En 1984, Tom Warrior posait déjà cette question existentielle :

« Are you morbid ? »

Depuis, des millions de fans et des centaines de musiciens lui ont indirectement répondu, en fondant une myriade de groupes influencés par ses enseignements, ou en passant des heures à écouter et disséquer des œuvres qu’on a classé par facilité dans de petites cases nommées Death, ou Black Metal. Sans vraiment connaître le musicien du jour, gageons qu’il n’a pas lui non plus oublié l’importance du legs de Thomas, puisqu’il a dédié sa carrière à la pratique du Metal le plus franc et le plus noir possible, sans tenir compte des évolutions entreprises depuis trente ans.

Trente ans, le chiffre n’est pas anodin, puisque c’est plus ou moins la durée à ce jour de la carrière de l’américain délocalisé en Transylvanie Uriel Aguillon, qui avec VORUS nous présente une nouvelle facette de son talent pour l’orchestration morbide. Après avoir exercé ses talents dans différents ensembles (MORBICUS, CANNABIS SATIVA, PYROPHORIC, GUTWRENCH, ROTTING AWAY, NECRORITE, CRYPTIC REALMS, et beaucoup d’autres visiblement), Uriel s’est donc décidé à nous exposer ses vues sur un Death Metal vraiment barbare, et emprunt des influences d’origine, puisqu’il cite volontiers POISON, OBSCURITY, NECROVORE, PENTAGRAM, SARCOFAGO, ou MORTUARY comme références absolues. Et de ce point de vue, l’homme/musicien est assez honnête, puisque la musique exposée sur cette première démo est en effet assez proche des racines sud-américaines de la brutalité, le professionnalisme et la bouteille en plus.

Trois morceaux pour à peine dix minutes de musique, c’est court, mais largement assez suffisant pour se faire une idée du potentiel néfaste de ce nouveau projet qu’Uriel signe de son seul nom. Il a joué de tous les instruments sur cette bande, se présente subtilement affable et en noir et blanc sur la jaquette (dans une optique graphique qui rappelle les premières photos promo d’OBITUARY), et chante bien sûr, d’une voix légèrement geignarde, et plus symptomatique des efforts les moins complaisants d’un BM nuancé de gravité Death. Du Death, il est question sur les trois pistes de ce Chamber Of Laments, qui ne se plaint pas beaucoup, mais qui râle en conséquence. Si les noms utilisés par l’auteur se définissent comme des contours assez clairs, il est aussi évident que l’ombre de HELLHAMMER et de MORBID ANGEL (version expurgée et modeste s’entend, comme sur leurs premières démos) plane sur les accords de « Chamber of Laments », « Paradise is Burning » et « Where Misery Crawls ». La complexité n’est pas forcément de mise, mais Uriel donne quand même à sa caverneuse musique des inflexions évitant la simplicité la plus formelle, sans tomber dans la débauche démonstrative. Il sait jouer, de tous les instruments, au moins suffisamment pour s’exprimer sans balbutier son solfège, mais n’en rajoute point, puisque le but de cet enregistrement est de renouer avec les effluves nauséabondes des premières déjections Death de la création. Sous cet angle, l’opération est une franche réussite, puisqu’on se croirait presque revenu à la fin des 80’s ou au début des 90’s, même si la production est fort heureusement de meilleure qualité.

Mais dès lors que le créateur a voulu les choses suffisamment claires au départ, inutile de s’appesantir. Tout au plus pouvons-nous affirmer que la tonitruante entrée en matière « Chamber of Laments » rappelle salement le MAYHEM de De Mysteriis, et que son riff d’intro méchamment circulaire nous séduit dès ses premières voltiges. Que la voix voilée et opaque joue son rôle de conteur d’horreurs à merveille, que la rythmique est suffisamment polyvalente pour aérer des morceaux très concentrés, et que les soli, à peine perceptibles, décorent plus en arrière-plan qu’autre chose. Pas vraiment de grosse variation entre les options à espérer, l’ensemble est violemment homogène, un peu trop diront certains, qui ne verront en « Paradise is Burning » qu’une redite insufflant un léger souffle chargé CANCER, et en « Where Misery Crawls » une tentative d’accélérer un peu les débats sans trop les bousculer.

Mais c’est efficace à défaut d’être original, ce qui n’était pas le propos d’ailleurs à la conception. Mais si les trois morceaux de cette démo sont parfaitement acceptables, ils ne donneront pas forcément envie d’en entendre plus, et lasseront sans doute les plus exigeants, qui ne se rueront pas sur un LP éventuel. Mais au jugé de la prolixité du bonhomme, il serait étonnant qu’il s’arrête là, à moins qu’il ne se concentre sur un autre de ses projets, avant de donner naissance à une autre entité pour rassasier sa soif de vilénie assumée. VORUS en attendant propose un sympathique voyage dans le temps, qui permet de le prendre, mais pas trop longtemps. Et c’est largement suffisant.


Titres de l'album:

  1. Chamber Of Laments
  2. Paradise Is Burning
  3. Where Misery Crawls

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/09/2017 à 18:25
68 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !