Une dystopie digitale, la thématique n’est pas inintéressante en soi. Après tout, si Internet nous donne une impression de liberté totale, le concept n’en reste pas moins sujet à caution, spécialement depuis la découverte de la rétention/redistribution des données, du contrôle effectif, ou de la multiplication des fake news. La question étant, la toile est-elle encore cet oasis de liberté que ses concepteurs se plaisaient à décrire il y a quelques années, où n’est-elle devenue qu’une prison mentale de plus, une dictature indirecte nous contrôlant, nous obligeant à passer des heures sur les réseaux sociaux, à ingurgiter en messages pas si subliminaux que ça des publicités nous incitant à toujours plus consommer, nous laisser rêver à une liberté d’expression factice induite par des possibilités d’interaction factices ? La question mérite d’être posée à l’heure où l’aspect privé de nos données ne l’est plus tant que ça, et où une fausse vérité/véritable calomnie devient virale en quelques nanosecondes…C’est en tout cas la problématique choisie par les australiens d’ESPIONAGE pour habiller leur premier album d’un costume énigmatique, alors même que leur musique joue plutôt la franchise depuis leurs origines. De ce côté-là, les choses sont beaucoup plus simples, et les fans d’un Heavy Metal pur et racé ne se sentiront pas lésés par un groupe qui prône l’exubérance, l’expressionisme à outrance, et qui revendique le parrainage d’influences classiques sans cacher son (beau) jeu. Dire que ce quatuor (Andrew Morris – basse/chant, Denis Sudzuka – guitare/chœurs, Matt Carroll – guitare/chœurs et James Shelverton – batterie) en rajoute des tonnes pour se faire remarquer est un doux euphémisme, et la somme de références placée sur leur page Facebook en dit long sur leurs ambitions. HELLOWEEN, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, RIOT, GRIM REAPER, SCANNER, RAVEN, DOKKEN, QUEENSRYCHE, ACCEPT, KING DIAMOND, CRIMSON GLORY, MEGADETH, WASP, SAVATAGE, DIO, X JAPAN, PRIMAL FEAR, EUROPE, GAMMA RAY, GARY MOORE, LOUDNESS, VICIOUS RUMORS, CHROMING ROSE, FATES WARNING ou CACOPHONY, tels sont les noms jetés en pâture pour nous aiguiller, et autant dire que la proverbiale aiguille n’est justement pas cachée dans une meule de foin.

True Metal ? En quelque sorte, mais sans le côté le plus putassier du genre, que les ESPIONAGE évitent avec un certain flair sur ce premier album Digital Dystopia. Faisant suite à deux excellents EP, Espionage en 2015 et Wings Of Thunder en 2016, ce premier longue-durée vient donc sanctionner une dense campagne live qui a vu le groupe monopoliser les scènes australes nationales, et qui les a établis en tant que valeur très sure de la scène locale. Mais il faut dire qu’en comptant dans ses rangs un guitariste organisateur du festival Legions of Steel, le combo en question avait toutes les chances de se faire remarquer, ce qui arriva évidemment, mais pas seulement pour les raisons pratiques auxquelles on pense. Et en tant que réfractaire générique à la cause, je pense être le plus à même de juger objectivement la musique des australiens, qui possède ce lyrisme flamboyant irrésistible qui parvient même à convaincre ses plus farouches opposants. Car loin de se contenter d’un recyclage habile de recettes déjà méchamment éprouvées par des egocentriques en mal de reconnaissance, ESPIONAGE parvient toujours à transformer les clichés en moments de bravoure, à l’image du Power nippon qui dispose toujours d’un gimmick idoine pour s’extirper de la masse des suiveurs. Le tout est éminemment cinématique, grandiloquent, mais artistiquement viable, et les morceaux déroulent comme à la parade, faisant le beau jeu d’un shredding démonstratif, mais parfaitement intégré à la démesure d’ensemble. Et si les images comparatives font plus qu’effleurer la surface de la mémoire, il convient d’y voir un hommage pas du tout déguisé aux plus grands héros plutôt qu’une appropriation maladroite de leurs talents. Car les australiens n’en manquent pas, tant individuellement que collectivement. Constitué d’un line-up de fins techniciens, le quartet ne se repose pas uniquement sur les capacités instrumentales pour épater, et a pris la peine de composer de véritables chansons, qui doivent autant à la musculature des MANOWAR qu’à la précision métallique des JUDAS PRIEST, tout en récitant avec application les leçons apprises de l’école Speed allemande des années 80/90.

Inutile de dire que l’ambiance n’est pas à la retenue, mais bien au crossover velu entre Heavy étincelant, Speed mordant, et Power chatoyant. Les chromes sont polis, la machine tourne à plein régime, mais les structures sont soutenues par des harmonies bien troussées et trouvées, et par des interventions personnelles toujours pertinentes et créatives. Véritable feu d’artifice de testostérone, Digital Dystopia en fait beaucoup, mais jamais plus, et c’est bien cette contradiction qui fait la force d’une œuvre résolument à part. Mais à vrai dire, tout est dit ou presque sur l’ouverture tonitruante « Enter The Arena », qui se présente comme un blockbuster pour les oreilles, et qui distille des interventions de guitare assez impressionnantes. Il serait facile de voir en ce premier LP un démarcage à peine caché du Digital Dictators de VICIOUS RUMORS, tant les thématiques et les choix sont similaires. Soli qui crament l’asphalte, chant incroyablement puissant d’Andrew Morris (sorte de croisement entre Ralf Scheepers et Carl Albert), rythmique puissante dans la plus grande tradition HELLOWEEN/JUDAS PRIEST de l’époque Scott Travis, pour un résultat qui comblera d’aise tous les fans d’un Heavy Metal de grande classe, un peu tape à l’œil, mais attachant dans le fond. Les plus attentifs se délecteront du petit jeu des références, entre un « At Lightspeed We Strike » mixant le ICED EARTH le plus accessible au LOUDNESS le plus intrépide, un « Nightmare Approaches » très proche justement d’un PRIMAL FEAR en pleine opération séduction KING DIAMOND, un gigantesque « Digital Dystopia » digne du dytique Hyper Trace / Terminal Earth de SCANNER, arrangements synthétiques d’intro en cadeau bonus, un « Haunting Horror » calé sur les ambiances les plus nuancées d’un improbable duo QUEENRYCHE/SAVATAGE ou un « Hellfire » estampillé GAMMA RAY/ACCEPT, et admettront que les élèves australiens ont bien retenu les enseignements européens et américains.

Mais beaucoup plus qu’un simple jeu de piste ludique, Digital Dystopia n’est rien de moins qu’un extraordinaire album de Circus Metal. Un cirque digital qui propose des numéros tous aussi impressionnants les uns que les autres, mais qui a su garder dimension humaine pour ne pas sombrer dans l’épate la plus vulgaire. Un cirque aux artistes surdoués, mais qui ont su garder un lien étroit avec leur public. Et surtout, un cirque qui a su éviter le piège de la dystopie pour proposer une sorte d’utopie instrumentale. En vous bombardant d’informations, mais en vous laissant le choix.     

             

       

Titres de l'album:

                          1.Prelude To Power (Intro)

                          2.Enter The Arena

                          3.Nightmare Approaches

                          4.At Lightspeed We Strike

                          5.Digital Dystopia

                          6.Haunting Horror

                          7.Light Begins To Fade

                          8.Hellfire

                          9.Lost In Space

                         10.Final Breath

                         11.Wartorn Atrocities

Facebook officiel 

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 17/07/2018 à 17:48
85 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/