à la fin des 80’s ou au début des 90’s, même si la production est fort heureusement de meilleure qualité.

Mais dès lors que le créateur a voulu les choses suffisamment claires au départ, inutile de s’appesantir. Tout au plus pouvons-nous affirmer que la tonitruante entrée en matière « Chamber of Laments » rappelle salement le MAYHEM de De Mysteriis, et que son riff d’intro méchamment circulaire nous séduit dès ses premières voltiges. Que la voix voilée et opaque joue son rôle de conteur d’horreurs à merveille, que la rythmique est suffisamment polyvalente pour aérer des morceaux très concentrés, et que les soli, à peine perceptibles, décorent plus en arrière-plan qu’autre chose. Pas vraiment de grosse variation entre les options à espérer, l’ensemble est violemment homogène, un peu trop diront certains, qui ne verront en « Paradise is Burning » qu’une redite insufflant un léger souffle chargé CANCER, et en « Where Misery Crawls » une tentative d’accélérer un peu les débats sans trop les bousculer.

Mais c’est efficace à défaut d’être original, ce qui n’était pas le propos d’ailleurs à la conception. Mais si les trois morceaux de cette démo sont parfaitement acceptables, ils ne donneront pas forcément envie d’en entendre plus, et lasseront sans doute les plus exigeants, qui ne se rueront pas sur un LP éventuel. Mais au jugé de la prolixité du bonhomme, il serait étonnant qu’il s’arrête là, à moins qu’il ne se concentre sur un autre de ses projets, avant de donner naissance à une autre entité pour rassasier sa soif de vilénie assumée. VORUS en attendant propose un sympathique voyage dans le temps, qui permet de le prendre, mais pas trop longtemps. Et c’est largement suffisant.


Titres de l'album:

  1. Chamber Of Laments
  2. Paradise Is Burning
  3. Where Misery Crawls

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/09/2017 à 18:25
68 %    266

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.