Linger Over Linger On

The Great Divide

01/03/2018

Useless Pride Records

Déjà quatre ans que nous étions sans nouvelles des parisiens de THE GREAT DIVIDE, et le temps commençait à se faire long. Il est certain que White Bird, publié en 2014 montrait des signes d'indépendance flagrants, alors que leur premier LP, Tale Of Innocence And Experience, était encore méchamment sous influence deux ans plus tôt. On le savait, les frenchies avaient du mal à s'écarter du tutorat d'un COMEBACK KID qui leur convenait parfaitement (au point que leur premier single s'enorgueillissait du parrainage de Scott Wade himself), mais on les sentait capables de s'extirper de cette ombre tamisant leur lumière, ce que le dernier EP présageait de façon plus affirmée. C'est donc avec plaisir, mais aussi quelques interrogations que nous accueillons ce second longue durée, Linger Over Linger On, qui entérine les espoirs placés en eux, en révélant un visage terriblement plus personnel qui leur sied à merveille. On a désormais beaucoup plus de mal à situer leur Hardcore moderne et légèrement Post sur une carte précise, tant le groupe s'évertue à multiplier les pistes, sans pour autant sombrer dans l'hétérogénéité déplacée ou forcée. Mais entre des couplets vraiment efficaces et des refrains entonnés à plusieurs voix qui font mouche à chaque fois, le bilan est plus que satisfaisant, d'autant plus que le combo parisien à choisi la voie de la concision, en stoppant le timing juste au-dessus de la barre fatidique de la demi-heure. Certes, quelques éléments de ci de là rappellent leurs débuts, notamment dans les passages mélodiques les plus “faciles”, mais les points forts sont tellement probants qu'on excuse encore ces quelques toutes petites erreurs de jeunesse.

Mélodique, le terme est lâché, puisqu'il colle à la peau des THE GREAT DIVIDE. Mais cette propension à diluer la brutalité dans l'harmonie ne doit pas faire oublier que c'est la puissance qui prédomine, la plupart du temps méchamment d'ailleurs, produisant de fait une série impressionnante d’uppercuts Hardcore contemporains, témoignant d'un métier qui commence à rentrer. Impossible en substance de résister à une entrée en matière aussi percutante que « @realDonald », qui de son énorme riff redondant nous met dans le bain, agressif comme une meute de pitbulls affamés, et aiguisé comme une lame inoxydable fièrement exhibée. Le groupe est en place, et la rythmique inventive et bondissante permet toutes les audaces aux guitares, qui ne se privent pas pour s'exprimer, le long de riffs effilés. Le chant est de plus en plus assuré, et la mise en place carrée, pour une démonstration de style et de force qui place l'album sous les meilleurs augures. Mais le groupe n'en a pas pour autant choisi la facilité en frappant coup sur coup, puisque « Anyone Evermore » se la joue Post juste ce qu'il faut pour se rapprocher des DEFTONES première période, tout en accélérant la cadence pour ne pas sombrer dans le contemplatif à outrance. Mais en deux morceaux, les parisiens nous cueillent à froid et soufflent le chaud, histoire de s'excuser de cette absence prolongée. Panaché de chansons qui ne se contentent pas d'un schéma préparé, Linger Over Linger On alterne les ambiances et les durées, et sait distiller l'immédiat comme le développé, et l'instinctif comme le directif. Ne se laissant plus embrouiller par des références un peu trop envahissantes, le groupe taille sa route et lâche quelques pamphlets au passage, servis par un son aux petits oignons au bel équilibre Hardcore de tradition/ Post de saison, pour un melting-pot séduisant et convaincant.

On sent que les musiciens ont travaillé leur copie, qu'ils remettent presque immaculée, mais encore assez souillée pour garder une street credibility, offrant ainsi sur un plateau deux superbes interludes (“Wave I” et “Wave II”), permettant d'effectuer des transitions en douceur entre deux moments de douleur. Lorsque l'humeur est tendue, l'impact est rendu, au centuple, et “The Books” de hurler son urgence, catapulté par un up-tempo méchamment rageur et des lignes de chant toutes en aigreur. Guitares soudainement plus posées, et alternance de violence, pour des thèmes aussi accrocheurs qu'une épingle à nourrice dans le cœur, et “CIFO” de se rapprocher des racines les plus crédibles du genre, au point de se mettre à la colle avec les origines US les plus notables. Sans se mettre à table, les THE GREAT DIVIDE avouent implicitement qu'il était temps de trouver leur propre style, et de le développer pour le rendre quasiment imperfectible. On sent toute la rage des riffs qui taillent dans le gras pour ne disposer dans les plats que les tranches les plus finement coupées, alors que la rythmique nuance et module, avance et recule, pour marteler son beat forcené, ou pour suggérer des instants de calme mérités. Mais même en pratiquant l'ouverture, Linger Over Linger On nous traite à la dure, même si par moments, on sent que les mecs ont envie de séduire, comme le démontre sans honte ce contagieux “Wise”, aux couplets parfaitement Post, et au refrain ardemment Core. Osmose, partage des tâches en tout raisonnement, pour une logique implacable, qui transforme cet espoir en confirmation. Nous savons désormais que le quatuor à les armes pour conquérir l'Europe, et pourquoi pas le monde, en défiant sur leur propre terrain les anglais et les américains.

En variant suffisamment la donne du début à la fin, les parisiens tiennent le rythme et ne le lâchent jamais, se permettant même de l'accélérer lorsque l'intensité le réclame, histoire de nous brûler les tympans d'un “Ubac” vraiment véhément, qui impose un phrasé heurté. Et en final/épilogue, le title-track laisse voguer la pirogue, en reprenant à son compte les principes précédents, mais les étalant sur un timing moins serré pour mieux les asséner. Toujours à cheval entre Hardcore rugueux et mélodique furieux, mais sans avoir à choisir un camp plutôt que les deux, les THE GREAT DIVIDE prouvent que les années passées dans l'ombre ont été mises à profit, et que leur retour risque de déclencher l'euphorie. On se prend à rêver d'entendre ces brûlots sur scène, face à un public bien chauffé, qui reprendra en cœur tous ces refrains bien huilés. La mécanique des fluides joue donc en faveur de Linger Over Linger On qui incarne aujourd'hui un instantané fidèle du groupe qu'il représente, mais aussi celui d'une scène Hardcore mélodique nationale toujours en bonne santé. A la vôtre les mecs!


Titres de l'album:

  1. @realDonald
  2. Anyone, Evermore
  3. The Night
  4. True Friend
  5. Earth
  6. Wave I
  7. The Books
  8. CIFO
  9. Wave II
  10. Wise
  11. Ubac
  12. Linger Over, Linger On

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/03/2018 à 17:55
80 %    580

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00