Ça n’a pas l’air de trop rigoler aux Etats-Unis depuis quelques temps, on se demande bien pourquoi…Si l’ère Obama avait été porteuse d’espoirs en tout genre (dont certains méchamment déçus quand même), l’ère Trump semble favorable à l’émergence de voix nouvelles, antagonistes, et s’affrontant dans une joute verbale sans concessions, chacun campant sur ses positions démocrates ou républicaines. Du coup, tout ça représente une sacrée source d’inspiration pour les artistes de tous horizons, qui s’en donnent à cœur joie pour soutenir (quelques-uns) ou fustiger (beaucoup) cette nouvelle administration qui finalement, incarne à merveille l’Amérique moderne de sa décomplexion et de son libéralisme belligérant outrancier. Donald, le nouveau héros d’un continent en perdition ? Aussi grotesque soit cette affirmation, elle semble juste par instants, spécialement lorsque l’oreille se tend et entend les sons émis par des gangs pas vraiment rassurés de voir leur pays dominé par un perruqué orangé. Tiens, prenez les SCAVENGERS par exemple. Au jugé des émanations toxiques de leur premier LP, on sent qu’ils ne sont pas vraiment satisfaits de la situation, et qu’ils l’expriment de la plus directe des façons. Comment ? Par l’entremise d’un énorme Crust très sombre et violent, qui multiplie les allusions à la scène 90’s, qui pourtant ne subissait pas tel affront.

Pas vraiment constitué de bleu-bites, le gang s’est formé autour d’anciens musiciens du cru, jouant auparavant ou maintenant dans des combos plus ou moins obscurs comme RECON, LARIAT, NY IN 64, YOU AND I, FIRST BLOOD, ce qui dira certainement quelque chose aux plus underground d’entre vous. D’inspiration urbaine, le quatuor (John – basse/chant, Dave – guitare/chant, Tom – batterie et Byron – guitare) se ressource à la fontaine de jouvence irascible des nineties, lorsque le Hardcore se métallisait de plus en plus, et devenait de plus en plus grognon. On pense irrémédiablement à des références comme HIS HERO IS GONE, UNBROKEN, INTEGRITY, ou TRAGEDY à l’écoute de cet introductif Progress to Oblivion, qui dès son entame, place la barre ses espoirs très bas, et le volume très haut, chatouillant de fait le spectre d’un Crustcore vraiment conséquent et nauséeux, constat qu’aucune composition ne viendra contredire.

Capté, mixé et masterisé par Scot Moriarty des fous du Grind du New-Jersey ORGAN DEALER, ce premier LP/EP est d’une consistance incroyable, et d’une férocité enviable, et semble s’évertuer à concrétiser en « musique » les odeurs néfastes des égouts d’Albany, New-York. Dès lors, impossible de ne pas se pincer les narines en ouvrant grand ses tympans pour en capter les émanations les plus nauséabondes, retranscrites à grands coups de riffs assassins, de rythmiques en coup du lapin, et de dissonances de bon matin, pour un réveil tout sauf sympathique, mais cruellement lucide. Autant jouer franc jeu, ce qui vous attend par ici n’est pas très joyeux, mais parvient à unir la lourdeur oppressante des GODFLESH et la vilénie instrumentale des NAILS, dans un élan de méchanceté musicale qui ne semble tolérer aucune limite, encore moins une quelconque fin heureuse. Le malheur, carburant des musiciens les plus véhéments ? C’est ce que semblent hurler ces morceaux maladifs, portés par des vocaux abrasifs, et des plans qui s’entrechoquent à vitesse impressionnante, nous laissant l’âme chancelante…

Gras, lourd, gros, sourd, le Metal à tendance Core des SCAVENGERS n’est pas beau, encore moins séduisant, mais il est efficace. Il privilégie bien sûr la violence et la démence, et ne bride aucunement ses instincts les plus bas, se mettant donc à hauteur d’une humanité dont l’empathie marque le pas. En vingt-et-une minutes et pas plus, les new-yorkais nous en enfoncent deux ou trois dans la gorge, et imaginent une époque encore plus tragique qu’elle ne l’est déjà, sans pour autant remettre en cause les fondements d’un Crust ricain vraiment pesant. Aussi métallique qu’il n’est Hardcore, leur mélange de la mort fait passer la nouvelle religion des PRIMITIVE MAN pour un gentil culte de frappés du bulbe, et transcendent les DISCHARGE pour les faire entrer dans l’urne spirituelle des FISSURE. Pas très agréable comme sensation, mais de la concision, et surtout, une propension à mettre l’emphase sur les aspects les moins sensibles, pour les rendre encore plus mortels. Ainsi, chez les américains, quand on est Heavy, on l’est pour la vie, et quand on est Crust, on s’emporte et on agonise. Vélocité vs lenteur, tel est l’affrontement permanent de ces sept compositions vraiment maladives, qui ridiculisent les tentatives les plus suicidaires des FETISH 69, sans pour autant sonner chargé ou exagéré. Non, tout est juste, et parfois violemment entraînant (« Proxy War » et ses accès de raffut touffu), tout en se montrant sous un jour vraiment déprimant, lors d’un final qui n’a rien à envier aux cauchemars les plus traumatiques de Justin Broadrick et Shane Embury (« October 1, 1997 »).

Feedback assourdissant et coups de percussions assommants, pour une valse sans hésitation entre tempi et oraisons (« Artifacts », visite organisée sans guide dans le tunnel sale à l’intérieur du tunnel crade, pour une ballade qui pue la souffrance par tous les porcs), lucidité instrumentale qui met mal à l’aise et taquine le Sludge le plus poisseux pour garder les doigts liquoreux (« Game Over », et on est bien conscient d’avoir perdu la partie), en somme, toutes les caractéristiques d’une société qui dérive et ne fait rien pour corriger le tir avant qu’il ne soit trop tard. Mais je soupçonne les SCAVENGERS d’être trop réalistes pour attendre encore quoi que ce soit de positif d’une existence qui les fatigue, mais qui leur inspire leurs couplets de martyrs. Et lorsque le Crust atteint ce niveau d’intensité et de nocivité, le plaisir est réel et complètement masochiste. Un portrait au vitriol d’un vingt-et-unième siècle qui pourrait bien être le dernier, et une virée sous les décombres d’une planète qui a finalement enterré son espèce pas si préférée. Un genre de conflit nucléaire en musique, sans abri antiatomique, qui vous irradie de son plutonium Crust avant de vous souffler de sa puissance Sludge.


Titres de l'album:

  1. Not Immortal
  2. Proxy War
  3. Laruba
  4. Artifacts
  5. Buyout
  6. Game Over
  7. October 1, 1997

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/12/2017 à 17:37
80 %    140

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !