1 album, 2 morceaux, 39 minutes de musique, un nom de groupe formé des initiales de 5 pseudos, 4 longue-durée, un titre, 26, tels sont les chiffres de la chronique du jour. Pas de quoi impressionner les plus rompus à l’exercice de l’avant-garde et de l’expérimental, mais de quoi faire comprendre au plus grand dénominateur commun qu’il va s’aventurer en terre inconnue…Et celle foulée par les ukrainiens de KZOHH est du genre aride, une terre qui use les chevilles, qui fatigue les muscles, mais qui permet de transcender un imaginaire assez peu stimulé en ces périodes de facilité vintage et d’errances communes. Car la musique proposée par ce quintette (Khorus - basse, Zhoth - chant, Odalv - batterie, Helg - guitares et Hyozt - guitares, claviers et samples) n’est pas facile d’accès, ne s’apprivoise pas en quelques écoutes, et demande des efforts d’appréhension et de compréhension pour en saisir toute la richesse et la fausse complexité. Car en dépit de la durée pouvant paraître rebutante des deux pièces constituant l’ossature de ce nouvel effort, les idées proposées sont logiquement agencées, et l’évolution globale de la mise en place n’a rien d’erratique ou d’absconse. Si beaucoup à la lecture de ce préambule pourront craindre un nouvel exercice de style en free-lance, débordant d’un cadre strictement musical pour errer dans les limbes de l’acrobatie expérimentale, je tiens à les rassurer d’emblée. Thématiquement, 26 est d’importance, puisqu’il aborde sous couvert de coordonnées géographiques deux épisodes tragiques du vingtième siècle, qu’il traite d’une façon artistique pleine et aérée. On retrouve sur ce quatrième LP tout ce qui a fait la particularité de ce groupe unique, formé de musiciens d’horizons variés, ayant ou sévissant dans d’autres concepts comme NOKTURNAL MORTUM, KHORS ou ASTROFAES, aux idéologies parfois douteuses…Mais pas question ici de NSBM, juste d’histoire, et celles racontées par « 51°23'20N,30°6'38E » et « 61°45'17N,59°27'46E » sont aussi fascinantes que leur narration musicale n’est riche et imprévisible.

« 51°23'20N,30°6'38E », c’est le point précis où en ce jour funeste du 26 avril 1986, le réacteur principal de la centrale de Tchernobyl a commencé à fuir, aboutissant à la catastrophe humaine et écologique que nous avons connue. Inutile de rappeler les détails d’une apocalypse pas vraiment programmée, puisqu’elle ne sert que de point d’ancrage à un développé mêlant les mélodies du Post Metal et le rigorisme de l’Ambient et de l’Industriel. Durant plus de vingt-et-une minutes, les ukrainiens montrent divers visages, singeant les FRONTLINE ASSEMBLY, le MAYHEM de Grand Declaration of War, MINISTRY, mais aussi la vague Post qui sévit harmoniquement depuis plusieurs années. Un subtil mélange de puissance, de samples, de breaks évolutifs, distillé dans un creuset d’harmonies un peu amères en appelant au BM le plus théâtral, et nous permettant de visualiser figurativement les évènements apocalyptiques de cet épisode meurtrier de l’histoire de l’est. Enregistré, produit et mixé dans divers studios ukrainiens (capté live aux Hold Records de Kharkiv, claviers et samples fixés aux OldHyozthome Studio, Uzhgorod, chant couché sur bandes aux Beast Sound Studios d’Uzhgorod, mixage et mastering effectués dans les mêmes murs), 26 est aussi sombre qu’il n’est lumineux, aussi porteur d’espoir qu’il n’est sombre, et si l’emphase mise sur le final de ce premier chapitre nous entraîne sur la piste d’un Doom mélancolique, voire d’un Post Doom traumatique, la patte métallique n’en reste pas moins assez peu prononcée, le morceau fonctionnant peu ou prou comme un film pour les oreilles, mélangeant l’instrumentation avec la narration, pour mieux recréer l’ambiance mortifère ayant plané sur l’Europe à cette époque.

De son côté, « 61°45'17N,59°27'46E » nous ramène du côté de l'Oural, plus précisément au mont Cholatčachl, lieu emblématique témoin d’une légende qui aujourd’hui encore, a de quoi glacer les sangs. Le 26 février 1959, neuf randonneurs menés par Igor Dyatlov (qui a donné son nom au col à postériori) furent retrouvés morts dans des conditions pour le moins obscures. Il semblerait après enquête menée en temps et en heure que les hommes aient déchiré leur tente de l’intérieur, pour courir comme des dératés dans la neige sans chaussures, avant de se faire rattraper par la température ambiante avoisinant les -30 degrés. Après autopsie, il s’est avéré que deux des victimes avaient subi des traumatismes crâniens, que certains avaient des côtes cassées, et que l’un d’entre eux avait la langue arrachée. De plus, un niveau de radioactivité assez élevé avait été décelé sur leurs corps et vêtements, ce qui ne faisait qu’ajouter au mystère de leur mort…Fait divers parfaitement horrifique, ce triste épisode de l’histoire a donc permis aux KZOHH de développer un aspect plus abrasif, et de se concentrer sur des motifs bien plus typiques d’un BM à tendance Ambient. C’est donc le morceau qui séduira les plus directs d’entre vous, bien que les dix-sept minutes lui étant consacrées fassent de la place à des arrangements une fois de plus très efficients, et transformant cette longue épopée en reportage musical assez effrayant dans la forme, et perturbant dans le fond. Avec un chant qui cette fois-ci se focalise plus sur la gravité inhérente à l’extrême, et des samples s’accordant parfaitement de nappes de claviers éthérées, l’art des ukrainiens prend une dimension presque mystique, et transforme l’écoute de cet album en voyage initiatique aux confins de la douleur et de la terreur, juxtaposant sans cesse des mélodies de synthé très pures et des riffs compacts et durs, n’hésitant jamais à avoir recours aux artifices parlés de bandes qui s’incorporent à merveille à une structure globale très dynamique. Vocaliste qui rentre dans la peau des personnages au destin funeste, respirations, halètements, accalmies soudaines évoquant à merveille le froid glacial d’une nuit tragique, pour une sorte de Post Black progressif abandonnant ses oripeaux Indus pour mieux se concentrer sur une forme très aboutie de cinématographique musicale.

Difficile de comparer le travail des ukrainiens à des œuvres antérieures, tant 26 s’obstine à dessiner les contours de son propre monde sans faire appel à des références déjà existantes. Mais en tant que faux concept album ayant pioché dans l’histoire passée de quoi alimenter son imaginaire présent, ce quatrième longue-durée des KZOHH est un OVNI dans la production actuelle, beaucoup plus encline à laisser passer la banalité pour de la normalité. Une normalité que ce quintette fuit comme la peste (un thème qu’ils ont aussi couvert), sans sombrer dans la dérive usuelle d’une avant-garde un peu trop complaisante. Ici, chaque idée se valide d’elle-même, et l’ensemble est aussi solide qu’une montagne qu’on gravit sans se douter que son sommet sera aussi notre tombe.


Titres de l'album:

  1. 51°23'20N,30°6'38E
  2. 61°45'17N,59°27'46E

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/05/2018 à 14:50
80 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense