Déjà quatre ans que nous étions sans nouvelles des parisiens de THE GREAT DIVIDE, et le temps commençait à se faire long. Il est certain que White Bird, publié en 2014 montrait des signes d'indépendance flagrants, alors que leur premier LP, Tale Of Innocence And Experience, était encore méchamment sous influence deux ans plus tôt. On le savait, les frenchies avaient du mal à s'écarter du tutorat d'un COMEBACK KID qui leur convenait parfaitement (au point que leur premier single s'enorgueillissait du parrainage de Scott Wade himself), mais on les sentait capables de s'extirper de cette ombre tamisant leur lumière, ce que le dernier EP présageait de façon plus affirmée. C'est donc avec plaisir, mais aussi quelques interrogations que nous accueillons ce second longue durée, Linger Over Linger On, qui entérine les espoirs placés en eux, en révélant un visage terriblement plus personnel qui leur sied à merveille. On a désormais beaucoup plus de mal à situer leur Hardcore moderne et légèrement Post sur une carte précise, tant le groupe s'évertue à multiplier les pistes, sans pour autant sombrer dans l'hétérogénéité déplacée ou forcée. Mais entre des couplets vraiment efficaces et des refrains entonnés à plusieurs voix qui font mouche à chaque fois, le bilan est plus que satisfaisant, d'autant plus que le combo parisien à choisi la voie de la concision, en stoppant le timing juste au-dessus de la barre fatidique de la demi-heure. Certes, quelques éléments de ci de là rappellent leurs débuts, notamment dans les passages mélodiques les plus “faciles”, mais les points forts sont tellement probants qu'on excuse encore ces quelques toutes petites erreurs de jeunesse.

Mélodique, le terme est lâché, puisqu'il colle à la peau des THE GREAT DIVIDE. Mais cette propension à diluer la brutalité dans l'harmonie ne doit pas faire oublier que c'est la puissance qui prédomine, la plupart du temps méchamment d'ailleurs, produisant de fait une série impressionnante d’uppercuts Hardcore contemporains, témoignant d'un métier qui commence à rentrer. Impossible en substance de résister à une entrée en matière aussi percutante que « @realDonald », qui de son énorme riff redondant nous met dans le bain, agressif comme une meute de pitbulls affamés, et aiguisé comme une lame inoxydable fièrement exhibée. Le groupe est en place, et la rythmique inventive et bondissante permet toutes les audaces aux guitares, qui ne se privent pas pour s'exprimer, le long de riffs effilés. Le chant est de plus en plus assuré, et la mise en place carrée, pour une démonstration de style et de force qui place l'album sous les meilleurs augures. Mais le groupe n'en a pas pour autant choisi la facilité en frappant coup sur coup, puisque « Anyone Evermore » se la joue Post juste ce qu'il faut pour se rapprocher des DEFTONES première période, tout en accélérant la cadence pour ne pas sombrer dans le contemplatif à outrance. Mais en deux morceaux, les parisiens nous cueillent à froid et soufflent le chaud, histoire de s'excuser de cette absence prolongée. Panaché de chansons qui ne se contentent pas d'un schéma préparé, Linger Over Linger On alterne les ambiances et les durées, et sait distiller l'immédiat comme le développé, et l'instinctif comme le directif. Ne se laissant plus embrouiller par des références un peu trop envahissantes, le groupe taille sa route et lâche quelques pamphlets au passage, servis par un son aux petits oignons au bel équilibre Hardcore de tradition/ Post de saison, pour un melting-pot séduisant et convaincant.

On sent que les musiciens ont travaillé leur copie, qu'ils remettent presque immaculée, mais encore assez souillée pour garder une street credibility, offrant ainsi sur un plateau deux superbes interludes (“Wave I” et “Wave II”), permettant d'effectuer des transitions en douceur entre deux moments de douleur. Lorsque l'humeur est tendue, l'impact est rendu, au centuple, et “The Books” de hurler son urgence, catapulté par un up-tempo méchamment rageur et des lignes de chant toutes en aigreur. Guitares soudainement plus posées, et alternance de violence, pour des thèmes aussi accrocheurs qu'une épingle à nourrice dans le cœur, et “CIFO” de se rapprocher des racines les plus crédibles du genre, au point de se mettre à la colle avec les origines US les plus notables. Sans se mettre à table, les THE GREAT DIVIDE avouent implicitement qu'il était temps de trouver leur propre style, et de le développer pour le rendre quasiment imperfectible. On sent toute la rage des riffs qui taillent dans le gras pour ne disposer dans les plats que les tranches les plus finement coupées, alors que la rythmique nuance et module, avance et recule, pour marteler son beat forcené, ou pour suggérer des instants de calme mérités. Mais même en pratiquant l'ouverture, Linger Over Linger On nous traite à la dure, même si par moments, on sent que les mecs ont envie de séduire, comme le démontre sans honte ce contagieux “Wise”, aux couplets parfaitement Post, et au refrain ardemment Core. Osmose, partage des tâches en tout raisonnement, pour une logique implacable, qui transforme cet espoir en confirmation. Nous savons désormais que le quatuor à les armes pour conquérir l'Europe, et pourquoi pas le monde, en défiant sur leur propre terrain les anglais et les américains.

En variant suffisamment la donne du début à la fin, les parisiens tiennent le rythme et ne le lâchent jamais, se permettant même de l'accélérer lorsque l'intensité le réclame, histoire de nous brûler les tympans d'un “Ubac” vraiment véhément, qui impose un phrasé heurté. Et en final/épilogue, le title-track laisse voguer la pirogue, en reprenant à son compte les principes précédents, mais les étalant sur un timing moins serré pour mieux les asséner. Toujours à cheval entre Hardcore rugueux et mélodique furieux, mais sans avoir à choisir un camp plutôt que les deux, les THE GREAT DIVIDE prouvent que les années passées dans l'ombre ont été mises à profit, et que leur retour risque de déclencher l'euphorie. On se prend à rêver d'entendre ces brûlots sur scène, face à un public bien chauffé, qui reprendra en cœur tous ces refrains bien huilés. La mécanique des fluides joue donc en faveur de Linger Over Linger On qui incarne aujourd'hui un instantané fidèle du groupe qu'il représente, mais aussi celui d'une scène Hardcore mélodique nationale toujours en bonne santé. A la vôtre les mecs!


Titres de l'album:

  1. @realDonald
  2. Anyone, Evermore
  3. The Night
  4. True Friend
  5. Earth
  6. Wave I
  7. The Books
  8. CIFO
  9. Wave II
  10. Wise
  11. Ubac
  12. Linger Over, Linger On

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/03/2018 à 17:55
80 %    459

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...