Save Your Soul

Jesper Binzer

06/11/2020

Imusic

J’ai toujours aimé ce mec, que j’ai découvert un peu tardivement je pense, les premiers efforts de son groupe ayant été clairement réservés au peuple danois. De toutes façons avec ce mélange de Rock et de Country, il y avait peu de chances à l’époque que je fonde pour ce qui s’appelait encore DYSNEYLAND AFTER DARK, avant que le géant de l’animation et de l’attraction ne se fâche tout rouge. Ainsi naquit D.A.D, et avec No Fuel Left for the Pilgrims, le quatuor des deux frangins Binzer mit l’Europe et les Etats-Unis à genoux, révélant la personnalité attachante d’un groupe qui recyclait les plans d’AC/DC via ses influences stoniennes. Rien de fondamental en soi, mais une façon d’appréhender la musique avec sérieux, tout en n’étant pas dupe du caractère éternellement fun du Rock N’Roll. Et depuis, Jesper montre son cœur à qui veut bien le voir pour prouver que le Rock est toujours en lui, et qu’il ne s’en débarrassera jamais même avec un pacemaker Pop. Alors, entre deux albums de son groupe, et toujours aussi hyperactif, le chanteur lâche des albums solo, le dernier en date nous ayant averti des capacités du blond nordique en solitaire. Enfin solitaire, oui et non, puisqu’on retrouvait à ses côtés l’omnipotent Søren Andersen (ELECTRIC GUITARS, Glenn HUGHES), producteur et guitariste, qui illuminait Dying Is Easy de son professionnalisme. Trois ans et une pandémie plus tard, on retrouve le tandem aux commandes de cette suite haute en couleur, dont le contenu a été dicté par une période trouble qui a permis aux deux amis de se concentrer sur la composition, toute performance live ayant été clairement interdite. Jesper, Søren, des invités, et une nouvelle fois, la simplicité en étendard et la sincérité d’un musicien qui s’est livré à une introspection pour rendre don travail plus personnel. Et il le peut. 

D’ailleurs, il l’avoue lui-même, son statut et son âge lui permettent d’aller fouiller dans son cœur et ses tripes de quoi nous raconter des histoires. Des histoires simples, comme son approche de la musique, mais des histoires vraies, comme ces riffs qui sont lâchés comme à la parade D.A.D. Mais une fois encore, merci de ne pas confondre le travail de Jesper en solo et celui qu’il effectue au sein de son combo d’origine. Les deux évoluent en parallèle, se croisent parfois, eu égard à cette voix éraillée unique qui rendait « Sleeping my Day Away » si accrocheur et important, mais musicalement, Save Your Soul se permet des choses qui ne seraient pas possibles dans un contexte de groupe. Des choses plus intimes, comme cette sublime ballade « Move A Mountain », qui démontre avec brio et sensibilité que tout le monde peut soulever des montagnes, même confiné chez lui à attendre des jours meilleurs. Enregistré au Medley studio, ce second effort solo de Jesper est une fois encore une confession de foi en cette musique simple d’approche qu’il aime tant, et se montre sous le même visage ou presque que son aîné né en 2017. On y trouve de tout, une énergie hors du commun bien sûr, de la passion à foison, mais aussi un éclairage personnel sur le Rock et ses dépendances, que Jesper visite comme il le souhaite. Alors, le Rock y est joué humainement, sans artifices, avec quelques arrangements de basse, des astuces vocales dont le danois est coutumier, et une solide complicité avec son pote Søren qui tient complètement de l’osmose.

Ceux qui avaient adoré Dying Is Easy penseront encore que Loving Jesper is Easy, et ce, dès l’entame franche de « Life Is Moving ». Car en effet, la vie c’est le mouvement, et le Rock, c’est le mouvement perpétuel, le recyclage d’idées permanent, qui ne dupe personne, mais enthousiasme tout le monde, spécialement lorsque l’art est manié par les mains de ces deux-là. Ce Hard-Rock pas totalement avoué et plus proche d’un Rock musclé est la face cachée de Jesper, l’artiste qui se cache derrière l’homme, ou l’inverse, le chanteur fantasque, le guitariste rythmique solide, et celui qui de ses longs cheveux blonds faisait chavirer la foule féminine dans les années 80. La pochette, idéale pour illustrer cet exercice le montre sous ses deux aspects, l’homme, abordant les choses avec sérieux, et le clown rock n’roll qu’il a toujours été, et cette dualité graphique signée par Jakob Rønlov & Robin Niel Hart définit avec acuité ce qu’on trouve dans les sillons numériques de Save Your Soul. Non que Jesper espère sauver son âme avec cet album en confession, puisqu’elle est damnée depuis qu’il a rejoint les rangs de l’armée Rock, mais qu’il désire assumer tous les aspects de sa personnalité sans en oublier un seul, pour jouer la carte de l’honnêteté. On retrouve la patte du clown sur des morceaux comme « What Time Is It Now » qui sonne comme un boogie des DEXY’S MIDNIGHT RUNNER joué par une troupe danoise en tournée dans le pays. On le retrouve aussi sur l’aveu « My Head´s Been Places » qui en dit long sur la santé mentale du chanteur qui a dû en voir des vertes et des pas mures.

Jesper, sans son maquillage, se montre sans fard sur « Drown Waving », mélancolie rythmique qui replace les choses dans le contexte des seventies, avec ce jeu de batterie nonchalant mais percutant, et cet orgue fantôme qu’on croirait entendre dans le lointain du mixage. Il assume sa maturité sur « The Heart Will Find Its Way », qui dénonce ses passions, et trahit sa fidélité envers une musique simple, immédiate, et percutante comme cinquante bougies placées sur un gâteau d’anniversaire. On le rencontre aussi au détour des couloirs plus calfeutrés du final « The Price Of Patience », lorsqu’il croone comme un rockeur un peu fatigué des tournées et des gouttes de sueur laissées sur les scènes du monde entier. Mais à vrai dire, clown ou pas, joker du Rock ou simple entertainer, Jesper est Binzer ou l’inverse, et ne fait que ce qu’il sait faire, et ce qu’on aime écouter par-dessous tout, depuis la fin des années 80.

De loin et de presque près, il n’existe aucune différence entre Dying Is Easy et Save Your Soul. Sans que les morceaux ne soient les mêmes, ils se ressemblent suffisamment pour qu’on les appréhende comme un tome 1 et un tome 2. Mais quand on aime, on ne cherche pas la surprise à tout va, on veut juste reprendre contact, avoir des nouvelles musicales, et constater que malgré le temps qui passe et les épreuves qui s’accumulent, nos héros/amis ne changent pas, et ne nous oublient pas. Et j’aime ce mec, depuis très longtemps finalement. Parce qu’il n’a jamais triché, et qu’il n’a jamais flambé dans le vide.    

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Life Is Moving

02. Save Your Soul

03. Don´t Let Them Make You Choose Sides

04. Move A Mountain

05. The Heart Will Find Its Way

06. Premonition

07. My Head´s Been Places

08. Drown Waving

09. What Time Is It Now

10. The Price Of Patience


Facebook officiel


par mortne2001 le 01/01/2021 à 14:43
80 %    122

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JérémBVL
membre enregistré
02/01/2021, 15:48:48

J'ai pas écouté mais c'est de la merde.   

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39