Ils sont trois, dont deux très velus, viennent de Melbourne, et jouent franc jeu. A partir de là, impossible de ne pas les aimer et d’avoir envie de les câliner tant ils ont l’air doux sous des auspices peu engageant pour qui ne connaît pas la cause Crossover. On le sait, ces animaux-là font semblant de sortir les dents, et mordent dans des cous en plastique pour faire comme si, mais au fond ce sont de grands tendres qui adorent leur maman et qui ne pratiquent cette musique que comme exutoire à une violence intérieure qu’ils refusent de formaliser autrement qu’en prenant leur pied. Alors, comme en plus ils nous aiment bien, les ATOMIC DEATH SQUAD nous envoient une nouvelle cargaison de bisous sous la forme d’un premier LP officiel, qui au vu de sa durée serait plutôt à ranger dans la catégorie des EP, mais ne soyons pas mesquin et acceptons ces vingt-deux minutes comme un large signe de la main. Fondé en 2012, ce trio iconoclaste connaît ses classiques, et leur a déjà rendu hommage via une bordée de sorties. Une première démo en 2013, puis un EP éponyme en carte de visite 2014, avant une surprenante compilation l’année suivante, puis un split aux faces partagées avec les DISINTEGRATOR, CYCOSIS et KATSUYAMA I.D., en hommage à l’hilarant Billy Milano de S.O.D./M.O.D. D’ailleurs, à cette occasion, les trois larrons constamment en foire s’étaient fendus de deux fendards tribute, l’un à SLAYER et l’autre à MOTORHEAD, dans la plus pure tradition des « ballades » si chères au cœur de S.O.D. Mais depuis, ils ont repris plus ou moins leurs esprits, et ont décidé de travailler, ce qui nous permet d’apprécier ce Brain Dead, qui loin d’avoir un électro-encéphalogramme plat affiche une belle vitalité de façade et une tonitruante vélocité de tatane. Mais comment eut-il pu en être autrement avec des oiseaux pareils, qui manient le verbe pluriel à merveille et qui le conjuguent à la mode violent/fun, pour le plus grand plaisir des nostalgiques du Crossover ?

Habillé d’une sublime pochette au vert fluo prononcé, Brain Dead est l’archétype même du coup de savate qu’on adore se manger. Enregistré et mixé par Chris Themelco aux Monolith Studios, et enrobé d’un artwork signé Oscar Bonin, ce dix titres passe aussi vite qu’une blague bien troussée, mais le genre de blague travaillée et non du simple gag qui ne fait rire que ses auteurs. Et en parlant d’auteurs, il est toujours utile de nommer ceux qui ont composé ces hymnes à la brutalité souriante, Kevin Thrash/Gene Simmons (basse/chant), Dos Morris/Ace Frehley (guitare) et Pecckles The Drummer/Eric Carr (batterie), qui se sont véritablement défoncé pour nous permettre d’apprécier cette tranche de vie transformant la routine en épiphanie. Eux qui n’hésitent pas à piocher dans tout ce que l’extrême peut leur offrir, jonglant Thrash pour mieux roter Hardcore, et trépignant Death pour nous faire jouir encore. Des références ? Oui, en classiques influences, les éternels SUICIDAL, BAD BRAINS, NUCLEAR ASSAULT, S.O.D, MUNICIPAL WASTE, D.R.I, CARNIVORE, soit la crème des mélangeurs Metal/Hardcore, qui trouve ici un écho hargneux à ses commandements classieux. Sans vouloir rentrer dans un détail qui de toute façon en restera un, ce premier LP n’a qu’un seul défaut, sa brièveté. On aurait apprécié que les marsouins se désapent un peu plus pour nous rassasier, puisque vingt minutes en leur compagnie passent quand même beaucoup trop vite. Pourquoi ? Parce qu’ils jouent juste, simple, euphorique, les riffs en avant et les chœurs rageant, la rythmique en bataille et le chant en ripaille, parce que leurs morceaux ne font pas semblant de s’éterniser pour recaser la même idée, et parce que le parallèle avec les magnifiques S.O.D est un peu trop patent pour être négligé.

Les nouveaux STORMTROOPERS OF DEATH ces ATOMIC DEATH SQUAD ? Encore un peu trop tôt pour le dire, même si leur histoire prend les mêmes virages, et même si leur humour fréquente les mêmes rivages. Sauf qu’à contrario de Charlie, Billy, Dan et Scotty, les australiens ont un son très épais, et très Metal, purement Thrash qui rappelle évidemment l’école américaine, et qu’ils ne se répandent pas en blagues fulgurantes. Sinon, le reste est à peu près similaire, et se classe dans une excellente moyenne S.O.D./M.O.D. tout en assumant ses accointances avec la vague old-school actuelle. On retrouve donc au menu moult saccades, des bravades, mais surtout, des chansons efficaces, qui si elles se ressemblent encore un peu, restent éminemment sympathiques et potaches, tout en abordant le sens de la composition avec sérieux. Car comme je le disais, inutile de compter sur eux pour faire le plein de private jokes vite torchées, puisque les trois olibrius considèrent leur art avec le sérieux nécessaire. De là, pas grand-chose à rajouter, si ce n’est qu’on s’en prend plein la poire de « « Identity Crisis » à « Rejoice in Death (The End) », que la technique n’est pas aux abonnés absents, et que l’ensemble dégage une bonne humeur décapante. C’est certes formellement très classique, dans le fond et la forme, et malgré une patine un peu sourde, la production tient la distance et sert un repas conséquent aux oreilles. Au gré des morceaux, les souvenirs affluent, celui des SUICIDAL sur « Identity Crisis », revu et corrigé MUNICIPAL WASTE, celui de M.O.D sur « Brain Dead » que le gros Billy aurait pu nous refourguer gratos, celui de WEHRMACHT sur « Connoisseurs of Crossover » qui accélère la cadence pour flirter avec le Thrashcore, celui des D.R.I pour les fulgurances de « Grey Life », ainsi de suite, puisque tel est quand même le but du jeu.

Des emprunts donc, mais fameux, et exécutés avec classe et respect ce qui ne gâche rien, pour un premier LP qui sonne comme un faux best-of d’une jeune carrière à peine lancée. Et après tout, ces ingrédients étant tombé dans le domaine public depuis longtemps, il n’y a aucun mal à les recycler lorsqu’on le fait si bien, et qu’on est en plus capable de mosher sans se briser les reins (« Bongrat Blues »). Rien à jeter évidemment, ce qui eut été dommage au vu de la brièveté du métrage, mais largement de quoi headbanguer, en attendant que les gus se fendent pour passer la demi-heure. Une grosse basse qu’on prend parfois comme une rouste, une guitare qui ne faiblit jamais, un batteur qui maintient la cadence, mais surtout, ce qu’il faut de folie pour faire passer le projet du stade de décalque appliqué à œuvre personnelle déjantée. Crédible comme les S.O.D remettant le couvert pour une tournée au Japon, Brain Dead n’est pas de ces œuvres qui nous prennent pour des cons, mais bien un magnifique hommage rendu à la scène new-yorkaise des années 80, via une carte postale envoyée de Melbourne. Par contre, faites gaffe où vous mettez les doigts parce qu’ils ont bien léché le timbre ces sagouins.

                      

Titres de l'album :

                        1.Identity Crisis                   

                        2.Brain Dead            

                        3.Connoisseurs of Crossover                     

                        4.Grey Life               

                        5.Bongrat Blues                   

                        6.Final Flash            

                        7.Ghoul                     

                        8.Nosferatu               

                        9.Reapers                 

                       10.Rejoice in Death (The End)

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 13/02/2019 à 15:45
80 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...