Towards To Judecca

Cercenated

07/04/2020

Autoproduction

Des mines patibulaires, un look qui ne laisse pas place au doute, des t-shirts qui en disent long sur l’inspiration, et une provenance qui laisse augurer d’un ton et d’un fond plus ou moins brutaux. Telle est la façon dont on rentre en contact avec les colombiens de CERCENATED en regardant leurs clichés promo, qui au prime abord, pourraient laisser penser à un énième combo Blackened Thrash, la spécialité locale. Du Thrash radicalisé sur fond de ténèbres BM ? Que nenni, puisque le quintet se propose à contrario d’explorer d’autres racines, celles d’un Death Metal de tradition, joué toutefois avec un minimum d’ambition. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe n’est pas muet au moment de nous confier son parcours, sa longue bio dispo sur Facebook n’occultant aucune étape de sa carrière. Et autant dire que malgré une naissance en 2010, le parcours de la bête ne fut pas de tout repos, avec des remaniements incessants, des arrivées, des départs, des stabilisations, pour enfin se lancer sur le marché, non sans difficultés. Pourtant, dès 2010, les choses semblaient bien parties avec l’enregistrement d’une première démo, At the Beginning of War. Le fan éventuel découvrait alors une formation sous haute perfusion de classiques, chose assez logique puisque CERCENATED fut à l’origine formé pour rendre un hommage appuyé aux putréfiés et gelés DISMEMBER. C’est donc du côté du Death suédois qu’il faut chercher l’imagination de ces colombiens, qui depuis ont heureusement élargi leur champ d’action. Mais en reconnaissant une fascination pour UNLEASHED et DEICIDE, les jeunes musiciens ont donc pu modeler leur apparence en faisant appel à d’autres entrées bien connues des amateurs de Metal de la mort…Il leur fallut toutefois six ans et autant de mouvements internes pour lâcher leur premier longue-durée, In Circles of Total Dominance, publié à compte d’auteur en 2016. Et c’est encore quatre ans plus tard que la bande revient toujours en autogestion avec Towards To Judecca qui sans faire montre d’un culot de tous les diables, dénote suffisamment dans la production actuelle pour se faire remarquer.

Toujours en autoproduction, Towards To Judecca permet donc aux cinq musiciens (Cristian Valderrama - chant, Javier Martinez - guitare et seul membre fondateur, Ivan Lopez - guitare, Santiago Martinez - basse et  Diego Pérez - batterie, les deux membres les plus récents) de retravailler leur partition et de s’éloigner de leurs obsessions scandinaves, pour proposer une hybridation intéressante entre le Death en vogue en Floride au début des années 90 et son homologue sud-américain, plus brutal et viscéral. L’extrême traité par les CERCENATED est donc résolument old-school, mais il n’en manque pas d’intérêt pour autant. Loin de se contenter d’une nostalgie bas du front, les originaires de Sogamoso insufflent à leur musique un vent de folie tout à fait rafraîchissant, malgré leur optique résolument bouillante. Ainsi, l’auditeur en découvrant ce deuxième effort se prendra en pleine tronche l’exubérant « Revelations », qui parvient à synthétiser la précision rythmique de MORBID ANGEL et l’esprit farouche de SUFFOCATION, pour un ballet d’ultraviolence totalement savoureux. On remarque évidemment une mise en place très carrée de la part des instrumentistes, qui multiplient les plans comme Chuck les pieds dans la gueule, mais aussi un travail vocal très étudié, empruntant à Benton sa schizophrénie vocale pour nous entraîner dans un tourbillon de folie musicale. Les multiples astuces d’arrangement permettent aux guitares de ne pas se contenter de riffs bateau mais d’imposer de petits licks diaboliques, tandis que la rythmique en arrière-plan soutient l’ensemble de sa vélocité pleine de flair. En un seul morceau, le groupe nous persuade bien de l’originalité de sa démarche passéiste, et se distingue de ses concurrents par une démence musicale palpable.

Doté d’un son sec et d’une production rêche, Towards To Judecca fait honneur à ses compositeurs, qui tout en retrouvant l’impulsion d’origine, se démarquent du reste de la production actuelle un peu trop portée sur le mimétisme. Avec un frontman/grogneur de la trempe de Cristian Valderrama, CERCENATED joue sur des tripes fraîches, et appuie sa créativité rythmique (parfois à la limite d’un Techno-Death très efficace) d’une efficacité de tous les instants, produisant une somme d’énergie impressionnante, aérée par des breaks tantôt lourds, mais souvent ultrarapides (« Destructive Entity »). On pense évidemment à une traduction des blasphèmes de DEICIDE dans un langage païen sud-américain, mais l’énergie dont font preuve les cinq instrumentistes permet aux compositions de s’enfoncer dans les enfers du Death, avec toujours cette percussion constante des riffs qui donnent du volume (« Of Fire Upon Throne »). Pas bégueules en termes d’accroche, les colombiens savent travailler leur plans pour les rendre accrocheurs, cédant parfois à la pression des dissonances pour conférer à leur musique une aura mystique. En quarante minutes, le combo fait plus que le job, lâchant parfois des morceaux à l’assise presque Heavy (« Ritual de Sangre y Barro »), sans le sacrifier à l’outrance générale. On sent que le quintet est à l’aise avec sa personnalité, et l’exagération des tempi ne cache en rien un vrai désir d’adhésion chez l’auditeur, convaincu par ces guitares en constante révolution (« Pactum (Erebos) »). Sans vraiment chambouler l’ordre mondial, Towards To Judecca propose de véritables chansons et pas de simples prétextes à la débauche sonique, et certaines sonnent même comme des hits d’outre-tombe (« Temple of Gnosis »), avec breaks malins et partie centrale finaude.

Tout n’est évidemment pas d’une originalité flagrante, mais l’ensemble sonne millimétré, et suffisamment libre pour être apprécié. Entre les trouvailles d’un batteur jamais en rade de plans qui percutent (« Oath »), une paire de guitaristes ayant appris leur bréviaire floridien sur le bout des médiators, un bassiste bien présent et gras, et un chanteur méchamment à l’aise dans son costume, CERCENATED s’affirme après dix ans d’existence comme une force majeure de l’underground colombien, méritant largement un deal au-delà de ses frontières.                   

                                                                                                      

Titres de l’album :

                      01. Evocations

                      02. Revelations

                      03. Natural Light of Doom

                      04. Destructive Entity

                      05. Of Fire Upon Throne

                      06. Ritual de Sangre y Barro

                      07. Pactum (Erebos)

                      08. Temple of Gnosis

                      09. Oath

                      10. Towards to Judecca

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/09/2021 à 17:55
80 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50