Il est peut-être temps de revenir aux fondamentaux, et de se souvenir qu’à la base, le Rock N’Roll n’est rien de plus qu’une gigantesque dose de fun, et une façon d’oublier son morne quotidien. Non que les œuvres et styles ambitieux soient hors contexte, mais après tout, le genre a été pensé dès le début comme une sorte d’exutoire aux frustrations de la jeunesse, et comme un cri de révolte craché à la face des institutions, parents, école, religion, alors autant se payer une cure de jouvence et se rebeller une fois encore, l’époque étant assez fertile en raisons de protester, de s’élever contre l’injustice. Alors, fêtons ça, et délivrons-nous des carcans intellectuels pour retrouver l’essence même d’une jeunesse que beaucoup d’entre nous ont laissée loin derrière eux en assumant leurs responsabilités d’adultes. Et quoi de mieux qu’une solide dose de Hard Rock festif pour admettre ce postulat et se lancer à corps perdu dans un moment de délire et de plaisir, ce que ce nouvel album des allemands de MOTOR CITY MAYHEM propose, garanti sans prise de tête, et bourré de refrains qu’on répète sans cesse. Venu de Stuttgart et exhumé des cendres de feu SHOTGUN EXPRESS, ce collectif aux dents longues et aux guitares affamées nous offre donc avec Shitfaced and Outta Luck l’un des glaviots les plus jouissifs de cette fin de printemps, sans chercher à révolutionner le genre, mais en en perpétrant la philosophie avec une belle énergie. Le genre d’album à propos duquel il est inutile de disserter pendant des heures, mais qui fait méchamment bander, et qui dans une épiphanie d’orgasme nous renvoie aux sensations les plus épidermiques du Hard Rock à la scandinave, tendance qu’il assume aux travers de ses évidentes influences.

Van (chant), Scott & Johnny (guitares), Armin (batterie) et Robin (basse) ne sont pas des mecs qui tournent autour du pot, et autant dire qu’ils entament leur effort en en faisant pas mal, et en collant le pied au plancher. Dignes héritiers des BACKYARD BABIES et des HELLACOPTERS, les instrumentistes germains n’en oublient pas pour autant les parrains du genre, les MC5, les STOOGES, qu’ils adaptent à une époque pas forcément plus fun pour la jeunesse, mais plus propice au Rock bubble-gum qu’aux revendications politiques ou autres délires nihilistes de jeunes adultes en mal avec leur temps. Ici, c’est la légèreté qui prime, et l’excès de testostérone entraîne vite une crise de priapisme, déclenchée par des riffs incendiaires, des chœurs d’école primaire, des refrains qui fédèrent, et surtout, des chansons simples qui en ont aussi l’air. Pas vraiment de quoi révolutionner la scène, mais largement de quoi la mettre à l’envers, puisqu’en trente-trois minutes, ces amis d’outre-Rhin ne se posent pas de question et foncent dans le tas, se lovant dans le giron d’œuvres aussi immédiates que Backyard Babies, ou Payin' the Dues. C’est donc à peu près aussi simple et simpliste qu’un lick de Chuck Berry lâché comme à la parade, et aussi plaisant qu’une bande hirsute scandinave découvrant les plaisirs de trois accords répétés ad lib, un peu RAMONES dans l’esprit, mais juste assez construit pour ne pas passer pour une assemblée de néanderthaliens découvrant les joies de l’électricité une fois la nuit tombée et le feu éteint.

Certes, les variations et modulations ne sont pas flagrantes, et les plus pointilleux d’arguer que les titres se ressemblent méchamment. Il est certain que de plan en plan, les structures se révèlent dans toute leur basicité, même si de temps à autres, l’up tempo cède sous les coups de boutoir d’un mid un peu plus empli d’espoir, comme à l’occasion de cet infernal et juvénile « Bad Habit », qui en dit long sur les mauvaises habitudes Rock de ces branleurs en pleine turpitudes. Quoi que je doute que le quintette soit en prise aux affres de la réflexion, eux qui privilégient l’insouciance et le naturel à la méfiance et l’intellectuel, ce que l’intro démoniaque et maniaque de « Hey C’mon » démontre de son épilepsie contrôlée, typique d’un Hard punky et Glam dans la plus grande tradition suédoise. C’est évidemment aussi direct qu’un baiser volé ou qu’un pain dans la gueule à peine levé, mais c’est justement ce genre d’émotion qu’on recherche dans le Rock, un genre qui commence à un peu trop se pencher sur sa propre question et qui oublie en route son rôle de trublion. Vintage sans vraiment l’être, ce nouvel LP des MOTOR CITY MAYHEM se complaît à renifler les effluves 70’s qu’il exhale dans un contexte purement 2K, et se permet même quelques allusions finaudes aux RUNAWAYS, à QUATRO, sans vraiment y faire attention, et de la moue lippue d’un chanteur qui braille comme à la parade au turbo perpétuellement enclenché par une paire de guitaristes déchaînés, l’affaire brille de tous ses chromes, et bouffe de l’asphalte sans chercher à économiser son carburant. Pas vraiment sevré au diesel d’ailleurs, Shitfaced and Outta Luck est plutôt du genre à dévorer l’autoroute pour profiter d’une bande-son qui nous transporte à l’époque bénie du Punk glammy, et laisse l’autoradio recracher des hits teenage bien secoués (« The Road », le genre de truc auquel il est impossible de résister).

Basse en bravade et beat en chamade (« When We Were Kings »), binaire d’enfer histoire de s’ouvrir une nouvelle bière (« Bad Friends »), emprunt Motorheadien pour hymne en chien (« Eat The Rich »), et roule la carcasse, histoire d’arriver à destination en plus ou moins de morceaux. Dix pour être plus précis, c’est ce qu’affiche le compteur, qui reste pile à l’heure pour ne pas que la ballade ne s’éternise. En une grosse demi-heure les allemands nous entraînent loin devant sans regarder derrière, et rockent, rollent, punkisent et s’affolent, et se posent en alternative plus que sérieuse au cas d’école des BACKYARD BABIES, qui risquent de reconnaître deux ou trois de leurs petits. Le fantôme de Johnny Thunders saura même adouber ces jeunes effrontés, qui comme lui se la jouent parfois beautiful loser en tentant le coup de la Rock ballad un peu amère, mais toujours électrique pour ne pas trop en faire (« Psycho Ward »), et comme nous finiront tous en enfer (« Burn In Hell »), autant y aller franchement, l’harmonica à la bouche et les regrets sur la touche. Back to basics ? C’est un peu le message qu’il faut capter en écoutant Shitfaced and Outta Luck, qui malgré son titre a fière allure et semble plutôt heureux au jeu, comme en amour. Celui des fans bien sûr, l’un des rares qui dure toujours. Ou presque.         

     

Titres de l'album:

                       1. Hey C’mon

                       2. The Road

                       3. When We Were Kings

                       4. Bad Friends

                       5. Eat the Rich

                       6. Dead City

                       7. Outlaws (…On the Run)

                       8. Bad Habit

                       9. Psycho Ward

                      10. Burn in Hell

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/06/2018 à 18:04
75 %    145

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...