Il y a toujours deux façons d'aborder les choses. De biais, ou de face. Tout comme pour affronter la réalité. On peut la prendre de plein fouet, ou tenter de s'en évader par n'importe quel moyen, paradis artificiels, sexe, casino, ou tout autre activité nocive et/ou addictive. Alors, quel que soit le cas de figure, deux attitudes sont possibles. En cas d'altercation, on peut calmer le jeu pour ne pas que la sauce ne monte, ou envoyer chier l'autre et lui coller un gros pain dans la gueule. Lorsqu'on rencontre une femme, au bar ou ailleurs, on peut jouer la séduction en mode métaphore ou y aller franco, tout en restant courtois. Il en va de même en musique, où la tergiversation n'est pas toujours le meilleur argument à mettre en avant. De temps à autres, on apprécie la franchise, la simplicité, même si elle confine ses auteurs à un statut de bon élève et non pas de maître. C'est un peu le cas de nos amis de DROP DEAD, dont le premier album ne finasse pas vraiment, et ne cache aucunement ses influences. Est-il méprisable ou condamnable pour autant ? Certainement pas mesdames et messieurs, bien au contraire. Et petit tuyau, si vous avez grandi dans les années 90 et que le Hard Rock un peu biaisé de cette époque là vous manque comme un premier baiser, laissez-vous séduire. Vous ne le regretterez pas.


Les DROP DEAD sont quatre, line-up Rock classique (Rob : Chant et guitare solo, Lukk : Guitare rythmique, Théo : Batterie et Gus : Basse), se sont formés fin 2014 et ont connu diverses configurations, mais semblent aujourd'hui suffisamment stables pour nous proposer leur premier LP via la promotion Dooweet, qui semble se satisfaire de la découverte de ce poulain pas encore vraiment débourré. Au menu de ce Mayhem Inc., pas vraiment les enfers, mais plutôt une sorte de paradis rétro qui nous entraîne sur les traces des cadors des nineties, les STONE TEMPLE PILOTS, la version post-glam des MÖTLEY, un poil d'ALICE IN CHAINS en plus Rock et moins torturé, mais aussi quelques solides traces de Seattle, via des guitares crades, un chant graineux et traînant, et une façon de concevoir le Rock sous son aspect le plus direct et le plus brut. Au menu de cette première livraison, une bordée de chansons qui ne prennent pas de gants, mais qui vont à l'essentiel sans sombrer dans la facilité triviale des nostalgiques de l'alternatif bon marché. Ici, le courant est continu, mais savamment dosé pour ne pas nous prendre pour des buveurs de bière jamais étanchés, puisque les ballades amères et les binaires plombés se succèdent à bon rythme. Bénéficiant d'une production franche, parfaitement adaptée à leur optique, les originaires de Sens nous offrent donc une performance haute en monochrome, et évoquent à merveille les paysages MTV 1991/1993, sans pour autant piller sans vergogne l'héritage des grands anciens de la scène Rock de l'époque.



Mais le tout sent bon l'authenticité et le feeling. Sans esbroufe, mais avec un maximum de sincérité, les boys se la jouent bad, mais pas pour magazines hipsters. Ici, on riffe chauffé à blanc, on soigne les couplets et on mise tout sur les refrains, et surtout, on donne de sa personne, comme si l'avenir n'avait aucune importance et que seul comptait le présent. Et le présent de Mayhem Inc. est multiple, dense mais léger, et surtout, méchamment burné tout en restant sensible. Évidemment, premier album oblige, tout n'est pas parfait, et on note de ci de là quelques approximations de mise en place rythmique, mais loin d'être gênants, ces détails ajoutent un petit feeling Punk à l'ensemble, et lui confèrent une aura un peu crade qui lui sied à merveille. La voix de Rob, très rauque et Rock domine du chef des parties de guitares travaillées, mais qui sonnent lâchées comme en live, pour un petit tour sur les montagnes russes du temps. Le propos n'est pas à prendre en détail,  mais bien à avaler d'une traite, comme le confirme un hit aussi immédiat que « Fuck You (I'm a Rockstar) », qui affirme sans ambages un état d'esprit collégial assez savoureux. Pas là pour amuser la galerie, mais pour lui donner du plaisir, les DROP DEAD jouent leur va-tout comme les plus grandes références lors de leurs débuts, et nous gratifient même d'instants acoustiques graciles à l'instar du solide et nostalgique « High School », qui ramène à la surface de notre mémoire des souvenirs de lycée que nous partageons tous, sur fond de mélodie amère comme une vieille photo jaunie retrouvée dans un tiroir.

Chansons courtes, et juste une dizaine pour passer la barre de la demi-heure, le timing est parfait, et lorsqu'on entame les débats avec un brûlot aussi instinctif que plombé de la trempe de « Taste Of Money », c'est qu'on sait parfaitement ce qu'on veut. Jouer un Heavy Rock sale, gorgé de références marquées, mais assez libre pour rester personnel. Pas de solo envahissant, mais des individualités notables, pour une Prom Night en direct d'une adolescence pas si perdue que ça, qui se laisse rythmer par des histoires du passé emballées comme une première petite amie dans l'ombre d'un fourré. Et lorsque le gang joue la dualité d'un titre coup de poing et d'un développement chafouin (« Anarchy »), la sauce prend, et on se prend à rêver d'une fugue en compagnie de vieux amis, le pack a portée de main et l'insouciance plein la tête. Et ils ont beau nous faire croire qu'ils veulent revenir à la raison (« Path To The Reason », plus GUNS qu'une intro de « Welcome To The Jungle »), ou qu'ils ont vraiment du mal à se remettre de la torchée de la veille (« Hangover », chaloupé, customisé, entre TESLA et SOUL ASYLUM), on les croit sur parole, et on ne doute pas de leur envie de s'affranchir de toutes les étiquettes. Alors, est-ce que la franchise et la sincérité paient encore en 2018 ? A en croire les DROP DEAD, la mise est bien capitalisée, et le talent a parlé. Un premier album qui ne fera sans doute pas date dans l'histoire, mais qui vous en racontera d'attachantes. Et surtout, des mélodies qu'on retient, des riffs qu'on mime dans le miroir, et une attitude, de blousons noirs. Un petit trip musical dans le passé n'a jamais fait de mal à personne, et puis la réalité, vraiment...Who gives a fuck ?          

 


Titres de l'album :

                           1.Taste Of Money

                           2.Fuck You (I'm a Rockstar)

                           3.Anarchy

                           4.Reason To Work

                           5.Path To The Reason

                           6.Never Enough

                           7.High School

                           8.Hangover

                           9.No Mercy

                          10.Wake Up

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/09/2018 à 16:15
80 %    815

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lukk Hellion
@77.154.204.180
02/09/2018 à 15:46:46
Merci beaucoup !

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.