1 album, 2 morceaux, 39 minutes de musique, un nom de groupe formé des initiales de 5 pseudos, 4 longue-durée, un titre, 26, tels sont les chiffres de la chronique du jour. Pas de quoi impressionner les plus rompus à l’exercice de l’avant-garde et de l’expérimental, mais de quoi faire comprendre au plus grand dénominateur commun qu’il va s’aventurer en terre inconnue…Et celle foulée par les ukrainiens de KZOHH est du genre aride, une terre qui use les chevilles, qui fatigue les muscles, mais qui permet de transcender un imaginaire assez peu stimulé en ces périodes de facilité vintage et d’errances communes. Car la musique proposée par ce quintette (Khorus - basse, Zhoth - chant, Odalv - batterie, Helg - guitares et Hyozt - guitares, claviers et samples) n’est pas facile d’accès, ne s’apprivoise pas en quelques écoutes, et demande des efforts d’appréhension et de compréhension pour en saisir toute la richesse et la fausse complexité. Car en dépit de la durée pouvant paraître rebutante des deux pièces constituant l’ossature de ce nouvel effort, les idées proposées sont logiquement agencées, et l’évolution globale de la mise en place n’a rien d’erratique ou d’absconse. Si beaucoup à la lecture de ce préambule pourront craindre un nouvel exercice de style en free-lance, débordant d’un cadre strictement musical pour errer dans les limbes de l’acrobatie expérimentale, je tiens à les rassurer d’emblée. Thématiquement, 26 est d’importance, puisqu’il aborde sous couvert de coordonnées géographiques deux épisodes tragiques du vingtième siècle, qu’il traite d’une façon artistique pleine et aérée. On retrouve sur ce quatrième LP tout ce qui a fait la particularité de ce groupe unique, formé de musiciens d’horizons variés, ayant ou sévissant dans d’autres concepts comme NOKTURNAL MORTUM, KHORS ou ASTROFAES, aux idéologies parfois douteuses…Mais pas question ici de NSBM, juste d’histoire, et celles racontées par « 51°23'20N,30°6'38E » et « 61°45'17N,59°27'46E » sont aussi fascinantes que leur narration musicale n’est riche et imprévisible.

« 51°23'20N,30°6'38E », c’est le point précis où en ce jour funeste du 26 avril 1986, le réacteur principal de la centrale de Tchernobyl a commencé à fuir, aboutissant à la catastrophe humaine et écologique que nous avons connue. Inutile de rappeler les détails d’une apocalypse pas vraiment programmée, puisqu’elle ne sert que de point d’ancrage à un développé mêlant les mélodies du Post Metal et le rigorisme de l’Ambient et de l’Industriel. Durant plus de vingt-et-une minutes, les ukrainiens montrent divers visages, singeant les FRONTLINE ASSEMBLY, le MAYHEM de Grand Declaration of War, MINISTRY, mais aussi la vague Post qui sévit harmoniquement depuis plusieurs années. Un subtil mélange de puissance, de samples, de breaks évolutifs, distillé dans un creuset d’harmonies un peu amères en appelant au BM le plus théâtral, et nous permettant de visualiser figurativement les évènements apocalyptiques de cet épisode meurtrier de l’histoire de l’est. Enregistré, produit et mixé dans divers studios ukrainiens (capté live aux Hold Records de Kharkiv, claviers et samples fixés aux OldHyozthome Studio, Uzhgorod, chant couché sur bandes aux Beast Sound Studios d’Uzhgorod, mixage et mastering effectués dans les mêmes murs), 26 est aussi sombre qu’il n’est lumineux, aussi porteur d’espoir qu’il n’est sombre, et si l’emphase mise sur le final de ce premier chapitre nous entraîne sur la piste d’un Doom mélancolique, voire d’un Post Doom traumatique, la patte métallique n’en reste pas moins assez peu prononcée, le morceau fonctionnant peu ou prou comme un film pour les oreilles, mélangeant l’instrumentation avec la narration, pour mieux recréer l’ambiance mortifère ayant plané sur l’Europe à cette époque.

De son côté, « 61°45'17N,59°27'46E » nous ramène du côté de l'Oural, plus précisément au mont Cholatčachl, lieu emblématique témoin d’une légende qui aujourd’hui encore, a de quoi glacer les sangs. Le 26 février 1959, neuf randonneurs menés par Igor Dyatlov (qui a donné son nom au col à postériori) furent retrouvés morts dans des conditions pour le moins obscures. Il semblerait après enquête menée en temps et en heure que les hommes aient déchiré leur tente de l’intérieur, pour courir comme des dératés dans la neige sans chaussures, avant de se faire rattraper par la température ambiante avoisinant les -30 degrés. Après autopsie, il s’est avéré que deux des victimes avaient subi des traumatismes crâniens, que certains avaient des côtes cassées, et que l’un d’entre eux avait la langue arrachée. De plus, un niveau de radioactivité assez élevé avait été décelé sur leurs corps et vêtements, ce qui ne faisait qu’ajouter au mystère de leur mort…Fait divers parfaitement horrifique, ce triste épisode de l’histoire a donc permis aux KZOHH de développer un aspect plus abrasif, et de se concentrer sur des motifs bien plus typiques d’un BM à tendance Ambient. C’est donc le morceau qui séduira les plus directs d’entre vous, bien que les dix-sept minutes lui étant consacrées fassent de la place à des arrangements une fois de plus très efficients, et transformant cette longue épopée en reportage musical assez effrayant dans la forme, et perturbant dans le fond. Avec un chant qui cette fois-ci se focalise plus sur la gravité inhérente à l’extrême, et des samples s’accordant parfaitement de nappes de claviers éthérées, l’art des ukrainiens prend une dimension presque mystique, et transforme l’écoute de cet album en voyage initiatique aux confins de la douleur et de la terreur, juxtaposant sans cesse des mélodies de synthé très pures et des riffs compacts et durs, n’hésitant jamais à avoir recours aux artifices parlés de bandes qui s’incorporent à merveille à une structure globale très dynamique. Vocaliste qui rentre dans la peau des personnages au destin funeste, respirations, halètements, accalmies soudaines évoquant à merveille le froid glacial d’une nuit tragique, pour une sorte de Post Black progressif abandonnant ses oripeaux Indus pour mieux se concentrer sur une forme très aboutie de cinématographique musicale.

Difficile de comparer le travail des ukrainiens à des œuvres antérieures, tant 26 s’obstine à dessiner les contours de son propre monde sans faire appel à des références déjà existantes. Mais en tant que faux concept album ayant pioché dans l’histoire passée de quoi alimenter son imaginaire présent, ce quatrième longue-durée des KZOHH est un OVNI dans la production actuelle, beaucoup plus encline à laisser passer la banalité pour de la normalité. Une normalité que ce quintette fuit comme la peste (un thème qu’ils ont aussi couvert), sans sombrer dans la dérive usuelle d’une avant-garde un peu trop complaisante. Ici, chaque idée se valide d’elle-même, et l’ensemble est aussi solide qu’une montagne qu’on gravit sans se douter que son sommet sera aussi notre tombe.


Titres de l'album:

  1. 51°23'20N,30°6'38E
  2. 61°45'17N,59°27'46E

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/05/2018 à 14:50
80 %    481

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Richard Cam
@109.23.100.195
05/12/2019 à 23:51:02
Excellente chronique !

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !