And Yet It Moves

Timechild

12/11/2021

Mighty Music

Du royaume du Danemark nous provient un nouveau chevalier, fort bien armé pour affronter l’armée Hard-Rock mondiale. Présenté par un concert de louanges de son label Mighty Music, TIMECHILD a donc gros à jouer avec sa première quête, et n'a pas droit à l’erreur. En effet, la maison de disques danoise ose même affirmer que ce premier album est sans doute le meilleur album de Hard-Rock danois depuis No Fuel Left for the Pilgrims, et la comparaison avec les aînés de D.A.D risque de représenter un écueil majeur dans la conquête de l’Europe de ce quatuor sympathique. Alors, après écoute approfondie de cet And Yet It Moves, la comparaison s’avère assez maladroite. D’abord, et principalement, parce que les TIMECHILD et D.A.D n’évoluent pas du tout dans le même créneau, les premiers admettant une influence seventies et BLACK SABBATH très marquée alors que les seconds acceptent plutôt un parallèle criant avec les frères Young et AC/DC.

Ensuite, et très subjectivement, parce que No Fuel Left for the Pilgrims ne supporte aucune comparaison dans son domaine. Il fut, est et sera toujours le meilleur album produit par la nation danoise, et quiconque a eu la chance comme moi de voir les D.A.D le défendre sur scène savent de quoi je parle et ne me contrediront certainement pas. Nonobstant ces quelques conclusions tirées tout sauf à la hâte, le premier album des TIMECHILD a bien des qualités, et s’inscrit totalement dans la mouvance old-school actuelle, défendue par les BARONESS, GRETA VAN FLEET et autres BLACK COUNTRY COMMUNION. A savoir, proposer un Rock vraiment dur joué par des passionnés, qui estiment - peut-être à juste titre - que rien de vraiment nouveau ou excitant n’a été produit depuis les seventies.

Alors, Anders Folden Brink (chant/guitare), Birk (guitare/chœurs), Martin Haumann (batterie) et Daniel Bach (basse/chœurs) recyclent à fond la gamelle, et osent les parallèles troublants avec le SAB le plus puriste, mais aussi avec le DEEP PURPLE le plus emphatique. On retrouve aussi dans leur musique des accents de CACTUS, de DIO, un poil de LED ZEP, et quelques autres ingrédients indispensables à la ratatouille de nostalgie. Bénéficiant du soutien solide de Soren Andersen (Glenn HUGHES, Jesper BINZER, THUNDERMOTHER, Marco MENDOZA, ARTILLERY) à l’enregistrement, mixage et mastérisation, TIMECHILD a donc joué sur du velours pour mettre en avant ses propres compositions, typiques d’une décennie de liberté et de fougue, avec toutefois, une réelle envie de remettre au goût du jour ses standards de production.

Profitant du cloisonnement imposé par le confinement de la pandémie de COVID, ces quatre musiciens ont donc pris leur temps pour élaborer un répertoire crédible, et si la majorité des titres prône une lourdeur assez symptomatique, et des mélodies amères très prononcées, certains chapitres osent l’up tempo plus nerveux, nous permettant de sautiller sur un pied pour égayer notre morne journée. Au nord donc, rien de nouveau, mais une habile manipulation temporelle pour nous renvoyer dans les arcanes seventies, qui cachent encore de nombreux trésors pour qui sait y fouiller.

Et si le groupe ne s’est formé qu’en 2021, pour lâcher son premier long en 2021, le métier des musiciens se fait sentir, et l’importance de la période Dio du SAB’ aussi. On le sent clairement sur les morceaux les plus lourds et bluesy, à l’instar du transpirant « Children Of A Killing Sun », que Ronnie James aurait pu interpréter de sa voix d’or. Mais ce parrainage, loin d’être encombrant, est plus le témoigne d’une passion que la preuve d’un plagiat à peine déguisé. Et lorsque vos oreilles se poseront sur le subtil et ouvragé « Shrapnel », vous comprendrez immédiatement que la sincérité qui se dégage de ce premier album est bien réelle, et non feinte. Harmonies à trois voix, guitare caressante, pour un trip certes passéiste, mais avec une vue plus contemporaine sur le paysage musical.

Quarante minutes, pas plus, et une passion qui suinte des sillons. And Yet It Moves est le type même d’album qui se doit d’être écouté en vinyle, pour ressentir cette profondeur des graves et cette basse gironde, et ces guitares aux médiums tranchants. Certes, les facilités d’usage, les similitudes entre les thèmes pourront parfois gâcher le plaisir, mais en parvenant parfois à taper dans le créneau exigent des GRAVEYARD, les TIMECHILD mettent un point d’honneur à jouer vrai, et nous transportent dans un bar de Copenhague, à la nuit tombée, lorsque les âmes se dévoilent et que la lucidité chancelle dans l’obscurité.

« Choir Of Man » est à ce titre un modèle épique, avec un feeling débordant, des riffs classiques du Heavy Metal des origines, mais surtout, des dégoulinades de voix de l’impérial Anders Folden Brink, qui s’avère maître de cérémonie noble et généreux.

« And Yet It Moves », title-track explosif comme on les aime, introduit l’album dans un concert de percussions appuyées, et déroule la noblesse d’un hommage au passé qui revient comme les saisons. Le placer en ouverture est un choix très malin effectué par le quatuor, mais aussi une preuve de franchise : ce hit est en effet le plus représentatif de sa démarche.

Son parfait et chaud, sensation de voir le groupe enregistrer live en studio, crises soudaines d’énergie (« Haze Of The Dawn », qu’on aurait bien écouté interprété par THE WINERY DOGS), final intime et presque progressif (« The Bite Of Frost » et ses cocottes de guitare en mode NWOBHM), And Yet It Moves marque les esprits, et s’avère entrée en matière tonitruante pour les danois. Certes, ils ne se rangent pas dans la même catégorie que les imparables et impayables D.A.D, mais quel besoin de comparer lorsque deux exemples sont valides par eux-mêmes ?    

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. And Yet It Moves

02. This Too Will Pass

03. Haze Of The Dawn

04. Where I Now Belong

05. Children Of A Killing Sun

06. Shrapnel

07. Choir Of Man

08. Last Frontier

09. The Bite Of Frost


Facebook officiel


par mortne2001 le 25/11/2021 à 14:49
80 %    112

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31

Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20