Disharmony

Death Reich

17/03/2023

Non Serviam Records

Aujourd’hui, c’est la Saint-Valentin, je vous propose donc logiquement un peu de romantisme à la suédoise. Mais foin de bouquet de roses ou de poème écrit les larmes à la plume, et bonjour la B.O d’une fête si commerciale que les prospectus en dégoulinent de bons sentiments capitalistes. Alors, si vous aviez prévu d’emmener votre moitié/compagne/amante/maîtresse/caniche royal au restaurant, restez-donc chez vous. Les suédois de DEATH REICH feront le reste.

Patronyme douteux pour intentions limpides, DEATH REICH n’est pas le fils caché de SACRED REICH et DEATH ANGEL, mais plutôt le bâtard engendré par un coït violent entre SUFFOCATION et le MORBID ANGEL de Steve Tucker. Né en 2018, le bambin turbulent a d’abord fait ses classes maternelles en format court, proposant à l’institutrice de Tampa deux EP’s chargés comme des mules, Death Camp en 2021 et The Final Plague en 2022.

Intriguée par ces capacités, la fonctionnaire propulsa immédiatement le vilain gamin dans la classe supérieure, contre la promesse de ne plus essayer de blesser ses camarades à la machette. Une fois intégré à une structure plus solide, DEATH REICH a donné la pleine mesure de son talent Ô combien barbare et impitoyable, se lançant enfin dans l’aventure d’un premier longue-durée, attendu de pied ferme par les instances de l’établissement public.

Présentant son œuvre à la manière d’un exposé cruel, le drôle schizophrène (ses personnalités : Jonas Blom – batterie, Johnny Lehto – chant, Christer Bergqvist & Robert Babic – guitares et Robert Axelsson – basse) s’est concentré sur la race humaine et ses travers, résumant son travail par une introduction de quelques lignes :

Même si la race humaine est la plus intelligente des espèces selon le plus grand nombre, elle a prouvé qu’elle était incapable de cohabiter avec qui ou quoi que ce soit, sans provoquer de carnage, de famine, d’éradication, de souffrance et autres maux. Aussi longtemps que cette situation ne changera pas, la disharmonie règnera. 

Concentré sur la disharmonie entre une espèce et son environnement, Disharmony est un solide effort de Death Metal pur et implacable. Assez éloigné de ses ancêtres ENTOMBED ou UNLEASHED, DEATH REICH privilégie plutôt l’attaque à l’américaine, intense, ultrarapide et technique, dans la veine des influences déjà citées. Rien de fondamentalement indispensable donc, mais une réelle énergie, et une puissance concrète à décorner les cocus de la scène old-school.

On apprécie évidemment ces charges virulentes qui se veulent aussi soufflantes que les évènements tragiques qu’elles décrivent, ces soli concis, cette rythmique souple en tempo et fluide en blasts, et ces riffs caractéristiques de l’école floridienne des années 90.

C’est donc du bon boulot, formel, traditionnel, mais joué avec les tripes. Quelques allusions à DEICIDE ou IMMOLATION pour faire bonne impression, un chanteur grave et grognon, une durée raisonnable, et le tout emballé dans une pochette au logo énorme et centré, Disharmony est un pur produit de son époque rétrograde, et assume totalement ses regards insistants vers le passé.

Si l’homogénéité assure évidemment une cohérence indéniable, les morceaux essaient tout de même de sonner en petite individualité, même si beaucoup d’entre eux pourraient être fusionnés. Mais lorsque l’oppression et la technique se mettent au diapason, cela donne de petites merveilles comme ce sauvage « Atrocity », pénultième tire au rendement maximal.

En prônant une concision extrême et une compression intelligente, ce premier album se détache de la production facile, et soigne une poignée de saynètes de torture délicieuses. La plupart du temps sous la barre des trois minutes, ces onze morceaux forment une symphonie en l’honneur de cette fameuse disharmonie évoquée par le quintet d’Uddevalla, disharmonie qui ressemble méchamment au MORBID ANGEL le plus agressif et le moins lyrique, même si l’écart entre les deux groupes est encore très conséquent.

Mais l’élève DEATH REICH peut être fier de son travail, et de son passage en classe supérieure. Une promotion méritée qui risque de faire des jaloux, immédiatement aplatis à coups de pelle et de téléphone Fisher Price en plastique dur.         

 

  

Titres de l’album:

01. Disharmony                     

02. World War                      

03. In Serpents Skin              

04. Dissimulation                  

05. Hysteria               

06. Oblivion               

07. Suffocation                     

08. Fall of Kings                   

09. Vermin                

10. Atrocity               

11. The Death of The Peace of Westphalian


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/03/2023 à 18:06
80 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14