Il me semble qu’on en parlait il y a peu, de la prévisibilité de certains groupes et de leur absence de culot…Du fait que certains artistes se complaisent dans un style qui a fait leur renommée, sans se demander s’ils sont encore capable d’innover alors même qu’ils font depuis longtemps partie des références citées par d’autres musiciens plus jeunes. On peut en mettre un paquet sur la liste, même en se recentrant sur les musiques méchamment amplifiées, des RAMONES à MOTORHEAD, en passant par DIO, AC/DC, et finalement, les plus contemporains AIRBOURNE. Mais sincèrement, lorsque vous ouvrez une canette de bière, vous espérez vraiment que la recette aura été changée et qu’elle ait le goût d’un Montrachet ? Ben non, vous la buvez parce que vous aimez la bière, parce qu’elle vous désaltère, et puis macash…Alors, attendre des WOLFBRIGADE qu’ils jouent autre chose que du WOLFBRIGADE c’est un peu stupide non, puisque ce qu’on aime chez eux, c’est justement qu’ils soient fidèles à cette approche qu’ils ont développé il y a vingt-cinq ans maintenant, et qui culmine à des hauteurs de perfection aujourd’hui, au moment de sortir ce dixième LP qui a de sérieux airs d’anniversaire…Oui, dix LP, trois sous le nom de WOLFPACK, sept sous le nom actuel, ça impose le respect, et surtout les boules Quies, parce que les mecs sont les rois des acouphènes et n’ont aucune pitié pour vos tympans…Avec tout au long de leur histoire une fidélité sans faille à un Punk Hardcore assombri, tirant sur le Death et piétinant le Crust, un line-up ayant compté dans ses rangs des membres de ASTA KASK, TO WHAT END?, TODAY'S OVERDOSE, COSA NOSTRA, ANTI CIMEX, OBSCURE INFINITY et HARLEQUIN, des tournées à en cracher ses poumons, et une fanbase toujours grandissante, les résidents de Stockholm peuvent aujourd’hui regarder en arrière avec un sentiment de fierté, une fierté plutôt high volume, ce que The Enemy : Reality confirme de ses énormes riffs et de son humeur revancharde.

Alors, j’en conviens, lorsqu’on s’attaque à la chronique d’un nouveau WOLFBRIGADE, on sait déjà plus ou moins ce qu’on va dire. Puisque finalement, ce dixième volet ressemble pas mal à Run with the Hunted, publié en 2017, et qu’il ne s’en démarque que de sa minute supplémentaire, j’aurais presque pu si j’avais été malhonnête reprendre mon laïus précédent, en changeant quelques mots et le titre. Mais cette solution de facilité aurait été une insulte rare à la ferveur d’un groupe qui a toujours voué sa carrière aux gémonies d’un Hardcore sale, bruyant, viril et méchant, et qui en 2019 continue son chemin en pissant de l’acide sur les bas-côtés. Alors oui, The Enemy : Reality ne contredit aucunement l’équation que j’avais posée il y a deux ans, sans inconnue, à savoir DISCHARGE+ENTOMBED+MOTORHEAD= WOLFBRIGADE. Et si le père Lemmy vous manque - mais comment pourrait-il en être autrement - jetez une oreille sur le diablement Rock n’Roll « Hammer to the Skull », et les souvenirs apaiseront votre peine. On y retrouve les mêmes guitares plaquées et franches, une rythmique en mid tempo, une voix rauque qui ne dévie jamais de sa tonalité, le tout travesti d’une profondeur Anarcho Punk, que les CRASS ou les NAPALM DEATH des premières années avaient popularisé au travers des mailles du filet Post-Punk. Cette analogie, inévitable, ne doit toutefois pas occulter un fait. Oui, la réalité est notre pire ennemie, et les suédois font tout pour la retranscrire dans un langage sincère, aussi dur et dru soit-il.

Comme d’habitude, le quintet (Micke - chant, Erik & Jocke - guitares, Johan - basse et Tommy - batterie) a opté pour une production maousse, mais pas trop pour ne pas perdre de vue la crudité recherchée. Crudité qui s’accompagne toujours d’une efficience immédiate, mais pas d’une simplicité lénifiante. Le groupe parvient toujours à mélanger les ambiances et les genres avec brio, et à lâcher quelques parties fines au sein d’un morceau/partouze qui gicle, mais avec classe et élégance. C’est en tout cas ce qu’on constate sur l’ouverture « Sum of All Vices » qu’un DISCHARGE scandinave habitué au froid aurait pu nous pondre un soir de décembre des années 80. Batterie à fond les ballons, duo de guitaristes qui jouent unis et solides, et chanteur qui invective, sans chercher à moduler, puisque son message est unique. Le monde, c’est de la merde, les gouvernements sont des assemblées d’enfoirés, les injustices nous plombent, et la corruption reste le salaire le plus évident à verser sans déduction d’impôt. Et pour exprimer ceci et cela, rien de mieux qu’une alternance d’humeurs, qui se matérialise par des BPM qui jouent au yo-yo, allant du médium Death de « The Wolfman » au méga Crusty haineux de « Narcissistic Breed ». Inutile d’aller chercher loin les comparaisons possibles, puisque les racines de WOLFBRIGADE sont toujours plantées dans la même terre, celle du Hardcore suédois d’il y a trente ans, et des trois influences précitées qui sont toujours aussi prépondérantes. On remarquera ou pas que le groupe a fait l’effort d’une plus grande variété, non d’ouverture, mais de légères nuances, chaque morceau se détachant du précédent avec un flair certain. On appréciera donc le balancement d’un Death atténué de Rock, à la manière du ENTOMBED post Wolverine Blues (« Nightmare of Wolves »), le swing mortel hérité d’Overkill sur « Doomsday Dominion », les sonorités légèrement SLAYER de « Human Beast », du moins sur l’intro, et la boucherie absolue du final « Hunt the Hunter » qui transforme l’écoute en chasses du Comte Zaroff à balles réelles.

La prévisibilité, toujours. L’argument des rageurs qui sont les premiers à gueuler d’ailleurs lorsque leur groupe fétiche change de formule. Mais pour aplanir le goudron, on n’a pas encore trouvé plus efficace qu’un rouleau compresseur. Essayez la raclette, vous verrez. Ça marche moins bien.

          

Titres de l’album :

                         01. Sum of All Vices

                         02. Fire Untamed

                         03. The Wolfman

                         04. Hammer to the Skull

                         05. Narcissistic Breed

                         06. Nightmare of Wolves

                         07. Doomsday Dominion

                         08. Wells of Despair

                         09. Human Beast

                         10. Hunt the Hunter

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/02/2020 à 14:49
78 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !