Déjà quatre ans que nous étions sans nouvelles des parisiens de THE GREAT DIVIDE, et le temps commençait à se faire long. Il est certain que White Bird, publié en 2014 montrait des signes d'indépendance flagrants, alors que leur premier LP, Tale Of Innocence And Experience, était encore méchamment sous influence deux ans plus tôt. On le savait, les frenchies avaient du mal à s'écarter du tutorat d'un COMEBACK KID qui leur convenait parfaitement (au point que leur premier single s'enorgueillissait du parrainage de Scott Wade himself), mais on les sentait capables de s'extirper de cette ombre tamisant leur lumière, ce que le dernier EP présageait de façon plus affirmée. C'est donc avec plaisir, mais aussi quelques interrogations que nous accueillons ce second longue durée, Linger Over Linger On, qui entérine les espoirs placés en eux, en révélant un visage terriblement plus personnel qui leur sied à merveille. On a désormais beaucoup plus de mal à situer leur Hardcore moderne et légèrement Post sur une carte précise, tant le groupe s'évertue à multiplier les pistes, sans pour autant sombrer dans l'hétérogénéité déplacée ou forcée. Mais entre des couplets vraiment efficaces et des refrains entonnés à plusieurs voix qui font mouche à chaque fois, le bilan est plus que satisfaisant, d'autant plus que le combo parisien à choisi la voie de la concision, en stoppant le timing juste au-dessus de la barre fatidique de la demi-heure. Certes, quelques éléments de ci de là rappellent leurs débuts, notamment dans les passages mélodiques les plus “faciles”, mais les points forts sont tellement probants qu'on excuse encore ces quelques toutes petites erreurs de jeunesse.

Mélodique, le terme est lâché, puisqu'il colle à la peau des THE GREAT DIVIDE. Mais cette propension à diluer la brutalité dans l'harmonie ne doit pas faire oublier que c'est la puissance qui prédomine, la plupart du temps méchamment d'ailleurs, produisant de fait une série impressionnante d’uppercuts Hardcore contemporains, témoignant d'un métier qui commence à rentrer. Impossible en substance de résister à une entrée en matière aussi percutante que « @realDonald », qui de son énorme riff redondant nous met dans le bain, agressif comme une meute de pitbulls affamés, et aiguisé comme une lame inoxydable fièrement exhibée. Le groupe est en place, et la rythmique inventive et bondissante permet toutes les audaces aux guitares, qui ne se privent pas pour s'exprimer, le long de riffs effilés. Le chant est de plus en plus assuré, et la mise en place carrée, pour une démonstration de style et de force qui place l'album sous les meilleurs augures. Mais le groupe n'en a pas pour autant choisi la facilité en frappant coup sur coup, puisque « Anyone Evermore » se la joue Post juste ce qu'il faut pour se rapprocher des DEFTONES première période, tout en accélérant la cadence pour ne pas sombrer dans le contemplatif à outrance. Mais en deux morceaux, les parisiens nous cueillent à froid et soufflent le chaud, histoire de s'excuser de cette absence prolongée. Panaché de chansons qui ne se contentent pas d'un schéma préparé, Linger Over Linger On alterne les ambiances et les durées, et sait distiller l'immédiat comme le développé, et l'instinctif comme le directif. Ne se laissant plus embrouiller par des références un peu trop envahissantes, le groupe taille sa route et lâche quelques pamphlets au passage, servis par un son aux petits oignons au bel équilibre Hardcore de tradition/ Post de saison, pour un melting-pot séduisant et convaincant.

On sent que les musiciens ont travaillé leur copie, qu'ils remettent presque immaculée, mais encore assez souillée pour garder une street credibility, offrant ainsi sur un plateau deux superbes interludes (“Wave I” et “Wave II”), permettant d'effectuer des transitions en douceur entre deux moments de douleur. Lorsque l'humeur est tendue, l'impact est rendu, au centuple, et “The Books” de hurler son urgence, catapulté par un up-tempo méchamment rageur et des lignes de chant toutes en aigreur. Guitares soudainement plus posées, et alternance de violence, pour des thèmes aussi accrocheurs qu'une épingle à nourrice dans le cœur, et “CIFO” de se rapprocher des racines les plus crédibles du genre, au point de se mettre à la colle avec les origines US les plus notables. Sans se mettre à table, les THE GREAT DIVIDE avouent implicitement qu'il était temps de trouver leur propre style, et de le développer pour le rendre quasiment imperfectible. On sent toute la rage des riffs qui taillent dans le gras pour ne disposer dans les plats que les tranches les plus finement coupées, alors que la rythmique nuance et module, avance et recule, pour marteler son beat forcené, ou pour suggérer des instants de calme mérités. Mais même en pratiquant l'ouverture, Linger Over Linger On nous traite à la dure, même si par moments, on sent que les mecs ont envie de séduire, comme le démontre sans honte ce contagieux “Wise”, aux couplets parfaitement Post, et au refrain ardemment Core. Osmose, partage des tâches en tout raisonnement, pour une logique implacable, qui transforme cet espoir en confirmation. Nous savons désormais que le quatuor à les armes pour conquérir l'Europe, et pourquoi pas le monde, en défiant sur leur propre terrain les anglais et les américains.

En variant suffisamment la donne du début à la fin, les parisiens tiennent le rythme et ne le lâchent jamais, se permettant même de l'accélérer lorsque l'intensité le réclame, histoire de nous brûler les tympans d'un “Ubac” vraiment véhément, qui impose un phrasé heurté. Et en final/épilogue, le title-track laisse voguer la pirogue, en reprenant à son compte les principes précédents, mais les étalant sur un timing moins serré pour mieux les asséner. Toujours à cheval entre Hardcore rugueux et mélodique furieux, mais sans avoir à choisir un camp plutôt que les deux, les THE GREAT DIVIDE prouvent que les années passées dans l'ombre ont été mises à profit, et que leur retour risque de déclencher l'euphorie. On se prend à rêver d'entendre ces brûlots sur scène, face à un public bien chauffé, qui reprendra en cœur tous ces refrains bien huilés. La mécanique des fluides joue donc en faveur de Linger Over Linger On qui incarne aujourd'hui un instantané fidèle du groupe qu'il représente, mais aussi celui d'une scène Hardcore mélodique nationale toujours en bonne santé. A la vôtre les mecs!


Titres de l'album:

  1. @realDonald
  2. Anyone, Evermore
  3. The Night
  4. True Friend
  5. Earth
  6. Wave I
  7. The Books
  8. CIFO
  9. Wave II
  10. Wise
  11. Ubac
  12. Linger Over, Linger On

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/03/2018 à 17:55
80 %    532

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)