Mayhem Inc.

Drop Dead

31/08/2018

Dooweet Agency

Il y a toujours deux façons d'aborder les choses. De biais, ou de face. Tout comme pour affronter la réalité. On peut la prendre de plein fouet, ou tenter de s'en évader par n'importe quel moyen, paradis artificiels, sexe, casino, ou tout autre activité nocive et/ou addictive. Alors, quel que soit le cas de figure, deux attitudes sont possibles. En cas d'altercation, on peut calmer le jeu pour ne pas que la sauce ne monte, ou envoyer chier l'autre et lui coller un gros pain dans la gueule. Lorsqu'on rencontre une femme, au bar ou ailleurs, on peut jouer la séduction en mode métaphore ou y aller franco, tout en restant courtois. Il en va de même en musique, où la tergiversation n'est pas toujours le meilleur argument à mettre en avant. De temps à autres, on apprécie la franchise, la simplicité, même si elle confine ses auteurs à un statut de bon élève et non pas de maître. C'est un peu le cas de nos amis de DROP DEAD, dont le premier album ne finasse pas vraiment, et ne cache aucunement ses influences. Est-il méprisable ou condamnable pour autant ? Certainement pas mesdames et messieurs, bien au contraire. Et petit tuyau, si vous avez grandi dans les années 90 et que le Hard Rock un peu biaisé de cette époque là vous manque comme un premier baiser, laissez-vous séduire. Vous ne le regretterez pas.


Les DROP DEAD sont quatre, line-up Rock classique (Rob : Chant et guitare solo, Lukk : Guitare rythmique, Théo : Batterie et Gus : Basse), se sont formés fin 2014 et ont connu diverses configurations, mais semblent aujourd'hui suffisamment stables pour nous proposer leur premier LP via la promotion Dooweet, qui semble se satisfaire de la découverte de ce poulain pas encore vraiment débourré. Au menu de ce Mayhem Inc., pas vraiment les enfers, mais plutôt une sorte de paradis rétro qui nous entraîne sur les traces des cadors des nineties, les STONE TEMPLE PILOTS, la version post-glam des MÖTLEY, un poil d'ALICE IN CHAINS en plus Rock et moins torturé, mais aussi quelques solides traces de Seattle, via des guitares crades, un chant graineux et traînant, et une façon de concevoir le Rock sous son aspect le plus direct et le plus brut. Au menu de cette première livraison, une bordée de chansons qui ne prennent pas de gants, mais qui vont à l'essentiel sans sombrer dans la facilité triviale des nostalgiques de l'alternatif bon marché. Ici, le courant est continu, mais savamment dosé pour ne pas nous prendre pour des buveurs de bière jamais étanchés, puisque les ballades amères et les binaires plombés se succèdent à bon rythme. Bénéficiant d'une production franche, parfaitement adaptée à leur optique, les originaires de Sens nous offrent donc une performance haute en monochrome, et évoquent à merveille les paysages MTV 1991/1993, sans pour autant piller sans vergogne l'héritage des grands anciens de la scène Rock de l'époque.



Mais le tout sent bon l'authenticité et le feeling. Sans esbroufe, mais avec un maximum de sincérité, les boys se la jouent bad, mais pas pour magazines hipsters. Ici, on riffe chauffé à blanc, on soigne les couplets et on mise tout sur les refrains, et surtout, on donne de sa personne, comme si l'avenir n'avait aucune importance et que seul comptait le présent. Et le présent de Mayhem Inc. est multiple, dense mais léger, et surtout, méchamment burné tout en restant sensible. Évidemment, premier album oblige, tout n'est pas parfait, et on note de ci de là quelques approximations de mise en place rythmique, mais loin d'être gênants, ces détails ajoutent un petit feeling Punk à l'ensemble, et lui confèrent une aura un peu crade qui lui sied à merveille. La voix de Rob, très rauque et Rock domine du chef des parties de guitares travaillées, mais qui sonnent lâchées comme en live, pour un petit tour sur les montagnes russes du temps. Le propos n'est pas à prendre en détail,  mais bien à avaler d'une traite, comme le confirme un hit aussi immédiat que « Fuck You (I'm a Rockstar) », qui affirme sans ambages un état d'esprit collégial assez savoureux. Pas là pour amuser la galerie, mais pour lui donner du plaisir, les DROP DEAD jouent leur va-tout comme les plus grandes références lors de leurs débuts, et nous gratifient même d'instants acoustiques graciles à l'instar du solide et nostalgique « High School », qui ramène à la surface de notre mémoire des souvenirs de lycée que nous partageons tous, sur fond de mélodie amère comme une vieille photo jaunie retrouvée dans un tiroir.

Chansons courtes, et juste une dizaine pour passer la barre de la demi-heure, le timing est parfait, et lorsqu'on entame les débats avec un brûlot aussi instinctif que plombé de la trempe de « Taste Of Money », c'est qu'on sait parfaitement ce qu'on veut. Jouer un Heavy Rock sale, gorgé de références marquées, mais assez libre pour rester personnel. Pas de solo envahissant, mais des individualités notables, pour une Prom Night en direct d'une adolescence pas si perdue que ça, qui se laisse rythmer par des histoires du passé emballées comme une première petite amie dans l'ombre d'un fourré. Et lorsque le gang joue la dualité d'un titre coup de poing et d'un développement chafouin (« Anarchy »), la sauce prend, et on se prend à rêver d'une fugue en compagnie de vieux amis, le pack a portée de main et l'insouciance plein la tête. Et ils ont beau nous faire croire qu'ils veulent revenir à la raison (« Path To The Reason », plus GUNS qu'une intro de « Welcome To The Jungle »), ou qu'ils ont vraiment du mal à se remettre de la torchée de la veille (« Hangover », chaloupé, customisé, entre TESLA et SOUL ASYLUM), on les croit sur parole, et on ne doute pas de leur envie de s'affranchir de toutes les étiquettes. Alors, est-ce que la franchise et la sincérité paient encore en 2018 ? A en croire les DROP DEAD, la mise est bien capitalisée, et le talent a parlé. Un premier album qui ne fera sans doute pas date dans l'histoire, mais qui vous en racontera d'attachantes. Et surtout, des mélodies qu'on retient, des riffs qu'on mime dans le miroir, et une attitude, de blousons noirs. Un petit trip musical dans le passé n'a jamais fait de mal à personne, et puis la réalité, vraiment...Who gives a fuck ?          

 


Titres de l'album :

                           1.Taste Of Money

                           2.Fuck You (I'm a Rockstar)

                           3.Anarchy

                           4.Reason To Work

                           5.Path To The Reason

                           6.Never Enough

                           7.High School

                           8.Hangover

                           9.No Mercy

                          10.Wake Up

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/09/2018 à 16:15
80 %    1080

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lukk Hellion
@77.154.204.180
02/09/2018, 15:46:46
Merci beaucoup !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59