The Inevitable End

Underwill

14/10/2022

Autoproduction

Me voici une fois de plus face au cauchemar de tout chroniqueur : un groupe sorti de nulle part, sans date de formation, sans line-up, sans site officiel, Bandcamp, ou toute autre référence utile. Attiré par cette pochette séduisante et par cette appellation « US Power Metal », je me suis donc rué sur le premier album des UNDERWILL, certain de tomber sur la dernière nouveauté à la mode. Las, en dehors d’un disque entièrement disponible sur YouTube, point de salut, d’historique ou de point de départ. Alors, sans informations, on se concentre sur la musique.

Et cette musique est fameuse. En effet, UNDERWILL est un pur produit de l’école Heavy Power américaine, ce Power Metal joué avec les tripes et enrichi de nombreuses mélodies, tel qu’on pouvait le pratiquer dans les années 80 avec plus ou moins de conviction. La conviction ici est irréfutable, et le résultat évident : ce premier album est une petite bombe, une mine d’idées empruntées à droite à gauche et fondues dans le même creuset d’inspiration.  

  

« Melting in the Sun » met immédiatement les choses au point, et nous enchante de son énergie palpable et de ses guitares affamées. Un up tempo efficace, des thèmes classiques mais sincères, et un premier tube qui ouvre le bal avec férocité. Evidemment, en écoutant cet album, on ne peut s’empêcher de penser à IRON MAIDEN, la référence ultime de tout groupe Heavy US qui se respectait entre 1982 et 1988, et par extension, à LIZZY BORDEN, ARMORED SAINT, SHOK PARIS, JAG PANZER et autres LEATHERWOLF et MALICE. L’ombre de FIFTH ANGEL plane bas, celle de VIRGIN STEELE plus haut, et ce melting-pot de références et d’époques est savoureux, et immédiatement charmeur.

Mais composer une ouverture capable est une chose, tenir la route sur quarante et quelques minutes en est une autre. Heureusement, les UNDERWILL confirment immédiatement via « Riders In the Night » et ses syncopes rythmiques à la Steve Harris/Nicko McBrain, pour un festival Metal euphorique et enthousiasmant. « New Horizons » enfonce un peu plus le clou, gagne le gros lot, et nous tend la queue du Mickey sur un tempo d’enfer. Back to the eighties, dans une Californie ou un Arizona sous influence, pour une course poursuite contre le temps qui passe. Décidément plein de gusto, ce premier album est une mine de hits qui louvoient entre Heavy formel et Power traditionnel, et si MAIDEN reste l’icône absolue, UNDERWILL parvient sans difficultés à se transcender pour dépasser son modèle et ses albums les plus récents.

Puissant, aux chromes rutilant, The Inevitable End est un point de départ inévitable, qui risque fort de faire de ce groupe une valeur sure de la scène américaine. On pense au RIOT des années Thundersteel et The Privilege of Power, décoré de quelques ornements plus européens. Un poil de savoir-faire à la STRATOVARIUS (« Kings of the Wasteland »), beaucoup d’intelligence dans l’agencement, et une progression qui nous fait passer de l’excellence au sublime, spécialement lorsqu’on s‘arrête sur la case tendresse de « Falling in the Dark ». Il y a du QUEENSRYCHE là-dessous, du QUEENSRYCHE des premières années (et donc celui le plus perméable aux recettes de MAIDEN), et la voix incroyable du chanteur sublime des structures simples et des progressions prévisibles. Entre ce frontman et ce (ou ces) guitariste(s) aux riffs persuasifs, le tableau est presque complet, si l’on rajoute une rythmique infatigable, mais qui trouve toujours le bon pattern.

Et de fil en aiguille, de clous en patches, l’album suit son cours, et ne déçoit jamais. Pas de remplissage, pas de pilotage automatique en fin de parcours, et une qualité qui supporte toutes les critiques, même les moins objectives. Entre Speed raisonnable et harmonieux (« Something Worth Fighting For »), Heavy Metal puissant et musclé (« Demons from My Mind »), tradition 80’s qui une fois de plus louche méchamment sur les années Dickinson (« There Is No Pain ») et un final épique, aux proportions gigantesques (« Just Run »), UNDERWILL fait plus que le job : il enterre la concurrence facile aux réflexes évidents, et nous offre un album de toute beauté, certes quelquefois par trop inspiré par la période charnière du MAIDEN qui tournait à guichets fermés aux Etats-Unis.

Mais impossible de résister à cette foi inoxydable, à ces duels de guitares en tierces magiques, et à ces lignes de chant lyriques qui s’envolent dans des cieux chargés. Alors, certes, l’absence d’informations et de promotion risque de pâtir au groupe, mais la qualité incroyable de cette première réalisation parle d’elle-même.

 

  

         

Titres de l’album :

01. Melting in the Sun          

02. Riders In the Night

03. New Horizons     

04. Kings of the Wasteland  

05. Falling in the Dark          

06. Something Worth Fighting For  

07. Demons from My Mind  

08. There Is No Pain 

09. Just Run



par mortne2001 le 22/11/2022 à 17:37
80 %    41

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51