Viral

Viral

08/01/2021

Autoproduction

Un album comme Viral, qui démarre sur les chapeaux de roues via un burner de la trempe de « Scarred » est forcément un signal fort envoyé des pays froids. On le sait, les suédois depuis les années 2000 sont les rois du recyclage, et prouvent chaque semaine leur suprématie sur les autres pays. Mais l’avènement de ce nouveau guerrier habitué à se battre en terrain lourd nostalgique risque de renforcer encore les rangs de l’armée métallique scandinave. Fondé en 2012 VIRAL aura quand même peaufiné son art pendant huit ans d’entraînement intensif avant d‘oser se montrer sur le champ de bataille, ce qui en dit long sur sa détermination et ses capacités actuelles. Et en effet, après écoute de ce premier éponyme, pas étonnant que le quintet bombe le torse et assure sa promotion sur tous les espaces virtuels disponibles : il est quasiment imbattable dans son domaine. Lequel ? Celui d’une NWOBHM recyclée et adaptée aux standards du nord de l’Europe, avec force mélodies et une énergie de tous les diables, de celles qui décapitent les ennemis à la hache dans les plaines. On sait que la mode vintage tourne en rond depuis quelques années, on sait d’avance comment les albums vont sonner, et le seul jeu restant consiste à deviner quelle sera l’influence principale d’un nouveau venu, mais dans le cas de ces originaires de Linköping, l’art de l’emprunt est poussé à un tel degré de perfectionnisme qu’on se prend au jeu, d’autant que les références des malins sont loin d’être évidentes.

La première venant à l’esprit après avoir subi le souffle brulant de« Scarred » est évidemment celle du RIOT du début des années 80, et ça n’est pas un hasard si la rumeur suédoise a déjà comparé Albin Forsell à Rhett Forrester. Même timbre rauque, même attaque franche, et l’instrumental se met d’ailleurs à la hauteur, avec un Hard-Rock survitaminé joué Heavy, qui nous ramène à l’époque bénie de Fire Down Under et Narita. Mais VIRAL est bien plus qu’un simple succédané de RIOT, et semble avoir bien retenu les leçons du MAIDEN période Di’Anno, truffant cette hargne purement Rock d’une sale impulsion Punk, avec des riffs expurgés à l’extrême mais enrobés de mélodies prenantes.

MAIDEN et RIOT, voilà donc deux parrainages des plus référentiels, et les cinq musiciens (Albin Forsell: chant, Larri Malinen & Marcus Borggren: guitares, Christian Ståhl: basse et Linus Melchiorsen: batterie) jouent en rangs serrés pour nous convaincre du caractère belliqueux de leur attaque. La rythmique est simple mais méchamment en place, et les deux guitares se souviennent avec acuité des duels les plus célèbres de Tipton/Downing ou Murray/Smith, soit la légende même du Heavy Metal européen. Cela dit, ne les prenez pas non plus pour des brutes épaisses, puisque le Hard-Rock plus souple a aussi place dans leur philosophie, et lorsque le groupe laisse échapper un peu la pression, elle n’en retombe pas pour autant, mais laisse place à des harmonies vocales hypnotiques (« Gallows »).

Hommage donc, clins d’œil qui se multiplient, mais art de la composition, basse en circonvolutions graves, frappe mate et assurée, tout est listé, agencé, et le flashback est savamment élaboré. Inutile d’attendre le faux pas ou la citation un peu trop fidèle, puisqu’on sait les suédois assez futés pour ne pas se fourvoyer, et si VIRAL n’a pas encore l’envergure des plus grands imitateurs, il n’en demeure pas moins un tribute-band original de premier choix. Doté d’une production passéiste mais très propre, Viral alterne donc les ambiances et les approches, et se love parfois au creux de la vitalité la plus avouée pour nous faire constater sa musculature (« Gonna Lose It », du MOTORHEAD repris par THIN LIZZY). Rigide, mais assez souple pour sinuer entre les époques, le Metal des suédois est performant, très agressif mais harmonieux, et constellé d’hymnes à reprendre en cœur (« Viral », LE tube Metal par excellence avec ses « woh ho » entêtants).

En quarante minutes, le quintet fait donc un sans-faute, et propose autre chose que dix morceaux photocopiés à partir d’un document d’origine. On trouve même des allusions Folk et épiques soignées sur le nostalgique « Mephorious », du moins sur son intro, puisqu’une fois encore, la rythmique s’emballe soudain pour nous remémorer les charges les plus virulentes de RIOT. Incroyable de constater le degré de maturité atteint par ce premier album, et même en sachant que le groupe accuse les huit ans d’existence. A l’inverse de nombre de leurs homologues, les VIRAL ont pris le temps de composer avec pertinence et intelligence, sans tomber dans le piège du repas servi tiède et à la hâte sur une vieille nappe poussiéreuse. Leur menu est copieux et roboratif, mais laisse l’estomac en bon état, nous offrant en guise de dessert l’impeccable et pugnace « Selo's Tale », avant de nous payer un café terriblement corsé sur « Devil's Clockwork ».

Feu d’artifices, passion dévorante, investissement total, VIRAL est une sacrée référence, et gageons que les suédois négocieront les virages importants de leur carrière avec brio. Avec deux guitaristes volubiles, un chanteur ferme et une section rythmique solide, le quintet se présente sous une armure brillante et épaisse, et développe des techniques de combat terrifiantes. Un adversaire de taille qui risque de faire un massacre dans les lignes ennemies de l’armée False Metal.  

 

             

Titres de l’album:

1. Scarred

2. Going Down

3. Machine

4. Gallows

5. Gonna Lose It

6. Viral

7. Mephorious

8. Selo's Tale

9. Devil's Clockwork


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/07/2021 à 14:40
82 %    92

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35