Fans de Hard Rock à l’allemande, de Thrash puriste, de Progressif envoutant et/ou de (biffez les mentions inutiles) Sludge/Grind/Doom et autres enfants bâtards d’un Metal né à l’orée des années 70, il est temps de mettre votre casque et de vous plonger dans votre musique favorite, en arrêtant tout de suite la lecture de cette chronique. Non que je veuille jouer le clivage et réduire l’amour de l’art à un simple conflit de générations, mais force est d’admettre que le public des THE ANIMAL IN ME (ou TAIM pour les intimes, et il y en a) se situerait plutôt dans une tranche 15/25, à peu de choses près. Ce qui n’empêche nullement les amateurs de LED ZEP ou des PERIPHERY d’y jeter une oreille après tout, puisque l’éclectisme et l’ouverture d’esprit ont toujours été des qualités fondamentales, spécialement dans notre créneau. Mais autant vous prévenir d’entrée, si le Post-Hardcore US et/ou le Metalcore ne sont pas vos verres de Red Bull favoris, penchez votre bouteille de Jack Daniels en avant et servez-vous une grande rasade. A la vôtre, et les autres, restez, nous allons parler de vous et de vos inclinaisons.

Niveau bio, pas grand-chose à dire sur ce groupe, mis à part qu’il nous en vient de la mythique Bay Area, California, et qu’il existe depuis 2011. En sept petites années, le groupe n’a pas chômé, puisqu’on dénombre trois sorties antérieures à son actif. Un premier EP l’année même de leur émergence, Deadlines And Diamonds, et deux LP ensuite, Who’s Laughing Now en 2013 et Words And Action en 2015, et une solide réputation qui s’est taillée live, sur ces scènes que le trio aime à arpenter, en tête d’affiche comme en festival. Il faut dire qu’ils ont les armes de leur conviction, puisque si leur musique se veut foncièrement classique dans son approche moderne et juvénile, elle n’en est pas moins d’une efficacité redoutable, spécialement lorsque les deux voix se mélangent pour obtenir un équilibre de genres assez pertinent.

Si le leitmotiv du trio ne verse pas dans l’humilité, puisqu’ils se veulent d’utilité publique nationale (pas forcément maintenant, mais un jour), le niveau des trois musiciens (Daniel Flores - basse, Laura Vierra - chant et Shane Gould - chant, entouré d’autres instrumentistes dont les noms ne sont pas connus, en tout cas pas par moi) est largement assez élevé pour s’élever justement au-dessus de la masse des groupes du cru, qui se contentent souvent de formules faciles et de riffs convenus. Ceux utilisés par les THE ANIMAL IN ME ne sont pas empreints d’une profondeur de ton manifeste, mais ils ont le mérite de tirer le meilleur parti de ceux dispensés par les cours réguliers des PAPA ROACH, BETWEEN THE BURIED AND ME, THE AGONIST, et autres LINKIN PARK, et lorgnant même parfois du côté de la grandiloquence des THE MURDER OF MY SWEET, sans leur piquer leur cinématographie musicale, hors propos ici. On pense aussi inévitablement, à cause certainement de cette union de voix féminines et masculines aux STRAIGHT LINE STICH, THE CHARM THE FURY, et même pourquoi pas à ALL HEAD RISE, bien que les points communs partagés avec nombre d’artistes de la scène sautent aux oreilles de morceau en morceau. Mais les qualités sont bien là, et heureusement pour nous, les californiens ne se suffisent pas d’une simple sauce épicée balancée à la hâte et calibrée pour coiffer les fans de Metalcore dans le sens du poil, puisqu’ils se permettent parfois quelques jolis moments d’émotion Pop qui font plaisir à entendre (« Temporary »). Mais pas de faux-fuyant ou d’espoir mal placé, puisque « Calling It Quits » en intro met les choses au point assez rapidement et annonce la couleur puissante de son entame hurlée sans concessions.

Admettons que la jolie Laura Vierra à un timbre de voix assez agréable et convaincant, et qu’elle parvient à moduler ses inflexions pour ne pas rester scotchée aux même tonalités ad vitam aeternam. En contrepoint, les interventions de Shane Gould, bien que plus formelles tombent souvent à pic, et dynamisent des lignes vocales qui sont véritablement le point de focalisation de ce troisième album, tout comme des deux autres. Le changement dans la continuité donc, pour une poignée de chansons qui ne trahissent en rien les apports du passé, mais qui perfectionnent l’approche et gomment les éventuelles erreurs en disséminant avec régularité des breaks téléphonés, mais bien sentis, et dopés par une électronique en arrière-plan pas trop envahissante. C’est évidemment très formaté, et calé pour faire un massacre live, mais en gardant le contrôle du timing sous des proportions raisonnables, les américains évitent la faute de goût, tout en affirmant implicitement qu’ils se sentent parfaitement à l’aise entre ces balises prévisibles. Et si les combles sont richement décorés de petits ornements sonores ludiques, le fond et la forme se calent sur la ligne d’un parti de style, et ne s’écartent que très rarement de cette fameuse zone de confort, que « Get What You Give » définit avec précision. Gros riffs qui rebondissent, basse élastique qui se tord et propulse la double grosse caisse au plafond, pour un cahier des charges qu’on connaît déjà par cœur, mais qui se veut annoté de quelques remarques en marge assez appréciables. Ainsi lorsque l’ambiance se durcit tout en adoptant des contours plus Pop, on plonge dans un univers à la limite de la Pop-Rock électronique très bien foutue (« Words Like Daggers »), qui profite de changements de tempo assez malins pour ne pas nous condamner au repos.

En trempant les deux pieds dans la violence, le groupe se montre probant (« Find Your Way », un hit en puissance), mais il l’est aussi dans la nuance, lorsque le rythme ralentit et que les harmonies se reposent sur un tapis d’arrangements smooth plutôt cosy (« Upside Down », pas de quoi faire le poirier, mais les oreilles sont caressées avant d’être récurées). Morceau éponyme qui joue la saccade à outrance, pour rester dans la danse (« Helping Won’t Help »), et final en demi ton histoire de s’ouvrir des perspectives plus légères que le plomb (« Our Story Isn’t Done »), le bilan est plutôt positif, même si on a souvent la possibilité d’anticiper les plans en réfléchissant, et que les surprises sont aux abonnés absents, ce qui handicape un peu le projet sur un niveau artistique. Mais formellement, et en dehors de considérations personnelles qui n’ont pas lieu d’être, ce troisième album des THE ANIMAL IN ME est du genre solide, et passe la barre du test épique du troisième chapitre sans forcer le talent. Un truc agréable à écouter entre deux œuvres plus conséquentes, et qui accompagnera vos trajets en voiture avec le surplus de décibels qui permet d’appuyer sur l’accélérateur de plus belle, mais que vous oublierez sans doute une fois le moteur éteint. Si nous avons tous un animal en nous, celui se tapissant sous la pochette de Helping Won't Help est plutôt du genre renard pas vraiment méchant, qui mordille gentiment la main mais qui se laisse caresser sans blesser.


Titres de l'album:

  1. Calling It Quits
  2. Get What You Give
  3. Miles Away
  4. Handbook
  5. Temporary
  6. Words Like Daggers
  7. Find Your Way
  8. Upside Down
  9. Helping Won't Help
  10. Our Story Isn't Done

Site officiel


par mortne2001 le 12/01/2018 à 14:38
74 %    132

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli