Le MoshFest, rendez-vous printanier du Grind, du Fast, du Crossover et de tous leurs amis, s'est pérennisé au fil des ans et nous y participons à nouveau. La formule s'est rodée au fil des éditions, avec les têtes d'affiche poussées plutôt au second soir. Il semblait difficile de faire mieux que l'an dernier avec Inhumate, Blockheads et SCD. Mais l'orga' s'est surpassée pour 2018, en convoquant cette fois Napalm Death en personne !

L'heure du coup d'envoi n'étant pas très claire, j'arrivai un peu trop tôt. Mais au moins n'ai-je rien raté.


La lourde tâche d'ouvrir le festival revenait aux Cévenols de VÉNÈRE. Leur Punk-HardCore joué par des métalleux sonnait un peu Crust avec ce chant growlé, thrashy sur du D-beat. Cela n'exigeait pas d'être très carré, mais ce propos sans prétention était efficace et tout à fait pertinent pour permettre aux premiers arrivants de se chauffer avant de plus rudes hostilités. Le batteur prenait à charge une partie du chant. Sonnant comme une sorte de Discharge gras ou Exploited à la cool, le trio profita d'un set relativement long pour un groupe qui n'a publié qu'une démo. Je pense qu'on les reverra.


La caution internationale de ce premier soir était assurée par les ex-compatriotes Majorquins de SICKSIDE (saviez-vous en effet que les Baléares et Montpellier ont fait partie d'un seul et même royaume au Moyen-Âge pendant cent vingt ans ?). Après une salutation en français mal assuré mêlé d'anglais, les quatre Espagnols ont envoyé un HardCore old-school basique aux paroles en castillan. On grimpait un niveau d'agressivité avec cette version méditerranéenne du Punk Américain. La reprise de Youth of Today passait parfaitement dans l'ensemble et le premier vrai pogo farci de moshers apparut, avec le dauphin en plastique, la guitare gonflable et la planchette de surf. Le chanteur était épuisé entre les titres, qu'il présentait en quelques mots asphyxiés. Là encore le set parut assez long au regard d'une discographie réduite à un 7'' selon le merch' disponible. Mais le combo roule assez droit et  paraît bien lancé.


Un peu d'humour tombait bien ensuite avec les faux guérandais de GROSSEL, dont deux membres sur quatre venaient en fait de Whoresnation et donc de bien plus à l'est. Cette fois nous passions au Grind, mais dans sa version antique, plus déjantée et punky mais pas moins radicale, celle qu'il convient de nommer MinceCore. Ils ont fait un split avec Agathoclès, ça vous dira tout. Enfin tombait du brutal, avec de la guitare accordée bien grave, un chant guttural et du vrai blast ! Les annonces du growleur étaient assez peu audibles au-delà de la blague répétée ("Salut !"). Toutefois la musique n'en avait guère besoin pour transmettre l'ordre de mosh et headbang général avec quelques plans ralentis, granitiques et doucement dingues ici où là. En bon cétacé bien dressé le dauphin s'offrit quelques plongeons dans la petite scène, pas forcément bien appréciés des musiciens en plein jeu, tandis que d'autres moshers se prenaient plutôt pour des primates à monter par le fameux poteau de devant la scène ou agrippant les barres des spots en cours de slam. Le rappel en remit une couche – de sel. Mais il y avait encore de la marge dans cette première journée de marathon de l'extrême.


Pour HAUT & COURT les ultimes fêtards avaient daigné quitter les voitures et s'étaient joints enfin au cœur de l'événement, nous devions être une bonne centaine. Je ne connaissais que de loin les Strasbourgeois qui ont mis certainement la claque la plus violente d'une soirée pourtant éminemment brutale. Leur Grind mélange autant la rigueur et la dureté sonore du Metal que l'agressivité du Crust en colère. La communication était quasi absente mais l'impact n'en était que plus dur, comme y aidait aussi ce growl quasiment Death Metal. La fosse, increvable, accueillait comme un don du ciel ce déchaînement un peu hermétique à force d'intensité. Les titres ne sont pas du tout monolithiques et ennuyeux, mais les compos sont si rapides, les breaks passaient si vite que restait à peine le temps d'en profiter. Seule la caisse claire sonnait mal à mon avis, indépendamment de la qualité quasi professionnelle de l'interprétation par les quatre Alsaciens. Les pointes d'humour dans certains intitulés disparaissaient complètement dans le format live. Un rappel ne fut pas possible. Après ce set méchant qui parut regrettablement court, le corps du festivalier même le plus placide commençait à ressentir les premières traces de l'exercice annuel…


Pourtant venait encore un groupe Français qui monte avec WHORESNATION. Deux des membres de Grossel remontaient donc sur l'exiguë scène triangulaire, avec seulement un batteur cette fois pour compléter. On put alors observer à nouveau combien le terme "Grindcore" peut désigner des sons si différents. Non pas que le leur soit abâtardi de quelques autres styles extérieurs, mais simplement à cause de l'accordage grave, sale et légèrement fuzzy de la guitare. Le growleur rendait donc un effet tout autre qu'avec son premier groupe, dur mais quasi macabre. Les interludes de chasse d'eau samplée renforçaient évidemment ces impressions un peu dérangeantes. La puissance était moindre en comparaison avec le groupe précédent, c'est plutôt l'absence de basse qui m'a troublé pourtant. Le pauvre dauphin ne survécut pas à une nouvelle séance de mosh, finissant écartelé et revêtu par l'un des pogoteurs tel Hercule avec le lion de Némée.


Comme groupe de clôture à une heure avancée se présentait enfin les vétérans revenus de PUTRID OFFAL. Avec leurs blouses tachées, le faux sang et les fausses perfusions, les bannières de côté et le merch' le plus complet du plateau, nous passions pour ce final à un autre niveau. J'aime le Goregrind et il n'est plus aussi fréquent que naguère d'en voir. Les Nordistes ont une expérience certaine et ont pu restituer un son ample à la General Surgery, ainsi qu'une exécution irréprochable. Une partie du public avait certes déserté et le chanteur s'efforça de tirer tout ce qui nous restait d'énergie, d'autant qu'il était très content de jouer devant une affluence à laquelle ils ne sont apparemment pas habitués. La harangue fonctionna assez bien auprès du dernier carré des moshers sauvages, autour du poteau qui aura vu encore de bons caramels se choquer. Le bassiste grimacier laissa son instrument pour trois titres à son prédécesseur à ce poste sorti du public, mais demeura sur scène avec son micro pour faire les chœurs. Le gros atout du groupe, le plus âgé de la soirée, était la maîtrise des quatre opérateurs, on sent le coup de main des vieux chirurgiens. À l'inverse le point faible restera ces compos franchement basiques, dans un style dont les connaisseurs savent qu'il est possible de tirer des merveilles. Une reprise de SOD en avant-dernière position ("Freddy Krueger") collait astucieusement à l'esprit profond du festival. Un dernier titre à eux acheva le set, nous laissant traîner fourbus jusqu'aux voitures pour prendre un peu de repos avant un lendemain qui promettait encore plus. Déjà, cette première journée avait valu cependant le coup de faire la totale.



Comme prévu, la seconde soirée ramenait sensiblement plus de monde alléché par la tête d'affiche idéale d'un tel festival. Malheureusement le temps avait tourné, la grisaille et le froid ne présageant rien de bon pour la nuit à venir.


Comme à l'Xtreme Fest, c'étaient les autochtones de TERROR SHARK qui allaient relancer le pit. Depuis lors nous savons que le groupe a quitté le niveau débutant. Leur Crossover ne varie pas, pour la joie des moshers comme des spectateurs plus réservés (ou encore fatigués de la veille), mais est devenu redoutable par la rigueur du batteur et la clarté des riffs. D'ailleurs les requins gonflables prenaient la place du dauphin pour ce nouveau jour (c'est la loi de la chaîne alimentaire, peut-être…). N'étaient les chœurs et un riffing un peu plus recherché on aurait presque cru voir du FastCore tellement le rythme était rude, déjà, et les titres brefs. Le trio ayant profité de l'hiver pour écrire de nouveaux titres, il n'était pas nécessaire cette fois de recourir à une reprise pour meubler le set. Ces nombreux inédits n'annoncent pas exactement un virage vers le Prog' symphonique et se sont fondus parfaitement dans l'ensemble.

Pendant ce temps le déluge s'était abattu au dehors et obligea les uns à se presser sous le préau de la cour et les quelques autres à rester dans la salle pendant la pause. On pouvait faire un tour au merch', chacun des groupes ayant quelque chose à proposer.


Un MoshFest sans Powerviolence serait incomplet. Ce sont encore des Alsaciens, LMDA, qui étaient les premiers à en arroser. Pour une fois que des Français se lancent dans ce style par trop confidentiel dans l'hexagone ! Une fois de plus il s'agissait d'un trio sans basse. Le genre tranche, dans un tel rendez-vous, par son recours décomplexé (mais raisonné) aux plans ralentis, apportant un peu de variation et d'expressivité, peut-être même un rayon d'émotion brute après tant de bombardements sonores. Hélas, ils pâtirent de quelques problèmes techniques à la guitare qui ont quelque peu brisé la dynamique globale de leur temps de passage et sans doute écourté celui-ci. La sécheresse des fins de titres, déjà brefs, laissait même se demander si ce n'était pas le même problème qui revenait planter un morceau en plein milieu. Cela n'empêcha pas un certain succès, mais il faudra les revoir sans imprévus intempestifs.


LØVVE était là en joker d'un groupe défaillant. J'avais vu les Tourangeaux il y a deux mois à peine, je vous en ai parlé. Bien entendu, il n'y avait pas de bouleversement à attendre sur un si faible intervalle et vous me pardonnerez si je n'ai pas rejoint la salle pour les premiers titres. Les quatre ont balancé à nouveau leur Powerviolence au rythme D-Beat, offrant un autre visage complémentaire au précédent groupe. La chanteuse n'a rien perdu de sa rage et l'ensemble rendait même une musique plus carrée, plus dure que l'autre fois, presque un peu moins Punk et légèrement métallisé. Peut-être que la guitare était mixée plus en avant, tout simplement.


Le final approchait et nous passions dans la sphère pro avec les Belges de LENG TCH'E. Il y a quelques années je les avais déjà croisés au feu Korigan, et cela fait encore plus longtemps qu'ils n'ont plus rien publié, sans pour autant arrêter donc. Aucune évolution n'était donc à attendre, leur style étant déjà assez particulier comme cela. Leur musique se singularise par ce son de guitare puissant et propre à la façon du Death Brutal, posé toutefois sur des compositions clairement Grindy farci de breaks et d'envolées plus proches du HardCore nouvelle école. L'humour à demi-mot de Serge Kasongo est tout autant spécial et imprévisible, parlant d'hormones, se signant ou racontant une anecdote sans doute fausse mais drôle sur Barney Greenway. Cela ne l'empêcha pas d'assurer des vocaux impeccables, au niveau de l'interprétation de ses compères flamands. À leur tour ils apprécièrent de se produire devant un public plus fourni qu'à leur habitude, et selon ce que j'appellerai la loi de Hetfield l'énergie dégagée par une fosse increvable se transmit aux musiciens – qui jouaient tout contre et à peine surélevés – et en retour leur pêche nourrissait l'envie des moshers et ainsi de suite en cercle vertueux…


Pour l'ultime intermède, beaucoup restèrent observer Danny Herrera faire ses réglages malgré l'accalmie.


NAPALM DEATH passe presque tous les ans en ces lieux et c'est devenu l'un des groupes que j'ai le plus vu à présent. Mais qui s'en lasserait ? Certainement pas le pit qui atteignit, si je peux dire, le sommet de son ébullition. Faire monter la sauce par l'hymne séculaire "Multinational Corporations" en ouverture repris par bon nombre d'adorateurs, enchaîné comme sur l'album par la course déjantée d'"Instinct of Survival", y'avait pas mieux à offrir ! La programmation ne se focalisa guère sur la compilation qui vient de paraître, tapant au choix dans un répertoire pléthorique. Surtout, le son était bien meilleur que la dernière fois, pour des raisons qu'il aurait fallu demander au tech' sound qu'ils avaient emmené. La basse de Shane Embury, toujours aussi discrète, est pourtant essentielle pour polir le son de John Cooke, aujourd'hui totalement installé à la guitare. La fosse déchaînée laissa échapper régulièrement des stage divers qui replongeaient presque aussitôt. L'hystérie touchait un tel niveau qu'elle produisit fatalement quelques accrochages sans conséquences, en marge de la tornade humaine orbitant autour du poteau impassible.

Toujours aussi engagé, Barney allongeait toujours avec son accent impayable et de son anglais châtié quelques commentaires introductifs sur les causes développées dans ses paroles, du danger nucléaire au droit de vivre dignement. Vous connaissez ses poses de grand dadais. Il se prit parfois aussi de nostalgie pour annoncer quelques vieux titres. Le passage attendu de pur grind originel provoqua le chaos avec "Scum" et s'acheva sur l'enchaînement culte au carré des deux titres les plus courts du monde, "You Suffer" et "Dead" ("Two different songs" soulignait Barney) ! La première reprise peu après mit à l'honneur les antiques Punk Suédois Anti-Cimex avec leur "Victims of a Bomb Raid" déjà repris en studio. "Nazi Punks etc." revint bien sûr un peu plus tard. Entretemps l'usé "Suffer the Children" prenait, avec une interprétation menée au galop par Herrera, une saveur Punk différente de l'original. Je suis toujours épaté par l'indévissable batteur qui tape fort et juste en se tenant toujours affalé en arrière sur son siège comme s'il lisait le journal. Enchaîné avec "Cesspits", le discutable "Inside the Torn Apart" vint terminer cette fessée qui, en une heure à peine, n'épargna nul spectateur qu'il soit resté au bord ou happé par la fosse en folie.

Vue l'heure, personne n'attendit de rappel. L'intensité du set m'amène à juger que ce fut l'une de leurs meilleures performances en ma présence, ce qui est assez fantastique après tant d'années.

Multinational Corporations/Instinct of Survival/ On the Brink of Extinction/ Oh So Pseudo/ Smash a Single Digit/ The Wolf I Feed/ Practice What You Preach/ Standardization/ Scum/ Life ?/ Control/ You Suffer/ Dead/ Cleanse Impure/ Narcoleptic/ Victims of a Bomb Raid (Anti-Cimex)/ Suffer the Children/ Breed to Breathe/ Self Betrayal/ Call That An Option ?/ How the Years Condemn/ Nazi Punks Fuck Off (DK)/ Cesspits/ Inside the Torn Apart.


Il faut souligner pour conclure l'esprit fraternel qui anime ce festival entre habitués locaux des concerts et passionnés venus de bien loin parfois. Déjà que l'an dernier je m'inquiétais à imaginer comment la programmation pourrait s'améliorer, ce sera une vraie angoisse en vue de la prochaine !


par RBD le 15/05/2018 à 14:00
   88

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Nubowsky
@81.64.175.10
15/05/2018 à 22:13:45
Merci pour le report, une fois de plus, très complet !
Présent que le samedi pour ma part, j'ai encore passé une excellente soirée à la Secret Place..
Des groupes de qualité, des gens sympas et de jolis acouphènes en sortant.
Parfait !

jefflonger
@90.113.96.52
17/05/2018 à 15:01:22
Merci pour le report, l'an dernier je m'en voulais de louper Inhumate et cette année c'est Napalm

Ajouter un commentaire


Status Abnormis

Huntress

Alms

Act One

Riot V

Armor Of Light

Lik

Carnage

Motormouth

Error

Grand Design

Viva La Paradise

Pamela Moore

Behind the Veil

Kzohh

26

Crurifragium

Black Seed of Bestiality

Warfield

Wrecking Command

Ghöstwolf

Wild Blood

The Grotesquery

The Lupine Anathema and Other Blood Curdling Tales of Horror and The Macabre

‘77

Bright Gloom

Release The Hounds

Release the Hounds

Ragdoll

Old Habits Die Hard

Pseudogod

Sepulchral Chants

Power Trip

Opening Fire- 2008-2014

Interview Arnault Destal (VARSOVIE)

mortne2001 / 18/05/2018
France

HELLFEST 2018 : Notre programme !

Jus de cadavre / 17/05/2018
Festival

MoshFest 4 (Napalm Death)

RBD / 15/05/2018
Grindcore

Photo-Report Havok + guests (Montpellier)

mazak / 11/05/2018
Thrash Metal

Master Class - LOUDBLAST : Studio Report. Exclu Metalnews !

Jus de cadavre / 10/05/2018
Loudblast

Concerts à 7 jours

Atrocia + Origin'hell + Inseminate Degeneracy

01/06 : L'auditorium, Laval ()

+ The Lump + Inseminate Degeneracy

28/05 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bonne nouvelle. Encore une bonne bande son pour la saison des barbecues...


En fait, je crois que c'est surtout décevant de la part de GHOST de faire un tel clip, vu ce à quoi ils nous avaient habitué... Encore, il y aurait une mise en scène un peu 2nd degré ou originale pourquoi pas, mais là, je suis très dubitatif concernant l'intérêt d'une telle vidéo. Et du co(...)


AJOUT ESSENTIEL BORDEL !!! !!! !!!
CARNIVORE revient putain de merde !!! !!! !!!
Ressuscité d'entre les morts !!! !!! !!!
Mes prières auront donc été exaucées... ... ...
Je ne serai pas au HELLFEST comme depuis une paire d'année déjà, mais j'aurai l'occasion de les re(...)


Idem que JérémBLV, évolution très intéressante pour un groupe innovant, qui fait de qui a l’air de lui plaire.. on prend le train en marche ou on le quitte apparement..
Le clip « famous «  n’est qu’un objet promotionnel, faut aussi bouffer en fin de mois comme on dit..
tr(...)


Merde visuelle, je suis assez d'accord. Même si ça reste qu'une compilation Instragram avec cette horreur d'écran verticale. Pour la musique par contre je suis totalement séduit par les deux premiers titres proposés par le groupe. C'est la suite logique de l'évolution musicale de Ghost et j'ai(...)


Jus de cadavre + 1.


Merde visuelle ("Regardez-comme j'ai plein de potes connus !") et sonore totale.
De pire en pire ce groupe bordel...
Quand je repense à ce que pouvais-être "Opus eponymous", cela fait tout de même mal au cul hein... ... ...


Vivement les 40 ans du décès de Chuck, se sera l'occasion de tout ressortir en K7 collectors delux $$$


Très intéressante interview et un discours intelligent pour ces artistes que je suis depuis l'ère Forbidden Site ! Bravo, merci et longue vie à Varsovie


Pfffffff...
Toujours aussi bandant ce que nous pond ce mec.
Avec une voix reconnaissable entre toutes.


"le barouf paillard des VENOM"
Énorme ! C'est tellement ça Venom ! :D


Très belle chronique !
Finalement, le cultissime Forbidden Site n'était que la chrysalide Black sympho de ce fonds romantique, littéraire et profondément français, qui avait la chance de coller avec l'esprit de son époque tout en affirmant une personnalité alors à part, qui avait même(...)


Cette prog de fou sous la Valley quand même... Comme tout les ans remarques ! Pour moi c'est surtout avec cette scène qu'il se différencie encore des Graspop et compagnie.


Je les avais vus en 2004 en compagnie de... Gojira. Je pense que les fans de The Haunted n'ont pas manqué ce groupe.


"un nouveau chef-d'oeuvre", la bonne blague, c'est la même "soupe" depuis plusieurs album, c'est vide, creux, sans âme..... il ne vraiment pas être difficile pour apprécier ce type d'album


Vendredi
Matinée jusqu'en début d'après midi ce sera tranquille suivant l'humeur, puis Hards on, celeste ou benighted , origin, Joan Jett héhé, demolition hammer, solstafir pour la découverte, suffocation, Judas Priest (oui suis fan de napalm mais je n'ai jamais vu le Priest)


Merci pour le report, l'an dernier je m'en voulais de louper Inhumate et cette année c'est Napalm


Visiblement c'est le trio Shagrath, Silenoz et Galder pour la musique et Silenoz pour les paroles. Ensuite, a-t-il joué un rôle plus important que ce que lui accordent les crédits de l'album... peut-être.


Merci pour vos commentaires constructifs! Du coup SpinoutVS tu me fais douter pour Gerlioz...il a bel et bien interprété ses parties de claviers/synthés mais pour la composition il faut que je vérifie. N'ayant pas l'album physique, je n'ai pas accès aux crédits de l'album!


Alors celui là je l'attend bordel !