Et sinon, ça va la Finlande ? Visiblement, oui et non. Si la créativité locale n’est pas à remettre en question, la santé mentale des musiciens du cru semble beaucoup plus sujette à controverse. Vous allez me dire avec beaucoup de sens que ce jugement est légèrement subjectif sur les bords, mais je me porte immédiatement en faux de cette conclusion. Pour la simple et bonne raison que vous n’avez peut-être (certainement) pas encore écouté le huitième album du projet iconoclaste PHARAOH OVERLORD. Mais connaissez-vous au moins le concept PHARAOH OVERLORD? Avez-vous déjà entendu parler de l’entité PHARAOH OVERLORD? Parce que si le groupe PHARAOH OVERLORD ne fait pas encore partie de votre vocabulaire quotidien, il est temps d’y remédier céans, et histoire de vous aider dans cette tâche, j’ai répété le nom du projet un bon paquet de fois histoire qu’il s’incruste dans votre mémoire. Et une fois que vos délicates oreilles se seront posées sur leur musique, je vous garantis que vous ne les oublierez plus jamais, ou au contraire que vous ferez tout pour ne plus jamais vous en souvenir.

Pourquoi ces deux possibilités si tranchées ? Parce que leur musique n’est pas ce que l’on pourrait définir comme étant mainstream, et que les bougres, au cours des années, ont tellement muté qu’il devient difficile aujourd’hui de les reconnaître, tels qu’ils se présentaient aux origines…Après tout, les mecs ont tâté de tout depuis le début de l’ère 2K. En commençant leur périple par un genre de sous proto-Stoner, ils balisaient un terrain connu, avant de flirter avec le Post-Stoner, puis le Metal pur et dur, à tendance Speed parfois, pour mieux se barrer en vrille sur le terrain du…

…du quoi au juste ? Je n’en sais absolument rien, si ce n’est qu’ils tiennent absolument à se voir accoler l’étiquette psychédélique, comme c’est indiqué sur leur page Facebook.

Et psychédélique, ils le sont quelque part. Mais pas forcément, et en tout cas pas que. Ils sont aussi moyennement Rock qu’ils sont simili-Electro, ils sont aussi peu Stoner qu’ils ne sont pas Hardcore, et s’ils empruntent à l’Indus ses répétitions obsessionnelles, ils n’abusent pas de son ambiance âpre, et ont plutôt tendance à rechercher des couleurs sombres, mais peu contrastées. Cyclique, le mot est lâché, et autant y adjoindre un peu d’histoire. Né donc à l’orée du nouveau siècle, les finlandais venant du groupe originel CIRCLE (une autre tendance, mais la même propension à la déroute continue) ont donc publié en moins de vingt ans huit albums, dont deux sous le nom légèrement biaisé de PHARAOH OVERLÖRD (#4 et Out Of Darkness, mais ne vous en faites pas, ce sont exactement les mêmes musiciens), petit tour de passe-passe subtil qui leur a permis de s’éloigner de leurs propres sentiers même pas battus. Parce qu’il est très difficile de suivre la piste de ces lascars, et en se référant uniquement au petit monde clos du Metal, les comparaisons deviennent très difficiles, à moins de citer un dédoublement léthargique des SHINING au saxo sans saxo…Mais en osant juxtaposer les images musicales des SISTERS OF MERCY, des FIELDS OF THE NEPHILIM version apocalypse redux, d’un KRAFTWERK plus smooth que réellement növö, et en citant l’ouvre d’un FAUST soudainement passé du côté redondant de la barrière, il est possible d’imaginer en surface l’image sonore projetée par le trio (Jussi Lehtisalo, Janne Westerlund et Tomi Leppänen), auquel s’est adjoint un duo régulier (Antti Boman (DEMILICH) and Hans Joachim Irmler (FAUST, mais pas celui des Tapes, l’autre), sans pour autant réussir à entrevoir leur démarche. Mais si les efforts ne vous répugnent pas, que les répétitions progressives vous fascinent, et qu’une expérience hors du commun peut vous séduire, alors le voyage astral proposé par Zero risque de vous enchanter au-delà de vos attentes les plus folles.

Finalement, je vous en ai trop dit, et dévoilé pas grand-chose en même temps. Mais comment disséquer des morceaux qui s’étalent entre quatre et neuf minutes, qui ne dévient que très rarement de leur thématique de départ, qui ne proposent la plupart du temps ni couplet, ni refrain, ni break, mais qui digressent à l’envie sur quelques démarcations plus ou moins uniformes, et qui sont dominés par des arrangements outer space, et contenus par une voix caverneuse et monocorde ? C’est une tâche en effet pour le moins ardue, et à moins de croiser une bonne poignée d’espèces déjà existantes pour tenter l’hybridation ultime, je ne vois pas franchement de parallèle probant qui puisse vous mettre sur la bonne voie. Celle choisie par Zero est fort linéaire et tortueuse à la fois, ne défie pas franchement les dogmes de Lunar Jetman, le LP précédent (publié en 2012), tout en en incarnant une extension logique et probante qui ose quand même quelques nouvelles humeurs. Mais pour avoir une idée précise du contenu artistique et musical de ce huitième LP, n’importe quelle chanson suffit, puisqu’elles sont toutes similaires et différentes à la fois. Mais si vous optez pour la solution la plus longue, jetez votre dévolu sur l’hypnotique et tantrique « Lalibela Cannot Spell Zero », qui pendant neuf minutes pile s’évertue à rendre l’imperceptible palpable, au travers d’un crescendo orgasmique de sons en écho, d’arrangements spatiaux, de lignes vocales en rame de métro, et…j’en passe et des meilleures. Mais l’art consommé du contrepied total des finlandais s’y trouve magnifié et incarné, puisque les cinq-cent-quarante secondes proposées ne changent jamais de tonalité, et se prennent pour une improvisation totale, dans un genre de détournement du Blues à des fins psychédéliques et légèrement Rock. Légèrement, parce qu’on ne peut pas affirmer sans paraître hors-contexte que les PHARAOH OVERLORD le sont complètement. Ils le sont d’ailleurs à peu près autant que les DEVO, ou même que SUICIDE, et empruntent aux premiers leur sens du dadaïsme prononcé, et aux seconds leur goût antique pour la provocation naturelle et épidermique.               

Pourtant, on sent des effluves de Nick Cave dans l’intro de « Satavuotiaiden Salaisuus », qui joue enfin la musicalité à la MORPHINE diluée dans la méthadone QUEENS OF THE STONE AGE. Certes, ça ne module pas plus qu’un long instrumental des FLOYD en pleine descente de génie, mais c’est efficace, grâce à cette guitare au son très fifties, à cette basse mutine qui butine, et à ce dégueulis vocal qui se prend pour Bigfoot au printemps. « I Drove All Night by My Solar Stomp » aurait pu ramener Cindy LAUPER dans le giron des HAWKWIND, mais préfère singer les voisins de THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, en troquant leurs préoccupations Pop Vintage pour des obsessions French Touch assez massives. Et que dire de « Revolution », qui en intro ose la contre-révolution en plus de huit minutes, en calant une seule ambiance truffée de bruitages divers mais liée fermement à un seul riff gluant…Bref, ça va la Finlande ? Oui, ça va plutôt bien dans la douleur, puisque ces foutus musiciens locaux se cognent des tendances et continuent à jouer le prosélytisme déviant. Mais j’aime bien cette façon de prendre les gens pour des imbéciles en les rendant plus intelligents. Mais là encore, la subjectivité est de mise. A contrario des modes d’emploi, qui ont dû être égarés par la poste…


Titres de l'album:

  1. Revolution
  2. Maailmanlopun Ateriana
  3. Meanwhile
  4. Lalibela Cannot Spell Zero
  5. Satavuotiaiden Salaisuus
  6. I Drove All Night by My Solar Stomp

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/04/2018 à 14:16
85 %    187

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@80.215.40.225
26/04/2018 à 22:49:32
Je sais pas pour la musique mais la pochette est génial !

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !