On parle souvent des groupes de Hard Rock, de Glam et de Sleaze qui furent condamnés sur l’autel du Grunge et salement lâchés par leurs labels, et ayant finalement rendu les armes.

Mais on aborde plus rarement le cas de ceux qui se sont accroché au point de ne jamais décrocher, continuant de jouer leur musique sans se soucier de leur pseudo crédibilité ou de chiffres de vente quelconques.

Ainsi, les ENUFF Z'NUFF de Chip et Donnie, n’ont jamais raccroché leur Hard Pop sur la patère de l’Alternatif, et ont continué leur route, traversant les nineties puis les années 2000 sans trop se poser de questions inutiles, produisant toujours de très bons albums aux hits potentiels si MTV n’avait pas la mémoire aussi courte.

Mais heureusement pour eux, la fidélité de leur fanbase n’a jamais été remise en cause, ce qui permet au groupe d’être toujours présent en 2016 sans interruption de plan de carrière, avec toutefois quelques ajustements…

On le sait, depuis 2013, le ENUFF Z'NUFF historique ne gravite plus qu’autour de Chip Z'Nuff, légendaire bassiste depuis le départ de Donnie Vie juste avant l’album Covered In Gold.

Le line-up des rois du Pop Sleaze est donc complètement renouvelé, avec deux nouveaux membres et le retour de Tory Stoffregen à la lead, mais en fait, cette formation ne nous intéresse pas vraiment dans ce cas précis, puisque ce quatorzième album officiel nous replonge dans une époque passée, lorsque le quatuor était toujours constitué de Donnie, Chip, Derek et Vikki, et s’apprêtait à déverser sur le monde des tonnes de bubble-gum et de paillettes Glam.

Car oui, Clowns Lounge (du nom d’un club de strip-tease fréquenté à l’époque par le groupe) n’est rien de plus qu’une compilation, mais pas de celles qui assemblent les hits du passé histoire de remettre un combo sur les rails ou d’engranger quelques brouzoufs.

Non, en l’état, Clowns Lounge est un morceau d’histoire, celle des débuts, lorsque les NUFF composaient comme des fous pour préparer les démos de ce qui devait devenir leur premier album éponyme.

Nous découvrons donc avec ces douze morceaux qui sont aussi nostalgiques qu’ancrés dans le présent, et qui finalement, lient le passé du groupe avec son avenir, un album diablement intéressant dans le fond, mais aussi dans la forme. Chip présente d’ailleurs l’affaire en ces mots :

« Donnie et moi avons composé ces morceaux ensemble, comme nous l’avons toujours fait sur tous nos albums. Tout ça date de 88/89, nous enregistrions au Lac Geneva, dans le Wisconsin, sur un vieux magnéto, pendant nos débuts. Ces morceaux n’ont jamais été terminés, nous étions très prolifiques et nous voulions enregistrer le plus d’idées possible. Grâce aux moyens dont nous disposions à l’époque – un studio d’enregistrement, une production – nous avions vraiment beaucoup d’idées, et pour une raison ou une autre, ces morceaux sont passés à la trappe ». 

Du coup, Chip a décidé de retravailler ces morceaux dans son studio, ainsi qu’à ceux du Chicago Recording Company et du Stonecutter de Chicago, en gardant la trame d’origine pour l’adapter aux impératifs contemporains du NUFF d’aujourd’hui.

En résulte un assemblage assez homogène dans le son, mais résolument hétérogène dans la qualité. Puisque vous devez bien vous douter que si ces morceaux n’ont à l’époque pas passé les tests de qualité, il y avait une raison valable, que nous découvrons en 2016 au travers de pistes qui auraient pu devenir des classiques du groupes, tandis que d’autres sonnent vraiment comme des leftovers qui ont bien fait de le rester il y a presque trente ans.

La surprise du disque, c’est évidemment de retrouver ce titre Arlésienne, « Devil Of Shakespeare », dont les fans les plus hardcore commençaient à se demander s’il existait vraiment…Il s’agissait en effet selon les rumeurs du dernier titre enregistré par le regretté Jani Lane juste avant son décès, que nous découvrons enfin ici, et j’avoue qu’il eut été dommage de ne pas pouvoir en profiter, tant il représente vraiment le pinacle de ce Clowns Lounge, par ailleurs parfois relativement anecdotique. Très lourd et à l’emphase Heavy dramatique, sa portée émotionnelle est encore plus forte eut égard au contexte participatif de l’ancien WARRANT, et ses intonations lacrymales et bluesy marquent les esprits et le cœur, et correspondent très bien au contexte entourant son enregistrement.

Le reste ?

Du dispensable, du très dispensable, mais aussi des titres que l’on retrouvera un peu plus tard sous une forme différente ou plus aboutie, mais aussi un inédit, « Dog On a Bone », récemment enregistré avec Chip au chant, qui présente le nouveau visage du NUFF 2016.

Mais il est toujours plaisant de découvrir pour la énième fois ce superbe mélange de Rock teigneux, de Hard Rock délirant et de Pop festive, et cette tranche de vie passée remise au goût du jour saura satisfaire tous les aficionados de ce groupe si décalé, sorte de CHEAP TRICK des nineties.

D’ailleurs, Chip ne s’est pas moqué de ses fans, et ne s’est pas contenté de dépoussiérer à la hâte de vieux fonds de tiroir à peine remasterisés pour l’occasion, mais a accompli un vrai lifting qui offre à ces chansons tout le relief qu’elles méritent, et impossible de résister à l’enthousiasme mélodique de pépites comme « Back In Time »,   

« She Makes It Harder » et ses allusions finaudes, « Radio » et sa patine alternative sur fond de riffs Pop-Punk, ou du bondissant « Backstreet Kids » qui déroule sur fond de chœurs juvéniles exubérants.

Evidemment, d’autres interventions auraient sans doute dû rester dans l’ombre, mais difficile de se montrer difficile justement, puisque l’ensemble de l’album passe très bien la rampe, même si le son moderne est un peu trop standard eut égard à l’authenticité brute des démos retrouvées.   

Mais inutile de faire la fine bouche, et il est tout à fait permis de s’éclater au son exalté de « Round and Round », l’un des plus Heavy du lot, ou de reprendre en cœur le psychédélique « Rockabye Dreamland », annonciateur d’un premier album éponyme que personne n’a pu oublier.

En définitive, et en forme de conclusion, j’affirme que Chip a eu raison de se plonger dans son glorieux passé pour se focaliser sur son présent. Grace à Clowns Lounge, on a vraiment le sentiment de redécouvrir un groupe que l’on pensait connaître par cœur, qui tout en se rapprochant de ses origines, affirme qu’il est toujours aussi pertinent des années plus tard.

L’avenir nous dira si ENUFF Z'NUFF perdurera dans son esprit d’origine avec le seul Chip aux commandes, mais en attendant la suite, cette compilation de souvenirs a de quoi vous faire patienter en toute quiétude.

« Quand Peter Gabriel a quitté GENESIS, Phil Collins s’est chargé du chant. C’est exactement le modèle que nous allons suivre, puisque je deviens le frontman du groupe, et que je souhaite le faire entrer de plain-pied dans l’avenir »

 Le temps nous dira si ce parallèle osé porte chance à Chip et ses troupes. Mais c’est tout le mal qu’on puisse leur souhaiter.


Titres de l'album;

  1. Dog On A Bone
  2. Runaway
  3. Back In Time
  4. She Makes It Harder
  5. Rockabye Dreamland
  6. Devil of Shakespeare ( Feat. Jani Lane and James Young )
  7. Radio
  8. Good Love
  9. Round And Round
  10. Nothing
  11. Backstreet Kids
  12. One More Hit

Site officiel


par mortne2001 le 03/01/2017 à 14:56
75 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !