Guitariste italien de talent, Stefano VIANA est un pur enfant des années 80, et s’est emparé pour la première fois d’une guitare après avoir entendu Randy Rhoads jouer. C’est alors l’âge d’or du Hard Rock des eighties, et le jeune instrumentiste restera marqué à vie par la découverte de WHITESNAKE, BON JOVI, DEF LEPPARD, Ozzy OSBOURNE ou Y&T. Et peut-on lui en vouloir lorsqu’on est soi-même un enfant des années 80 ? Bien sûr que non, spécialement lorsqu’on est conscient du potentiel du musicien, qui depuis une poignée d’années nous rassasie d’une musique mélodique et nostalgique, et pourtant bien dans son temps. C’est simple, en jetant une oreille sur ses travaux les plus récents, et en prenant note de sa nationalité, on serait en droit de croire que le prodige a été signé sur le label Frontiers, et pourtant, c’est bien chez les concurrents d’Escape Music que son deuxième album est hébergé, ce qui ne change rien au fait que ce Forever Free a largement de quoi séduire les amateurs d’harmonies musclées et toux ceux qui regrettent que l’AOR ne truste plus les premières places du Billboard comme à la grande époque de JOURNEY ou Richard MARX. Et après un premier LP éponyme, qui avait attiré l’attention sur lui, le guitariste de Novara revient donc à la charge sans vraiment chambouler les plans, mais en ayant pris soin de réunir auprès de lui une équipe de mercenaires quatre étoiles, venus lui prêter main forte. Et c’est encore une fois sous la houlette de son grand ami Alessandro Del Vecchio, qui s’est chargé du mixage et du mastering que Stefano nous enchante les oreilles avec ses chansons simples mais débordant de joie de vivre, histoire d’égayer un peu notre quotidien morne et violent…Pas de craintes à avoir donc au moment d’aborder ce second chapitre, mais plutôt une grosse dose d’espoir, de soli en sourires Ultrabrite, et de refrains en soleil levant sur une famille de soap-opera américaine. Car même s’il n’est pas né du bon côté de l’Atlantique, ce cher Stefano a bien appris de ses aînés, au point de leur faire la nique sur leur propre terrain, confirmant que depuis l’orée des années 2000, les européens ont bien appris la leçon.

Pour ce second LP, VIANA, le groupe, a pu s’enorgueillir de participations fameuses, à l’instar du premier tome éponyme. C’est donc après avoir contacté Bryan Cole (GIANT, STEEL CITY), chanteur et producteur de son état, que Stefano s’est mis au travail pour élaborer un nouveau répertoire. Prenant donc la place encore chaude de Del Vecchio au micro, Bryan s’est manifestement fait très plaisir à interpréter ces chansons débordant de bonheur et de mélodies, qui collent à la peau de leur compositeur et de leur interprète. Mais Bryan n’est pas le seul invité de marque de cette réalisation de luxe, puisqu’on retrouve aussi au casting les noms connus de John Roth (WINGER, STARSHIP) aux soli sur trois morceaux, celui de Terry Brock dans les chœurs, ainsi qu’Anna Portalupi (HARDLINE) à la basse, Adam Ernst à la batterie, Francesco Marras à la guitare et Pasquale India aux claviers. Et c’est ainsi que dix nouveaux titres sont nés, respectant l’esprit général du projet, et la nature propre du compositeur et guitariste principal qui n’a rien changé à sa façon de voir les choses, tentant toujours de recréer cette ambiance magique qu’il a connu étant adolescent, et frémissant à l’idée de combiner une fois de plus la science Hard-Pop de BON JOVI et l’art imparable des refrains homériques de JOURNEY. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’entreprise est encore une fois couronnée de succès, puisque Forever Free est un véritable hymne à la liberté, et un voyage sur les autoroutes du Rock le plus nuancé, mais aussi le plus sincère dans les faits. On retrouve donc ces couplets qui roulent sur du velours, ces chorus entonnés à plusieurs voix, ces guitares qui mordent tout en caressant dans le sens du poil, et ces arrangements qui nous replongent avec bonheur dans les années 80, lorsque les permanentes étaient une figure imposée, et que les productions se devaient de sonner comme des génériques de films.

Difficile de ne pas voir en VIANA un concept contemporain aux PALACE, SPACE ELEVATOR, et à une bonne partie de l’écurie Frontiers/AOR Heaven, tant les points communs sautent aux oreilles dès les premières notes de « Forever Free ». Même sens de l’emphase harmonique, même bonheur de jouer des morceaux enthousiasmants, même énergie déployée à bonne escient, pour un résultat qui a de sérieuses allures de Greatest Hits déguisé d’un combo capé. Stefano n’a rien perdu de son savoir-faire, et sa dextérité à la guitare brille encore de mille feux, lui qui pourtant n’en rajoute pas dans la démonstration. C’est à ce point parfait qu’on a parfois la sensation d’écouter des inédits de JOURNEY ou de REO SPEEDWAGON remis au goût du jour, et la comparaison n’a rien d’anodin eut égard au pedigree des deux groupes cités. Evitant avec flair le sentimentalisme dégoulinant, Stefano n’en cède pas moins de temps à autres aux sirènes de l’émotion, permettant à son vocaliste de nous hisser vers les étoiles, à l’occasion d’un sublime « Do You Remember ». Mais ce petit infléchissement ne doit pas faire oublier que les trois quarts de l’album débordent d’allant, recopiant avec fidélité les recettes du beau Jon Bon Jovi, celui qui nous émerveillait les tympans de son diptyque Slippery When Wet / New Jersey (« Friday Night », « In the Name of Love »), sans pour autant sombrer dans le pastiche ou la reproduction un peu trop fidèle pour être louée. On tombe aussi régulièrement sur des traces de pas du trottoir du Sunset, mais aussi sur des réminiscences de la scène européenne des MAGNUM et de DEF LEPPARD, avec cette petite touche très italienne des années 2000 qui a su élever le recyclage au rang d’art majeur. Si certains trouveront le tout un peu trop poli et lisse pour être encore du Rock, les autres, et ardents défenseurs de la cause mélodique jubileront à l’écoute de ces morceaux aux refrains à applaudir des deux mains, qui parfois laissent place à des choses plus ambitieuses.

Ainsi, « Heart Of Stone » permet aux seventies héroïques de s’unir aux 80’s hédonistes, dans un élan presque progressif, mais surtout, efficace en diable. Le feeling n’a donc pas été oublié dans le placard des souvenirs, mais il est très difficile de faire son choix parmi cette foire à la joie, et si certains chapitres se mettent naturellement en avant, les critères de qualité sont maintenus sur la durée, permettant d’apprécier des singles de la trempe de « I Wanna Tell You » que les WHITE LION et KING KOBRA auraient pu co-composer du temps de leur grandeur. Et pour bien prouver son allégeance totale à un Hard Rock vital, VIANA nous sert sur un plateau un final de héros, accélérant le tempo pour faire glisser la sueur et nous faire vibrer de chaleur. Et « We Will Never say Goodbye » d’exploser comme un plaisir trop longtemps contenu. Libre à vous de refuser tout ceci sous des prétextes fallacieux de purisme et de trop grande ouverture, mais ceux qui comme moi n’ont pas oublié l’exubérance d’une décennie qui nous a tout appris (ou presque) sauront reconnaître un musicien vraiment passionné, qui ne fait pas les choses à moitié, et qui assume l’apprentissage de ses jeunes années tout en acceptant d’avoir vieilli. Et le bonheur se faisant rare aujourd’hui, autant en profiter lorsqu’il est offert de si bon cœur. 


Titres de l'album :

                       1- Forever Free

                       2- In the Name of Love

                       3- Heart of Stone

                       4- We Can’t Choose

                       5- Who do you Think You are

                       6- Live Free or Die

                       7- Do you Remember

                       8- Friday Night

                       9- I Wanna Tell You

                       10- We Will Never say Goodbye

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/03/2019 à 18:05
85 %    246

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever