Replongeons-nous dans les abysses infernaux du Death le plus puriste et intègre, et abordons ce point de vue d’un angle austral. C’est en tout cas ce que nous propose le label espagnol Memento Mori en livrant en pâture aux fans le premier album des maniaques de VILE APPARITION, qui avec leur première offrande frappent fort en termes de brutalité excessive augmentée de prétentions techniques poussées. Nouveau projet mis sur pied par Oliver Ballantyne (batterie) et Jamie Colic (guitare, basse, chant), et tous deux ex-SEWERCIDE, qui n’avait eu le temps à l’époque de sortir qu’un unique LP, Immortalized in Suffering, qui finalement trouve un écho certain dans les ténèbres de ce Depravity Ordained, perpétrant une obsession pour les rythmiques bestiales de origines et les coups de boutoir légendaires de la scène Death US de l’orée des années 90. C’est donc une fois de plus à un dossier vintage auquel nous avons affaire, mais autant dire qu’il a été rondement mené par une équipe sûre de son fait, et disposant des armes adéquates pour convaincre les psychopathes les plus pointus sur la question de la débauche sonore. Dépravé comme pouvaient l’être les manifestes les plus crus d’il y a vingt ans, ce premier album ne se veut pas uniquement exagération ultime en termes de violence et de crudité, et aménage de jolis espaces sonores positifs pour aérer la négativité ambiante. Et outre les deux fondateurs déjà cités, le combo peut s’appuyer sur l’adjonction de deux autres nuisibles, D. Harris à la guitare et D.Kearns à la basse, pour offrir une prestation en bloc de béton qui vous tombe sur la gueule au coin d’une rue de Melbourne. La chaleur australe aurait-elle accéléré le processus de décomposition de compositions déjà bien faisandées à la base ? C’est en tout cas le constat dressé par ce premier album ne faisant guère preuve d’empathie et ruant dans les brancards à la façon d’un razorback s’en prenant à une jeep un peu trop curieuse.

Pour autant, ne vous attendez pas à une ruade genre autochtones consanguins ne maîtrisant le langage qu’au travers de borborygmes incompréhensibles et censés faire fuir. VILE APPARITION s’exprime de façon intelligible, et traduit son discours dans un vocable Death parfaitement clair, permettant à ses morceaux de toucher au but d’un rapprochement originel, sans nier son éventuel attachement à son époque. Emballé dans une pochette à l’artwork superbe se cache donc un LP aux multiples dimensions, capable de passer d’une outrance symptomatique de la vague technique des années 90 (CRYPTOPSY et SUFFOCATION en tête de liste), à une finesse toute relative se reposant parfois sur des inserts Ambient malsains comme des regards de bête de foire prête à vous faire subir les pires sévices. Le tout est donc placé sous l’égide d’une volonté putride de choquer, tout en provoquant une légère admiration face à la dextérité instrumentale globale. Aussi old-school que peuvent l’être des cris de David Vincent perdus dans les limbes du purgatoire, ce premier album témoigne d’un désir d’immédiateté, nuancée d’ambitions concrètes, qui provoquent la lourdeur pour mieux stimuler la vélocité. D’un son gras et compact aux médiums légèrement irritants émane donc une créature des marais maudits, qui joue vite, très vite même, mais qui dose son effort sur la durée pour lui apporter une variété fort appréciable. En gros, on morfle, mais on ne s’ennuie guère, d’autant plus que les morceaux se suivent sans se ressembler, et portent parfois en eux les germes d’une volonté d’accrocher l’oreille, comme en témoignent les motifs hautement mémorisables de l’infernal « Malevolent Aphanatasia ». Et avec un niveau individuel assez notable permettant une osmose collégiale remarquable, les VILE APPARITION ne se contentent pas de refourguer des idées déjà largement exploitées par leurs prédécesseurs, et prolongent les élaborations amorcées par leur projet précédent, tout comme ceux de leur première démo publiée l’année dernière (Atrocious Captivity), que l’on retrouve ici en guise de bonus fort apprécié, qui permet d’ailleurs de constater le chemin accompli. Et celui-ci, loin de mener à une impasse, ouvre le champ des possibles et nous prouve que les australiens en ont encore sous le coude, eux qui manient l’art du contrepied avec un certain flair, et qui alternent les moments de débauche avec les instants de réflexion sadique pour mieux nous faire mal et donc nous faire du bien.

C’est évidemment assez classique dans le fond, mais riche dans la forme. En lâchant des riffs titillant le vibrato pour sonner plus hystérique, et en s’appuyant sur la polyvalence ultrarapide d’un percussionniste complètement déchainé (on pense même parfois au légendaire Pete Sandoval pour cette fluidité dans la puissance), Depravity Ordained fascine de son refus des facilités les plus éculées et des figures imposées encore un peu trop figées. Le chant légèrement Gore de Jamie Colic n’en rajoute pas dans le pathos saignant, et l’élan collectif dont fait preuve le quatuor permet de classer ce premier album aux premiers rangs d’une vague nostalgique qui parfois oublie d’en être créative autant qu’efficace. Ici, les deux notions priment, et les petites trouvailles rythmiques apportent un dynamisme incroyable à certaines pistes, les catapultant dans une dimension non passéiste, mais plus portée sur l’hommage, comme en témoigne le jet de bile incroyable de densité « Repulsive Desire ». Mais dès « Mauled and Nameless », les axes majeurs sont exposés, et les digressions peuvent commencer, bien que les quatre musiciens refusent de se cantonner au simple rôle de brutes épaisses. Ainsi, les soli presque space jazz de « The Gate » évoquent CYNIC, mais aussi PESTILENCE, alors que la trame de fond se plaît à célébrer l’esprit mystique des SUFFOCATION en plongeant dans un océan de gravité poisseux. Juxtaposant la pertinence cruelle et la finesse d’interprétation, les australiens s’extirpent donc du marasme de la globalité, sans négliger le fait qu’un bon album de Death doit permettre de headbanguer à s’en arracher la tête (« Aeon of Impalement »). Blasts efficaces et tombant toujours pile, guitares qui cherchent à intriguer et pas seulement à découper, instinct primaire mais beaucoup plus roublard qu’il n’en a l’air, et résultat global de haute tenue, qui appose le sceau de la tradition sur l’enveloppe de la transition, pour assurer le leadership à une nouvelle génération qui commence enfin à s’extirper de son immobilisme vintage pour faire progresser le passéisme et le transformer en recyclage.

Et en bonus, vous trouverez donc les quatre morceaux de la démo de 2017, qui offrent une conclusion assez étrange à l’affaire, le son étant évidemment beaucoup plus fluet, mais les capacités déjà flagrantes. Mais en substance, Depravity Ordained est une solide entrée en matière, qui place en avant-scène les VILE APPARITION, qui loin d’être une vilaine incarnation, ressemblent plutôt à une infernale INCANTATION…

 

Titres de l’album :

                         01 Mauled and Nameless      

                         02 Depravity Ordained          

                         03 Dissect to Enucleate         

                         04 Aeon of Impalement         

                         05 The Cursed Path

                         06 Malevolent Aphanatasia

                         07 Repulsive Desire

                         08 The Gate

                         09 Window of the Grotesque

                         10 The Abyssal Plain (demo 2017)

                         11 Anatomized Remnants (demo 2017)

                         12 Atrocious Captivity (demo 2017)                         

                         13 Featureless Deity (demo 2017)

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/01/2019 à 15:32
80 %    190

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
23/01/2019 à 13:11:39
C'est pas mal, pas technique "démonstration" quoi. J'y trouve un petit coté Dying Fetus à ce groupe...

RBD
membre enregistré
27/01/2019 à 13:59:11
En mode tontons flingueurs : "Y'en a"...

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.