Il est peut-être temps de revenir aux fondamentaux, et de se souvenir qu’à la base, le Rock N’Roll n’est rien de plus qu’une gigantesque dose de fun, et une façon d’oublier son morne quotidien. Non que les œuvres et styles ambitieux soient hors contexte, mais après tout, le genre a été pensé dès le début comme une sorte d’exutoire aux frustrations de la jeunesse, et comme un cri de révolte craché à la face des institutions, parents, école, religion, alors autant se payer une cure de jouvence et se rebeller une fois encore, l’époque étant assez fertile en raisons de protester, de s’élever contre l’injustice. Alors, fêtons ça, et délivrons-nous des carcans intellectuels pour retrouver l’essence même d’une jeunesse que beaucoup d’entre nous ont laissée loin derrière eux en assumant leurs responsabilités d’adultes. Et quoi de mieux qu’une solide dose de Hard Rock festif pour admettre ce postulat et se lancer à corps perdu dans un moment de délire et de plaisir, ce que ce nouvel album des allemands de MOTOR CITY MAYHEM propose, garanti sans prise de tête, et bourré de refrains qu’on répète sans cesse. Venu de Stuttgart et exhumé des cendres de feu SHOTGUN EXPRESS, ce collectif aux dents longues et aux guitares affamées nous offre donc avec Shitfaced and Outta Luck l’un des glaviots les plus jouissifs de cette fin de printemps, sans chercher à révolutionner le genre, mais en en perpétrant la philosophie avec une belle énergie. Le genre d’album à propos duquel il est inutile de disserter pendant des heures, mais qui fait méchamment bander, et qui dans une épiphanie d’orgasme nous renvoie aux sensations les plus épidermiques du Hard Rock à la scandinave, tendance qu’il assume aux travers de ses évidentes influences.

Van (chant), Scott & Johnny (guitares), Armin (batterie) et Robin (basse) ne sont pas des mecs qui tournent autour du pot, et autant dire qu’ils entament leur effort en en faisant pas mal, et en collant le pied au plancher. Dignes héritiers des BACKYARD BABIES et des HELLACOPTERS, les instrumentistes germains n’en oublient pas pour autant les parrains du genre, les MC5, les STOOGES, qu’ils adaptent à une époque pas forcément plus fun pour la jeunesse, mais plus propice au Rock bubble-gum qu’aux revendications politiques ou autres délires nihilistes de jeunes adultes en mal avec leur temps. Ici, c’est la légèreté qui prime, et l’excès de testostérone entraîne vite une crise de priapisme, déclenchée par des riffs incendiaires, des chœurs d’école primaire, des refrains qui fédèrent, et surtout, des chansons simples qui en ont aussi l’air. Pas vraiment de quoi révolutionner la scène, mais largement de quoi la mettre à l’envers, puisqu’en trente-trois minutes, ces amis d’outre-Rhin ne se posent pas de question et foncent dans le tas, se lovant dans le giron d’œuvres aussi immédiates que Backyard Babies, ou Payin' the Dues. C’est donc à peu près aussi simple et simpliste qu’un lick de Chuck Berry lâché comme à la parade, et aussi plaisant qu’une bande hirsute scandinave découvrant les plaisirs de trois accords répétés ad lib, un peu RAMONES dans l’esprit, mais juste assez construit pour ne pas passer pour une assemblée de néanderthaliens découvrant les joies de l’électricité une fois la nuit tombée et le feu éteint.

Certes, les variations et modulations ne sont pas flagrantes, et les plus pointilleux d’arguer que les titres se ressemblent méchamment. Il est certain que de plan en plan, les structures se révèlent dans toute leur basicité, même si de temps à autres, l’up tempo cède sous les coups de boutoir d’un mid un peu plus empli d’espoir, comme à l’occasion de cet infernal et juvénile « Bad Habit », qui en dit long sur les mauvaises habitudes Rock de ces branleurs en pleine turpitudes. Quoi que je doute que le quintette soit en prise aux affres de la réflexion, eux qui privilégient l’insouciance et le naturel à la méfiance et l’intellectuel, ce que l’intro démoniaque et maniaque de « Hey C’mon » démontre de son épilepsie contrôlée, typique d’un Hard punky et Glam dans la plus grande tradition suédoise. C’est évidemment aussi direct qu’un baiser volé ou qu’un pain dans la gueule à peine levé, mais c’est justement ce genre d’émotion qu’on recherche dans le Rock, un genre qui commence à un peu trop se pencher sur sa propre question et qui oublie en route son rôle de trublion. Vintage sans vraiment l’être, ce nouvel LP des MOTOR CITY MAYHEM se complaît à renifler les effluves 70’s qu’il exhale dans un contexte purement 2K, et se permet même quelques allusions finaudes aux RUNAWAYS, à QUATRO, sans vraiment y faire attention, et de la moue lippue d’un chanteur qui braille comme à la parade au turbo perpétuellement enclenché par une paire de guitaristes déchaînés, l’affaire brille de tous ses chromes, et bouffe de l’asphalte sans chercher à économiser son carburant. Pas vraiment sevré au diesel d’ailleurs, Shitfaced and Outta Luck est plutôt du genre à dévorer l’autoroute pour profiter d’une bande-son qui nous transporte à l’époque bénie du Punk glammy, et laisse l’autoradio recracher des hits teenage bien secoués (« The Road », le genre de truc auquel il est impossible de résister).

Basse en bravade et beat en chamade (« When We Were Kings »), binaire d’enfer histoire de s’ouvrir une nouvelle bière (« Bad Friends »), emprunt Motorheadien pour hymne en chien (« Eat The Rich »), et roule la carcasse, histoire d’arriver à destination en plus ou moins de morceaux. Dix pour être plus précis, c’est ce qu’affiche le compteur, qui reste pile à l’heure pour ne pas que la ballade ne s’éternise. En une grosse demi-heure les allemands nous entraînent loin devant sans regarder derrière, et rockent, rollent, punkisent et s’affolent, et se posent en alternative plus que sérieuse au cas d’école des BACKYARD BABIES, qui risquent de reconnaître deux ou trois de leurs petits. Le fantôme de Johnny Thunders saura même adouber ces jeunes effrontés, qui comme lui se la jouent parfois beautiful loser en tentant le coup de la Rock ballad un peu amère, mais toujours électrique pour ne pas trop en faire (« Psycho Ward »), et comme nous finiront tous en enfer (« Burn In Hell »), autant y aller franchement, l’harmonica à la bouche et les regrets sur la touche. Back to basics ? C’est un peu le message qu’il faut capter en écoutant Shitfaced and Outta Luck, qui malgré son titre a fière allure et semble plutôt heureux au jeu, comme en amour. Celui des fans bien sûr, l’un des rares qui dure toujours. Ou presque.         

     

Titres de l'album:

                       1. Hey C’mon

                       2. The Road

                       3. When We Were Kings

                       4. Bad Friends

                       5. Eat the Rich

                       6. Dead City

                       7. Outlaws (…On the Run)

                       8. Bad Habit

                       9. Psycho Ward

                      10. Burn in Hell

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/06/2018 à 18:04
75 %    210

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!