Fear No Evil

Whitecross

22/03/2024

Dark Star Records

Prêcheurs, prédicateurs, pêcheurs et believers, entendez-vous l’appel du divin ? Ce son de trompette joué par les anges pour rappeler les armées et les fidèles de Dieu en croisade permanente contre le mal. Et le mal, depuis quelques années, s’en donne à cœur joie pour transformer nos vies en cauchemar en déclenchant conflits, catastrophes naturelles, virus, pandémies, j’en passe et des plus joyeuses. Mais on le sait, le mal fait vendre. Dans les années 70, KISS avait terrassé son faux ennemi ANGEL de ses chiffres, et depuis, les plus diaboliques ont toujours obtenu bonne tribune dans la presse. Mais le bien peut parfois en faire, et si les curés en robe blanche ne font plus recette, quelques disciples aux moyens de communication plus adaptés continuent de convertir des brebis égarées.

Ainsi, le White Metal depuis les années 80 est la cible de moqueries, de railleries, de doigts pointés et de cornes du diable. STRYPER en a fait les frais au début de sa carrière, tant il est certain que le Heavy Metal n’est pas vraiment la terre promise pour les grenouilles de bénitier. Mais aux Etats-Unis, ce mouvement musical assez cocasse a toujours connu un grand succès, au point que certains anciens chevaliers remettent leur armure pour aller défier Satan.

C’est le cas de nos amis de WHITECROSS, assez peu connus de ce côté-ci de l’Atlantique, mais légendes (presque) dans leur pays. Prophète oserais-je dire même, mais un prophète qui avait depuis de longues années disparu des écrans et déserts, son dernier pamphlet datant de 1996. Alors, vague nostalgique oblige, Rex Carroll a rameuté son équipe pour proposer de nouveaux psaumes, galvanisé par cet intérêt croissant à l’égard d’une décennie totalement culte.

Rex Carroll est une figure centrale de la scène Hard chrétienne américaine. Il est à l’origine du groupe, qu’il a fondé avec Scott Wenzel, son ancien chanteur, et il a publié un nombre conséquent d’albums, lâchés entre 1987 et 1996, avec pour point d’orgue le convaincant Triumphant Return qui s’est plutôt bien vendu en 1989. Le groupe a gagné moult récompenses, connu une carrière respectable, mais on sentait depuis quelques temps qu’il manquait quelque chose à cette aventure, comme une nouvelle étape vers le paradis. Et c’est donc avec le sourire que Rex s’est senti notre obligé, en nous emmenant vers l’autel pour recevoir la bénédiction de ce Fear No Evil qui effectivement, ne craint nullement le Diable et ses sbires.

Rangez vos blagues et autres démonstrations d’ironie. Rex Carroll est un extraordinaire guitariste, qui tire de ses cordes des soli dont Malmsteen lui-même pourrait se montrer envieux, et n’a justement pas grand-chose à envier à toute l’écurie païenne de Mike Varney. La sensibilité de chacun sera seule juge de ses qualités de compositeur, mais en écoutant ces onze nouveaux titres, on ne peut que s’incliner face à la facilité incroyable avec laquelle le guitariste met en place ses idées les plus formelles. Et puissantes.

Signe de croix, génuflexion, et qu’on lance la bande-son. Il est évident que le quatuor (Dave Roberts - chant, Rex Carroll – guitare/chœurs, Michael Feighan – batterie/chœurs et Benny Ramos – base/chœurs) s’est tenu au courant de l’actualité, sans renoncer à ce qui fait son ADN. On retrouve donc cette foi incroyable en un Hard-Rock traditionnel, celui inventé par les cadors LED ZEP, DEEP PURPLE, et ensuite transformé par l’écurie californienne et l’armada européenne. L’illusion est donc totale, et les eighties se mettent à la page niveau production pour nous éclabousser non d’eau bénite, mais d’un son gigantesque, aux graves menaçants. La voix incroyable de Dave Roberts n’est pas sans évoquer celle de notre David Coverdale bien aimé, ou celle de Lenny Wolf, en version plus rocailleuse, et l’homme atteint des aigus impressionnants, dans la plus directe lignée de Michael Sweet. C’est ainsi qu’au gré du tracklisting, on pense à STRYPER, mais aussi BADLANDS, et même à nos chers Robert Plant et Jimmy Page, lorsque l’ambiance se tamise et que la guitare devient plus caressante (« Blind Man », plus III que les bouclettes de Robert dans un bouquin de Tolkien).

WHITECROSS ne s’est donc pas contenté de nous servir tiède des restes ou des inédits hasardeux, et a pris le temps de mettre en place un nouveau répertoire aussi solide que séduisant. Toujours très mélodique, mais sans verser dans la mièvrerie que certains de ses confrères nous infligent, Le Metal de WHITECROSS est hargneux, tranchant, viril mais nuancé, spécialement sur le title-track qui débute acoustique pour soudainement virer Heavy, dans un élan KINGDOM COME assez impressionnant.

Si « The Way We Rock » et « Lion of Judah » imposent un rythme échevelé et des riffs enflammés, dans la plus pure tradition du Rock de L.A, si « Jackhammer » nous rafraîchit la mémoire quant au potentiel de Rex pour une minute de sextolets en furie réconciliant le Néo-classique et le Metal tragique, si « Man in the Mirror » est l’archétype de composition classique mais sublimée par la fougue du tempétueux guitariste, la seconde partie d’album réserve quelques surprises, avec le boogie divin de « 29,000 », la cowbell cocasse de « Saints of Hollywood », ou les allusions à la scène Hair-Metal des SLAUGHTER et CINDERELLA (« Vendetta »).

L’ennui reste donc derrière la porte de l’église, et Dieu est enfin invoqué dans toute sa grandeur et sa beauté par le sentimental et pur « Wishing Well » qui exaucera tous les vœux des amateurs de ballade tendre mais sincère.

De la pertinence, une lucidité quant aux exigences d’un marché moderne, une démarche artistique crédible et des chansons de qualité, WHITECROSS peut regarder le ciel avec fierté, celle d’une mission accomplie et d’un comeback qui ne desservira pas sa carrière, bien au contraire.

Hosanna, hosanna, en route pour la joie.  


      

Titres de l’album:

01. The Way We Rock

02. Lion of Judah

03. Jackhammer

04. Man in the Mirror

05. Blind Man

06. Fear No Evil

07. 29,000

08. Saints of Hollywood

09. Vendetta

10. Wishing Well

11. Further On


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/05/2024 à 17:38
80 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Dobey swamp

Il y a décalage notoire entre ce report et la perception de ce pseudo journaliste qui a oublié d être objectif je pense et l avis du public. Ça arrive trop souvent malheureusement.

30/05/2024, 19:02

gory salope

@gory : on veut lire ton report alors, petite catin

30/05/2024, 14:16

GORY

Ce report, c'est du grand n'importe quoi rédigé par une personne qui n'y connaît rien (j'y étais). 

30/05/2024, 11:48

Jus de cadavre

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

29/05/2024, 22:14

Jus de cadavre

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

29/05/2024, 22:07

Saul D

"pense"

29/05/2024, 17:28

Saul D

Je le sais, je les avais interviewés il y a un moment, mais je ne pensent pas qu'ils aient des tendinites du bras, eux :-)

29/05/2024, 17:28

Gargan

Les birds, en mode vieux con, je les évite depuis leur retrait du dernier hellfest (en même temps, pas mon style donc je le vis bien :D). Raisons très vagues et tellement dans l'air du temps : z'en font pas assez pour les femmes (y'a pourtant rien de pire et d&a(...)

29/05/2024, 15:46

Steelvore666

Miam-miam !

29/05/2024, 07:54

Matürin/ Mobütu

Ici le chanteur du gang Mobütu.Il est vrai que j’ai cette fâcheuse habitude de trop parler entre les morceaux et je te le concède et te remercie pour le consei(...)

28/05/2024, 17:21

Jus de cadavre

Saul D : et bien pas tant que ça en fait ! Al-Namrood (qui veut dire "non-croyant" en arabe) est clairement anti-islam ! Au point que les membres restent anonymes car ils risquent (très) gros dans leur pays qui a le coup de sabre facile...

28/05/2024, 15:04

Saul D

Mettre en lien Al Namrood et Nokturnal Mortum, c'est cocasse :-)

28/05/2024, 12:44

PTT

Je trouve que DPD a raison. Et paradoxalement, je compose de la zique plutôt moyenne, on sort des albums qui sont certainement dispensables, 90% de nos "fans" sont nos potes. Mais je continue. Parce que j'aime ça, parce que sinon il ne me restera plus que d(...)

27/05/2024, 23:38

Johnny grossebite

Allez, après les boomers hivy mitol, voici venir les goudous en colère. De mieux en mieux

27/05/2024, 22:12

DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55