Réduire le duo WHITE-MILES au concept de groupe qui a fait la première partie de qui vous savez, dans la salle que vous connaissez, le fameux soir où, serait d’une injustice rare pour les situer sur la mappemonde musicale contemporaine.

Oui, ils étaient là, oui ils avaient fini de jouer, salué des mecs, et étaient partis manger un bout, mais l’histoire, c’est l’histoire, et la musique, c’est de l’art.

Je ne sais pas si la leur en est vraiment, plutôt un genre de gros Rock aux colorations Garage et Stoner, un truc qui sort des tripes et qui prend les vôtres, à grands coups de riffs patauds et gluants, d’interventions vocales investies et subtilement Soul/Rock et surtout, de simplicité, comme si les choses n’avaient pas vraiment évolué depuis les TROGGS ou les STOOGES.

Mais…

Ce deuxième album, largement aussi bon voire supérieur au premier mérite mieux qu’un contexte funeste pour être situé. Car il est vie, espoir, et surtout, talent qui émerge du noir pour deux musiciens un peu en marge, qui font leur truc dans leur coin sans se poser trop de question sur le lendemain.

WHITE-MILES, ce sont d’abord deux musiciens complices, un genre de WHITE STRIPES de l’underground Stoner et Southern Rock, un peu sludgy parfois, mais avec des arrangements dignes de la Stax, version un peu cheap.

A la guitare et au chant, la féline et mordante Medina, qui malmène ses cordes vocales et ses cordes de guitare, mais qui sait aussi se montrer sensuelle et fatale, lorsque les lumières baissent d’intensité pour laisser filtrer l’émotion et la pudeur (« Insane To The Bone », genre de faux Blues un peu nocturne, pour dérives en solo, que Josh Homme aurait pu composer un soir de trop)

A la batterie, aux chœurs et quelques autres trucs, Loki, l’homme qui a vu l’homme qui a vu le beat plombé ou enjoué, celui qui assure les arrières et cogne ses toms et cymbales comme si c’était la dernière. Ensemble, sur The Duel, ils s’affrontent par instrument interposé, se complètent, se jaugent, et finalement, jouent l’osmose sans chercher à se mettre en avant.

Un peu redondant parfois, mais tellement naturel qu’on y croit, surtout lorsqu’on tombe pas tout à fait par hasard sur ce « Sickly Nerves », qui débute Soul/Blues pour mieux imposer un énorme riff massif, qui sait se faire tout petit devant la poupée, qui hurle, module, feule comme une Janis Joplin revenue de l’enfer chercher la rédemption…

Vous le savez, je le sais, les WHITE-MILES, aussi Autrichiens soient-ils, piochent dans l’héritage de l’Amérique pour proposer leur propre voyage, initié par Job : Genius, Diagnose : Madness !!! et son titre un peu bizarre sur les bords. Depuis, ils ont fait de la route, partagé les scènes avec quelques pointures, affiné leur démarche pour devenir les plus compétitifs et brulants dans leur créneau, et The Duel prouve maintenant que le road-trip est bien rodé et ne manque pas d’huile, comme le démontre l’explosif « In The Mirror » et son riff épais comme de l’asphalte qui fond en été et qui tutoie les QOTSA et les TIN-TINGS, dans une charge impressionnante de dualité jeunesse/maturité, et débordant de cette cowbell qui rebondit sur des saccades démoniaques.

  

Du Rock donc, un peu Metal, un peu Garage, un peu Soul, un peu tout ce qui traîne à leur portée, et une grosse bordée d’hymnes, qui joué à deux font plus de barouf qu’un power trio.

Alors on multiplie les allusions et les images, « Crazy Horse » qui s’il n’aurait pas forcément pu être lâché par Neil Young sonne bien Punk sur les bords et aurait certainement plu au Loner, « A Good Pennyworth » qui surfe sur la nostalgie Garage des girls-bands des 70’s, RUNAWAYS en tête avec ce groove hypnotique et à peine pubère,  ou le plus intimiste « Coke On A Jetplane », et ses accents un peu arabisants sur l’intro, pour rappeler quand même que le ZEP et K.T Tunstall auraient pu cohabiter dans deux chambres voisines au Continental Hyatt…

Mais comme il faut bien prêter serment, au bruit, et à la fureur de l’instant, « A(n) Garde » débride un peu le moteur et se permet des emprunts à Bolan, à SOUNDGARDEN, à Homme une fois de plus, mais tente le coup du chaloupé qui tue avec un Loki qui cogne comme cent hommes, et une Medina qui se la joue sur du velours tout en débridant les watts sur une progression sensuelle et rituelle.

Certes, c’est classique, Rock, Metal si vous voulez, mais surtout, diablement inspiré, avec ces percussions qui sont autant de sous-vêtements qui glissent sur des sentiments du petit matin naissant.   

« Heid », calme le Rock pour lui imposer une nanny Blues, et se colle sur une poignée de notes, parcimonieuses, sur lesquelles la voix de Loki traîne son spleen de bout de comptoir, avant de soliloquer économe et fatigué sur une brève minute…

Mais ne comptez pas sur eux pour finir sur un truc aussi facile, et c’est la longueur qui franchit la ligne en premier, celle qui mène au café que l’on avale d’un trait après une nuit qui n’a pas reposé. « Keep Your Trippin’ Wild », ambiance DOORS/Jon SPENCER, et un gros Rock fatigué, qui portant fini par retrouver sa jeunesse alternative pour un final en montée d’acide qui semble pleurer pour qu’un orgue allumé vienne l’en extirper.

Tout ça laisse un peu sur le flanc, mais reste franc, et droit sur ses amplis….

WHITE-MILES, il va falloir retenir ce nom, mais pour les bonnes raisons. Oublier qu’ils étaient là, au mauvais endroit au mauvais moment pour crier qu’ils sont les bons moments au meilleur endroit, même la tête à l’envers dans des souvenirs d’effroi.

 Un Rock pas forcément carré mais libre, blindé d’influences assumées, mais libre quand même. Et qui prouve une fois encore qu’à quatre, cinq, ou deux, lorsqu’on joue les bonnes chansons, peu importe la configuration. Des chansons, rien de plus, et du Rock qui pulse pour un Hard-Rock qui survole toutes les époques. Et un duel duquel tout le monde sort vainqueur…


Titres de l'album:

  1. Sickly Nerves
  2. In The Mirror
  3. Crazy Horse
  4. Isane To The Bone
  5. A Good Pennyworth
  6. Coke On A Jetplane
  7. A(n) Garde
  8. Heid
  9. Don't You Know Him
  10. River Of Gold
  11. Keep Your Trippin' Wild

Site officiel


par mortne2001 le 29/01/2017 à 17:33
80 %    393

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D