Void

Blank Look

30/07/2017

Autoproduction

Il y a quasiment un an, à un mois près, j’étais assis à la même place, devant le même écran, pour parler du dernier EP des américains de BLANK LOOK, Pain. J’en disais tout le NAILS/ENTOMBED que j’en pensais, et depuis, le temps a passé, mais leur carrière a continué. Sous les mêmes auspices, dans le même hospice, et aujourd’hui, je disserte sur leur nouvelle sortie, Void, qui n’engendre pas plus la gaieté ou l’optimisme…

Tanner Bongrad, Sad Bryan Greenberg, Dill Matola, Yung Soi Bean Max Weidle, viennent toujours de l’Arizona, Tempe, jouent toujours une musique à la croisée des courants les plus néfastes, et publient toujours des EP d’une durée contenue, histoire de garder leur force de frappe intacte et ténue. Leur quatrième publication (après une démo en 2015, un EP promo en janvier 2016 et le fameux Pain, en juillet 2016) indique que leur optique n’a pas changé et reste pragmatique, mais toujours ouverte aux influences extérieures, du Powerviolence au Death en passant par le Darkcore et le Grind, soit, tout ce que l’extrême peut proposer de plus extrême en restant un brin musical.

Mixé par Dillon Matola aux Gold Chains studios, et masterisé par l’increvable Brad Boatright aux Audiosiege, Void est donc un effort dans la continuité, et continue le travail de sape d’un groupe qui ne conçoit la musique que sous ses aspects les plus dérangeants et abrasifs. Vide ? Pas vraiment, plutôt rempli jusqu’à ras bord de riffs à la suédoise, et d’accélérations anglaises, pour un rendu complet qui donne une vision de l’existence assez pessimiste, mais Ô combien réaliste…

En onze minutes et sept titres, pas le temps de traîner en route, et c’est sans doute pour cela que « Scum » démarre pied au plancher, tel un inédit de Clandestine que les ENTOMBED se seraient décidés à publier. Sauf qu’entre-temps la vilénie Death a fait place à une misanthropie Darkcore, et que le ton s’est durci, et l’ambiance épaissie. Alors, on pioche un peu partout, et sans vergogne, pour en extraire les stigmates les plus douloureux, et on associe des riffs purement Beatdown Death (oui, je viens de l’inventer, mais ça colle à merveille) à des blasts qui bousculent sans pareil, le tout saucé d’une voix teigneuse mais intelligible qui nous rattache au Hardcore le plus venimeux. D’ailleurs, les Arizoniens ont trouvé la formule magique pour doser le tout, et nous la dévoilent sur le cathartique « Dragged Beneath the Sea », soutenus par John Weiler d’INIQUITY, qui plombe encore plus lourdement que n’importe quel combo Hardcore moderne. Certes, c’est le morceau le plus gras, le plus grave et le plus Heavy, un peu comme si GRAVE s’associait avec les EMBRACED BY HATRED pour nous en coller une bonne derrière les oreilles, mais il fonctionne comme les six autres, de façon épidermique, sans nous laisser le temps de respirer.

On retrouve cette patte énorme, et boostée d’un son fabuleusement ample sur « I Am Nietzsche », qui défonce tous les sous-hommes de l’underground pour se placer en créature hideuse apte à assurer l’avenir d’une humanité déshumanisée.

Death, Hardcore, Grind, Beatdown, Powerviolence, des ingrédients qui s’accommodent fort bien les uns des autres, et une progression patente depuis Pain, qui défouraillait déjà sévère. Mais les américains semblent avoir décidé de mettre le paquet pour combler le vide, et l’enchaînement diabolique « Bite Back »/ « Portraits Of A Young Artist » donne vraiment le tournis, et nous suggère une dépression sévère partagée par les FULL OF HELL, DISMEMBER, NAILS et PRIMITIVE MAN, autour d’un sachet de prozac que personne n’ose encore ouvrir.

On se demande si on aurait la capacité de tenir plus de onze minutes à ce rythme là, mais on avale sans broncher les pilules que les BLANK LOOK nous enfoncent de force dans la gorge, et qui finalement passent assez bien d’une gorgée en up tempo chaloupé et presque déhanché (« Tunnel Vision », ou comment célébrer la médication Deathcore sans avouer le Deathcore, mais en mélangeant avec malice le Death et le Hardcore…Enigme ? Peut-être, mais j’en veux encore…). N’abusant pas des stridences ni des pulsions en coup de rein, le groupe avance, encore et encore, sans marquer de pause, et nous offre même les morceaux les plus percutants de sa jeune carrière (« Bastards », c’est clair, et surtout Crust, Grind, et méchamment velu dans les entournures…), ce qui en dit long sur leur marge, que l’avenir va valider sans laisser aucun doute planer.

Mais en dire plus sur un EP de onze minutes serait redondant, et Void est tout sauf ça. Il nous délivre une haute dose de brutalité, qu’il mâtine de violence non épurée, mais continue de proposer des compositions intelligentes et malmenées, qui ne se contentent pas d’écraser ou de foncer. Une démonstration de style qui n’appartient qu’aux BLANK LOOK, qu’on retrouve avec un plaisir masochiste bon an, mal an, et qui continuent de nous ouvrir les yeux et les oreilles de leur gravité détonante et de leurs déviances étonnantes. 


Titres de l'album:     

  1. Scum
  2. Bastards
  3. Dragged Beneath the Sea (Feat. John Weiler of Iniquity)
  4. I Am Nietzsche
  5. Bite Back
  6. Portraits Of A Young Artist
  7. Tunnel Vision

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2017 à 18:02
78 %    440

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

C’est sûr que la , ils ont voulu assuré le coup avec des groupes français , anglais , italien et suisse entre autre . J’aurai pas dit non pour de la scène norvégienne , hollandaise et suédoise !
Je vais pas faire 500 bornes pour si peu . Ma préférence irai au Lyon metal fest en (...)

06/07/2020, 12:06

Simony

Visiblement si !
Après, dans le contexte actuel, il faut bien garder en mémoire que les groupes qui peuvent se déplacer à travers le monde est plus restreint. Comme personne ne sait comment va évoluer la situation, ils sont obligés de prendre en compte la situation actuelle pour booker e(...)

06/07/2020, 11:51

Oliv

Ce n’est pas l’affiche finale quand même ?

06/07/2020, 11:27

steelvore666

???

05/07/2020, 14:28

Gargan

Vachement inspiré par Necrolord l'artwork, un peu à la blood on ice.

05/07/2020, 12:26

wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48