Practicing the Inner Arts

Desolate Plains

07/07/2017

Molon Lave Records

Voici un cas très intéressant à traiter, un cas se situant en convergence de plusieurs courants, et qui dévoile toute sa richesse au travers de titres complexes et francs à la fois. Si la Grèce fut autrefois parent pauvre de la scène Metal européenne, la barre a été redressée et le pays se présente aujourd’hui presque comme un leader, même si la tendance contemporaine privilégie les groupes progressifs, épiques, ou plus purement Heavy. Et même si les DESOLATE PLAINS le sont, ils ne se contentent pas de le rester, et explorent les recoins Death de la vague Thrash, tout en ménageant des parties mystiques et envoutantes, qui empêchent de les classer avec fermeté dans un créneau.

Formé l’année dernière, le combo n’aura pas traîné pour nous exposer ses vues sur un Metal atemporel, tout aussi hargneux et féroce qu’il n’est mélodique et coriace. Lampros Potamianos (guitares, basse, composition, paroles), Aliki Katriou (chant et bruitages, paroles et musiques additionnelles) et Hugo Ribeiro (batteur de session) se définissent donc comme un projet musical métallique rendant hommage à l’esprit humain, et son évolution constante à travers les siècles. Pour ce faire, ils ont choisi une voie plutôt inhabituelle, fortement influencée par le Death technique et progressif, qu’ils mâtinent de Thrash véloce et saccadé, mais aussi d’arrangements orientaux fascinants et oniriques qui confèrent à leurs chansons un aspect presque onirique et surréaliste.

Practicing the Inner Arts est donc une quête initiatique, qui nous fait traverser les époques et les styles avec une aisance déconcertante, et qui refuse le statisme d’un ancrage trop prononcé dans des balises temporelles. On pense au gré de l’écoute à un genre de SANCTUARY du sud, ou à un MEGADETH teinté de MYRATH, avec toutefois une emphase mise sur la violence que des harmonies de guitare viennent apaiser avec régularité. Il faut dire que les trois musiciens sont à l’aise avec leur instrument, même si la voix étrange d’Aliki perturbe parfois l’oreille de ses intonations lyriques.  

Difficile toutefois d’en apprendre plus sur eux, tant les infos manquent. Une simple page Facebook pas très fournie, une chaîne Youtube qui ne nous en dit pas plus, pour un premier jet qui ne se révèle qu’après de nombreux efforts.

Tout n’est certes pas parfait ici, et certains plans ont tendance à se recouper avec un peu trop d’évidence, spécialement au niveau des riffs les plus saccadés qui partagent un ADN commun. Mais la belle énergie de la rythmique qui se meut avec intelligence et imprévisibilité, et un chant qui oscille entre nappes harmoniques et grondements sourds et rauques permettent de pardonner quelques erreurs d’errance, et de rester attentif tout au long des quarante-deux minutes de ce premier jet.

Si l’on ajoute à ce bilan des soli très capables et une production tout à fait honnête (mais qui frise un peu dans les aigus), on obtient une première œuvre très riche, qui intéressera les plus aventureux d’entre vous. Ne vous laissez d’ailleurs pas amadouer par « The Return to Normalcy », l’ouverture vous aiguillant sur la piste d’un Thrash progressif à tendance Death, puisque là n’est pas la ligne directrice globale du LP. Mais en tant qu’entame franche et brutale, ce morceau fonctionne à plein régime, et nous embarque dans un voyage qu’autrefois NOCTURNUS avait entamé avec la fierté de claviers en contrepoint d’une brutalité outrancière.

Et dès « Being Of Despair », les choses deviennent moins claires et l’horizon se brouille d’un Heavy lyrique assez étrange, un peu CREMATORY sur les bords, mais dénaturé par un chant traité à la CYNIC tout à fait particulier.

Morceaux la plupart du temps courts et incisifs, agressifs, à l’image de l’impitoyable « The Rising », qui thrashe tout ce qui bouge, avec pertinence et violence, tout en assortissant sa brutalité de fioritures techniques appréciables, sans tomber dans le Techno Death roboratif et répétitif. Les trois hommes jouent vite et ferme, mais savent distiller les mélodies lorsqu’il le faut, pour ne pas nous lasser d’une routine un peu trop prévisible. De temps à autres, la montre laisse courir les aiguilles, et le temps le laisse à un « Shadow Of Eternity », qui une fois de plus puise son inspiration dans le Techno-Thrash des années 80, qu’il lifte d’un coup de jeune boostant. Guitares hachées menu, soudaines accélérations, break synthétique impromptu, pour un presque instrumental à peine survolée de quelques chœurs épars et oniriques.

« Practicing the Inner Arts » est un autre joli exemple de la science évolutive des grecs, qui n’hésitent pas à imposer des ambiances différentes pour coller à leur concept, et de multiplier les attaques percussives pour donner une impulsion démarquée à leur Thrash/Death original et déformé. Le talent d’interprète de Katriou est d’ailleurs un atout clé pour la formation, tant ses digressions vocales nous font penser à une mise en scène théâtrale et musicale, dans laquelle il se positionnerait en tant que sujet d’étude de l’âme humaine en incarnant justement l’humanité dans toute sa diversité.

Difficile de se montrer négativement critique à l’égard des DESOLATE PLAINS, puisque malgré une formation récente, les trois instrumentistes possèdent déjà une empreinte personnelle très profonde. Et même lorsque les titres se restreignent en deçà des trois minutes (« On The Verge »), les plans, breaks et idées se percutent à grande vitesse pour nous faire tourner la tête à 180 degrés. Nous avons même droit à un final tonitruant, « When Birds Gather Low », qui suggère autant TESTAMENT que MEGADETH, OPETH, ou une touche de Thrash/Doom à la TOURNIQUET, avec quelques similitudes de timbre qui valident cette comparaison.

Mais inutile de trop chercher à comparer ce trio à d’autres références, puisque leur originalité crève les oreilles, et rend ce premier album assez unique en son genre. Il reste encore des choses à affiner, notamment dans ces atmosphères un peu trop systématiques, mais en l’état, le chantier musical est très abouti, et repose sur de solides fondations.

Une sortie surprenante, qu’on découvre avec plaisir, et qui annonce l’émergence d’une nouvelle tête de liste en Grèce. Un pays qui décidément, n’en finira pas de nous surprendre…


Titres de l'album:

  1. The Return to Normalcy
  2. Being of Despair
  3. Items of Beauty
  4. Discoloration of the Iris
  5. Beneath My Skin
  6. The Rising
  7. On the Verge
  8. Shadow of Eternity
  9. Practicing the Inner Arts
  10. Parasite
  11. Taming an Inner Storm
  12. When Birds Gather Low

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/08/2017 à 14:42
75 %    819

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
07/08/2017, 18:19:46
La Grèce parent pauvre ? Ils avaient un paquet de bons groupes reconnus à l'étranger dès la fin des années 90, je ne suis pas trop d'accord avec ça.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57

Simony

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

26/10/2020, 17:22

Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46