La musique, comme tout art est une forme d’expression, mais aussi une affaire de ressenti. Peu importe qu’un artiste ne fasse pas partie de votre univers, pour peu qu’il exprime des sentiments qui vous touchent, des émotions qui vous impliquent. Le but du jeu justement, répond au simple principe de l’ouverture sur un monde qui n’est pas forcément le vôtre, pour constater qu’il est beaucoup plus vaste que vous ne l’imaginiez, et que certaines personnes ressentent la même colère, les mêmes peurs, les mêmes envies. Ainsi, celui de ROOM ME, aka Anne-Sophie REMY en est un résolument à part, en convergence de multiples univers, que la musicienne aime à fondre dans un même creuset d’inspiration, ce que démontre sans ambages ni précaution particulière son premier longue durée, l’envoutant Anaon. Forte d’une expérience riche, la messine a d’abord accumulé les EP, osant même les projets annexes incongrus, en compagnie de Jérôme Colombelli, au sein du surprenant GOD’S EMPIRE. Elle se jette aujourd’hui à corps perdu dans le bain de l’exercice personnel en version longue, et nous offre l’un des albums les plus noirs, les plus nuancés et les plus personnels qui soient, sans pour autant renouveler de fond en comble ses options. Nous aurions beau jeu de tomber dans les sempiternelles comparaisons auxquelles l’artiste a eu droit depuis ses débuts, de cette influence P.J Harvey qui n’a plus forcément lieu d’être aujourd’hui, ou cette analogie semblant évidente avec l’occultisme introspectif d’une CHELSEA WOLFE, mais autant l’admettre tout de suite, Anaon n’est rien d’autre qu’un petit fragment de temps et d’imagination dont Anne-Sophie est la seule responsable, au regard de son propre passé, de son présent, et de son hypothétique avenir. Et disons-le, ce voyage aux allures de partance pour un au-delà intérieur à des airs de road-trip intimiste qui se terre dans l’obscurité pour mieux s’enivrer de la lumière blafarde de néons fatigués…

Ce road-trip pourrait sinuer sur les routes d’une Amérique perdue, tant les accents musicaux en portent le lourd héritage, mais il pourrait tout aussi bien tracer sa voie n’importe où dans le monde. Impossible de situer dans l’espace et le temps les dédales de ces compositions pourtant homogènes, qui racontent des histoires complétives, et qui pourtant laissent traîner des indices disparates. Une sorte d’enquête de style et un travail du même calibre, pour des mélodies étranges, des nappes vocales lointaines, et des arrangements obscurs, qui tamisent le soleil pour lui faire épouser la lune. Et dès « The Encounter », ROOM ME évite la facilité d’une continuité logique pour dévier de sa trajectoire sans trahir son crédo. Et c’est beau, aussi beau que ça n’est désespérant d’un certain côté, malgré la dose d’espoir qui semble émaner de cette résignation. Ne confondons pas fiction et réalité, bien que les deux se mélangent dans cet assemblage pénétrant de Rock assumé et de Post crépusculaire. Les thèmes y sont usuels, la mort, la fin, l’amour, la haine, tout ce qui constitue les fondements d’une vie qu’on passe à en chercher le sens, en vain, jusqu’à trouver le sien. Et sur ce premier LP, Anne-Sophie nous offre les bases de sa philosophie artistique, qui refuse justement d’être cantonnée à une théorie particulière. Elle peut tout aussi bien se satisfaire d’un background aux limites de l’Electro (« Love And Hate », TRICKY rencontre Peter Steele dans une pharmacie pour renouveler leurs ordonnances de Prozac respectives), que d’une assise acoustique faussement fragile (« My Death »), pour formaliser sa vision d’un destin placé sous l’égide de la fragilité et de la force. Et le spectacle est magnifique, d’autant plus que l’interprète s’y livre corps et âme et se veut aussi exhibitionniste que pudique.

Enquête sur une artiste pas forcément au-dessus de tout soupçon, Anaon (du breton qui désigne le royaume des morts et leurs âmes qui y planent) va au-delà de la mort justement, pour y trouver l’essence de la vie, pour établir un équilibre entre espoirs déçus et douleurs tangibles, admettant parfois la subtilité d’une souffrance tapie à la table d’un mariage sans invités, partis, et qui ne dansent plus (« Death Smiles and Dances are Gone »), et la délicatesse de draps propres sous lesquels l’âme se cache pour se reposer des efforts (« Under The Sheets », demi instrumental aux allures de Folk électrique apaisé). Les draps d’un lit trônant au milieu d’une chambre qu’on imagine aux murs suintants de mémoire, qui se souviennent des écho des guitares du VELVET, des SONIC YOUTH et des volutes de piano des MIRANDA SEX GARDEN (« Wandering Shadow »), et qui finalement, se passent très bien de photos qu’on n’y accroche pas de peur de fixer le passé sur un présent qui ne demande qu’à évoluer. La voix d’Anne-Sophie est devenue impressionnante de maîtrise, avec ces modulations parfaitement en phase, et ces multiples couches qui se veulent presque oniriques et désincarnées, mais qui ne font que renforcer l’attirance qu’on éprouve pour une artiste aussi évanescente que concrète. C’est à cause de ça, mais de ci aussi qu’on ne parle pas de style quand on évoque Anaon, puisque le sien est insaisissable, et probablement trop personnel pour être nommé. Et c’est sans doute aussi pour ça que l’album se termine par une déclaration d’intention hypnotique, entonnée à deux en compagnie de Jean-Claude Vandoom des lyonnais CULT OF OCCULT, chantres d’un Doom compressé et étouffant. Ce long morceau, embrassant les dogmes d’un proto Sludge pénétrant et mystérieux profite de l’osmose entre les deux timbres de voix, pour opposer la lourdeur et la légèreté, la suffocation et les respirations, et confère une patine encore plus dramatique à ce disque unique qui offre une porte de sortie à la DENIGRATA en version épurée, ou une issue de secours à la CHELSEA WOLFE, ne menant pas pour une fois vers un maniérisme de surface, mais bien vers un expressionisme terriblement personnel.                            

Je pourrais d’ailleurs me servir de cette ultime référence pour rattacher le disque à notre propre univers, nous autres, fans de distorsion et de pulsions amplifiées, mais je ne me permettrai pas une telle vulgarisation à des fins de logique rhétorique tordue. Car Anaon est un disque trop attaché à sa propre nature pour se laisser amadouer par une caractérisation facile, et le rattacher à un wagon distancié particulier reviendrait à le regarder flétrir de ne plus pouvoir respirer l’air qui lui est nécessaire. Je l’accepte en tant que tel, et assume la possibilité d’un rejet, mais après tout, il n’est pas dit que ROOM ME/Anne-Sophie REMY a voulu séduire les masses en composant telle œuvre. Elle continue en tout cas son chemin sans se soucier de celui qu’on aimerait lui tracer, et assimile ses influences antérieures pour en chercher de nouvelles, qui lui sont de plus en plus propres. Un premier album qui laisse une trace durable, film pour des oreilles rompues à l’exercice de la tolérance, de la souffrance, mais aussi de l’acceptation que la musique, et l’art par extension, sont des formes d’expression qui résultent du ressenti, et non de l’analyse, CQFD. Et n’étant pas psychanalyste, je n’aurais la prétention de sonder l’esprit d’une musicienne qui échappe à toute étiquette. Mais qui en tant que compositrice et interprète, vient de signer un joli manifeste de faux Rock sombre aux éclats éblouissants.


Titres de l'album:

  1. The Encounter
  2. Happy Ending
  3. Love And Hate
  4. Memories
  5. My Death
  6. Death Smiles and Dances are Gone
  7. Under the Sheets
  8. Wandering Shadow
  9. The End

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/03/2018 à 18:07
85 %    638

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.