Empire of Love

Violet Cold

07/05/2021

Autoproduction

VIOLET COLD is an experimental AI simulated music project from 40°22'37.7"N 49°50'51.6"E 

 

En gros, et malgré le côté opaque de cette description, VIOLET COLD est un groupe d’Azerbaïdjan qui s’amuse à mélanger divers genres, dont l’électronique, le Blackgaze, le Black Metal, l’Ambient, le Noise, la musique traditionnelle pour obtenir un résultat aussi violent qu’original. En découvrant cet artiste, je pensais mettre à jour une discographie chiche, voire porter à la lumière un premier album le méritant, mais en parcourant son entrée sur The Metal Archives, j’ai rapidement constaté que cette entité accusait déjà des années d’existence, et affichait une œuvre plus que fournie. Fondé à Baku en 2013 par Emin Guliyev, VIOLET COLD est donc loin de son coup d’essai, puisqu’une multitude de singles, six EP’s, deux compilations et surtout neuf longue-durée ont déjà été proposés à un public avide de sensations, et c’est donc l’anniversaire de son dixième effort qu’Emin célèbre en 2021 via cet étrange Empire of Love et sa pochette en disant long sur sa philosophie.

D’ordinaire, la musique extrême, et plus particulièrement le Black Metal se satisfont très bien de thématiques religieuses controversées, de violence réaliste et de prises de position politiques fermes. La différence proposée par VIOLET COLD est donc d’importance, puisque le projet consacre ses thèmes aux rêves, à la mélancolie, aux thèmes astraux, et à l’antifascisme. Emin Guliyev est donc loin des bourrins qui veulent brûler des églises ou condamner les religions, et nous offre un panel d’histoires plus originales, et foncièrement adaptées à sa conception de la musique.

Cette musique justement, peut éventuellement s’affilier à un Post Black Metal aux reflets divers, et qui refuse de s’enfermer dans un carcan de violence trop serré. En écoutant l’intro développée par « Cradle », berceau de l’album, nous découvrons des mélodies de l’est, superbes et délicates, soutenues par des percussions tribales, et qui nous emmènent loin de notre vieille Europe un peu figée. En à peine plus de deux minutes, Emin nous oblige donc à l’immersion dans son univers, un univers riche et attachant, loin des convenances bestiales usuelles. Mais l’originalité de la musique de VIOLET COLD ne se résume pas à quelques astuces d’intro et quelques arrangements malins pour éviter le formalisme d’un Post Black trop prévisible. Il faut entendre Emin dévier vers le Rap et le R n’B sur le surprenant « Be Like Magic » pour comprendre qu’il foule du pied toutes les frontières, et qu’il se refuse aux ingrédients ordinaires. Mais loin de sonner incongru ou surfait, ce Crossover respire la spontanéité, et offre autre chose qu’une simple litanie agonisant de sa suffisance.

Entre attaque de front par le biais le plus norvégien qui soit, et entrée sur la poste de danse en costume de lumière, Empire of Love semble décrire un monde d’amour et de tolérance. On danse sur les grosses guitares de « We Met During the Revolution », comme on pouvait danser sur du PAIN ou du FILTER, on rêve aussi, comme lorsque Devin Townsend nous raconte ses cauchemars, et on se laisse porter par ces harmonies éthérées jouées sur un clavier évanescent, pour un résultat qui frise l’onirisme le plus absolu. En confrontant l’amertume et le réalisme du Black Metal (sous toutes ses formes, classique, Post, Gaze), et les rythmiques et mélodies de styles externes (Electro, Ambient), Emin Guliyev peint un tableau vraiment fascinant, au contraste élevé mais aux couleurs criantes, reste cohérent dans sa démarche, et ose enfin quelque chose d’original, mais qui ne compte pas que sur sa propre originalité pour marquer les esprits.

Le musicien est capable, et le son de cet album convainc aussi de son professionnalisme, ce qui nous permet d’apprécier des compositions plus complexes comme cet étrange « Shegnificant ». Cédant parfois à la violence immédiate pour nous redonner un coup de fouet, Emin n’hésite pas à monter dans les tours pour faire monter la pression (« Working Class »), avant de s’abandonner à la délicatesse des instruments de son pays pour nous dérouler une carte du tendre de l’Azerbaïdjan. « Togetherness », et son hymne à la réunion des peuples est touchant, mais aussi incroyablement dense, et valide une fois encore le parallèle avec le Devin le plus ample, mais aussi l’EMPEROR le plus dramatique. On aime ces couches superposées qui permettent à des cordes traditionnelles de casser le mur du son d’arrière-plan, comme si la plume défiait une fois de plus la proverbiale épée.

Il y a de la beauté dans cette œuvre, de l’efficacité aussi, beaucoup d’imagination, du culot, mais de la sincérité et de l’amour. Il y a surtout des notes, des mots, des ambiances, et une réelle volonté de s’extirper de la masse, seul, sans apport extérieur. Certains trouveront ça contemplatif, d’autres surfait, mais la majorité des musicologues s’accorderont sur l’équilibre trouvé entre agression et compréhension. Une musique qui se passe d’étiquette, et un artiste à découvrir d’urgence, sa discographie permettant de nombreux points d’entrée. Mais Empire of Love en est un très valable.    

   

                                                

Titres de l’album:

01. Cradle

02. Pride

03. Be Like Magic

04. We Met During the Revolution

05. Shegnificant

06. Working Class

07. Togetherness

08. Life Dimensions


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2021 à 15:22
80 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire


adaf
@5.51.210.183
08/01/2022, 13:33:18

Nauséabond


Le Chibre
@93.22.85.143
08/01/2022, 15:14:27

Chro de merde


Rougaille Saucisse
@84.17.34.18
08/01/2022, 15:31:27

mortne2001 te lire me donnes envie de chier par la pine. C'est pas banal.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Oui, cela doit avoir un lien avec ce retour de Dark Angel qui semble, cette fois, plus concret que la première tentative... Prions, dans l'attente de la Résurrection...Je n'avais pas réalisé qu'il était resté si longtemps dans Testam(...)

25/01/2022, 00:41

Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01