Une guerre cosmique entre de monstrueuses divinités, émergeant d’une mythologie enfouie dans le passé, tel est le programme proposé par deux autres monstrueuses entités, nous en venant des Pays-Bas. Le projet CELESTIAL BODIES est donc tout sauf anodin et distille sa philosophie nihiliste au travers d’une musique chaotique qui ne l’est pas moins. A la base de ce nouveau concept, deux hommes qui sont tout sauf des inconnus, et qui évoluent dans des univers aussi parallèles que perpendiculaires.

L’un s’occupe de la noirceur et des dissonances au sein de NIHILL, manipulant l’électronique et les couches de chant abrasives et écorchées, et il s’appelle Vincent Koreman. L’autre expérimente sur son kit de nouvelles formes d’expression rythmique, et assure l’assise aléatoire au sein des DEAD NEANDERTHALS, et il se nomme Rene Aquarius 

Les deux travaillant conjointement bruit dans la main ont donc décidé de proposer leurs vues sur un Black Metal largement Noisy, qui peut tout autant évoquer ABRUPTUM que FULL OF HELL, MERZBOW, et tout autre créature protéiforme refusant la normalité d’une musique dite « structurée », pour se concentrer sur des évolutions libres qui flirtent souvent avec les frontières du bruit le plus brut et absolu.

Pourtant, une certaine cohérence unifie leur travail à quatre mains, et il faut reconnaître que Spit Forth From Chaos, en tant que première tentative parvient à susciter l’intérêt, à cause de son refus des contraintes, mais aussi grâce à une intelligence de composition qui réfute les principes du Noise le plus obtus.

Nous n’avons donc pas affaire à une accumulation de sons stridents et de parties instrumentales aléatoirement assemblées, mais bien à un concept qui sait exactement où il va, même s’il emprunte parfois des nébuleuses opaques qui nous perdent dans le cosmos de l’avant-garde.

En presque quarante minutes, les deux hollandais font le tour de leur question BM un peu sadique et bruitiste, et ne cherchent nullement à fédérer l’opinion publique. Mais pour autant, ils ne cherchent pas non plus à s’aliéner une fanbase potentielle, et reconnaissons avec objectivité que leur travail est largement digne d’intérêt. Difficile de les comparer à d’autres élites déjà existantes, même si le duo cite l’influence d’ABRUPTUM, qu’on pourrait fondre dans l’ombre d’un PAINKILLER pour obtenir une sorte de Black Jazz noisy en équilibre instable.

En fait, le tout sonne comme une jam impromptue et les lumières éteintes entre un MERZBOW un peu fatigué de se fracasser contre le mur du feedback, un GNAW THEIR TONGUES désireux de sonner un peu plus musical que d’ordinaire, et un éventuel FANTOMAS plus obsédé par John Cale que par les bandes originales de film.

La comparaison est somme toute assez personnelle, mais colle bien à la réalité expérimentale de ce premier album qui ne supporte que très peu de comparaisons, et qui rebutera autant qu’il ne séduira les moins impressionnables d’entre vous.

Mais il est difficile de résister à cette combinaison étrange entre des volutes électroniques stridentes et un constant numéro de funambule rythmique. Les deux hommes semblent se connaître parfaitement et se reposer l’un sur l’autre, même si quelques flottements indiquent une improvisation indéniable par moments.

Et les oreilles les plus sensibles ne pourront supporter des attaques soniques aussi intenses et irritantes que celle de « Kingdom Of Black Torment », qui semble jouer avec nos nerfs pour nous pousser dans nos derniers retranchements de tolérance. En triturant un beat épileptique qui virevolte comme une mouche évitant l’écrasement fatal, Rene Aquarius nous bouscule de ses codes de frappe libre, qui s’accommodent pourtant très bien de la voix passée au papier de verre de son compère Vincent. Ce dernier accumule les bruitages qui percent les tympans, donnant à la musique de CELESTIAL BODIES un background Space-Noise assez perturbant, que seules des lignes vocales noires rattachent au BM le moins traditionnel.

En gros, et pour résumer, ça hurle, ça frôle l’overdose de percussions, et les itérations acides de claviers achèvent de nous donner la nausée. Et pourtant, impossible de se détacher de cette expérience extrême qui tourne et tourne sans presque jamais se répéter, et qui nous hypnotise de son parti pris absolu.

Terrifiant non ?

Oui, pour le moins.

Dans un registre similaire et néanmoins différent, « No Place To Hide » suggère une collision entre les premières et démoniaques années de HELLHAMMER et les exactions les plus glaçantes de REVENGE, le tout survolé d’un chant qui puise dans ses traumas les plus incurables l’essence d’une expression cathartique.

Spit Forth From Chaos est le genre d’album en définitive qu’il faut écouter in extenso pour en comprendre les méandres et les interrogations. Interrogations qui n’aboutissent à aucune réponse, et qui sont exposées clairement dès le chaotique « The Final Covenant », qui s’impose en forme de Free Black Jazz extrêmement intense et difficile d’approche.

Mais le duo à l’intelligence de butiner les fleurs du mal sans trop s’arrêter sur un pistil, et tranche ses visions en segments assez fins, et parfois, complètement fous, comme le vol d’un sphinx à deux doigts du trépas (« The Nazarene Bastard Crownded », limite Grind/Noise/Black/Jazz, et finalement, plus que limite même).

D’autres à contrario s’imposent dans le temps et l’espace, comme pour symboliser cette lutte entre des Dieux mythologiques à la mémoire pointue, méchamment réveillés par une contestation qu’ils ne tolèrent pas (« Burning Trident », l’équivalent musical de Poséidon sortant des eaux pour calmer quelques excités).

Quelques traces d’Indus/Ambient, qui nous rappellent au bon souvenir des SWANS, du BRUTAL TRUTH d’Endtime et des FETISH 69 («Sign Of The Wolf », que nos TREPONEM PAL auraient pu entonner s’ils avaient connu les CNK), et un final traumatique qui pousse tous les excès au-delà de la tolérance la plus large (« Towards Perdition », qui mérite bien son nom et qui atomise un Black libre sur les neutrons d’un Noise jazzy tournant fou, pour la conclusion la plus BM de l’album), et le bilan est plus que positif pour un disque qui se veut l’équivalent d’une séance de flagellation auditive aux vertus étonnement curatives…

Que la plèbe se rassure, ce LP n’est pas pour elle. Il vaut mieux être rompu à l’exercice du Black Noise le plus free, et du Jazzcore le plus fourni. Mais en tant que side-project, CELESTIAL BODIES signe avec Spit Forth From Chaos la plus belle illustration du chaos originel, qui a débouché sur un monde tordu envahi de créatures futiles idolâtrant de faux dieux au nom du progrès.

Faites-vous une idée de la symphonie originelle et de la colère brute. De nos jours, retrouver ses racines les plus éloignées est un luxe qu’on ne peut pas refuser.


Titres de l'album:

  1. The Final Covenant
  2. The Nazarene Bastard Crowned
  3. Burning Trident
  4. Destroyer of Aeons
  5. Return to the Endless Void
  6. Sign of the Wolf
  7. Chaos of Infinity
  8. Kingdom of Black Torment
  9. No Place to Hide
  10. Reflections of Ain Soaf
  11. Towards Perdition

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/07/2017 à 14:06
78 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)