Third Impression

3.2

12/02/2021

Frontiers Records

Trois ans ou presque après le premier album du reboot de l’aventure 3, sous une version 2.0 (ou 0.2 selon les points de vue), Robert Berry revient avec 3.2 et un second longue-durée. Si vous avez suivi l’affaire de près, vous savez qu’en 2015, Robert Berry et Serafino de Frontiers avaient décidé de continuer un partenariat lucratif en remettant 3 sur les rails, avec l’aval de Keith Emerson. Mais alors que le concept était déjà largement dessiné pour offrir au public une continuité digne de ce nom, la tragédie frappa de plein fouet Robert, qui perdit son comparse Emerson. Triste comme les pierres, mais peu décidé à tout laisser tomber, Berry décida de continuer l’aventure en doublette avec le souvenir de son partenaire, utilisant les idées glanées au téléphone et échangées de vive voix, pour mettre en route 3.2. Grand bien lui en prit, puisque The Rules Have Changed, et son titre assez réaliste fut une réussite grandiose, renouant avec le Pomp Rock des années 80 tout en restant au contact du Progressif moderne tel qu’il fut défini par les légendes SPOCK’S BEARD et PORCUPINE TREE. Et trois ans plus tard, en utilisant la même méthode, Robert Berry nous propose donc le troisième tome des aventures de 3, qui une fois encore, entérine post-mortem le partenariat entre lui-même et Keith Emerson, qui de son au-delà s’implique toujours dans la création.

On peut trouver le procédé étrange, comme on trouvait bizarre et légèrement incommodante la collaboration entre McCartney, Harisson et Starr sur les deux morceaux laissés à l’état de démo par John Lennon sur les volumes Anthology, mais il n’empêche que le résultat est encore une fois à la hauteur de la légende des musiciens. Là où The Rules Have Changed représentait peu ou prou une reprise de contact avec un public abandonné dans les années 80 (…To The Power of Three date de 1988 quand même), ce Third Impression incarne la confirmation que nous attendions tous, même si le talent de Berry n’a plus besoin d’être prouvé depuis le temps.

Une fois encore, Robert a largement construit ce nouveau tome par lui-même, utilisant quelques idées restantes d’Emerson pour justifier du nom du projet. Les deux hommes ont donc encore une fois travaillé ensemble par procuration, et Third Impression, fonctionne donc sur plusieurs niveaux. D’abord, en tant que second album du reboot 3.2, puisque son éthique colle de près à la réalisation précédente, mais aussi en tant que troisième étape indirecte de 3, dans lequel il puise ses racines musicales. L’orientation n’a pas changé, avec ces inflexions Pop très prononcées, intégrées dans un ensemble purement 80’s progressive, et si l’album propose de longues pistes largement développées et riches comme l’ensemble de la discographie d’un MARILLION, l’œuvre reste encadrée par deux chansons à la luxuriance frappante, dont une clôture à laquelle Emerson a participé de très près.

Je sais pertinemment que lorsqu’on aborde le cas épineux du Pomp Rock, les portes commencent à se fermer, comme les visages. Pourtant, vous feriez une grande erreur en tournant le dos à ce Third Impression tant sa musique est puissante, et assez proche du Progressif dont vous vous sevrez à longueur d’année. Les morceaux ne sont pas de simples excuses démonstratives, mais bien de véritables chansons qui témoignent du potentiel toujours intact de Robert Berry, ce multi-instrumentiste de génie doublé d’un compositeur hors-pair. Le guitariste à cette fois-ci sorti l’argenterie et la porcelaine de Limoges, et nous offre une démonstration de force et d’émotion qui force le respect. Et avec une entame aussi ambitieuse que « Top of the World », impossible de se tromper sur la marchandise. En moins de neuf minutes, Robert nous prouve que la source des idées ne s’est pas tarie avec le temps, et nous déroule le tapis rouge d’une pièce progressive classique de toute beauté. On est immédiatement saisi par le son, ample, rond et gigantesque, qui offre à cette introduction toute la grandiloquence dont elle avait besoin.       

« Top of the World », passe par toutes les atmosphères, jouant l’acoustique pour nous électrifier d’une distorsion soudainement incontrôlable, osant le Folk pour mieux appuyer sur le Rock, et nous ramène à l’époque bénie des ELP et 3 évidemment, balises de qualité que le musicien respecte. On pense même à du Peter Gabriel des années 80 revu et corrigé par les souvenirs de GENESIS, à du IQ bien plus bombé, et lorsque la guitare du maître entre en lice, la caution Rock ne peut être réfutée.

Preuve s’il en fallait de la validité du projet, même en quasi solitaire, ce premier titre place la barre très haute et nous emmène au paradis, pour saluer la grâce et l’héritage de Keith Emerson, qui de son nuage doit être méchamment fier de son collègue. Tous les ingrédients sont immédiatement en place pour faire de cette suite la réussite qu’elle se devait d’être, et l’enchevêtrement des riffs, la complexité des parties, et la beauté des mélodies créent un vortex émotionnel dont on ne ressort pas indemne. Robert a pris grand soin pour cet album de varier ses thématiques et ses approches, et enchaîne les morceaux en prenant bien garde de jouer la diversité, lâchant soudainement un humble mais puissant « What Side You’re On » de moins de trois minutes. Et si Berry se demande dans quel camp se situent ses fans, il n’a pas de crainte à avoir : nous sommes dans le sien, et nous allons y rester.

L’album est d’une unité incroyable, d’une cohésion diabolique, tout en se montrant allusif au parcours historique de son leader. Ce mélange entre Hard-Rock vraiment dur et cette Pop méchamment séduisante est toujours aussi prépondérant (« Black of Night »), et l’instrumentation au-dessus de tout soupçon laisse émerveillé. Alors, de piste en piste, de voyage en voyage, l’âme se promène dans les couloirs d’une amitié musicale que même la mort n’a pas réussi à briser, et la magie de Third Impression opère à plein régime. On apprécie ces moments de calme (« Missing Piece », que Steven Wilson aurait pu adouber il y a quelques années), et ce single à la thématique ancrée dans son époque, qui nous rappelle l’union sacrée entre les synthés et la guitare (« A Fond Farewell »).

Mais si l’album est entamé par une pièce conséquente, il est aussi clôt par une autre pièce importante. « Never », et ses neuf minutes aurait déjà dû figurer sur The Rules Have Changed, mais n’avait pu être incluse pour des raisons de durée. Il s’agissait en effet du dernier morceau sur lequel Robert et Keith avaient collaboré, et porte donc une immense charge émotionnelle, que la musique retranscrit avec acuité. On pense à Neal Morse, certains aspects de DREAM THEATER, mais on réalise surtout que la collaboration entre deux géants de la musique peut défier la mort et ramener l’un d’entre eux à la vie, le temps d’une chanson.

Second tome des aventures uniques de 3.2, Third Impression en laisse une durable, mais sonne aussi comme le testament d’un projet que l’on voit mal continuer sous cette forme. Sans doute Robert se concentrera sur d’autres désirs à l’avenir, à moins qu’il n’enrôle de nouveaux camarades pour continuer d’écrire cette histoire fascinante.

.         

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Top of the World

02. What Side You’re On

03. Black of Night

04. Killer of Hope

05. Missing Piece

06. A Bond of Union

07. The Devil of Liverpool

08. Emotional Trigger

09. A Fond Farewell

10. Never


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/03/2021 à 18:24
90 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11