Nous sommes tous des enfants de l'atome. Malgré la volonté affichée de notre ancien ministre de la Transition écologique et solidaire de faire passer l'énergie atomique sous la barre des cinquante pour cent des ressources globales d'ici quelques années, le bastion a résisté, et cette énergie représente toujours la source principale des besoins du peuple. Alors, doit-on craindre l'atome, comme Oppenheimer nous avait prévenus avant que les bombes ne s'abattent sur deux villes choisies pour représenter le massacre de la reddition japonaise ? Avait-il anticipé les cauchemars de Tchernobyl et de Fukushima, et ces retombées radioactives dont les médias des années 80 nous menaçaient au plus haut de la guerre froide ? C'est possible, le potentiel destructeur d'une telle énergie n'étant plus a prouver, mais ce que le scientifique n'avait pas pu voir venir à l'inverse, était le règne d'une poignée de groupes se réclamant de la puissance d'un réacteur central, et utilisant la fission pour propulser des compositions capables de raser une ville entière en quelques riffs bien choisis. Et ceux triés par les finlandais de BONEHUNTER font partie des plus solides du métier, eux qui en font partie depuis une poignée d'années. Fondé en 2011 du côté d'Oulu, ce trio aux pseudos charmants et à l'attirail pesant à d'abord pris son temps pour élaborer ses déflagrations, se répandant au préalable sur des démos, des splits et autres EP's, avant d'enfin nous offrir son premier long en 2015. Nous avions découvert à l'occasion d'Evil Triumphs Again un groupe sûr de son fait et de son potentiel de destruction, utilisant les codes inhérents au Blackened Thrash pour les détourner à ses fins, et capable d'insuffler une grosse dose de mélodie dans son chaos sans trahir la cause. Sexual Panic Human Machine n'avait fait que confirmer la donne, et avait même utilisé des recettes encore plus poussées, et c'est avec une certaine admiration que nous observions les finlandais mûrir, sans pour autant se ranger. Certes, la méthode était d'usage, mais cette tendance à refuser la facilité d'une norme agressive avait quelque chose d'attendrissant, suffisamment en tout cas pour que nous daignions les suivre encore une fois. Et aujourd'hui, avec leur troisième effort, les BONEHUNTER ne dérogent pas à leurs propres règles, et continuent de triompher des éléments pour imposer leurs retombées.

Et sous un sublime artwork signé Joe Petagno, se cache donc l'album dit « de la confirmation » ce Children of the Atom qui confirme en effet que les trois olibrius aux noms de guerre improbables (Syphilitic Satanarchist - vomi/basse, Witch Rider - guitares et S.S. Penetrator – batterie) n'ont pas perdu la main pour composer des hymnes à la débauche un peu plus intelligents que la moyenne. Sans briser le schéma établi depuis leur création, les trois malandrins prennent quelques libertés avec la sauvagerie, et imposent encore des harmonies dans leur tir de barrage ambiant, au point d'évoquer une forme assez sourde et primaire de BM incontrôlé, sur ce terrifiant et radioactif « Black Star Carcass », véritable modèle d'un genre qui ne refuse pas de composer avec la finesse pour marteler des blasts acharnés, au point de se situer à la croisée des chemins et passer la frontière séparant le Thrash du Black, sans en avoir l'air. C'est évidemment très cru, mais aussi futé et velu, puisque la construction de ce morceau va à l’encontre des principes brutaux du combo, et ose des accalmies parfaitement crédibles avant de nous fracasser d'une accélération dantesque. Car il ne faudrait pas prendre les finlandais pour de simples bourrins avides de désolation et d'oraisons, et à contrario de nombre de leurs confrères qui confondent linéarité et éthique, et puissance et démonstration stérile, le trio sait agencer ses idées, et dispose d'une pratique instrumentale confirmée, leur permettant même de nous faire croire à une forme très sauvage de Speed Metal dopée de Punk, sauf bien sûr lorsque le batteur s'affole et tape comme une folle (« Demonic Nuclear Armament »). Toujours aussi Punk dans l'esprit, la sainte trinité nous injurie de son urgence en orgie, et nous fait sombrer dans le marigot d'une humanité prête à tout pour partouzer avant de crever, mais avec un minimum de classe pour que la fesse ne reste pas molle, ou l'inverse. Et au final, on ne sait toujours pas vraiment ce que l'on a écouté, et on se demande si les BONEHUNTER peuvent encore s'affilier au Crust, au D-Beat, au Blackened Thrash ou à une autre forme musicale extrême, sans que cette interrogation en suspens n'empêche d'apprécier leur barouf toujours pas déprécié.

 

Si bien sûr, références obligent, l'ombre des VENOM, de DARKTHRONE, BULLDOZER, MOTORHEAD, DISCHARGE, BATHORY, est toujours aussi imposante, et flotte au-dessus des horizons chargés des finlandais, on sent que leur inspiration s'évanouit petit à petit pour laisser le trio imposer sa propre vision, qui trouve souvent son apogée dans les morceaux où la mélodie et la tuerie cohabitent en faisant des petits. Ainsi, difficile de ne pas voir en « Sex Messiah Android » un parangon de bestialité, domestiqué pour ne pas faire fuir les plus apeurés, et qui une fois encore place en avant-poste un refrain aux mots comptés, sorte d'hymne paillard pour dégénérés pas vraiment bavards en fin de soirée. Mais sous ses atours les plus bestiaux, le trio ne peut s'empêcher de jouer la séduction lubrique, gardant son stupre sous contrôle, histoire d'imposer son concept dans le cœur des fans les plus exigeants d'une musique virile, mais pas machiste pour autant. On se retrouve donc à faire face à de petits tronçons de romantisme en priapisme, singeant les tics des groupes de Speed les plus échevelés pour les intégrer à une gestuelle Black/Thrash factuelle (« Spider’s Grave », avec un batteur qui fait des siennes et déroule les fills comme à la parade). Et même lorsque le timing s'éloigne des trois minutes imposées, les idées continuent de dérouler, s'appuyant sur un tempo purement fast à l'attitude Punk, pour distiller des mélodies amères en cortège Thrash délétère (« Devil Signal Burst », un peu MAYHEM, un poil PROTECTOR, pour un rendu que les SODOM connaissaient bien après un enivrement de bière pas si bon marché que ça). Certes, les BONEHUNTER n'en sont pas encore au stade des pipeaux et autres volutes Folk de flûtes en réseau, mais cette ouverture d'esprit qui les caractérise leur permet de prendre leurs distances avec la grande majorité des groupes de Black/Thrash cédant à la facilité, ce que démontrent des inserts Heavy intelligemment disposés pour nous permettre de respirer et de chantonner.

Peu importe alors que la recette soit éprouvée, et que les riffs d'album en album semblent se recouper, puisque le plaisir retiré d'une telle réalisation repose essentiellement sur un défoulement permanent. Ce défoulement se concrétise parfois sous la forme de brûlots (« The Reek of The Reaper’s Scythe », archétype du hit Blackened Thrash), et parfois via l'ambivalence d'un Heavy Thrash presque progressif, mais toujours maladif (« Children of The Atom », basse en circonvolutions, arpèges en animation, soudaine accélération, mais toujours sous le joug de la modulation). Et malgré des pseudos à faire rougir de honte les SODOM, et des instincts primaires et solidaires, BONEHUNTER prouve avec Children of the Atom qu'on peut se vautrer dans la fange de l'extrême tout en gardant à portée de main un tube de crème pour en sortir presque immaculé.    

 

Titres de l'album :

                          1. Initiate the Sequence

                          2. Demonic Nuclear Armament

                          3. Sex Messiah Android

                          4. Children of The Atom

                          5. The Reek of The Reaper’s Scythe

                          6. Black Star Carcass

                          7. Spider’s Grave

                          8. Cybernetic Vampirism

                          9. Man of Steel (Spiritus Mortis Cover)

                         10. Devil Signal Burst

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/11/2018 à 17:19
78 %    118

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!