Ominous Black

Trauma

06/03/2020

Selfmadegod Records

Tout ça sent la confusion à plein nez, et pour cause. Je connais déjà au moins quatre TRAUMA, dont la plupart évoluent dans un créneau Thrash et Death. Et en partant du principe que ces TRAUMA-là s’appelaient THANATOS au départ, tout ça nous plonge dans le marasme, puisque le THANATOS le plus connu vient juste de sortir un album de pur Death Metal. Mettons donc les choses au point, le TRAUMA du jour qui en est vraiment un nous en vient de Pologne, d’Elbląg plus précisément, et n’en est pas vraiment à son coup d’essai. Formé en 1988 donc sous le nom de THANATOS, sous lequel il a battu pavillon pendant quatre ans, le groupe n’a pas tardé à imposer ses vues sur la scène extrême polonaise, pas la plus tendre du monde. En vingt-quatre ans de production, le groupe a donc eu le temps de publier sept longue-durée (Comedy is Over en 1996, Suffocated in Slumber en 2000, Imperfect Like a God en 2003, DetermiNation en 2005, Neurotic Mass en 2007, Archetype of Chaos en 2010 et le petit dernier, Karma Obscura en 2013), production conséquente que vient compléter ce huitième chapitre de la saga, Ominous Black. Enregistré au Traumatic Sound Studio à Elblag, mixé et masterisé au fameux Hertz Studio (BEHEMOTH, VADER, DECAPITATED, HATE, HOUR OF PENANCE, BEHEADED...), et emballé dans un artwork signé du célèbre et demandé Mariusz Lewandowski (ABIGAIL WILLIAMS, BELL WITCH, PSYCROPTIC, SHRINE OF THE SERPENT), Ominous Black est donc un produit imperfectible dans son créneau, qui nous offre trois-quarts d’heure de Death à la polonaise, mais beaucoup plus fin qu’il n’y paraît, et aux ambiances très travaillées. Nous ne parlons donc pas là de Death old-school, ce que le passé du groupe et son ancrage dans les eighties pourrait induire, mais bien de Death à cheval entre les époques, à l’aise dans la sienne, mais conscient des impératifs énoncés il y a quelques décennies.

Jarosław “Mister” Misterkiewicz et Arkadiusz “Mały” Sinica savent ce qu’ils veulent, eux qui sont aux commandes du navire depuis ses origines. Et malgré son arrivée plus tardive, Artur "Chudy" Chudewniak a déjà eu le temps d’enregistrer un bon paquet d’albums avec ses compatriotes, ce qui permet à la continuité de se solidifier, et de viser une homogénéité dans le temps. C’est ainsi que sans vraiment se démarquer des sept premiers albums studio du groupe, Ominous Black propose néanmoins quelques nouveautés, notamment dans l’élaboration d’un matériel de plus en plus « progressif ». Je mets le terme entre parenthèses, car le Death des polonais est plus évolutif qu’autre chose, et surtout, d’une finesse indéniable dans la brutalité. On sent que les musiciens souhaitent miser tout autant sur l’efficacité que sur la violence, n’hésitant pas à insuffler à leur musique un groove irrésistible, qui laisse beaucoup de place aux riffs accrocheurs ainsi qu’aux progressions mélodiques prenantes. Doté d’une production évidemment monstrueuse, Ominous Black ne compresse pas la rythmique à outrance, bien que la double grosse caisse trahisse son caractère contemporain de ses échos graves et répétés. Mais la cohésion dont font preuve les musiciens, et leur audace, si vous me permettez ce terme, nous permettent de savourer des morceaux vraiment percutants, à l’image de l’ouverture dantesque de « Inside The Devils Heart », qui ose les dissonances, nous assomme de blasts, et nous lacère de riffs supersoniques, dans la plus grande tradition du Death polonais. De nombreuses cassures, de l’assurance dans le déroulé font de cet album une adjonction solide dans le répertoire de TRAUMA, et si les comparaisons utilisées par son label national ne sont pas toutes pertinentes (SLAYER, PESTILENCE, MORBID ANGEL, GOREFEST, HATE ETERNAL, NEVERMORE, NILE, VITAL REMAINS, MASTER, KRABATHOR, ASPHYX…), elles permettent au moins de baliser le terrain et d’anticiper les exactions pour les novices qui n’auraient pas encore fait connaissance avec le trio.

Je parlais de Death progressif plus en amont, mais il convient d’apporter une nuance à cette remarque. Le terme progressif n’est pas à assimiler en fonctions d’évolutions complexes ou de démonstrations techniques roboratives (PESTILENCE, GORGUTS, ATHEIST), mais plutôt en termes de modulations, chaque thème abordé se voyant trituré pour épouser de nouvelles formes et prendre de nouvelles directions. C’est ce qu’on remarque assez rapidement, et malgré une agression permanente via une rythmique implacable, la basse parvient à insuffler un peu de finesse avec un glissando par ci et une ligne mélodique par-là, contrebalançant les harangues permanentes de Chudewniak qui s’époumone comme un beau diable. Tout ça nous donne donc du Death brutal, mais finement agencé, avec de nombreux breakdowns, qui relancent la machine d’ultraviolence en lui conférant plus de puissance. C’est ainsi que « Insanity Of Holiness » s’offre un break Heavy mâtiné d’un solo harmonique du plus bel effet, rappelant par la même les exactions bataves du PESTILENCE de Patrick Mameli, tandis que le très roublard « Astral Misanthropy » multiplie les pains comme un boxeur sur le ring, en alternant une basse tournoyante et une guitare en sifflantes. Le Death des polonais est donc toujours aussi riche, moins prévisible qu’il n’y paraîtrait à l’avance, et symptomatique d’une ouverture mondiale. On apprécie particulièrement ces moments catchy qui dynamisent une bestialité ouverte, toujours propre, mais avide de violence. Le trio n’a pas son pareil pour accrocher l’oreille avec des parties abordables, et même lorsque la montre laisse courir ses aiguilles, les idées ne manquent pas (« I Am Universe »). Relativement peu de titres lapidaires et purement gratuits dans la bousculade, à l’exception de l’aplatissant « Among The Lies » qui en appelle au ressenti le plus traditionnel du Death de l’est.

En troussant des intros atmosphériques, en plaçant des intermèdes plus nuancés, les polonais parviennent une fois encore à s’extirper de la masse grouillante des vétérans Death collés à leurs principes, et nous laissent savourer des pièces bien préparées (« The Godless Abyss »), pour conférer à ce huitième album un parfum presque mystique. Une nouvelle étape sur le chemin des anciens de TRAUMA, peut-être pas la plus importante, mais qui leur permet de continuer leur chemin avec pertinence et efficience. ,     

                                                

Titres de l’album :

                          01. Inside The Devils Heart

                          02. Insanity Of Holiness

                          03. Astral Misanthropy

                          04. Soul Devourer

                          05. Among The lies

                          06. I Am Universe

                          07. The Black Maggots

                          08. The Godless Abyss

                          09. Colossus

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/08/2020 à 17:18
78 %    564

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jefflonger
membre enregistré
25/08/2020, 15:01:48
Belle chronique, qui me donne envie de renouer avec le groupe. Je suis resté sur imperfect like a god, qui est un très bon album

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05