Born To Sin

Fury

18/03/2022

Autoproduction

Tu aimes ton Hard-Rock nerveux mais mélodique ? Tu as toujours imaginé ce que pourrait donner des compositions de PRETTY MAIDS jouées par un RIOT pêchu ? Tu aimes les filles bassistes, les chanteurs puissants, les rythmiques fermes et les morceaux durs mais pénétrables ? Alors, cher ami metalhead, réjouis-toi, puisque le quatrième album des anglais de FURY est fait pour toi. Et surtout, ne te laisse pas abuser comme moi par cette pochette cliché qui semble exhumer les pires exhibitions du Power Metal sous stéroïdes. Et ne te laisse pas flouer par cette appellation Heavy/Thrash utilisée par les sites en manque d’imagination. Car les FURY sont un pur groupe de Hard n’Heavy tel qu’on le concevait dans les années 80, avant qu’il ne prenne de la musculature dans les nineties.

De Worcester nous parviennent donc les échos d’une musique solide, enjouée, pratiquée par des musiciens à l’expérience conséquente. Fondé en 2010, ce quatuor s’est montré assez prolifique dans ses primes années, avant de laisser un long silence de quatre années freiner sa progression. Trois albums déjà à son actif, The Lightning Dream, Lost in Space et The Grand Prize, pour une réputation qui commence à devenir très respectable.

Une base d’époque avec Tom Fenn à la batterie et Julian Jenkins au chant et à la guitare, deux pièces rapportées en cours de route, Becky Baldwin (basse) et Jake Elwell (guitare), pour une unité qui se sent clairement sur ce disque, qui confirme la direction prise avec The Grand Prize il y a deux ans. Un résultat assez unique dans les faits, qui refuse le cloisonnement de catégories trop restrictives, pour un cocktail détonnant de Hard-Rock, de Heavy Metal light, de Thrash à peine allusif, mais aussi de Glam, de Rock bouncy, et des morceaux qui fileraient la pèche à un boxeur en fin de round (« A Hell of a Night »).

Beaucoup d’énergie donc et de petits détails qu’on apprécie particulièrement. En premier lieu, ces mélodies simples mais bien utilisées, mais aussi ces chœurs qui donnent clairement envie de participer à la fête. Mais aussi des choix rythmiques intéressants, et une bassiste qui ne joue pas les seconds-rôles pour flatter la batterie et la guitare. Les graves de Becky sont ronds, justes, bien placés, fluides, et apportent aux morceaux ce petit plus coulant qui fait la différence, et qui appuie sur ce côté Rock, parfois contredit par une double grosse caisse imposante.

De Heavy/Thrash point, mais un mélange malin. Malin parce que nuancé, varié, comme ces albums qu’on adorait dans notre prime adolescence, qui allaient de l’allant Speed à la tendresse de ballades sentimentales. Et avec une reprise de contact aussi velue qu’un RIOT sous cure de vitamines (« If You Get To Hell First »), les FURY situent les débats et assument leurs positions. Ces positions sont multiples, selon les humeurs, mais grâce à une production étonnamment claire et enrobée, Born To Sin prône le péché sous toutes ses formes, du moment qu’il soit Hard n’smooth.

Cohésion dans la diversité. Comme un passage en revue de toutes les sous-couches des eighties, mais sans verser dans la nostalgie statique. FURY est un groupe bien de son temps, qui négocie les tierces de la NWOBHM au comptoir de la puissance américaine, et si la voix de Julian Jenkins semble un peu fluette lorsque la tension progresse, on ne peut lui nier un timbre intéressant, qui parvient à unir l’amour irlandais de THIN LIZZY et l’énergie danoise de PRETTY MAIDS (« Nowhere to Be Seen » et son petit côté HAUNT assez prononcé).

Un vrai plaisir de jouer, tel est le leitmotiv de ces anglais, qui au bout d’une décennie semblent avoir trouvé leur rythme de croisière. Un rythme parfois tranquille, comme celui de « Who Are You », parfois plus épileptique lorsque la fête bat son plein (« It’s Rock N’ Roll »). Hard Rock n’Roll, Heavy festif mais pas comique, lenteur de circonstance comme un Blues de fin de soirée (« Shadows and Dust », GRAVEYARD et GRETA VON FLEET en pleine séance de confessions), pour une setlist impeccable qui accroche l’oreille et dope l’enthousiasme.

On aime cette façon de traiter le boogie façon 2K pour le rendre plus sautillant (« Embrace The Demons »), et plus généralement, cette envie de toucher à tout pour se faire plaisir. Et même si les soli sont parfois impressionnants, l’ambiance est au partage et non à la démonstration, et le passé plus radical pointe au final le bout de son nez via un lapidaire « Born To Sin » à faire passer RAVEN et EXCITER pour de gentils retraités fans de bridge et de rami.

Un disque éminemment sympathique de la part d’un groupe ne l’étant pas moins, et cinquante minutes ou presque de synthèse globale entraînante et euphorisante. De quoi avoir envie de pécher sans aller se confesser, puisque après tout, la passion du Hard-Rock n’est pas un vice, mais bien une vertu cardinale dans le monde du Rock.  

 

 

Titres de l’album :                                              

01. If You Get To Hell First

02. Nowhere to Be Seen

03. Next In Line

04. A Hell of a Night

05. Who Are You

06. Sunrise

07. It’s Rock N’ Roll

08. Shadows and Dust

09. Embrace The Demons

10. Born To Sin


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/04/2022 à 15:27
82 %    523

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49