Après le vintage Thrash qui a contaminé la moitié des musiciens de cette foutue planète, le Blackened Core continue lui-aussi de faire des ravages, à une vitesse exponentielle. Alors, dès lors, il convient de séparer dans les deux cas le bon grain de l’ivraie.

Inutile de densifier Black un Hardcore à moitié faisandé à la base, ça n’assainira pas le mélange et ne le rendra pas plus digeste. Pour en arriver à un résultat viable, il ne faut pas se contenter d’appliquer les mêmes recettes que tout le monde, sous peine de ressembler à tout le monde.

Et quand on se veut hors-normes et un peu excentré, c’est bien la pire des punitions, et ça les New-yorkais de HELLKEEPER l’ont très bien compris.

Ils ont d’ailleurs expliqué pourquoi ils l’ont si bien compris à l’occasion de deux précédents EP, dont un assez tétanisant Dead City et sa pochette urbaine un peu mal cadrée qui pour le coup, ne risquait pas de les faire rentrer dans le rang.

Depuis, ils n’ont pas changé mais mis beaucoup de Crust et de D-beat dans leur vin Core, ce qui rend le cocktail encore plus enivrant, et encore plus défonçant.

Alors, Blackened Core, moi je veux bien, mais tout ça va tellement plus loin que je m’en refuse à en rester là.

A World Within Flesh part d’un crédo/leitmotiv/fable assez simple en soi, et tellement utopique. Vivre dans un rêve pour fuir une réalité un peu trop violente et cruelle. Mais n’est-ce pas déjà ce que nous faisons tous, à des degrés divers, pour supporter un quotidien harassant qui enterre les songes d’adolescence sous une énorme pelletée de terre concrète ?

Si.

Et adulte ou pas, ado ou vieux con, tout le monde pourra apprécier la vision des choses de ce groupe décidément pas comme les autres (quatuor ou quintette ? Voici en tout cas son line-up Facebook, Paul Butler - Guitare et chant, Jack Xiques – guitare, Terrence Orlando – basse et Mike Pistone – batterie), qui propose un sale mélange de tout ce que l’underground extrême compte de plus violent et véhément, pour finalement nous proposer un crossover assez peu charmant de Hardcore blackisé, de Crust diabolisé et de D-beat solidifié.

Une symphonie de l’outrance apte à faire passer les NAILS, TRAP THEM, UNSANE, PRIMITIVE MAN pour de mignons petits conteurs d’école primaire. Vous pensez que j’exagère ?

Alors envoyez-vous de suite les vingt-six minutes de ce A World Within Flesh qui écrase tout sur son passage comme un Inception d’une nuit sans fin, agitée par les agissements d’intrus aux intentions pas vraiment bienveillantes.

Depuis leurs débuts, les HELLKEEPER veillent jalousement sur l’entrée de leur Enfer personnel qui semble être une porte bizarre menant sur un monde onirique pas vraiment rassurant en l’état.

Et si « Obscure » met les choses au point assez lentement (une entame digne d’un Doomcore vraiment flippante, avant qu’un riff purement Core ne déclenche un torrent de blasts menant sur un D-beat tenace et loquace), s’il propose un genre de refrain plein d’entrain, c’est pour mieux vous arracher sans complaisance de votre dite « réalité » pour vous emmener vers un ailleurs aussi violent, mais cathartique sur le moment. Et dès lors, on sait que tout va être différent, plus rapide, plus malsain, mais concret.

Un peu comme si les CONVERGE se paumaient volontairement dans les couloirs du manoir en ruine des ENTOMBED période Wolverine, en écoutant au casque les délires des SLABDRAGGER. Lourd, rapide, poisseux, limpide, une version Thrash contemporaine qui conchie le Thrash et loue le Loudcore. Pas compris ?

Pas grave, passez au reste de la virée.

Et puisque « Drown » vous enfonce encore plus dans la boue d’une vérité nocturne parallèle, il le fait avec une aisance à la NAPALM DEATH des meilleurs jours (les derniers), en multipliant les tours de passe-passe Grind dans un chapeau rempli de dissonances Chaotic Core.

Riffs Sludgy qui écrasent un final vraiment dantesque, voix qui raclent et exhortent, lourdeur, feedback, oppression sur le thorax…Une paralysie du sommeil pour une Alice pas encore effrayée d’être passée de l’autre côté du miroir.

« Henbane » joue la carte du lapin pressé, et associe stridences irritantes à un Crust/Grind vraiment dément, qui dégénère soudainement en D-beat infernal, avec le diable à queue fourchue sur vos talons pour vous enfoncer son trident dans le fion.

« Species » ne fait rien pour calmer les ardeurs, à part placer une rythmique tribale pile à l’heure. Les guitares se veulent plus accrocheuses, singent les UNSANE en stage chez les NAILS, et on sursaute aux prémices d’un up tempo vraiment catchy…

Des questions ? Tout ceci est-il homogène et précis ? A la rigueur on s’en tape, puisque ça fonctionne, et mieux que chez n’importe lequel de leurs concurrents circonstanciels.

Parce que les HELLKEEPER composent des morceaux, et ne se contentent pas d’empiler les strates de haine musicale sans réfléchir à leur impact.

Ils peuvent même tenter le coup du Post Hardcore, avec un « Quietus » qui nous fait croire à une accalmie, alors même que Paul hurle comme jamais. Intro abrasive, et entrée soudaine du backing band qui érige un pur mur sonore à la gloire du Hardcore le plus massif, lancinance garantie et pourtant débauche d’énergie, comme si les dernières secondes étaient comptées depuis longtemps. UNSANE encore ? Oui, avec un peu des LIZARD et de HELMET, version négatifs aperçus dans une pellicule de songe qui met mal à l’aise. Plus puissant que n’importe qui et quoi, et terrassant, asphyxie à quatre heures du matin…sans oxygène à portée de main.

Enregistré, mixé et masterisé par Chris Bittner aux Applehead Studios, A World Within Flesh, c’est la chair qui se fait organisme indépendant, un peu comme si David Cronenberg mettait en relief un projet perso avec l’aide des CULT LEADER pour sonner plus vrai.

Une « expérience » comme diraient nos ancêtres de la génération Woodstock, certainement horrifiés d’entendre un groupe pareil.

Et pourtant aussi terrible soit cet effort, il parvient à attirer l’attention et à la retenir, avec des intermèdes modérés dans la démesure, tel ce « Cycle » qui rebondit de plan en plan tout en restant malin et collant. Et si le groupe se paie le luxe de nous réveiller violemment (« Simulacrum », mais ils ne font pas semblant), c’est pour mieux nous ramener au quotidien, celui-là même qu’ils nous proposaient de fuir…Ironique ? Pas tant que ça.

« J’ai utilisé des éléments de Hamlet et du White Noise de Don Delillo, parmi d’autres bouquins »

Et lorsqu’un musicien lettré se propose de mettre en tragédie votre vie, on le lit, on l’écoute et on le respecte. Parce qu’il sait très bien ce qu’il dit. Jusqu’au bout de la nuit…


Titres de l'album:

  1. Obscure
  2. Drown
  3. Henbane
  4. Species
  5. Quietus
  6. Winter
  7. Cycle
  8. Threadbare
  9. Simulacrum

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2017 à 14:16
85 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.