Encore une découverte énigmatique en fouillant dans les arcanes de l’underground, en l’occurrence celle du duo Bulgare INSPELL, qui n’est décidément pas un groupe de BM comme les autres.

Fondé en 2003 et constitué en 2017 de l’ossature Nikolay Velev (chant, guitare, claviers, programmation) et Nikolay Stefanov (basse), ce projet atypique par son concept se veut affranchi des habituelles obsessions du style, au point d’avoir consacré son premier album, Fairy-Tales: Chapter One…aux contes d’Andersen !

Choix pour le moins surprenant pour un groupe évoluant dans une sphère Metal extrême très prononcée, mais qui apporte une grosse bouffée d’oxygène à l’air vicié de satanisme de pacotille et de fascination guerrière souvent trop futile du style.

Le leur est assez pertinent et clair en soi, puisque leur musique se situe en convergence d’un BM progressif et symphonique, directement hérité des premières œuvres d’EMPEROR, ARCTURUS, ULVER, influences qu’ils revendiquent au même titre que celles de CYNIC, AT THE GATES, OPETH et autres DISSECTION.

De l’ambition donc à défaut de moyens, puisque ce troisième album (après le très réussi Arcadian Tales : The Egregore en 2006) aura nécessité trois ou quatre années de préparation, et a été annoncé dès 2014.

Plus de dix ans donc pour offrir à leur propre saga un troisième chapitre, mais gageons que le temps consacré à l’élaboration de cette œuvre n’aura pas été perdu, puisque la réussite est au rendez-vous, et qu’INSPELL peut largement rivaliser avec les cadors de sa catégorie.

S’étant vu offrir un deal de distribution via le label Russe Metal Renaissance Records, le duo voit donc sa musique traverser les frontières et parvenir jusqu’à nous, histoire d’implanter la culture Bulgare en Europe de l’ouest. Et je dois reconnaître que cette possibilité offerte est une très bonne raison de se pencher sur la musique présentée sur Murder Tales - I Confess, qui fait preuve d’un bel opportunisme dans la crudité et d’une certaine aisance dans la grandiloquence.

Ce troisième LP offre un bel équilibre entre riffs ténébreux ou lancinants et parties orchestrales somme toute assez concises, constituées la plupart du temps d’une imbrication de claviers et de chœurs féminins sépulcraux, mais qui fonctionne sans tomber dans le minimalisme trop amateur.

Le chant grave et incantatoire de Nikolay rappelle les litanies caverneuses de CREMATORY ou d’EMPEROR, et l’instrumental reste dans le même terrain balisé sans trop forcer sur les emprunts, même s’ils sont manifestes.

Mais le duo sait aussi lâcher quelques plans sacrément efficaces, comme en témoigne l’aplanissant « Shadows Play », l’un des plus directs du lot, qui ose l’ampleur d’un BM à tendance Heavy, sans jamais se départir d’un sens mélodique aigu ne tombant jamais dans la niaiserie ou la mièvrerie. 

Certes, la recette est convenue et déjà connue, mais le travail accompli est notable et chaque détail a été soigné. Ainsi, la production ample est certes quelque peu compressée, mais laisse quand même les morceaux respirer, même si la rythmique très tassée et synthétique à tendance à amalgamer les fréquences dans les passages les plus malmenés.

Les choix d’interprétation de Velev sont bien sûr très théâtraux, et s’incorporent très bien à la bande son, donnant du corps à ces histoires de légendes et contes qui sont la marque de fabrique du groupe. Niveau évolution, on sent une densification du propos au fur et à mesure de l’avancée de l’album, avec un pic d’intensité lors du tournoyant « Dreams Dressed In Black », qui rappelle parfois les inspirations les moins téléphonées de CRADLE OF FILTH, et surtout, les expirations les plus denses d’EMPEROR, celui d’Anthems To The Welkin At Dusk, dans cette façon de détourner la logique pour privilégier l’onirisme d’une violence pourtant palpable.

Un très joli break dominé de voix féminines désincarnées et soudainement concassé d’une puissance Heavy aussi sombre que flamboyante ajoute une plus-value à cette petite suite opératique qui en dit long sur l’ambition d’un duo qui a su prendre son temps sans le perdre pour mettre à profit ses idées. Flirtant parfois avec un Horror Metal expurgé de tous ses gimmicks les plus évidents, Murder Tales - I Confess multiplie les ambiances et les climats sans perdre de sa cohérence, et se montre donc logique de bout en bout.     

D’ailleurs, le titre le plus déployé de l’album, « No Other Way », couvre énormément de terrain, se veut martial et imposant, mais garde cette légèreté de ton qui permet aux attaques les plus concentrées de rester accrocheuses. Certes, on regrette parfois certains échos de clavier un peu trop frêles, et un systématisme évident dans les arrangements vocaux en arrière-plan, mais je préfère y voir un choix conceptuel plutôt qu’un manque d’idées.

Et si la guitare pâtit d’une faiblesse sonore au mixage lorsqu’elle tente quelques brèves envolées en solo, elle garde tout son tranchant dans les parties rythmiques qui sont vraiment convaincantes. En ajoutant à ça un sens de la répartie harmonique bien placé, vous obtenez un cocktail aussi tangible qu’évanescent, qui vous fait voyager dans les vieilles légendes et contes de l’Europe du Sud-Est fort plaisant, en compagnie de guides qui connaissent leur histoire.

Et lorsque l’atmosphère se détend et se réchauffe, INSPELL devient fort séduisant et tente quelques thèmes plus volontiers Heavy, à l’instar du court et efficace « Martyr », qui abandonne ses oripeaux Black pour se parer d’étoffes gothiques, nous rappelant que la Roumanie et son Folklore n’est pas si loin que ça. Nous avons même droit à quelques séquences en chant clair masculin qui prouvent que le duo à plus d’un atout dans sa manche, et surtout, des possibilités encore loin d’être épuisées.

Espérons toutefois que les deux musiciens puissent défendre leur travail sur scène, en se voyant offrir des dates et des tribunes publiques dignes de ce nom. Une première partie Européenne d’un groupe confirmé serait un tremplin idéal pour propager la bonne parole de ce Murder Tales - I Confess, qui à défaut de crimes, à bien des qualités à avouer.

Mais gageons qu’après avoir posé vos oreilles sur ce troisième album, vous vous chargerez vous aussi de diffuser le message.

Ses auteurs le méritent amplement.


Titres de l'album:

  1. The Art Of Murder
  2. Reborn
  3. From Hell
  4. No Other Way
  5. Shadows Play
  6. Those Who Seek
  7. Martyr
  8. Dreams Dressed In Black
  9. Final Cut

Page officielle


par mortne2001 le 06/04/2017 à 14:59
75 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)