Ihmissokkelo

Mokoma

21/02/2020

Sakara Records

Etrange groupe, étrange parcours, étrange découverte. Il n’est pas rare de passer à côté d’un artiste au vu des proportions de la production actuelle, mais passer à côté d’un artiste pendant plus de vingt ans est déjà chose plus rare. C’est pourtant aujourd’hui que je découvre l’existence des finlandais de MOKOMA, alors même qu’ils sont en activité depuis les mid nineties. Et ne découvrir l’existence d’un groupe qu’à son treizième album n’est pas chose courante lorsqu’on arpente les arcanes de la toile depuis le début du nouveau siècle…Mais admettons que les finlandais n’ont sorti des albums que sur des labels nationaux (et quasiment sur un seul d’ailleurs, Sakara Records), et qu’ils soient donc logiquement passés au travers des mailles du filet de mon attention, pour mieux nous concentrer sur leur dernière livraison, cet Ihmissokkelo pas inintéressant du tout. Je disais groupe étrange pour parcours étrange, mais mes arguments sont viables pour en arriver à cette assertion. Car MOKOMA, à l’instar de SAMAEL, de PANTERA et de dizaines d’autres a commencé sa carrière sous des auspices particuliers, avant de dériver vers un style plus en phase avec leurs convictions. C’est ainsi que les premiers albums du quintet faisaient montre d’un formalisme Hard-Rock/Heavy Metal assez notable, avant que les musiciens ne changent d’optique pour se caler sur la ligne d’un parti Thrash/Crossover pas forcément très franc du collier non plus. Chantant dans leur langue natale, les finlandais nous offrent donc leur propre version d’un extrême rationnel et mesuré, avec ce treizième chapitre aux connotations métissées et aux partis-pris de pluralité. Thrash donc, mais pas dans le sens où tout le monde l’entend, plutôt entre deux ou trois eaux d’ailleurs, entre Metal à la nordique, Death à la scandinave, et Crossover à l’américaine, pour un melting-pot assez intrigant, mais de qualité.

Il est donc assez difficile de définir avec acuité les contours de cette musique, qui parfois sonne Hardcore moderne, parfois Thrash serein, mais globalement Metal malin. Avec un line-up qui n’a que peu changé depuis de longues années (le membre le plus récent a rejoint l’équipe en 2003), et un frontman/leader inamovible à son poste (Marko Annala, son chant et sa longue barbe), MOKOMA est donc un ensemble à la stabilité rassurante, et à la production étoffée. Après renseignements et écoutes sur des sites spécialisés, il semble évident avec Ihmissokkelo que le temps de Valu, le premier LP de 1999 est loin, très loin. Les originaires de Lappeenranta ont effectivement fait un très long voyage depuis leurs débuts, changeant de direction, peaufinant leur son, pour aujourd’hui produire un mélange assez unique, agressif mais souple, puissant mais modulable, mélodique mais ferme (« Tuhat ei Riitä »). Ce morceau, l’un des plus atypiques de la première moitié d’album, mixe des blasts, des grognements purement Death, des passages Doom avec chœurs désincarnés et démultipliés, des accélérations Thrash à la AT THE GATES, le tout emballé dans une atmosphère presque mystique. A l’inverse, « Vuoret, Huolet » sonne comme un hit médium des BACKYARD BABIES repris par un équivalent d’un MANOWAR finlandais avec l’aide d’un rappeur national. On pense même aux MASS HYSTERIA sur le refrain qui ressemble beaucoup à celui de « Furia », ce qui en dit long sur la capacité du quintet à changer d’ambiance sans se préoccuper de la logique ou de la pertinence. Du Metal libre donc, affranchi de toute contrainte, pas forcément violent ni rapide, mais intelligent, et roublard au demeurant, le critique perdant parfois son latin devant ces optiques mouvantes et changeantes.

Tout n’est bien sûr pas codifié ou détourné sur cet album. Certains morceaux gardent le cap, se basant sur un riff extrêmement redondant pour offrir une vision musclée et moderne d’un Thrash qui ne s’assume pas vraiment. Ainsi, « Pimeä Aine » se permet des cassures presque opératiques et des passages en chausse-pied légèrement psychédéliques et dignes de Devin Townsend, suggérant même quelques accointances avec VIRUS. Mais la plupart des titres refusent la linéarité, et semblent affectionner particulièrement les modulations vocales toujours annoncées par des harmonies plus prononcées. On se perd alors en conjectures, trouvant dans le Folk local de quoi expliquer ces cassures impromptues (« Yöpuoli », progressif dans un sens, mais assez caractéristique de la démarche de guingois des finlandais), semblant identifier chez quelques contemporains le même sens de l’à-propos très personnel (STAM1NA, VIIKATE), pour mieux accepter le singularisme d’une formation qui ne peut se fixer sur un genre en particulier. La philosophie générique est même Punk dans le fond, avec ce je-m’en-foutisme des conventions, mais on finit par excuser et comprendre, spécialement lorsque le quintet nous rentre dans le lard avec des morceaux surpuissants évoquant KORN (« Syyttävä Sormi »). Pas vraiment dans le moule, les MOKOMA (outre Marko Annala au chant, on retrouve Tuomo Saikkonen et Kuisma Aalto aux guitares et aux chœurs, tous deux membres de MIND RIOT, Janne Hyrkäs à la batterie et Santtu Hämäläinen à la basse) font ce qu’ils veulent, retournant parfois vers leurs racines Heavy pour apporter des nuances à leur Thrash actuel, produisant de fait un contraste assez intéressant sur le final « Huomenna Voikin olla Niin » (qui rappelle méchamment OPETH et MAIDEN sur ses passages les plus calmes).

Ihmissokkelo est donc un album qui détonne dans la production actuelle, bien loin des standards et des courants en vogue, refusant la nostalgie sans vraiment accepter les coutumes de son époque, entre Heavy mélodique et personnel, Thrash traduit dans un vocable exotique, et Death sous-jacent…Dommage que le nom de MOKOMA ne soit pas plus connu hors de ses frontières, leur liberté créative méritant plus d’attention.                             

                                               

Titres de l’album :

                         01. Alkupiste

                         02. Ilmoitusluontoista Asiaa

                         03. Vuoret, Huolet

                         04. Ihmissokkelo

                         05. Tuhat ei Riitä

                         06. Toinen Ihminen

                         07. Pimeä Aine

                         08. Yöpuoli

                         09. Leikin Loppu

                         10 Jäljet

                         11 Syyttävä Sormi

                         12 Huomenna Voikin olla Niin

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/01/2021 à 17:21
78 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53