The Cthulhian Pulse : Call From The Dead City

Puteraeon

13/11/2020

Emanzipation Productions

Suède, Death Metal. Voilà, sans vouloir en rajouter dans les clichés, mais cette association résonne dans les neurones comme celle de l’Italie et de l’opéra, de la France et la musette, des Etats-Unis et du Thrash, et de l’Allemagne et du Heavy Metal pur jus. Admettons une fois pour toutes que ce petit pays du nord de l’Europe a révolutionné le genre à la fin des années 80, et que les théories développées à l’époque servent toujours d’assise aux groupes old-school de notre ère. Nonobstant cette appellation contrôlée qui oblige les musiciens nationaux à mettre la barre de plus en plus haut, il faut reconnaître que les dits musiciens ont deux options : respecter les commandements et les appliquer tels quels à grands coups de HM-2 et de grognements gutturaux, ou prendre le risque d’y imprimer leur patte, sachant pertinemment qu’ils risquent de se casser méchamment la gueule sur la pente de la prétention. Mais partant du principe qu’à force de regarder dans l’abime, l’abime finit par regarder en vous, certains ont le culot de croire qu’ils peuvent devenir plus evil que les pères fondateurs, en modulant légèrement leurs enseignements pour les rendre encore plus létaux. Ainsi vogue la barque des PUTERAEON depuis la fin des années 2000, et bien que leur nom de baptême évoque plus volontiers une insulte en basque qu’une entité diabolique scandinave, leur musique est l’une des plus féroces et efficaces du marché. Pas étonnant au vu du passif du groupe, qui depuis son premier album, repousse les limites de la fascination pour Lovecraft et ses écrits ésotériques. Avec sous le manteau des produits de qualité, le groupe s’en revient donc avec un quatrième longue-durée sous le bras, largement à la hauteur des trois premiers, The Esoteric Order (2011), Cult Cthulhu (2012) et The Crawling Chaos (2014).

Il aura donc fallu six ans au quatuor (Jonas Lindblood: guitare/chant, Daniel Vandija: basse, Anders Malmström: batterie et Rune Foss: guitare, chœurs) pour écrire une suite à leurs sombres aventures, mais l’attente en valait clairement la peine. Il ne suffit que d’un seul morceau et quelques minutes pour achever de convaincre le fan de Death à la suédoise que les PUTERAEON font partie du haut du panier de la méchanceté musicale venue du froid. Se réclamant bien sûr des plus grandes influences du genre (ENTOMBED, DISMEMBER, GRAVE), les originaires du comté de Västra Götaland signent avec The Cthulhian Pulse : Call From The Dead City le plus grand album de Death nostalgique de l’année, le plus puissant, le plus violent, le plus intelligent, et le plus maléfique. Certes, le mois de juillet se termine à peine, mais il n’y a pas grand effort à faire pour savoir que la concurrence va être obligée de se dépasser au-delà de toute limite pour tenter de surpasser la puissance de ce quatrième album qui sonne comme une déclaration de guerre à la normalité et au passéisme. Se basant sur la froideur effective des tendances de son pays, le groupe accentue les aspects les plus agressifs, et propose de courtes chansons, directes mais aux arrangements léchés, un son de guitare qui ridiculise les enterrements de première classe de l’époque, et une ambiance générique en forme de fournaise dans un pays où le froid domine le climat presque toute l’année. D’ailleurs, The Cthulhian Pulse : Call From The Dead City malgré sa durée à de faux-ars de nuit éternelle, mise en page par le grand Lovecraft lui-même, la plume acérée et l’envie de nous réserver un destin funeste intacte. Et après la maousse intro « Horror In Clay » qui nous présente au Golem, modelé de la boue la plus infâme pour foutre le bordel chez les croyants et bigots, « The Sleeping Dread » rentre dans le vif du sujet de son entame débordant de fills, de riffs énormes, et d’un son à réveiller tous les morts tombés au champ d’horreur.

Mixé et masterisé par la légende Dan Swanö, ce quatrième long est un modèle de Death actualisé qui n’a rien perdu de son efficacité de départ. D’ailleurs, Dan, pourtant rompu à l’exercice et au CV aussi chargé qu’une fosse commune n’hésite pas à se montrer dithyrambique à propos de sa collaboration avec PUTERAEON. Il déclare à postériori à propos de cet album qu’il est « l’un des meilleurs albums que j’ai mixé, et certainement le meilleur album du groupe à ce jour ». Et si la déclaration enthousiaste a tout du discours promotionnel, je ne peux que partager la fierté du producteur qui en effet, s’est attaqué à une charge massive, pour en amplifier encore plus la portée. Impossible de résister à cette fougue qui parvient à combiner la froideur suédoise et l’énergie américaine, sans paraître opportuniste ou trahir l’un des deux camps. En trente-sept minutes à peine, les suédois parviennent à mettre en musique le débarquement d’une horde de démons sur la terre, ravageant tout sur leur passage, et ne laissant que sang et os derrière eux. Rarement production aura été en telle adéquation avec une musique aussi mystique que pragmatique, et aucun titre ne déçoit ni ne baisse de régime. « Permeation », plus classique et Heavy rappelle l’époque glorieuse des premiers albums nationaux, avec ce son de guitare si symptomatique et rigide, et les nombreuses accélérations et breaks confèrent à l’œuvre une aura presque surnaturelle. Titres courts qui percutent et bousculent, idées classiques transcendées par une interprétation des plus hargneuses, chant grave et convaincant sur la durée, ambiance de mort et de massacre organisé, pour une fête de l’occulte qui tourne au triomphe du mal absolu.

J’ai connu des centaines d’album du créneau, me suis fait les dents sur les précurseurs, les suiveurs, ceux qui parvenaient tant bien que mal à réactualiser le genre, mais j’avoue n’avoir été que très rarement le témoin d’une telle boucherie. Parvenant à rivaliser avec tous les cadors, The Cthulhian Pulse : Call From The Dead City est en passe de devenir l’une des pierres angulaires du genre, avec sa méchanceté permanente que l’on sent au moindre riff de « The Curse », alors même que ce quatrième chapitre de l’aventure fait partie des plus mélodiques de ses auteurs. Double grosse caisse implacable, utilisation des ambiances terrifiante d’efficacité, poussées de fièvre Heavy à donner la gerbe à Lars Goran Petrov (« Into The Watery Grave »), créativité dans le classicisme, pour atteindre parfois les tréfonds d’un enfer qui ne supporte que la violence la plus crue (« Terror At Sea »). Alors, de là, une seule conclusion s’impose. Faites entièrement confiance à Dan Swanö et écoutez The Cthulhian Pulse : Call From The Dead City. Au risque de ne plus rien supporter d’une qualité inférieure pendant de longs mois. Car cet album fait non seulement partie des meilleures réalisations d’une année non terminée, mais aussi d’une décennie qui ne va pas tarder à l’être.     

  

Titres de l’album:

01. Horror In Clay

02. The Sleeping Dread

03. Permeation

04. Nameless Rites

05. The Curse

06. Legrasse’s Puzzle

07. Into The Watery Grave

08. Call Of R’lyeh

09. Terror At Sea

10. The End Cometh


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/11/2020 à 17:26
98 %    218

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57