Progress to Oblivion

Scavengers

13/01/2017

Wax Deli Records

Ça n’a pas l’air de trop rigoler aux Etats-Unis depuis quelques temps, on se demande bien pourquoi…Si l’ère Obama avait été porteuse d’espoirs en tout genre (dont certains méchamment déçus quand même), l’ère Trump semble favorable à l’émergence de voix nouvelles, antagonistes, et s’affrontant dans une joute verbale sans concessions, chacun campant sur ses positions démocrates ou républicaines. Du coup, tout ça représente une sacrée source d’inspiration pour les artistes de tous horizons, qui s’en donnent à cœur joie pour soutenir (quelques-uns) ou fustiger (beaucoup) cette nouvelle administration qui finalement, incarne à merveille l’Amérique moderne de sa décomplexion et de son libéralisme belligérant outrancier. Donald, le nouveau héros d’un continent en perdition ? Aussi grotesque soit cette affirmation, elle semble juste par instants, spécialement lorsque l’oreille se tend et entend les sons émis par des gangs pas vraiment rassurés de voir leur pays dominé par un perruqué orangé. Tiens, prenez les SCAVENGERS par exemple. Au jugé des émanations toxiques de leur premier LP, on sent qu’ils ne sont pas vraiment satisfaits de la situation, et qu’ils l’expriment de la plus directe des façons. Comment ? Par l’entremise d’un énorme Crust très sombre et violent, qui multiplie les allusions à la scène 90’s, qui pourtant ne subissait pas tel affront.

Pas vraiment constitué de bleu-bites, le gang s’est formé autour d’anciens musiciens du cru, jouant auparavant ou maintenant dans des combos plus ou moins obscurs comme RECON, LARIAT, NY IN 64, YOU AND I, FIRST BLOOD, ce qui dira certainement quelque chose aux plus underground d’entre vous. D’inspiration urbaine, le quatuor (John – basse/chant, Dave – guitare/chant, Tom – batterie et Byron – guitare) se ressource à la fontaine de jouvence irascible des nineties, lorsque le Hardcore se métallisait de plus en plus, et devenait de plus en plus grognon. On pense irrémédiablement à des références comme HIS HERO IS GONE, UNBROKEN, INTEGRITY, ou TRAGEDY à l’écoute de cet introductif Progress to Oblivion, qui dès son entame, place la barre ses espoirs très bas, et le volume très haut, chatouillant de fait le spectre d’un Crustcore vraiment conséquent et nauséeux, constat qu’aucune composition ne viendra contredire.

Capté, mixé et masterisé par Scot Moriarty des fous du Grind du New-Jersey ORGAN DEALER, ce premier LP/EP est d’une consistance incroyable, et d’une férocité enviable, et semble s’évertuer à concrétiser en « musique » les odeurs néfastes des égouts d’Albany, New-York. Dès lors, impossible de ne pas se pincer les narines en ouvrant grand ses tympans pour en capter les émanations les plus nauséabondes, retranscrites à grands coups de riffs assassins, de rythmiques en coup du lapin, et de dissonances de bon matin, pour un réveil tout sauf sympathique, mais cruellement lucide. Autant jouer franc jeu, ce qui vous attend par ici n’est pas très joyeux, mais parvient à unir la lourdeur oppressante des GODFLESH et la vilénie instrumentale des NAILS, dans un élan de méchanceté musicale qui ne semble tolérer aucune limite, encore moins une quelconque fin heureuse. Le malheur, carburant des musiciens les plus véhéments ? C’est ce que semblent hurler ces morceaux maladifs, portés par des vocaux abrasifs, et des plans qui s’entrechoquent à vitesse impressionnante, nous laissant l’âme chancelante…

Gras, lourd, gros, sourd, le Metal à tendance Core des SCAVENGERS n’est pas beau, encore moins séduisant, mais il est efficace. Il privilégie bien sûr la violence et la démence, et ne bride aucunement ses instincts les plus bas, se mettant donc à hauteur d’une humanité dont l’empathie marque le pas. En vingt-et-une minutes et pas plus, les new-yorkais nous en enfoncent deux ou trois dans la gorge, et imaginent une époque encore plus tragique qu’elle ne l’est déjà, sans pour autant remettre en cause les fondements d’un Crust ricain vraiment pesant. Aussi métallique qu’il n’est Hardcore, leur mélange de la mort fait passer la nouvelle religion des PRIMITIVE MAN pour un gentil culte de frappés du bulbe, et transcendent les DISCHARGE pour les faire entrer dans l’urne spirituelle des FISSURE. Pas très agréable comme sensation, mais de la concision, et surtout, une propension à mettre l’emphase sur les aspects les moins sensibles, pour les rendre encore plus mortels. Ainsi, chez les américains, quand on est Heavy, on l’est pour la vie, et quand on est Crust, on s’emporte et on agonise. Vélocité vs lenteur, tel est l’affrontement permanent de ces sept compositions vraiment maladives, qui ridiculisent les tentatives les plus suicidaires des FETISH 69, sans pour autant sonner chargé ou exagéré. Non, tout est juste, et parfois violemment entraînant (« Proxy War » et ses accès de raffut touffu), tout en se montrant sous un jour vraiment déprimant, lors d’un final qui n’a rien à envier aux cauchemars les plus traumatiques de Justin Broadrick et Shane Embury (« October 1, 1997 »).

Feedback assourdissant et coups de percussions assommants, pour une valse sans hésitation entre tempi et oraisons (« Artifacts », visite organisée sans guide dans le tunnel sale à l’intérieur du tunnel crade, pour une ballade qui pue la souffrance par tous les porcs), lucidité instrumentale qui met mal à l’aise et taquine le Sludge le plus poisseux pour garder les doigts liquoreux (« Game Over », et on est bien conscient d’avoir perdu la partie), en somme, toutes les caractéristiques d’une société qui dérive et ne fait rien pour corriger le tir avant qu’il ne soit trop tard. Mais je soupçonne les SCAVENGERS d’être trop réalistes pour attendre encore quoi que ce soit de positif d’une existence qui les fatigue, mais qui leur inspire leurs couplets de martyrs. Et lorsque le Crust atteint ce niveau d’intensité et de nocivité, le plaisir est réel et complètement masochiste. Un portrait au vitriol d’un vingt-et-unième siècle qui pourrait bien être le dernier, et une virée sous les décombres d’une planète qui a finalement enterré son espèce pas si préférée. Un genre de conflit nucléaire en musique, sans abri antiatomique, qui vous irradie de son plutonium Crust avant de vous souffler de sa puissance Sludge.


Titres de l'album:

  1. Not Immortal
  2. Proxy War
  3. Laruba
  4. Artifacts
  5. Buyout
  6. Game Over
  7. October 1, 1997

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/12/2017 à 17:37
80 %    404

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07