On parle souvent des groupes de Hard Rock, de Glam et de Sleaze qui furent condamnés sur l’autel du Grunge et salement lâchés par leurs labels, et ayant finalement rendu les armes.

Mais on aborde plus rarement le cas de ceux qui se sont accroché au point de ne jamais décrocher, continuant de jouer leur musique sans se soucier de leur pseudo crédibilité ou de chiffres de vente quelconques.

Ainsi, les ENUFF Z'NUFF de Chip et Donnie, n’ont jamais raccroché leur Hard Pop sur la patère de l’Alternatif, et ont continué leur route, traversant les nineties puis les années 2000 sans trop se poser de questions inutiles, produisant toujours de très bons albums aux hits potentiels si MTV n’avait pas la mémoire aussi courte.

Mais heureusement pour eux, la fidélité de leur fanbase n’a jamais été remise en cause, ce qui permet au groupe d’être toujours présent en 2016 sans interruption de plan de carrière, avec toutefois quelques ajustements…

On le sait, depuis 2013, le ENUFF Z'NUFF historique ne gravite plus qu’autour de Chip Z'Nuff, légendaire bassiste depuis le départ de Donnie Vie juste avant l’album Covered In Gold.

Le line-up des rois du Pop Sleaze est donc complètement renouvelé, avec deux nouveaux membres et le retour de Tory Stoffregen à la lead, mais en fait, cette formation ne nous intéresse pas vraiment dans ce cas précis, puisque ce quatorzième album officiel nous replonge dans une époque passée, lorsque le quatuor était toujours constitué de Donnie, Chip, Derek et Vikki, et s’apprêtait à déverser sur le monde des tonnes de bubble-gum et de paillettes Glam.

Car oui, Clowns Lounge (du nom d’un club de strip-tease fréquenté à l’époque par le groupe) n’est rien de plus qu’une compilation, mais pas de celles qui assemblent les hits du passé histoire de remettre un combo sur les rails ou d’engranger quelques brouzoufs.

Non, en l’état, Clowns Lounge est un morceau d’histoire, celle des débuts, lorsque les NUFF composaient comme des fous pour préparer les démos de ce qui devait devenir leur premier album éponyme.

Nous découvrons donc avec ces douze morceaux qui sont aussi nostalgiques qu’ancrés dans le présent, et qui finalement, lient le passé du groupe avec son avenir, un album diablement intéressant dans le fond, mais aussi dans la forme. Chip présente d’ailleurs l’affaire en ces mots :

« Donnie et moi avons composé ces morceaux ensemble, comme nous l’avons toujours fait sur tous nos albums. Tout ça date de 88/89, nous enregistrions au Lac Geneva, dans le Wisconsin, sur un vieux magnéto, pendant nos débuts. Ces morceaux n’ont jamais été terminés, nous étions très prolifiques et nous voulions enregistrer le plus d’idées possible. Grâce aux moyens dont nous disposions à l’époque – un studio d’enregistrement, une production – nous avions vraiment beaucoup d’idées, et pour une raison ou une autre, ces morceaux sont passés à la trappe ». 

Du coup, Chip a décidé de retravailler ces morceaux dans son studio, ainsi qu’à ceux du Chicago Recording Company et du Stonecutter de Chicago, en gardant la trame d’origine pour l’adapter aux impératifs contemporains du NUFF d’aujourd’hui.

En résulte un assemblage assez homogène dans le son, mais résolument hétérogène dans la qualité. Puisque vous devez bien vous douter que si ces morceaux n’ont à l’époque pas passé les tests de qualité, il y avait une raison valable, que nous découvrons en 2016 au travers de pistes qui auraient pu devenir des classiques du groupes, tandis que d’autres sonnent vraiment comme des leftovers qui ont bien fait de le rester il y a presque trente ans.

La surprise du disque, c’est évidemment de retrouver ce titre Arlésienne, « Devil Of Shakespeare », dont les fans les plus hardcore commençaient à se demander s’il existait vraiment…Il s’agissait en effet selon les rumeurs du dernier titre enregistré par le regretté Jani Lane juste avant son décès, que nous découvrons enfin ici, et j’avoue qu’il eut été dommage de ne pas pouvoir en profiter, tant il représente vraiment le pinacle de ce Clowns Lounge, par ailleurs parfois relativement anecdotique. Très lourd et à l’emphase Heavy dramatique, sa portée émotionnelle est encore plus forte eut égard au contexte participatif de l’ancien WARRANT, et ses intonations lacrymales et bluesy marquent les esprits et le cœur, et correspondent très bien au contexte entourant son enregistrement.

Le reste ?

Du dispensable, du très dispensable, mais aussi des titres que l’on retrouvera un peu plus tard sous une forme différente ou plus aboutie, mais aussi un inédit, « Dog On a Bone », récemment enregistré avec Chip au chant, qui présente le nouveau visage du NUFF 2016.

Mais il est toujours plaisant de découvrir pour la énième fois ce superbe mélange de Rock teigneux, de Hard Rock délirant et de Pop festive, et cette tranche de vie passée remise au goût du jour saura satisfaire tous les aficionados de ce groupe si décalé, sorte de CHEAP TRICK des nineties.

D’ailleurs, Chip ne s’est pas moqué de ses fans, et ne s’est pas contenté de dépoussiérer à la hâte de vieux fonds de tiroir à peine remasterisés pour l’occasion, mais a accompli un vrai lifting qui offre à ces chansons tout le relief qu’elles méritent, et impossible de résister à l’enthousiasme mélodique de pépites comme « Back In Time »,   

« She Makes It Harder » et ses allusions finaudes, « Radio » et sa patine alternative sur fond de riffs Pop-Punk, ou du bondissant « Backstreet Kids » qui déroule sur fond de chœurs juvéniles exubérants.

Evidemment, d’autres interventions auraient sans doute dû rester dans l’ombre, mais difficile de se montrer difficile justement, puisque l’ensemble de l’album passe très bien la rampe, même si le son moderne est un peu trop standard eut égard à l’authenticité brute des démos retrouvées.   

Mais inutile de faire la fine bouche, et il est tout à fait permis de s’éclater au son exalté de « Round and Round », l’un des plus Heavy du lot, ou de reprendre en cœur le psychédélique « Rockabye Dreamland », annonciateur d’un premier album éponyme que personne n’a pu oublier.

En définitive, et en forme de conclusion, j’affirme que Chip a eu raison de se plonger dans son glorieux passé pour se focaliser sur son présent. Grace à Clowns Lounge, on a vraiment le sentiment de redécouvrir un groupe que l’on pensait connaître par cœur, qui tout en se rapprochant de ses origines, affirme qu’il est toujours aussi pertinent des années plus tard.

L’avenir nous dira si ENUFF Z'NUFF perdurera dans son esprit d’origine avec le seul Chip aux commandes, mais en attendant la suite, cette compilation de souvenirs a de quoi vous faire patienter en toute quiétude.

« Quand Peter Gabriel a quitté GENESIS, Phil Collins s’est chargé du chant. C’est exactement le modèle que nous allons suivre, puisque je deviens le frontman du groupe, et que je souhaite le faire entrer de plain-pied dans l’avenir »

 Le temps nous dira si ce parallèle osé porte chance à Chip et ses troupes. Mais c’est tout le mal qu’on puisse leur souhaiter.


Titres de l'album;

  1. Dog On A Bone
  2. Runaway
  3. Back In Time
  4. She Makes It Harder
  5. Rockabye Dreamland
  6. Devil of Shakespeare ( Feat. Jani Lane and James Young )
  7. Radio
  8. Good Love
  9. Round And Round
  10. Nothing
  11. Backstreet Kids
  12. One More Hit

Site officiel


par mortne2001 le 03/01/2017 à 14:56
75 %    394

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Miammmmmmm

https://www.youtube.com/watch?v=NOfwWvd2rR8


Decade est énorme c'est vrai et surement le meilleur live.

Mais Still Reigning bordel moi ça m'a autant marqué.

Cette version de ANGEL OFFFFFF DEAAAAATH.

https://www.youtube.com/watch?v=Ol87N0nxfVs

Non c'est énorme, putain je donnerais une fort(...)


Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)