Regrets

Alienatör

25/11/2022

Autoproduction

Nous avons tous des regrets. Peut-être même des remords. Des actes manqués, des réactions épidermiques, de l’oubli un peu facile à la mémoire sélective, en passant par des rencontres malheureuses qui affectent notre destin comme un effet papillon psychologique. Chaque détail en entraîne un autre, puis un autre, jusqu’à former ce qu’on appelle une existence, exercice de style difficile qui finalement, peine parfois à nous définir. Rien d’important parfois, juste des détails, un manque d’affection, des non-dits, des secrets trop bien cachés, mais il est difficile de croire qu’un être humain puisse, sur son lit de mort dire : non, je ne regrette absolument rien.

Car on regrette toujours quelque chose. La solution étant de vivre avec, et de ne pas le nier inutilement. En musique, les regrets s’expriment parfois sous couvert de mélodies amères et de luminosité pastorale, du ressac qui frappe les rochers ou d’un Nick Drake fantomatique, d’un Léonard Cohen tragique ou d’un Dylan cynique. La clique 4AD, les SMITHS, les PIXIES, quelques poètes maudits, mais aussi, dans un autre style, les acteurs Hardcore les plus énervés. Il y avait des regrets chez les REFUSED, regret du conformisme et de l’absence de réactions, chez les UNSANE aussi, de voir les cadavres s’empiler dans la rue, et même chez MINOR THREAT, de savoir les générations conditionnées par des réflexes naturels.

Chez les ALIENATÖR, les regrets prennent la forme de courtes vignettes brutales. Originaires du Canada, Brad King (chant/guitare), Sean Skillen (basse/chœurs) et Simon Paquette (batterie) reprennent à leur compte les méthodes âpres et musclées des nineties. Sludge par définition, mais Hardcore par condition, ce trio lâche après un premier album remarqué (Pariahs, 2019) un second long encore plus compact, recentré, effectif et percutant, de ceux qu’on encaisse plus qu’on ne les écoute.

Trois seulement, mais de la puissance pour dix. Dès « Revisionist History », ALIENATÖR pointe du doigt le révisionnisme, et joue sa carte de la vérité, entre Hardcore chaotique et Sludge larvé, en arrière-plan, pour ne pas trop déranger. S’il est certain que l’impact des morceaux est indéniable, une certaine finesse anime cette saine colère, et ces fameux regrets. Profitant d’une production et d’un mixage fabuleux de Sean Skillen lui-même, et d’un mastering peaufiné par la légende Brad Boatright, Regrets énumère les siens, mais n’oublie pas de souligner les travers de ses contemporains, passé et présent inclus.

Ainsi, « The Priest », morceau le plus long illustré d’une vidéo, s’attelle à narrer les atrocité commise par le prêtre anglican Ralph Rowe, pourriture ayant abusé de dizaines d’enfants dans le secret des alcôves, et condamné à une peine ridicule. Pour parvenir à dépeindre cette situation de peur, de sang, et de claustrophobie, le trio n’a pas lésiné sur la puissance instrumentale, entre une basse gigantesque et impitoyable, une guitare qui fouette les chairs et une batterie en constant équilibre. Le regret d’une justice un peu plus lucide et sévère ? Le regret de n’avoir pas pu tuer ce salaud de ses propres mains ? Certainement un peu de tout ça, mais surtout, des regrets, encore une fois.

Le regret que vous n’éprouverez pas, et celui d’avoir écouté cet album en boucle pendant de longues heures. L’agence de promotion n’a pas lésiné sur les comparaisons flatteuses, et cite tout sauf au hasard les MELVINS, NEUROSIS et BOTCH, qu’elle aurait pu compléter par UNSANE, FETISH 69, METZ et autres bruitistes rageurs  refusant tout compromis.

Il est difficile d’encaisser le choc de tant d’amertume et de noirceur sans réfléchir à ses propres actes, et plus précisément, à sa propre inaction. On se dit finalement que cette société va mal parce que trop peu de citoyens osent bouger et crier, et qu’il serait peut-être salutaire de descendre dans la rue et de hurler son mécontentement. C’est ce que Brad King fait, à poumons rabattus, abordant les complotistes, les abrutis en tout genre, sur fond de Sludgecore épuré et apeuré. Apeuré par la léthargie qui nous enferme dans un cocon trop confortable, et cette zone de confort qui exaspère les activistes est ici détruite à grands coup de basse ronflante et de lacérations vocales.

Certains morceaux sont de fait assez effrayants. « Flat Earth Society » par exemple, crié, piétiné et salé, « Your Funeral » qui claque comme une épitaphe sur le marbre encore chaud, et puis finalement, la plus grosse partie de ce tracklisting qui oblige à se recentrer, et à considérer l’avenir autrement que par le prisme d’écrans déformants.

Un avenir qui se corrigera dans la douleur, avant que la date fatidique d’un non-retour ne tâche l’éphéméride. Un avenir qu’il convient d’envisager le plus rapidement possible, avant justement, de ne plus avoir le temps d’avoir des regrets.         

   

         

Titres de l’album :

01. Revisionist History

02. Loss Leader

03. Blood Red Blood

04. Regrets

05. The Priest

06. The Less Dead

07. Flat Earth Society

08. Irreconcilable

09. Your Funeral

10. Wounded Birds

11. Dark Matters


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/11/2022 à 17:27
85 %    38

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51