Spit Forth From Chaos

Celestial Bodies

17/03/2017

I, Voidhanger Records

Une guerre cosmique entre de monstrueuses divinités, émergeant d’une mythologie enfouie dans le passé, tel est le programme proposé par deux autres monstrueuses entités, nous en venant des Pays-Bas. Le projet CELESTIAL BODIES est donc tout sauf anodin et distille sa philosophie nihiliste au travers d’une musique chaotique qui ne l’est pas moins. A la base de ce nouveau concept, deux hommes qui sont tout sauf des inconnus, et qui évoluent dans des univers aussi parallèles que perpendiculaires.

L’un s’occupe de la noirceur et des dissonances au sein de NIHILL, manipulant l’électronique et les couches de chant abrasives et écorchées, et il s’appelle Vincent Koreman. L’autre expérimente sur son kit de nouvelles formes d’expression rythmique, et assure l’assise aléatoire au sein des DEAD NEANDERTHALS, et il se nomme Rene Aquarius 

Les deux travaillant conjointement bruit dans la main ont donc décidé de proposer leurs vues sur un Black Metal largement Noisy, qui peut tout autant évoquer ABRUPTUM que FULL OF HELL, MERZBOW, et tout autre créature protéiforme refusant la normalité d’une musique dite « structurée », pour se concentrer sur des évolutions libres qui flirtent souvent avec les frontières du bruit le plus brut et absolu.

Pourtant, une certaine cohérence unifie leur travail à quatre mains, et il faut reconnaître que Spit Forth From Chaos, en tant que première tentative parvient à susciter l’intérêt, à cause de son refus des contraintes, mais aussi grâce à une intelligence de composition qui réfute les principes du Noise le plus obtus.

Nous n’avons donc pas affaire à une accumulation de sons stridents et de parties instrumentales aléatoirement assemblées, mais bien à un concept qui sait exactement où il va, même s’il emprunte parfois des nébuleuses opaques qui nous perdent dans le cosmos de l’avant-garde.

En presque quarante minutes, les deux hollandais font le tour de leur question BM un peu sadique et bruitiste, et ne cherchent nullement à fédérer l’opinion publique. Mais pour autant, ils ne cherchent pas non plus à s’aliéner une fanbase potentielle, et reconnaissons avec objectivité que leur travail est largement digne d’intérêt. Difficile de les comparer à d’autres élites déjà existantes, même si le duo cite l’influence d’ABRUPTUM, qu’on pourrait fondre dans l’ombre d’un PAINKILLER pour obtenir une sorte de Black Jazz noisy en équilibre instable.

En fait, le tout sonne comme une jam impromptue et les lumières éteintes entre un MERZBOW un peu fatigué de se fracasser contre le mur du feedback, un GNAW THEIR TONGUES désireux de sonner un peu plus musical que d’ordinaire, et un éventuel FANTOMAS plus obsédé par John Cale que par les bandes originales de film.

La comparaison est somme toute assez personnelle, mais colle bien à la réalité expérimentale de ce premier album qui ne supporte que très peu de comparaisons, et qui rebutera autant qu’il ne séduira les moins impressionnables d’entre vous.

Mais il est difficile de résister à cette combinaison étrange entre des volutes électroniques stridentes et un constant numéro de funambule rythmique. Les deux hommes semblent se connaître parfaitement et se reposer l’un sur l’autre, même si quelques flottements indiquent une improvisation indéniable par moments.

Et les oreilles les plus sensibles ne pourront supporter des attaques soniques aussi intenses et irritantes que celle de « Kingdom Of Black Torment », qui semble jouer avec nos nerfs pour nous pousser dans nos derniers retranchements de tolérance. En triturant un beat épileptique qui virevolte comme une mouche évitant l’écrasement fatal, Rene Aquarius nous bouscule de ses codes de frappe libre, qui s’accommodent pourtant très bien de la voix passée au papier de verre de son compère Vincent. Ce dernier accumule les bruitages qui percent les tympans, donnant à la musique de CELESTIAL BODIES un background Space-Noise assez perturbant, que seules des lignes vocales noires rattachent au BM le moins traditionnel.

En gros, et pour résumer, ça hurle, ça frôle l’overdose de percussions, et les itérations acides de claviers achèvent de nous donner la nausée. Et pourtant, impossible de se détacher de cette expérience extrême qui tourne et tourne sans presque jamais se répéter, et qui nous hypnotise de son parti pris absolu.

Terrifiant non ?

Oui, pour le moins.

Dans un registre similaire et néanmoins différent, « No Place To Hide » suggère une collision entre les premières et démoniaques années de HELLHAMMER et les exactions les plus glaçantes de REVENGE, le tout survolé d’un chant qui puise dans ses traumas les plus incurables l’essence d’une expression cathartique.

Spit Forth From Chaos est le genre d’album en définitive qu’il faut écouter in extenso pour en comprendre les méandres et les interrogations. Interrogations qui n’aboutissent à aucune réponse, et qui sont exposées clairement dès le chaotique « The Final Covenant », qui s’impose en forme de Free Black Jazz extrêmement intense et difficile d’approche.

Mais le duo à l’intelligence de butiner les fleurs du mal sans trop s’arrêter sur un pistil, et tranche ses visions en segments assez fins, et parfois, complètement fous, comme le vol d’un sphinx à deux doigts du trépas (« The Nazarene Bastard Crownded », limite Grind/Noise/Black/Jazz, et finalement, plus que limite même).

D’autres à contrario s’imposent dans le temps et l’espace, comme pour symboliser cette lutte entre des Dieux mythologiques à la mémoire pointue, méchamment réveillés par une contestation qu’ils ne tolèrent pas (« Burning Trident », l’équivalent musical de Poséidon sortant des eaux pour calmer quelques excités).

Quelques traces d’Indus/Ambient, qui nous rappellent au bon souvenir des SWANS, du BRUTAL TRUTH d’Endtime et des FETISH 69 («Sign Of The Wolf », que nos TREPONEM PAL auraient pu entonner s’ils avaient connu les CNK), et un final traumatique qui pousse tous les excès au-delà de la tolérance la plus large (« Towards Perdition », qui mérite bien son nom et qui atomise un Black libre sur les neutrons d’un Noise jazzy tournant fou, pour la conclusion la plus BM de l’album), et le bilan est plus que positif pour un disque qui se veut l’équivalent d’une séance de flagellation auditive aux vertus étonnement curatives…

Que la plèbe se rassure, ce LP n’est pas pour elle. Il vaut mieux être rompu à l’exercice du Black Noise le plus free, et du Jazzcore le plus fourni. Mais en tant que side-project, CELESTIAL BODIES signe avec Spit Forth From Chaos la plus belle illustration du chaos originel, qui a débouché sur un monde tordu envahi de créatures futiles idolâtrant de faux dieux au nom du progrès.

Faites-vous une idée de la symphonie originelle et de la colère brute. De nos jours, retrouver ses racines les plus éloignées est un luxe qu’on ne peut pas refuser.


Titres de l'album:

  1. The Final Covenant
  2. The Nazarene Bastard Crowned
  3. Burning Trident
  4. Destroyer of Aeons
  5. Return to the Endless Void
  6. Sign of the Wolf
  7. Chaos of Infinity
  8. Kingdom of Black Torment
  9. No Place to Hide
  10. Reflections of Ain Soaf
  11. Towards Perdition

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/07/2017 à 14:06
78 %    601

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10