Panico Escenico

Agresiva

28/01/2022

Demons Records

L’Espagne, terre de Metal depuis les années 80, a souvent mis en avant son originalité pour ne pas sonner comme ses confrères européens. Chant souvent en idiome natal, mesure dans la violence, lyrisme exacerbé, mélodies prononcées, les groupes ibères ont toujours eu ce petit plus qui fait la différence et qui accroche l’oreille. Et les madrilènes d’AGRESIVA font justement partie de cette école de pensée, qui ne sacrifie pas l’identité nationale à une normalisation à l’américaine.

AGRESIVA, c’est avant tout un quatuor (Samuel San José - chant, Miguel Coello - guitare, Miguel Martin - basse et Álex Rodríguez - batterie), en fonction depuis 2008, et en pause si l’on en croit le site Metal Archives. Un quatuor déjà auteur de quatre longue-durée entre 2012 et 2020, mais aussi d’un live en 2019, et qui peut donc se targuer d’un parcours dense et fourni. Pour qui connaît leur univers, ce cinquième du nom ne présentera pas de surprise notable. On y retrouve cet art de l’équilibre entre violence et mélodie, ces chœurs en arrière-plan, ces soli propres et ces accélérations brutales, soit la quintessence d’un Heavy/Thrash à l’espagnole, juste assez brutal mais pas encore cruel.

Panico Escenico est donc un non-changement dans la continuité, et assoit un peu plus la réputation d’un groupe remarquable. Pochette impeccable au message assez clair, production clean, instrumentation peaufinée, basse qui claque et caisse claire qui fouette, le tout décoré d’un glaçage vocal lyrique et harmonieux. Une recette qui a fait ses preuves par le passé, entre Heavy, Power et Thrash, pour un festival de violence pondérée, mais sincère.

AGRESIVA ne changera donc pas sa trajectoire au dernier moment pour surprendre ses fans. Et au jugé de la qualité de ces dix nouvelles compositions, il n’a guère besoin de s’illustrer d’une quelconque originalité, puisque ces titres sont faits de puissance et d’aisance. On apprécie ces allusions au mouvement Speed des années 80 (« Triste Lacayo » qui rappelle un BLIND GUARDIAN en villégiature madrilène), ce formalisme de rigueur, et ce classicisme respectueux qui ne nuit pas à l’efficacité. En gros, on reste traditionnel, on assume, mais on donne quand même tout ce qu’on a dans le ventre.

Le groupe a privilégié les chapitres brefs, et les neuf premiers restent sous la barre des quatre minutes pour ne pas perdre en impact. Ce qui n’empêche pas la présence de certains plans un peu faciles et de morceaux un peu passe-partout (« Tóxico », mid pas franchement indispensable), heureusement rattrapés par des saillies plus folles et des envolées torrides (« Redención » up tempo totalement diabolique).

De tout pour tout le monde, mais sans être consensuel ou générique. Tel est le crédo de ces espagnols motivés, qui fricotent souvent avec le Thrash via une poignée de riffs symptomatiques, mais qui gardent leur affection envers un Heavy Metal classique au chaud. L’ambivalence est d’ailleurs remarquable d’un morceau à l’autre, et peut-être encore plus sur « Esclavo », archétype de chaud et froid qui fédèrera bien des fans en live. Et de titre en titre, de cavalcades en actes héroïques, Panico Escenico finit par s’imposer en tout humilité, de par ses qualités propres et son énergie. On soulignera l’importance de l’influence HELLOWEEN/SCANNER sur « El fin En Directo », au riff malin comme un singe, et la vitesse non négligeable de « Defraudado », pénultième titre qui annonce une fin aux proportions épiques.

De fait, « La Senda » remplit parfaitement son rôle de conclusion homérique, de son intro délicate en cordes jusqu’à ses syncopes très futées. Un épilogue épique et flamboyant, pour un album ne l’étant pas moins, et qui représente la scène espagnole avec beaucoup de dignité et de fierté. AGRESIVA pose donc la dernière pierre, qui fait monter son édifice à des hauteurs enviables, et confirme sa place sur la scène Power/Thrash nationale, sans déborder du cadre, mais en ayant assez d’imagination pour ne pas être qu’une attraction old-school de plus dont on n’a pas vraiment besoin.

         


Titres de l’album :

01. El Loco

02. Perdiendo El Norte

03. Confusión

04. Triste Lacayo

05. Tóxico

06. Redención

07. Esclavo

08. El fin En Directo

09. Defraudado

10. La Senda


Facebook officiel


par mortne2001 le 12/05/2023 à 17:56
78 %    270

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14