Guitariste italien de talent, Stefano VIANA est un pur enfant des années 80, et s’est emparé pour la première fois d’une guitare après avoir entendu Randy Rhoads jouer. C’est alors l’âge d’or du Hard Rock des eighties, et le jeune instrumentiste restera marqué à vie par la découverte de WHITESNAKE, BON JOVI, DEF LEPPARD, Ozzy OSBOURNE ou Y&T. Et peut-on lui en vouloir lorsqu’on est soi-même un enfant des années 80 ? Bien sûr que non, spécialement lorsqu’on est conscient du potentiel du musicien, qui depuis une poignée d’années nous rassasie d’une musique mélodique et nostalgique, et pourtant bien dans son temps. C’est simple, en jetant une oreille sur ses travaux les plus récents, et en prenant note de sa nationalité, on serait en droit de croire que le prodige a été signé sur le label Frontiers, et pourtant, c’est bien chez les concurrents d’Escape Music que son deuxième album est hébergé, ce qui ne change rien au fait que ce Forever Free a largement de quoi séduire les amateurs d’harmonies musclées et toux ceux qui regrettent que l’AOR ne truste plus les premières places du Billboard comme à la grande époque de JOURNEY ou Richard MARX. Et après un premier LP éponyme, qui avait attiré l’attention sur lui, le guitariste de Novara revient donc à la charge sans vraiment chambouler les plans, mais en ayant pris soin de réunir auprès de lui une équipe de mercenaires quatre étoiles, venus lui prêter main forte. Et c’est encore une fois sous la houlette de son grand ami Alessandro Del Vecchio, qui s’est chargé du mixage et du mastering que Stefano nous enchante les oreilles avec ses chansons simples mais débordant de joie de vivre, histoire d’égayer un peu notre quotidien morne et violent…Pas de craintes à avoir donc au moment d’aborder ce second chapitre, mais plutôt une grosse dose d’espoir, de soli en sourires Ultrabrite, et de refrains en soleil levant sur une famille de soap-opera américaine. Car même s’il n’est pas né du bon côté de l’Atlantique, ce cher Stefano a bien appris de ses aînés, au point de leur faire la nique sur leur propre terrain, confirmant que depuis l’orée des années 2000, les européens ont bien appris la leçon.

Pour ce second LP, VIANA, le groupe, a pu s’enorgueillir de participations fameuses, à l’instar du premier tome éponyme. C’est donc après avoir contacté Bryan Cole (GIANT, STEEL CITY), chanteur et producteur de son état, que Stefano s’est mis au travail pour élaborer un nouveau répertoire. Prenant donc la place encore chaude de Del Vecchio au micro, Bryan s’est manifestement fait très plaisir à interpréter ces chansons débordant de bonheur et de mélodies, qui collent à la peau de leur compositeur et de leur interprète. Mais Bryan n’est pas le seul invité de marque de cette réalisation de luxe, puisqu’on retrouve aussi au casting les noms connus de John Roth (WINGER, STARSHIP) aux soli sur trois morceaux, celui de Terry Brock dans les chœurs, ainsi qu’Anna Portalupi (HARDLINE) à la basse, Adam Ernst à la batterie, Francesco Marras à la guitare et Pasquale India aux claviers. Et c’est ainsi que dix nouveaux titres sont nés, respectant l’esprit général du projet, et la nature propre du compositeur et guitariste principal qui n’a rien changé à sa façon de voir les choses, tentant toujours de recréer cette ambiance magique qu’il a connu étant adolescent, et frémissant à l’idée de combiner une fois de plus la science Hard-Pop de BON JOVI et l’art imparable des refrains homériques de JOURNEY. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’entreprise est encore une fois couronnée de succès, puisque Forever Free est un véritable hymne à la liberté, et un voyage sur les autoroutes du Rock le plus nuancé, mais aussi le plus sincère dans les faits. On retrouve donc ces couplets qui roulent sur du velours, ces chorus entonnés à plusieurs voix, ces guitares qui mordent tout en caressant dans le sens du poil, et ces arrangements qui nous replongent avec bonheur dans les années 80, lorsque les permanentes étaient une figure imposée, et que les productions se devaient de sonner comme des génériques de films.

Difficile de ne pas voir en VIANA un concept contemporain aux PALACE, SPACE ELEVATOR, et à une bonne partie de l’écurie Frontiers/AOR Heaven, tant les points communs sautent aux oreilles dès les premières notes de « Forever Free ». Même sens de l’emphase harmonique, même bonheur de jouer des morceaux enthousiasmants, même énergie déployée à bonne escient, pour un résultat qui a de sérieuses allures de Greatest Hits déguisé d’un combo capé. Stefano n’a rien perdu de son savoir-faire, et sa dextérité à la guitare brille encore de mille feux, lui qui pourtant n’en rajoute pas dans la démonstration. C’est à ce point parfait qu’on a parfois la sensation d’écouter des inédits de JOURNEY ou de REO SPEEDWAGON remis au goût du jour, et la comparaison n’a rien d’anodin eut égard au pedigree des deux groupes cités. Evitant avec flair le sentimentalisme dégoulinant, Stefano n’en cède pas moins de temps à autres aux sirènes de l’émotion, permettant à son vocaliste de nous hisser vers les étoiles, à l’occasion d’un sublime « Do You Remember ». Mais ce petit infléchissement ne doit pas faire oublier que les trois quarts de l’album débordent d’allant, recopiant avec fidélité les recettes du beau Jon Bon Jovi, celui qui nous émerveillait les tympans de son diptyque Slippery When Wet / New Jersey (« Friday Night », « In the Name of Love »), sans pour autant sombrer dans le pastiche ou la reproduction un peu trop fidèle pour être louée. On tombe aussi régulièrement sur des traces de pas du trottoir du Sunset, mais aussi sur des réminiscences de la scène européenne des MAGNUM et de DEF LEPPARD, avec cette petite touche très italienne des années 2000 qui a su élever le recyclage au rang d’art majeur. Si certains trouveront le tout un peu trop poli et lisse pour être encore du Rock, les autres, et ardents défenseurs de la cause mélodique jubileront à l’écoute de ces morceaux aux refrains à applaudir des deux mains, qui parfois laissent place à des choses plus ambitieuses.

Ainsi, « Heart Of Stone » permet aux seventies héroïques de s’unir aux 80’s hédonistes, dans un élan presque progressif, mais surtout, efficace en diable. Le feeling n’a donc pas été oublié dans le placard des souvenirs, mais il est très difficile de faire son choix parmi cette foire à la joie, et si certains chapitres se mettent naturellement en avant, les critères de qualité sont maintenus sur la durée, permettant d’apprécier des singles de la trempe de « I Wanna Tell You » que les WHITE LION et KING KOBRA auraient pu co-composer du temps de leur grandeur. Et pour bien prouver son allégeance totale à un Hard Rock vital, VIANA nous sert sur un plateau un final de héros, accélérant le tempo pour faire glisser la sueur et nous faire vibrer de chaleur. Et « We Will Never say Goodbye » d’exploser comme un plaisir trop longtemps contenu. Libre à vous de refuser tout ceci sous des prétextes fallacieux de purisme et de trop grande ouverture, mais ceux qui comme moi n’ont pas oublié l’exubérance d’une décennie qui nous a tout appris (ou presque) sauront reconnaître un musicien vraiment passionné, qui ne fait pas les choses à moitié, et qui assume l’apprentissage de ses jeunes années tout en acceptant d’avoir vieilli. Et le bonheur se faisant rare aujourd’hui, autant en profiter lorsqu’il est offert de si bon cœur. 


Titres de l'album :

                       1- Forever Free

                       2- In the Name of Love

                       3- Heart of Stone

                       4- We Can’t Choose

                       5- Who do you Think You are

                       6- Live Free or Die

                       7- Do you Remember

                       8- Friday Night

                       9- I Wanna Tell You

                       10- We Will Never say Goodbye

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/03/2019 à 18:05
85 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.