Encore une découverte énigmatique en fouillant dans les arcanes de l’underground, en l’occurrence celle du duo Bulgare INSPELL, qui n’est décidément pas un groupe de BM comme les autres.

Fondé en 2003 et constitué en 2017 de l’ossature Nikolay Velev (chant, guitare, claviers, programmation) et Nikolay Stefanov (basse), ce projet atypique par son concept se veut affranchi des habituelles obsessions du style, au point d’avoir consacré son premier album, Fairy-Tales: Chapter One…aux contes d’Andersen !

Choix pour le moins surprenant pour un groupe évoluant dans une sphère Metal extrême très prononcée, mais qui apporte une grosse bouffée d’oxygène à l’air vicié de satanisme de pacotille et de fascination guerrière souvent trop futile du style.

Le leur est assez pertinent et clair en soi, puisque leur musique se situe en convergence d’un BM progressif et symphonique, directement hérité des premières œuvres d’EMPEROR, ARCTURUS, ULVER, influences qu’ils revendiquent au même titre que celles de CYNIC, AT THE GATES, OPETH et autres DISSECTION.

De l’ambition donc à défaut de moyens, puisque ce troisième album (après le très réussi Arcadian Tales : The Egregore en 2006) aura nécessité trois ou quatre années de préparation, et a été annoncé dès 2014.

Plus de dix ans donc pour offrir à leur propre saga un troisième chapitre, mais gageons que le temps consacré à l’élaboration de cette œuvre n’aura pas été perdu, puisque la réussite est au rendez-vous, et qu’INSPELL peut largement rivaliser avec les cadors de sa catégorie.

S’étant vu offrir un deal de distribution via le label Russe Metal Renaissance Records, le duo voit donc sa musique traverser les frontières et parvenir jusqu’à nous, histoire d’implanter la culture Bulgare en Europe de l’ouest. Et je dois reconnaître que cette possibilité offerte est une très bonne raison de se pencher sur la musique présentée sur Murder Tales - I Confess, qui fait preuve d’un bel opportunisme dans la crudité et d’une certaine aisance dans la grandiloquence.

Ce troisième LP offre un bel équilibre entre riffs ténébreux ou lancinants et parties orchestrales somme toute assez concises, constituées la plupart du temps d’une imbrication de claviers et de chœurs féminins sépulcraux, mais qui fonctionne sans tomber dans le minimalisme trop amateur.

Le chant grave et incantatoire de Nikolay rappelle les litanies caverneuses de CREMATORY ou d’EMPEROR, et l’instrumental reste dans le même terrain balisé sans trop forcer sur les emprunts, même s’ils sont manifestes.

Mais le duo sait aussi lâcher quelques plans sacrément efficaces, comme en témoigne l’aplanissant « Shadows Play », l’un des plus directs du lot, qui ose l’ampleur d’un BM à tendance Heavy, sans jamais se départir d’un sens mélodique aigu ne tombant jamais dans la niaiserie ou la mièvrerie. 

Certes, la recette est convenue et déjà connue, mais le travail accompli est notable et chaque détail a été soigné. Ainsi, la production ample est certes quelque peu compressée, mais laisse quand même les morceaux respirer, même si la rythmique très tassée et synthétique à tendance à amalgamer les fréquences dans les passages les plus malmenés.

Les choix d’interprétation de Velev sont bien sûr très théâtraux, et s’incorporent très bien à la bande son, donnant du corps à ces histoires de légendes et contes qui sont la marque de fabrique du groupe. Niveau évolution, on sent une densification du propos au fur et à mesure de l’avancée de l’album, avec un pic d’intensité lors du tournoyant « Dreams Dressed In Black », qui rappelle parfois les inspirations les moins téléphonées de CRADLE OF FILTH, et surtout, les expirations les plus denses d’EMPEROR, celui d’Anthems To The Welkin At Dusk, dans cette façon de détourner la logique pour privilégier l’onirisme d’une violence pourtant palpable.

Un très joli break dominé de voix féminines désincarnées et soudainement concassé d’une puissance Heavy aussi sombre que flamboyante ajoute une plus-value à cette petite suite opératique qui en dit long sur l’ambition d’un duo qui a su prendre son temps sans le perdre pour mettre à profit ses idées. Flirtant parfois avec un Horror Metal expurgé de tous ses gimmicks les plus évidents, Murder Tales - I Confess multiplie les ambiances et les climats sans perdre de sa cohérence, et se montre donc logique de bout en bout.     

D’ailleurs, le titre le plus déployé de l’album, « No Other Way », couvre énormément de terrain, se veut martial et imposant, mais garde cette légèreté de ton qui permet aux attaques les plus concentrées de rester accrocheuses. Certes, on regrette parfois certains échos de clavier un peu trop frêles, et un systématisme évident dans les arrangements vocaux en arrière-plan, mais je préfère y voir un choix conceptuel plutôt qu’un manque d’idées.

Et si la guitare pâtit d’une faiblesse sonore au mixage lorsqu’elle tente quelques brèves envolées en solo, elle garde tout son tranchant dans les parties rythmiques qui sont vraiment convaincantes. En ajoutant à ça un sens de la répartie harmonique bien placé, vous obtenez un cocktail aussi tangible qu’évanescent, qui vous fait voyager dans les vieilles légendes et contes de l’Europe du Sud-Est fort plaisant, en compagnie de guides qui connaissent leur histoire.

Et lorsque l’atmosphère se détend et se réchauffe, INSPELL devient fort séduisant et tente quelques thèmes plus volontiers Heavy, à l’instar du court et efficace « Martyr », qui abandonne ses oripeaux Black pour se parer d’étoffes gothiques, nous rappelant que la Roumanie et son Folklore n’est pas si loin que ça. Nous avons même droit à quelques séquences en chant clair masculin qui prouvent que le duo à plus d’un atout dans sa manche, et surtout, des possibilités encore loin d’être épuisées.

Espérons toutefois que les deux musiciens puissent défendre leur travail sur scène, en se voyant offrir des dates et des tribunes publiques dignes de ce nom. Une première partie Européenne d’un groupe confirmé serait un tremplin idéal pour propager la bonne parole de ce Murder Tales - I Confess, qui à défaut de crimes, à bien des qualités à avouer.

Mais gageons qu’après avoir posé vos oreilles sur ce troisième album, vous vous chargerez vous aussi de diffuser le message.

Ses auteurs le méritent amplement.


Titres de l'album:

  1. The Art Of Murder
  2. Reborn
  3. From Hell
  4. No Other Way
  5. Shadows Play
  6. Those Who Seek
  7. Martyr
  8. Dreams Dressed In Black
  9. Final Cut

Page officielle


par mortne2001 le 06/04/2017 à 14:59
75 %    420

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.