Là, ça se complique. Pas de page officielle, ni Facebook ou Bandcamp, dénouer le vrai du faux, et le fantasme de la réalité va être compliqué.

Une recherche Internet sur le nom CHRISTBORN INSANITY ne vous donnera quasiment aucun résultat, mais vous aiguillera vers le Bandcamp des ANTICOPS, célèbre groupe de Hardcore germain mené de voix de papier de verre usé par Micha Anticops. Alors. Des solutions ?

Oui, puisqu’il semblerait que cet unique LP soit le fruit d’un side-project mené par ce vocaliste versatile qui visiblement, a vraiment peur de s’ennuyer…

Alors, chroniquons. Dans le vague mais chroniquons. Et expliquons-en-la raison.

En jetant un coup d’œil au tracklisting de ce Harvest of Fear sur mon Vk favori, je notais la présence dans les intervenants de Scott Vogel, résident Américain et membre de TERROR (et ex BURIED ALIVE, DESPAIR et SLUGFEST), une référence, mais surtout de notre ami à tous Mark « Barney » Greenway sur deux titres, ce qui était largement suffisant pour que je jette une oreille attentive sur la sortie en question.

Et finalement, j’ai assez bien fait, même si le registre des CHRISTBORN INSANITY est assez opaque, tergiversant entre un Grind assez paillard, un Thrashcore/Crossover les cheveux en bataille, et un Crust/Death fini aux tenailles, le tout doté d’un son un peu approximatif, mais caractéristique des meilleurs efforts du non-style mis en avant.

Sourd, diffus, mais aux accès de colère qui laissent repu, ce premier LP d’un projet peut-être éphémère est une bonne surprise sortie de nulle part, à prendre toutefois comme une récréation sympa, mais rien de plus.

Si la présence de Barney aiguille vers un gros Death à tendance Crust/Grind sévère, le résultat est plus complexe que ça, même si l’inspiration nous mène souvent sur les traces d’un NAPALM DEATH plus jovial qu’à l’habitude, avec une forte empreinte Harmony Corruption qui se ressent au travers de plusieurs titres, et pas seulement ceux où notre grogneur préféré a été sommé d’éructer.

Même son de basse étouffé dans l’œuf, même tempo un peu pataud, à tel point que le spectre d’UNSEEN TERROR pointe aussi le bout de la truffe d’Odie.

En gros, un Crossover dans le sens le plus large du terme, pas vraiment Thrash’n’Core, mais plutôt Death’n’Gore, avec quelques exactions encore plus brouillon tombant parfois dans l’excès de borborygmes enragés.

Le line up ? Plutôt culotté puisque les acteurs impliqués n’hésitent pas à créditer Barney sur un chant complet. Mais on retrouve à ses côtés une certaine Judith Insane (chant et batterie), Micha à la basse et aux cris, et un monsieur Andy Korn à la guitare pas forcément polie. En gros, un sale power-trio de l’enfer qui n’a pas réussi à choisir le sien et qui déambule dans le purgatoire de l’extrême du sang plein les mains.

C’est évidemment efficace quand le groove est tenace (le Crust salace de « Mushrooms », qui se complaît dans une jonction entre le BRUTAL TRUTH le plus fripon et le ND hors saison), voire carrément convaincant quand la saccade joue les tremblements (« Other Peoples Life », sorte de Hardcore vilain comme une grimace des OLD tenace figée par des GWAR salaces).

Barney se voit affecté à deux entrées, l’étrange « Higher Power », Death biscornu au son grave et tendu, qui joue le Hardcore velu, et « Go Trabi Go ! », pastille pastiche Grind d’une poignée de secondes qui ramène le vocaliste fameux à sa propre condition de grogneur de baston. Pur, efficace et dur, c’est une jolie démonstration de folie Core qui prend au corps.

Scott Vogel à l’honneur d’ouvrir les débats d’un « Boxed In » assez surprenant dans son désir d’unifier le Hardcore défié au Heavy malmené, et la dualité vocale nous offre l’image d’un BIOHARZARD troublé par le Death fumant des BENEDICTION.

Malformé, mais enthousiaste et lardé d’une basse ludique sursaturée.

Le reste du répertoire n’est pas plus clarifié, même si « Call For Bloodshed » se veut plus franc dans son attaque Death à tendance Core putréfié, osant juxtaposer la solidité des growls enflammés à une rythmique affolée, sans oublier de placer quelques respirations putrides sur l’allée. Mais ce chant décidément schizophrénique est assez supplicié et parfois difficile à supporter, dans une veine OLD/ASSUCK/AGATHOCLES débridée.

Il est à son rendement optimum sur des interventions plus raffinées (« Harvest of Fear », combat de hyène et de plantigrade sur fond de Death/Crust enneigé), et propose même quelques plaisirs coupables sur fond de riffs copieux et dignes de l’école Suédoise qui a fait tant d’envieux (« Unknown Pleasures », rien à voir avec Ian Curtis, mais du gros bourrin qui glisse).

Le véritable Hardcore Allemand a aussi sa tribune (« Other Peoples Life », comme expliqué plus haut), les odeurs émanent aussi du caniveau (« What A Smell », qui pue le DISCHARGE infesté d’ANTI NOWHERE LEAGUE abusant des pruneaux), et le tout se termine sur une dernière valse qui n’entend rien, ne voit rien et ne dit rien (« Stupid Jerk », là les gars, vous ne me direz pas que ça n’était pas fait exprès…).

Bon.

Finalement, je n’en sais pas plus maintenant qu’avant.

Mais je ne pense pas que le projet CHRISTBORN INSANITY se soit voulu clair pour autant. Tout ça ressemble à un petit quart d’heure de folie qui dure vingt minutes mais qui passe comme une blague traitée avec un minimum de sérieux.

Et puis, il est toujours plaisant de croiser la route de Barney entre deux albums de NAPALM. Alors rien que pour ça, Harvest of Fear mérite un peu de votre attention. Mais pas plus. Vous pourriez virer barge pour de bon.


Titres de l'album:

  1. 1 Boxed In (feat Scott Vogel)
  2. Call For Bloodshed
  3. Higher Power (feat. Barney Napalm Death)
  4. Go Trabi Go! (feat. Barney Napalm Death)
  5. Harvest Of Fear
  6. Unknown Pleasures
  7. Mushrooms
  8. Other Peoples Life
  9. What A Smell
  10. Stupid Jerk

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/05/2017 à 17:07
65 %    347

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.