Back from the Grave

Carnal Agony

10/07/2020

Autoproduction

Voilà un groupe qui a le sens de l’à-propos, en intitulant son second album Back from the Grave. IL faut dire qu’après six ans de silence, il y avait de quoi craindre un acte de décès frappé du nom de CARNAL AGONY, puisque nous étions sans nouvelles d’eux depuis leur initial et plutôt séduisant Preludes & Nocturnes. C’est donc par la petite porte que le quatuor revient, en totale autoproduction, avec de nouvelles aventures héroïques dans leur musette, sous la forme de treize épisodes de narration musicale. Avec une bio qui ne joue ni la discrétion ni le profil bas (en gros, les musiciens sont les fils spirituels de JUDAS PRIEST et Desmond CHILD, pas mal comme accouchement aux forceps), CARNAL AGONY prétend donc incarner une nouvelle vague suédoise combinant la rudesse ouest européenne et la séduction scandinave, et autant avouer que le mélange ne manque ni de piquant, ni de douceur sucrée. Agissant comme un bonbon poivré fondant sous la langue, la musique des originaires d’Umeå ne manque pas de charme, mais n’est pas exempte de défauts non plus. Et si le premier album jetait de solides bases, ce nouvel effort va encore plus loin dans le métissage et essaie d’atteindre un objectif difficile : transformer chaque chanson en hit de horde de viking, débarquant sur les côtes ennemies la hache et l’épée à la main, mais chantonnant pour égayer la mort de leurs adversaires. Ou alors, peut-être pouvons nous concevoir ces chansons aux refrains homériques comme le retour des guerriers triomphants, profitant d’une nuit de calme pour narrer leurs pérégrinations à leur peuple. Toujours est-il que l’opération est en grande partie réussie, le tout prenant des allures de soirée au coin du feu à faire reposer le fer avant de le croiser à nouveau.

S’appuyant sur le même line-up que l’album précédent (Roger Andersson, Mathias Wallin, David Johagen et Pär-Olof Persson), CARNAL AGONY n’a rien perdu de son aptitude à mélanger le Heavy et le Power Metal, tout en agrémentant leur démonstration musclée d’harmonies sévèrement entêtantes et contagieuses. Si l’ambiance virile rappelle parfois une version très expurgée de SABATON, et se pare d’atours Folk Metal du plus bel effet, il est inutile de nier que l’impact des mélodies est optimal, et que même sans connaitre les chansons, on finit par les reprendre en chœur en chantant en yaourt. En témoigne le terriblement addictif « Werewolf of Steel » qui sonne comme un tube de BON JOVI repris par les RUNNING WILD. La recette est pourtant très simple, des guitares gonflées, aux riffs appuyés, un chant rauque et grave mais souple, une rythmique stable et des arrangements radiophoniques au possible, à tel point qu’on a parfois le sentiment que Desmond Child et Jim Steinman ont collaboré en toute discrétion. Citant sans gêne leurs influences musicales et littéraires (METALLICA, IRON MAIDEN, MERCYFUL FATE, IN FLAMES, TESTAMENT, HP Lovecraft, Edgar Allan Poe, John Milton), les suédois entament leur retour avec un sens de l’immédiateté assez probant, et « Back from the Grave » de sa férocité d’incarner avec acuité l’image de valeureux guerriers revenant de la bataille, le visage maculé de sang, mais la fierté ruisselant du front. Qu’on adhère ou pas au propos métissé de leur approche, il convient de reconnaître le talent du groupe pour imposer des ambiances vraiment prenantes, comme ces chœurs discrets soutenant une voix grave. Malgré une autoproduction, l’album dispose d’un son très convaincant, avec un mixage très équilibré, permettant à la batterie de placer quelques fills intéressants. Evidemment, il faut accepter la combinaison entre des riffs somme toute assez convenus et des refrains tirant parfois sur le Power Metal allemand (pas le plus fin du marché), mais la diversité des morceaux proposés, et leur allégement ponctuel en Hard Rock très catchy permet de passer un excellent moment, en occultant évidemment les thèmes les plus convenus (« The Cellardoor », qui sonne comme du ACCEPT un peu feignant sur le couplet avant de se reprendre façon hymne Pop/Rock sur le refrain).

Mais au moins, les suédois ont le mérite de ne pas répéter la même formule à chaque fois, et chaque entrée a son identité propre, même si les modulations sont parfois infimes. Ainsi, le quatuor n’hésite pas à alterner le lourd et emphatique (« The Witching Hour ») et le parfumé et ambré (« Werewolf of Steel »), jouant avec les clichés qu’impose leur philosophie, et les détournant avec un flair certain. Il faut dire qu’avec onze morceaux pour célébrer leur retour, la tâche de la variété était plus ou moins difficile à relever, et le pari est d’autant plus réussi. En choisissant parfois le lyrisme absolu pour immerger l’auditeur dans une ambiance historique et modulée (« Luna », très Folk mais délicieuse), CARNAL AGONY se détourne d’une linéarité menaçante, pour mieux nous reprendre de face avec une charge Heavy de première bourre qui sent bon le souffre (« For the Horde »). Le premier titre choisi en single est bien sûr l’un des plus abordables, et « Love Will Tear You Apart » de se fier aux méthodes suédoises habituelles, tentant même un rapprochement entre le pays d’origine et les approches de biais de HIM sur un hit totalement imparable. Le reproche d’une voix parfois assez mal adaptée aux passages les plus extrêmes (mélodiques ou féroces) est lui aussi compréhensible, et il manque parfois au groupe le potentiel d’un chanteur au timbre plus opératique, pour rendre sa musique encore plus dramatique. Quelques allusions au capital AOR des années 80, avec l’adjonction de claviers et de lignes de chant apaisées (« Higher », cliché mais efficace), absence totale de progression trop longue et roborative, aménagement des guitares qui savent se montrer plus dociles («The Nightmare Never Stops »), changement de tempo en cours de route pour ne pas user les souliers trop vite, et le résultat, quoique mitigé sur la durée laisse quand même un goût doux-amer agréable en oreille.

Il est vain d’espérer fédérer toutes les hordes Metal autour d’un album encore perfectible, mais les fans d’un Heavy simple et travaillé, les accros au Power Metal raisonnable qui sait éviter les harmonies les plus lénifiantes, et les sensibles au Crossover entre musculature sculptée et séduction enjouée se jetteront bien sûr sur cet album bien fait, qui cède parfois à la facilité (« Bane of the Light », faute de goût de fin de parcours), mais qui globalement permet à un combo sympathique de revenir au premier plan. Il n’est pas difficile d’imaginer l’impact qu’auront ces chansons en live, mais on exigera la prochaine fois des idées systématiques moins évidentes, et un choix plus rude dans le tri des plans les plus faciles. Du suédois qui joue l’international, mais qui reste encore à la surface de son optique culotée.     

                                                    

Titres de l’album:

01. The Rebirth

02. Back from the Grave

03. The Cellardoor

04. The Witching Hour

05. Werewolf of Steel

06. Luna

07. For the Horde

08. Love Will Tear You Apart

09. Higher

10. The Nightmare Never Stops

11. Bane of the Light

12. Raise the Dead

13. The Ascension


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2021 à 17:45
75 %    35

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50