Il me semble qu’on en parlait il y a peu, de la prévisibilité de certains groupes et de leur absence de culot…Du fait que certains artistes se complaisent dans un style qui a fait leur renommée, sans se demander s’ils sont encore capable d’innover alors même qu’ils font depuis longtemps partie des références citées par d’autres musiciens plus jeunes. On peut en mettre un paquet sur la liste, même en se recentrant sur les musiques méchamment amplifiées, des RAMONES à MOTORHEAD, en passant par DIO, AC/DC, et finalement, les plus contemporains AIRBOURNE. Mais sincèrement, lorsque vous ouvrez une canette de bière, vous espérez vraiment que la recette aura été changée et qu’elle ait le goût d’un Montrachet ? Ben non, vous la buvez parce que vous aimez la bière, parce qu’elle vous désaltère, et puis macash…Alors, attendre des WOLFBRIGADE qu’ils jouent autre chose que du WOLFBRIGADE c’est un peu stupide non, puisque ce qu’on aime chez eux, c’est justement qu’ils soient fidèles à cette approche qu’ils ont développé il y a vingt-cinq ans maintenant, et qui culmine à des hauteurs de perfection aujourd’hui, au moment de sortir ce dixième LP qui a de sérieux airs d’anniversaire…Oui, dix LP, trois sous le nom de WOLFPACK, sept sous le nom actuel, ça impose le respect, et surtout les boules Quies, parce que les mecs sont les rois des acouphènes et n’ont aucune pitié pour vos tympans…Avec tout au long de leur histoire une fidélité sans faille à un Punk Hardcore assombri, tirant sur le Death et piétinant le Crust, un line-up ayant compté dans ses rangs des membres de ASTA KASK, TO WHAT END?, TODAY'S OVERDOSE, COSA NOSTRA, ANTI CIMEX, OBSCURE INFINITY et HARLEQUIN, des tournées à en cracher ses poumons, et une fanbase toujours grandissante, les résidents de Stockholm peuvent aujourd’hui regarder en arrière avec un sentiment de fierté, une fierté plutôt high volume, ce que The Enemy : Reality confirme de ses énormes riffs et de son humeur revancharde.

Alors, j’en conviens, lorsqu’on s’attaque à la chronique d’un nouveau WOLFBRIGADE, on sait déjà plus ou moins ce qu’on va dire. Puisque finalement, ce dixième volet ressemble pas mal à Run with the Hunted, publié en 2017, et qu’il ne s’en démarque que de sa minute supplémentaire, j’aurais presque pu si j’avais été malhonnête reprendre mon laïus précédent, en changeant quelques mots et le titre. Mais cette solution de facilité aurait été une insulte rare à la ferveur d’un groupe qui a toujours voué sa carrière aux gémonies d’un Hardcore sale, bruyant, viril et méchant, et qui en 2019 continue son chemin en pissant de l’acide sur les bas-côtés. Alors oui, The Enemy : Reality ne contredit aucunement l’équation que j’avais posée il y a deux ans, sans inconnue, à savoir DISCHARGE+ENTOMBED+MOTORHEAD= WOLFBRIGADE. Et si le père Lemmy vous manque - mais comment pourrait-il en être autrement - jetez une oreille sur le diablement Rock n’Roll « Hammer to the Skull », et les souvenirs apaiseront votre peine. On y retrouve les mêmes guitares plaquées et franches, une rythmique en mid tempo, une voix rauque qui ne dévie jamais de sa tonalité, le tout travesti d’une profondeur Anarcho Punk, que les CRASS ou les NAPALM DEATH des premières années avaient popularisé au travers des mailles du filet Post-Punk. Cette analogie, inévitable, ne doit toutefois pas occulter un fait. Oui, la réalité est notre pire ennemie, et les suédois font tout pour la retranscrire dans un langage sincère, aussi dur et dru soit-il.

Comme d’habitude, le quintet (Micke - chant, Erik & Jocke - guitares, Johan - basse et Tommy - batterie) a opté pour une production maousse, mais pas trop pour ne pas perdre de vue la crudité recherchée. Crudité qui s’accompagne toujours d’une efficience immédiate, mais pas d’une simplicité lénifiante. Le groupe parvient toujours à mélanger les ambiances et les genres avec brio, et à lâcher quelques parties fines au sein d’un morceau/partouze qui gicle, mais avec classe et élégance. C’est en tout cas ce qu’on constate sur l’ouverture « Sum of All Vices » qu’un DISCHARGE scandinave habitué au froid aurait pu nous pondre un soir de décembre des années 80. Batterie à fond les ballons, duo de guitaristes qui jouent unis et solides, et chanteur qui invective, sans chercher à moduler, puisque son message est unique. Le monde, c’est de la merde, les gouvernements sont des assemblées d’enfoirés, les injustices nous plombent, et la corruption reste le salaire le plus évident à verser sans déduction d’impôt. Et pour exprimer ceci et cela, rien de mieux qu’une alternance d’humeurs, qui se matérialise par des BPM qui jouent au yo-yo, allant du médium Death de « The Wolfman » au méga Crusty haineux de « Narcissistic Breed ». Inutile d’aller chercher loin les comparaisons possibles, puisque les racines de WOLFBRIGADE sont toujours plantées dans la même terre, celle du Hardcore suédois d’il y a trente ans, et des trois influences précitées qui sont toujours aussi prépondérantes. On remarquera ou pas que le groupe a fait l’effort d’une plus grande variété, non d’ouverture, mais de légères nuances, chaque morceau se détachant du précédent avec un flair certain. On appréciera donc le balancement d’un Death atténué de Rock, à la manière du ENTOMBED post Wolverine Blues (« Nightmare of Wolves »), le swing mortel hérité d’Overkill sur « Doomsday Dominion », les sonorités légèrement SLAYER de « Human Beast », du moins sur l’intro, et la boucherie absolue du final « Hunt the Hunter » qui transforme l’écoute en chasses du Comte Zaroff à balles réelles.

La prévisibilité, toujours. L’argument des rageurs qui sont les premiers à gueuler d’ailleurs lorsque leur groupe fétiche change de formule. Mais pour aplanir le goudron, on n’a pas encore trouvé plus efficace qu’un rouleau compresseur. Essayez la raclette, vous verrez. Ça marche moins bien.

          

Titres de l’album :

                         01. Sum of All Vices

                         02. Fire Untamed

                         03. The Wolfman

                         04. Hammer to the Skull

                         05. Narcissistic Breed

                         06. Nightmare of Wolves

                         07. Doomsday Dominion

                         08. Wells of Despair

                         09. Human Beast

                         10. Hunt the Hunter

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/02/2020 à 14:49
78 %    318

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !