Agenda 21

Zero Hour

13/05/2022

Frontiers Records

Je dois reconnaître que parmi cette salve de sortie Frontiers, l’album de ZERO HOUR était le seul que j’attendais avec impatience, et pour cause. Fan du groupe depuis l’orée des années 2000 et la publication du magique éponyme de 1999, je ne pouvais que m’enthousiasmer de cette reformation, qui présentait un caractère valide avant même d’étaler sa main sur la table. D’abord, parce que le groupe de Pleasanton se reformait à peine un peu plus d’une décennie et son arrêt brutal du aux problèmes physique de Troy Tipton, alors dans l’incapacité totale de jouer de la basse. Cette courte période n’a donc pas créé une attente trop grande, et au moins égale au potentiel de ces musiciens précieux. Ensuite, parce que le groupe revient avec ses deux têtes pensantes, Jasun Tipton (guitare/claviers) et Erik Rosvold (chant) qui avait quitté le groupe après l’album Metamorphosis. Deux bonnes raisons d’y croire à priori donc, et un résultat qu’on est en droit aujourd’hui d’apprécier à sa juste valeur, avec six morceaux pour pas moins de cinquante minutes de musique.

Aujourd’hui, Jasun et Erik sont entourés des pointures Andreas Blomqvist (basse, SEVENTH WONDER) et Roel van Helden (batterie, Powerwolf, ex-Delphian, ex-DVPLO, ex-Lites over Fenix, System Pilot, ex-MARCEL COENEN, ex-SUBSIGNAL, ex-SUN CAGED). Un line-up aux allures d’all-star-cast pour un album du comeback qui se devait de tenir ses promesses, secret de polichinelle éventé dès le premier et dantesque morceau « Democide ».

Immédiatement, on se sent en terrain connu, on reconnaît les inclinaisons, la nature profonde de ces musiciens attachés aux valeurs d’un Metal progressif souple et harmonique, et les retrouvailles sont scellées par la technique et l’amour d’une musique parfaite, mais humaine. ZERO HOUR n’a donc pas changé, ni cédé aux sirènes de l’aménagement contemporain, même si quelques nuances se font sentir entre cet Agenda 21 et Dark Deceiver, que beaucoup considèrent encore comme l’une des plus grandes réussites des américains. Jasun Tipton, en bon chef de meute, s’est chargé de toutes les structures, de toutes les parties de guitare et de claviers, et a donné ses directives tout en laissant un peu de latitude à Andreas Blomqvist et Roel van Helden.

Ensuite, Erik a plaqué ses parties vocales aux harmonies arrangées par lui-même et Jasun, afin d’obtenir le résultat en multicouches souhaité. Et le bilan de toute cette alchimie est palpable dès ces premières notes évanescentes, ZERO HOUR ayant réussi sans peine à évoquer ses grandes heures tout en regardant de l’avant.

En un peu plus de quatorze minutes, ZERO HOUR plie le game sans avoir à forcer son talent naturel. Entamé dans la délicatesse la plus absolue, « Democide » nous ranime le souvenir d’un groupe unique sur la scène progressive mondiale, à cheval entre le passé et le présent, entre les souvenirs et les partitions encore à écrire, et nous embarque dans un voyage entre nineties et 2K, avec encore une fois cette rythmique - nouvellement composée - souple, volubile, précise et claire à la fois. On apprécie toujours autant ces petites fioritures qui témoignent des capacités sans jouer la prétention, et on vibre au son de cette production claire comme de l’eau de roche, qui permet d‘apprécier chaque note dans un confort maximal. Bien évidemment, l’approche est classique, et les structures formelles. Un thème servant de moteur principal sur lequel viennent se greffer les vitesses des idées annexes, pour des circonvolutions, des déviations, des arabesques ne perdant jamais de vue l’objectif principal : réconcilier les amateurs de DREAM THEATER et RUSH, de TOOL et PORCUPINE TREE sans jamais citer l’un ou l’autre de ces groupes.

On pense même parfois à une sublimation de la magie de FATES WARNING, mais on s’incline assez rapidement face à ce retour en grâce qui mérite bien une génuflexion. D’autant que « Technocracy » tient bon la barre avec ses nappes de basse à croquer, et ces soudaines montées en puissance qui contrastent nettement avec ces apaisements oniriques durant lesquelles la voix de Rosvold fait toujours merveille.

Pas de réelle surprise, pas de grand chamboulement, mais un album qui tient la route de sa logique, et qui permet de faire le lien avec le passé tout en se tournant vers un avenir radieux. « Stigmata », tout en gardant les options choisies depuis le début, offre un peu plus et déroule le tapis rouge des prouesses personnelles, à l’image de cette cascade de notes rondes offerte par l’alchimiste Andreas Blomqvist, dont le jeu n’est pas sans évoquer un compromis entre le calme rassurant de Geddy Lee et le côté tête brûlée de Steve DiGeorgio. L’homme s’en donne à cœur joie, et développe de vrais trésors de solfège, toujours avec beaucoup d’humilité, mais avec une souplesse qui a de quoi rendre dingue les accros au beau jeu.

Roel van Helden n’est évidemment pas en reste, apprécie sa propre polyrythmie, ses silences intelligents et ses quelques notes fantômes disposées de çà et là. Entre interlude baroque à deux voix et reprise tonitruante, ZERO HOUR revisite son propre catalogue pour en extraire des instantanés à rafraîchir à la lumière d’un nouveau jour.

Cocottes de guitare en son clair sur croches de basse rebondissant, union rythmique autour d’une allusion presque Thrash, cassures subtiles et délicates comme du cristal (« Memento Mori »), affolement à la limite de l’hystérie (« Agenda 21 », qu’on aurait pu trouver sur le dernier DREAM THEATER), avant de s’engouffrer dans un final aux proportions évidemment gargantuesques.

« Patient Zero », épilogue dû aux fans est évidemment une porte de sortie ouvrant sur un monde extraordinaire, et célébrant les retrouvailles avec ces orfèvres du son, toujours aussi attachés aux détails. Avec un son immaculé, mais ne négligeant pas la puissance, Agenda 21 renoue avec la magie, et nous enchante de sa passion. S’il était presque évident que ZERO HOUR ne décevrait pas ses fans, encore fallait-il se rassurer de la solution à l’équation simple. Et avec ce septième album officiel, le groupe revient en grande forme, et prêt à remonter sur son trône.                      

 

   

Titres de l’album :

01. Democide

02. Technocracy

03. Stigmata

04. Memento Mori

05. Agenda 21

06. Patient Zero


Facebook officiel


par mortne2001 le 17/05/2022 à 16:10
88 %    115

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32