Covenant of Death

Vånda

02/04/2021

Autoproduction

Ça y est, Pâques est terminé, dimanche et lundi. Nous pouvons donc reprendre nos activités blasphématoires, et abandonner STRYPER et BARREN CROSS pour des groupes plus en phase avec nos idées noires. Et quoi de plus blasphématoire qu’un groupe de BM suédois, qui joue qui plus est avec les codes du genre pour le rapprocher d’un crossover global, au dépend de l’éthique. VÅNDA, qui signifie « agonie » en suédois, est donc le genre de combo qui ne se contente pas d’un déguisement d’Halloween pour faire peur aux fans de Melodic Rock, et qui puise dans l’underground l’essence même de son art. Fondé en 2017 à Kramfors/Sundsvall, ce quintet a d’abord sorti une démo pour tâter le terrain (The Devouring Darkness, 2018), avant de prendre trois années pour préparer son premier longue durée, totalement autoproduit, et qui révèle le visage grimaçant d’une formation excentrée, et fière de l’être.

              

Covenant of Death est donc, comme vous l’aurez compris, une affaire plus complexe qu’un simple Black Metal de base. D’ailleurs, en l’écoutant, je pensais le classer dans une catégorie bien différente, les influences D-Beat, Thrash, Death étant plus nombreuses que les allusions aux forêts envahies de personnages blafards. Admettons alors que le débat va plus loin d’une pluie de blasts sur fond de riffs classiques. VÅNDA pourrait donc incarner la première ligne d’un métissage intéressant, de ceux qui obligent le genre à ôter ses ornières et à regarder de tous les côtés pour se défendre. De fait, l’album risque de déplaire aux puristes qui s’attendent de la part de musiciens suédois à un traditionalisme de rigueur, eu égard à leur héritage lourd à porter. Mais qu’importent les puristes, puisque le groupe ne s’est jamais adressé à eux, et ce premier album a tout d’une boîte de Pandore qui une fois ouverte, révèle ses trésors, mais lâche aussi ses forces démoniaques et séduisantes.

Je n’ai trouvé que peu d’informations sur la toile pour vous en dire plus sur ces inconnus. Je peux à la rigueur vous communiquer un line-up (P. Lundgren - basse, E. Wiklund - batterie, P. Sjölander & M. Holmbom - guitares, et C. Runsvik - chant), et vous enjoindre à les découvrir par vous-mêmes en lançant la première piste « Light the Fire », qui effectivement allume le brasier sans hésiter. Seconde plus longue composition de Covenant of Death, cette entame à l’intro grandiloquente et classique pose les bases de la philosophie, embrasse sa grandeur et ses ambitions, et développe des arguments de variation, pour que l’auditeur ne soit pas perdu par la suite. Les guitares, au départ assez formelles dans ce tourbillon mélodique usuel, finissant par adopter des postures héritées d’un Thrash/Death vraiment abrupt, et si l’ambiance se rapproche en effet de ce que le BM pouvait proposer de plus malsain dans les années 90 (en repiquant les idées d’HELLHAMMER, cela va de soi), les structures et développements refusent la facilité d’une agression constante, et se situent en convergence d’un Death sombre et d’un réflexe Punk assez étonnant.

Tout est formidablement bien en place, et le chant lointain de C. Runsvik est absolument parfait. Le parti-pris catchy de certains licks permet de s’accrocher à des gimmicks tout sauf faciles, alors que le groupe ne perd pas de vue le nihilisme artistique de l’entreprise. Toutefois, lorsque le tempo accélère et que les riffs partent en saccade, le spectre d’un Thrash diffus plane sur les titres, ce qui ne fait que renforcer leur singularité. Et non, nous ne parlons pas ici d’un vulgaire Blackened Thrash à la sud-américaine, mais bien d’un BM suédois adapté aux exigences d’instrumentistes et de compositeur plus fins que la moyenne.   

La puissance est là, les allers retours dans le passé aussi, et si le quintet se bloque souvent sur le même nombre de BPM, le duo de guitares sait trouver l’approche pour différencier les climats. « Violence and Mayhem » rappelle un jeune BATHORY plus discipliné et technique, avant de partir en vrille dans une bestialité froide, alors que « Omnis Hypocrita » joue la brutalité la plus clinique, atténuée d’accès de calme Heavy du plus bel effet. Le tout suit donc son cours, sans incident majeur, mais avec une puissance à décorner ABBA. Loin de l’avant-garde, mais à distance respectable de la meute, les VÅNDA changent souvent de camp, s’affiliant à la lancinance d’un BM vraiment appuyé et véhément (« Brinnande Hat »), avant de dévier vers un développement mélodique à la DISSECTION en mode très simplifié (« World Reborn »).

Le but étant sans doute de sonner aussi efficace qu’original, sans sombrer dans l’expérimentation. L’opération est donc réussie, tous les ingrédients étant parfaitement dosés, y compris cette énorme basse claquante et roulante, phénomène asse rare dans le BM qui la noie fréquemment dans le mix avec la grosse caisse.

Et entre les charges les plus pesantes et éprouvantes (« Non Serviam », plus MARDUK qu’ADX), les interludes Ambient délicats (« II »), et cet épilogue emphatique qui résume à merveille tout ce qui a précédé (« Goddess of Death », et son riff d’intro redondant qui pourrait remporter la palme du riff Thrash de l’année, un comble), Covenant of Death intrigue jusqu’au bout, mais permet aussi de relâcher sa pression intérieure. Travail très intéressant produit par les suédois, qui ont refusé la linéarité du BM pour lui faire adopter des formes moins tranchantes et des climats moins figés. VÅNDA signe donc l’un des meilleurs albums de Black Metal qui n’en soit pas, et se positionne sur l’échiquier de l’histoire de l’extrême suédois avec beaucoup de malice.  

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Light the Fire

02. Violence and Mayhem

03. Omnis Hypocrita

04. Brinnande Hat

05. World Reborn

06. Non Serviam

07. II

08. Goddess of Death


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/11/2021 à 14:38
80 %    135

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46