Another Time and Place

Room Experience

22/05/2020

Burning Minds Music Group

Si d’aventure vous vous demandiez ce qu’un anglais et un italien pouvaient se raconter après s’être rencontrés, alors imaginez une pièce, remplie d’instruments et de matériel d’enregistrement, aménagée pour abriter une expérience musicale commune. Si l’image manque de rendu sonore, alors il est toujours temps de vous pencher sur le cas du projet ROOM EXPERIENCE, qui aurait pu être le titre d’une suite imaginée par Tommy Wiseau, mais qui désigne un concept cosmopolite créé dans les années 2010. D’un côté, le cerveau de l’opération, l’italien Gianluca Firmo, compositeur et claviériste, de l’autre, le britannique David Readman, chanteur de PINK CREAM 69. Entre les deux hommes, une même passion pour le Hard Rock le plus mélodique qui soit, très américain dans le fond, mais relativement italien dans la forme. Après un premier LP éponyme publié en 2015, les deux hommes remettent donc le couvert avec cet Another Time and Place, qui reprend les choses là où son aîné les avait laissées. Mais loin d’être isolés dans leur coin, les deux musiciens se sont une fois encore entourés de beau monde, avec une équipe de production d’élite, composée du duo de producteurs Davide "Dave Rox" Barbieri et Pierpaolo "Zorro11" Monti, et de l’infatigable Alessandro « Frontiers » Del Vecchio au mixage et au mastering. Mais un clavier et une voix ne suffisent pas, et c’est en compagnie des deux producteurs Davide Barbieri (claviers/chœurs) et Pierpaolo Monti (batterie), secondés par Simon Dredo à la basse et  Steve De Biasi à la guitare que Gianluca et David ont enregistré ce nouvel album, qui se permet une liste de participants à la hauteur de ses ambitions. Nous retrouvons donc au casting en tant que guests Alessandro Del Vecchio à l’orgue Hammond, Ivan Gonzalez, Sven Larsson, Stefano Zeni et Lorenzo Foddai aux guitares, Marcello Spera aux chœurs, mais aussi Boris Matakovic au saxo, Aurë  et Minna Ora aux chœurs, Nicoletta Tona à la guitare et Andrea Gipponi à la basse, soit un ensemble aux proportions d’un orchestre philarmonique pour mener à bien ce projet.

Cinq ans donc ont été nécessaires pour élaborer ce second chapitre qui reprend les grandes lignes du premier en présentant un Italo-AOR de première classe, de celui que les écuries Frontiers et AOR Heaven proposent à longueur d’année. Mais attention, ici le Hard mélodique l’est vraiment, et souvent plus suave que réellement agressif. Toutefois, et malgré la présence d’un claviériste à la composition, la guitare n’en est pas pour autant reléguée au dernier rang, et la patine très BON JOVI de certains titres nous donne des indications précieuses sur la philosophie générale du projet. On remarque cette envie de fédérer à grands coups de mélodies US sur des morceaux comme « Shout », qui sonne comme un classique des charts des années 80, ou sur « Wild Heart », que le beau Jon aurait pu placer sur son premier LP ou sur 7800° Fahrenheit. En substance, ROOM EXPERIENCE représente la quintessence de l’art européen pour singer les méthodes américaines, et on retrouve sur cet album toutes les astuces les plus brillantes du genre. Des chansons aux refrains étincelants, des parties de claviers subtiles et prononcées, quelques riffs de guitare plus velus que la moyenne, et surtout, des parties vocales individuelles et collectives qui mettent en relief des refrains en or massif. Le choix de David Readman  n’a rien d’étonnant, l’anglais ayant largement prouvé son talent au sein de PINK CREAM 69 ou ALMANAC, et l’osmose entre lui et Gianluca est vraiment patente, et met en relief un songwriting de haute tenue, chaque morceau sonnant comme le hit qu’il est vraiment. Et avec deux producteurs aux commandes qui aiment vraiment le genre, et le glaçage superbe de Del Vecchio, l’album sonne évidemment brillant, comme un diamant poli à la lumière du jour.

Certes, et j’en conviens, ce second LP s’adresse surtout à la frange la plus sensible des amateurs de Hard FM de luxe. Si les guitares rugissent en arrière-plan, ce sont vraiment les arrangements vocaux qui se taillent la part du lion. Mais la précision de ces arrangements, couplés à des mélodies magiques au clavier permettent au tracklisting de briller de mille feux et de se rapprocher de l’essence même du genre, avec en exergue de petits bijoux comme « Disappointed » qui ne risque pas de décevoir qui que ce soit avec ses harmonies dignes d’un soap US. Une fois encore, les italiens montrent qu’ils ont bien retenu la leçon de leurs aînés d’outre-Atlantique, adaptant la magie des JOURNEY à un contexte plus purement européen et sensible. C’est ainsi que l’alternance est pratiquée, nous proposant un menu contrasté aux saveurs nuancées, avec parfois des accès de sentimentalisme qui évitent toutefois le sirupeux dangereux pour les diabétiques (« Strangers In The Night », plus NIGHT RANGER que Sinatra), voire des incursions sérieuses en territoire West-Coast/Pop (« The Distance »). Pour autant, pas d’inquiétude à avoir, le duo créatif nous ayant quand même ménagé un minimum de moments d’agressivité contrôlée. Avec des titres respectant toujours un format court très adapté, les hits se succèdent à bon rythme, avec toujours cette puissance Rock qui prédomine. Certes, le Hard Rock du collectif international est toujours très poli, comme en témoigne « Shout », et ses trois minutes up-tempo au refrain accrocheur, toujours sous influence BON JOVI, ou « Another Time And Place » qui propose plus ou moins le même parfum en atténuant légèrement le goût corsé. Cela dit, et pour être honnête, l’album connaît à ce moment-là une perte de puissance, totalement assumée, mais qui pourra prendre de court les amateurs d’AOR musclé.

« The Miles That Make A Road » donne donc le ton de la dernière partie, plus tamisée, avec sa Pop-Rock ciselée et ouvragée. La puissance cède donc le pas à la sensibilité, pourtant, le groupe parvient à éviter le piège de l’enlisement mièvre, avec toujours ces nappes vocales sublimes et cette guitare qui s’accroche aux arrière-postes. Sans jamais renoncer à ces refrains si efficaces et symptomatiques de la magie eighties, ROOM EXPERIENCE continue de friser la perfection dans son art via « The Night Goes On ». Bien sûr, ce dernier tiers est plus à conseiller aux accros des harmonies douces et des productions les plus léchées, mais pourtant, impossible de résister à cette musique qui va défier les américains et les suédois sur leur propre terrain en proposant un crossover entre les deux écoles. Dommage toutefois que l’album se termine sur une ballade et une reprise d’un titre déjà présent, mais chanté par Gianluca Firmo (« The Distance »), tant nous aurions aimé qu’il s’achève sur une dernière montée d’adrénaline qui aurait laissé un souvenir plus prenant. Mais gorgé de soli parfaits, de mélodies entêtantes, et de romantisme sincère, Another Time and Place gagne ses galons de classique de l’AOR à venir, et enchantera les plus sensibles d’entre vous, sans forcément rebuter les amateurs d’harmonies musclées.                  

Titres de l'album :

01. Hear Another Song

02. Wild Heart

03. Disappointed

04. Strangers In The Night

05. The Distance

06. Shout

07. Another Time And Place

08. The Miles That Make A Road

09. The Night Goes On

10. A Thousand Lies

11. Your Voice Inside

12. The Distance (Lead Vocals: Gianluca Firmo - European Bonus Track)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/11/2020 à 14:38
80 %    112

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17