Puisqu’on célèbre toujours le Black norvégien, puisant dans ses propres légendes venteuses de quoi alimenter ses fantasmes neigeux, autant observer les conteurs qui travaillent sous notre nez, et qui mettent en avant un pan entier de notre patrimoine national. La France est aussi une terre d’histoires, de mystique, et pas seulement du côté de Brocéliande ou de la Bretagne…Le sud de notre beau pays a en effet beaucoup de chapitres à offrir, et c’est avec un plaisir non feint que nous retrouvons les troubadours d’AORLHAC, qui sont sans doute les meilleurs défenseurs de la culture occitane, celle qui s’étendait du sud de la France au nord de l’Italie et de l’Espagne. Sauf que ces bardes-là, pour ceux ne les connaissant pas, ne s’adonnent pas aux joies d’un Folk fleuri ou d’un Traditionnel barbu, mais donnent corps à l’une des formes les plus riches et trapues du Black Metal originel…Et originaux, ceux-là le sont, depuis une bonne dizaine d’années maintenant. On les pensait à la retraite, ou abandonnés pour le compte, puisque leurs dernières aventures dataient de 2010 (si l’on excepte un split en compagnie d’OSSUAIRE, YSENGRIN et DARKENHÖLD l’année suivante), mais c’était sans compter sur leur foi en leurs racines et leur passion en leur musique, que les esthètes précieux des Acteurs de L’Ombre ne pouvaient occulter. C’est donc la suite de la trilogie entamée par A La Croisée des Vents (2008) et poursuivie sur La Cité des Vents (2010) que nous pouvons découvrir aujourd’hui, via l’heure consacrée à ce pavé qu’est L'Esprit des Vents, encore une fois emballé dans un packaging soigné par le label si pointilleux sur le moindre détail. Et comment ne pas remercier une nouvelle fois Les Acteurs de L’Ombre de nous offrir dans un si bel écrin un album d’une telle richesse et d’une intensité aussi frappante, puisque loin de se contenter de nous resservir à quelques années d’intervalle les mêmes rimes, les originaires d’Aurillac poussent encore les choses plus loin, et nous démontrent qu’un art aussi ciselé que le leur peut encore être porté aux nues, non par des effets faciles ou une redite habile, mais par une intelligence de composition qui se met à la hauteur de paroles fascinantes.

De fait - et sans excès de chauvinisme qui n’a pas lieu d’être - nous pourrions bien affirmer après écoute de ce troisième LP avoir trouvé nos DISSECTION à nous, tant L'Esprit des Vents évoque avec beaucoup de pertinence des œuvres majeures comme The Somberlain ou Storm Of The Light’s Bane…Il est certes d’usage de ne pas se laisser porter par une euphorie post-retrouvailles, mais c’est bien l’objectivité qui me pousse à ce constat, tant les dix pistes de ce nouveau recueil de nouvelles locales se hisse sans peine à la hauteur des pierres angulaires citées, auxquelles ils se permet d ‘ajouter un cachet personnel, qu’on se plait à croire coulé dans la cire pour cacheter une missive envoyée du fin fond des temps. Doté d’une production redoutable signée NKS, l’un des maîtres à penser d’AORLHAC, cet opus redonne ses lettres de noblesse au Black épique, qui en s’appuyant simplement sur l’ossature classique guitare/basse/batterie/chant parvient à suggérer une symphonie de l’extrême. Aux côté de NKS, nous retrouvons ainsi Spellbound (chants, textes), Lonn (guitare), et Ardraos (batterie), qui donnent corps et âme à cette musique d’une violence équivalente à sa densité harmonique, et qui s’articule autour de plans simples, enchaînés avec une logique imparable, et qui une fois assemblés, forment une nouvelle chanson de geste nous entraînant sur les routes du sud de la France, à la découverte de légendes aussi passionnantes que cette musique n’est stimulante. Si les musiciens sont une fois encore au-dessus de tout soupçon, c’est évidemment cette section rythmique tentaculaire qui marque les esprits, et qui nous rappelle les tentatives les plus culottées et mystiques du MAYHEM de légende, tant le jeu et la frappe d’Ardraos rappellent les numéros d’équilibriste/maréchal-ferrant d’Hellhammer. Cette allusion n’est évidemment pas gratuite, puisque les nuances et l’ambiance générale de L'Esprit des Vents partagent quelques conceptions avec le grandiloquent et macabre De Mysteriis Dom Sathanas, même si les parties de guitare de NKS sont beaucoup trop mélodiques et osons le terme, « folkloriques » pour chatouiller l’esprit de feu Euronymous. C’est donc plus à un immense délire Folk Black auquel nous avons parfois droit, sans les tics agaçant et ruraux habituels des digressions du patrimoine, ce qu’un titre aussi massif et imposant que « Ode à la Croix Cléchée » prouve en quatre minutes d’un riff circulaire et joyeux, qui amplifie la brutalité d’une batterie époumonée. Et si les morceaux visent le plus souvent les six ou sept minutes, ça ne les empêche nullement d’être truffés d’idées toutes plus pertinentes les unes que les autres, et « Infame Saurimonde » de se poser en trace épique d’une recherche héroïque, évoquant même thématiquement le SABBAT de Dreamweaver, sans se départir de ses opinions purement BM, mais sans non plus tomber dans l’exégèse.

Car inévitablement, AORLHAC nous en revient sur des chemins aussi Black que ceux qu’il arpentait durant les années 2000, et les points communs reliant La Cité des Vents à L'Esprit des Vents prennent l’apparence d’une carte du tendre guidant le groupe sur les routes de leur propre histoire, littéraire et musicale. Il est en effet impossible de dissocier les textes de la musique, puisque la combinaison des deux forme un tout, et surtout, incarne l’identité même d’un groupe unique, et bien décidé à le rester. Et on pourrait presque dans un accès de folie totale, considérer les résidents d’Aurillac comme la version maléfique d’un ANGE qui se repaissait aussi de contes du terroir, mais qui à l’instar de NKS et sa bande, abordait la musique sous un angle Progressif, sans pour autant sombrer dans la redondance ni dans l’exagération. On pourrait d’ailleurs très bien visualiser Christian Descamps reprendre à son compte, et dans une version assez édulcorée un morceau de la trempe de « 1802-1869, Les Méfaits de Morn », tant la mélodie, le traitement, et le cheminement par paliers croise la trajectoire de son groupe en plus d’une occurrence. Pour la plupart d’entre vous, le parallèle semblera grotesque et déplacé, et il convient évidemment de le replacer dans son contexte, mais il n’est pas si incongru que ça de penser que « Mandrin L’Enfant Perdu », malgré sa brutalité outrancière aurait pu se voir incarner il y a quarante ans entre les mains d’autres…Et si ce titre présente la facette la plus violente du groupe, il transpose aussi ses idées les plus séduisantes et accrocheuses, grâce à cette cassure soudaine qui ramène les musiciens vers les rivages d’un Metal beaucoup plus abordable et méchamment catchy. Mais c’est là aussi toute la pertinence de ce troisième longue-durée qui ose la carte de la variété, et qui oppose des facettes complémentaires et des visages différents pour ne pas tourner en rond, à l’image sonore de la voix de Spellbound, qui donne corps aux personnages qu’il incarne.

Les minutes passent, les histoires égrènent leurs souvenirs du passé, mais l’intérêt est sans cesse stimulé, et « Une Vie de Reclus » de continuer à pousser dans le sens des vents, pour se rapprocher des courants BM nordiques des années 90, avant que « L’Ora es Venguda » ne nous achève d’un ultime coup de boutoir porté de toutes forces, nous ramenant une fois encore sur les traces de DISSECTION, et entérine ainsi le parallèle dressé en début de chronique. Mais ne vous laissez pas abuser par cette flatterie somme toute très objective, puisque AORLHAC démontre avec L'Esprit des Vents qu’il n’a rien perdu de son talent, et qu’il reste le meilleur ambassadeur de la culture occitane, ainsi qu’un de nos groupes de BM les plus talentueux. On aurait pu croire que le temps passé dans l’ombre les aurait réduit au silence en tarissant leur inspiration, mais en négociant avec panache le virage si serré du troisième album, les Aurillacois reviennent sous le feu de l’actualité, en brulant quelques buchers de joie de leur violence matinée de mélodies, et de leurs harmonies durcies de véhémence. Plus qu’un album, c’est une démonstration, et la confirmation d’un talent de saison. Ou comment exporter ses légendes locales pour les raconter au plus grand nombre. D’une voix effrayante certes, mais d’un verbe saisissant.


Titres de l'album:

  1. Alderica
  2. La Revolte des Tuchins
  3. Infame Saurimonde
  4. Ode a la Croix Clechee
  5. 1802-1869 Les Mefaits de Mornac
  6. Mandrin L'enfant Perdu
  7. La Procession des Trepasses
  8. Une vie de Reclus
  9. L'ora es Venguda
  10. L'esprit des Vents

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/02/2018 à 14:35
90 %    408

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
26/02/2018 à 17:42:46
Très belle kro pour un groupe que je découvre tout juste avec cet album. Du BM comme je l'aime !

RBD
membre enregistré
27/02/2018 à 13:38:50
Lo Metal Neire dau Païs ! Cal que l'escolto, aquest nau disc, mentre espero tanben lo nau Hantaoma.

(Le Black Metal du Pays ! Il faut que je l'écoute, ce nouvel album, alors que j'attends aussi le nouvel Hantaoma).

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)