Burn Everything

Anti Anti Anti

27/12/2020

Autoproduction

ANTI ANTI ANTI, moi je veux bien, mais anti quoi ? Antifa? Antiquaire? Antigone? Faudrait voir à être plus précis les gars, parce que ça reste vague tout ça. Bref, nous en venant de Germanie, comme l’a chanté Michel Sardou, le quatuor susnommé nous propose son premier album, après avoir jeté à la face d’un monde médusé un premier EP en 2019, sobrement éponyme et terriblement bref. Mais on pouvait y juger sur pièce des qualités d’un groupe déjà bien affûté, et prêt à affronter tous les cadors de la scène vintage Thrash européenne. Mais alors, pourquoi revendiquer des influences US, alors même que l’on joue de la musique dans l’autre pays du faux mage ? Le règne allemand sur la brutalité dans les années 80 était clairement partagé avec les Etats-Unis, mais il semblerait qu’aujourd’hui les frontières se brouillent pour que les deux pays fusionnent leurs références. C’est en tout cas ce qu’on retire de la musique gravée numériquement sur ce Burn Everything, qui en effet à des allures de napalm balancé d’un bombardier. Tout cramer, c’est la solution à la Léodagan, mais malgré son leitmotiv, ANTI ANTI ANTI est tout sauf une petite assemblée de gentils crétins qui prétendent tout raser pour mieux reconstruire. Formé en 2018, ce quatuor rassemblant Steff (chant), Alex (batterie), Lars (basse) et Thorsten (guitare) se revendique de deux idoles majeures, ANTHRAX et EXODUS, comme tous les musiciens se réclamant d’un Crossover assumé. Et s’il est certain que les deux groupes US trouvent bonne place dans le catalogue des icônes des allemands, ils ne dominent pas pour autant tous les débats, puisqu’on trouve aussi des traces patentes de D.R.I, de WEHRMACHT, de NUCLEAR ASSAULT et autres TOXIC HOLOCAUST. De quoi passer un bon moment.

Et ce bon moment est animé par des trublions de l’extrême élastique qui connaissent leurs classiques, et qui récitent leurs leçons avec une grande application. Les ANTI ANTI ANTI prouvent qu’on peut redoubler, foutre le bordel, mais rester sérieux parfois pour choper une note correcte, et les quatre potes au sourire vite dégainé nous proposent donc une belle collection de morceaux courts et percutants qui ne dépassent que très rarement les trois minutes. Un timing plutôt Core, pour une musique totalement métallique, ce qui n’empêche pas ces originaires de Cologne de savoir occuper le terrain lorsqu’ils le souhaitent. Ainsi, le long (enfin, tout est relatif) « Alpha & Omega » rappelle méchamment la rencontre impossible entre les DEATH  ANGEL et les CRO-MAGS, et démontre qu’avec un peu plus d’espace, les quatre instrumentistes/compositeurs savent se montrer volubiles. D’une vitesse maîtrisée, ce premier album qui reste savamment sous la barre de la demi-heure se savoure chaud, voire bouillant, et avec une folie légèrement Punk en contrepoint, le quatuor parvient à signer un premier chapitre de carrière étonnant et détonnant, et aussi crédible que certains albums majeurs de groupes confirmés.

Entrain, saine rage et ramage accordé au plumage, la recette des allemands est sobre, mais méchamment efficace. Et si d’aventure « Full Speed Ahead » vous paraissait un peu timide au regard de son titre, ne vous inquiétez pas, le reste du répertoire lâche largement les watts et les BPM. Thorsten assure comme un bro de Venice avec ses riffs francs et véloces, alors que la frappe assurée d’Alex s’accorde admirablement bien de la rondeur de la basse de son collègue Lars. Mais ajoutez en sus le chant complètement cogné de Steff, qui doit admirer depuis longtemps les hurlements de sorcière de Paul Baloff et Robert Gonnella, et vous obtenez au final un cocktail assez intéressant entre EXODUS et ASSASSIN, même si les ANTI ANTI ANTI n’atteignent que très rarement l’intensité de ces derniers. Cela dit, lorsqu’ils veulent pousser la vitesse au maximum, rien ne les en empêche, et ça nous donne de petits brûlots Thrashcore comme ce teigneux « Join the Slaver's Trade » qui dérate comme un lapin dans les phares d’une BMW.

Une ambiance joviale donc, qui ne considère la violence que sous son aspect le plus euphorique et contagieux, et une sacrée leçon de savoir-faire Thrash, fluide comme la farine Francine. A l’image des contemporains de MUNICIPAL WASTE et de TOXIC HOLOCAUST, ANTI ANTI ANTI refuse de se prendre trop au sérieux, et se la joue Hardcore versant Metal, sans trahir l’un ou l’autre des deux camps. C’est toujours preste, agreste même, et l’atmosphère est propice au slam et au skate, même si tanguer sur une planche à ce rythme peut s‘avérer dangereux pour les genoux et les mollets. On déguste bien frappées des tranches de vie rapides comme « Master Fight », mais on aime aussi la grosse basse roulée de « The Hard Way », qui rappelle un peu les échos du NYHC. On aime aussi ces quelques allusions éparses aux nineties de PANTERA dans les effluves les plus groove, et à contrario des ancêtres de SODOM, DESTRUCTION ou ACCUSER, les ANTI ANTI ANTI ne manquent jamais de jus, à tel point que la dernière partie de l’album est la plus intense de l’ensemble. Alors on pogote sévère sur l’air endiablé de « Pull the Trigger » qui accélère sans prévenir et fait voler les étiquettes de caleçon, et on moshe médium sur l’hymne final absolu « Anti Anti Anti », qui de son up tempo de crapaud nous cogne les couilles quand on saute. On réfléchit même TANKARD à ce moment précis puisque la voix de Steff rappelle joyeusement les intonations de notre cher Gerre.

Tiens, on pourrait même envisager les truands comme les héritiers légitimes du triptyque EXODUS, TANKARD et TOXIC HOLOCAUST, puisque la formule semble juste et me plaît. Et puis de toute façon, ces quatre crétins l’affirment haut et fort, « We Are Sublime », et ils ne sont pas loin d’avoir raison de ne pas avoir tort. Et comme le tort tue, autant rester en vie pour admirer les tortues, et comme cette phrase ne veut strictement rien dire, je vous incite fortement à vous déhancher le popotin au son de ce Burn Everything, qui ne brulera rien d’autre que votre déprime et quelques kilos en trop. ANTIdote, ANTIvol, et ANTIpapathique



Titres de l’album:

01. Full Speed Ahead

02. We Are Sublime

03. The Cure becomes the Poison

04. The Eyes of the Lambs

05. Psycho A Go-Go

06. Alpha & Omega

07. Impulse Control

08. Mob Laws

09. Join the Slaver's Trade

10. Master Fight

11. The Hard Way

12. Pull the Trigger

13. Anti Anti Anti


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/01/2022 à 17:58
82 %    67

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


booms
@5.51.210.183
08/01/2022, 18:56:45

Antifa caca

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26