Après le vintage Thrash qui a contaminé la moitié des musiciens de cette foutue planète, le Blackened Core continue lui-aussi de faire des ravages, à une vitesse exponentielle. Alors, dès lors, il convient de séparer dans les deux cas le bon grain de l’ivraie.

Inutile de densifier Black un Hardcore à moitié faisandé à la base, ça n’assainira pas le mélange et ne le rendra pas plus digeste. Pour en arriver à un résultat viable, il ne faut pas se contenter d’appliquer les mêmes recettes que tout le monde, sous peine de ressembler à tout le monde.

Et quand on se veut hors-normes et un peu excentré, c’est bien la pire des punitions, et ça les New-yorkais de HELLKEEPER l’ont très bien compris.

Ils ont d’ailleurs expliqué pourquoi ils l’ont si bien compris à l’occasion de deux précédents EP, dont un assez tétanisant Dead City et sa pochette urbaine un peu mal cadrée qui pour le coup, ne risquait pas de les faire rentrer dans le rang.

Depuis, ils n’ont pas changé mais mis beaucoup de Crust et de D-beat dans leur vin Core, ce qui rend le cocktail encore plus enivrant, et encore plus défonçant.

Alors, Blackened Core, moi je veux bien, mais tout ça va tellement plus loin que je m’en refuse à en rester là.

A World Within Flesh part d’un crédo/leitmotiv/fable assez simple en soi, et tellement utopique. Vivre dans un rêve pour fuir une réalité un peu trop violente et cruelle. Mais n’est-ce pas déjà ce que nous faisons tous, à des degrés divers, pour supporter un quotidien harassant qui enterre les songes d’adolescence sous une énorme pelletée de terre concrète ?

Si.

Et adulte ou pas, ado ou vieux con, tout le monde pourra apprécier la vision des choses de ce groupe décidément pas comme les autres (quatuor ou quintette ? Voici en tout cas son line-up Facebook, Paul Butler - Guitare et chant, Jack Xiques – guitare, Terrence Orlando – basse et Mike Pistone – batterie), qui propose un sale mélange de tout ce que l’underground extrême compte de plus violent et véhément, pour finalement nous proposer un crossover assez peu charmant de Hardcore blackisé, de Crust diabolisé et de D-beat solidifié.

Une symphonie de l’outrance apte à faire passer les NAILS, TRAP THEM, UNSANE, PRIMITIVE MAN pour de mignons petits conteurs d’école primaire. Vous pensez que j’exagère ?

Alors envoyez-vous de suite les vingt-six minutes de ce A World Within Flesh qui écrase tout sur son passage comme un Inception d’une nuit sans fin, agitée par les agissements d’intrus aux intentions pas vraiment bienveillantes.

Depuis leurs débuts, les HELLKEEPER veillent jalousement sur l’entrée de leur Enfer personnel qui semble être une porte bizarre menant sur un monde onirique pas vraiment rassurant en l’état.

Et si « Obscure » met les choses au point assez lentement (une entame digne d’un Doomcore vraiment flippante, avant qu’un riff purement Core ne déclenche un torrent de blasts menant sur un D-beat tenace et loquace), s’il propose un genre de refrain plein d’entrain, c’est pour mieux vous arracher sans complaisance de votre dite « réalité » pour vous emmener vers un ailleurs aussi violent, mais cathartique sur le moment. Et dès lors, on sait que tout va être différent, plus rapide, plus malsain, mais concret.

Un peu comme si les CONVERGE se paumaient volontairement dans les couloirs du manoir en ruine des ENTOMBED période Wolverine, en écoutant au casque les délires des SLABDRAGGER. Lourd, rapide, poisseux, limpide, une version Thrash contemporaine qui conchie le Thrash et loue le Loudcore. Pas compris ?

Pas grave, passez au reste de la virée.

Et puisque « Drown » vous enfonce encore plus dans la boue d’une vérité nocturne parallèle, il le fait avec une aisance à la NAPALM DEATH des meilleurs jours (les derniers), en multipliant les tours de passe-passe Grind dans un chapeau rempli de dissonances Chaotic Core.

Riffs Sludgy qui écrasent un final vraiment dantesque, voix qui raclent et exhortent, lourdeur, feedback, oppression sur le thorax…Une paralysie du sommeil pour une Alice pas encore effrayée d’être passée de l’autre côté du miroir.

« Henbane » joue la carte du lapin pressé, et associe stridences irritantes à un Crust/Grind vraiment dément, qui dégénère soudainement en D-beat infernal, avec le diable à queue fourchue sur vos talons pour vous enfoncer son trident dans le fion.

« Species » ne fait rien pour calmer les ardeurs, à part placer une rythmique tribale pile à l’heure. Les guitares se veulent plus accrocheuses, singent les UNSANE en stage chez les NAILS, et on sursaute aux prémices d’un up tempo vraiment catchy…

Des questions ? Tout ceci est-il homogène et précis ? A la rigueur on s’en tape, puisque ça fonctionne, et mieux que chez n’importe lequel de leurs concurrents circonstanciels.

Parce que les HELLKEEPER composent des morceaux, et ne se contentent pas d’empiler les strates de haine musicale sans réfléchir à leur impact.

Ils peuvent même tenter le coup du Post Hardcore, avec un « Quietus » qui nous fait croire à une accalmie, alors même que Paul hurle comme jamais. Intro abrasive, et entrée soudaine du backing band qui érige un pur mur sonore à la gloire du Hardcore le plus massif, lancinance garantie et pourtant débauche d’énergie, comme si les dernières secondes étaient comptées depuis longtemps. UNSANE encore ? Oui, avec un peu des LIZARD et de HELMET, version négatifs aperçus dans une pellicule de songe qui met mal à l’aise. Plus puissant que n’importe qui et quoi, et terrassant, asphyxie à quatre heures du matin…sans oxygène à portée de main.

Enregistré, mixé et masterisé par Chris Bittner aux Applehead Studios, A World Within Flesh, c’est la chair qui se fait organisme indépendant, un peu comme si David Cronenberg mettait en relief un projet perso avec l’aide des CULT LEADER pour sonner plus vrai.

Une « expérience » comme diraient nos ancêtres de la génération Woodstock, certainement horrifiés d’entendre un groupe pareil.

Et pourtant aussi terrible soit cet effort, il parvient à attirer l’attention et à la retenir, avec des intermèdes modérés dans la démesure, tel ce « Cycle » qui rebondit de plan en plan tout en restant malin et collant. Et si le groupe se paie le luxe de nous réveiller violemment (« Simulacrum », mais ils ne font pas semblant), c’est pour mieux nous ramener au quotidien, celui-là même qu’ils nous proposaient de fuir…Ironique ? Pas tant que ça.

« J’ai utilisé des éléments de Hamlet et du White Noise de Don Delillo, parmi d’autres bouquins »

Et lorsqu’un musicien lettré se propose de mettre en tragédie votre vie, on le lit, on l’écoute et on le respecte. Parce qu’il sait très bien ce qu’il dit. Jusqu’au bout de la nuit…


Titres de l'album:

  1. Obscure
  2. Drown
  3. Henbane
  4. Species
  5. Quietus
  6. Winter
  7. Cycle
  8. Threadbare
  9. Simulacrum

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2017 à 14:16
85 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...