Pendant que certains manifestaient lors des mouvements usuels du 1er mai, d’autres en profitaient pour travailler, enfin, plutôt pour sortir des albums. Après tout, tel est le but des formations quelles qu’elles soient, et rien de honteux à cela. L’expression après tout prend corps de différentes façons, comment blâmer des musiciens qui cherchent à exposer leurs vues de façon tout à fait naturelle ?

Ce fut donc le cas d’un duo bien de chez nous, qui a vu le jour en 2015, et qui depuis cherche à repousser les limites des limites, on osant se revendiquer d’un BM expérimental, chose toujours assez dangereuse tant les contours de ces extensions sont plus ou moins flous.

L’expérimental, pour beaucoup, c’est souvent l’occasion de faire n’importe quoi et de le justifier d’une étiquette « libre » et « abstraite », et de nous refourguer des divagations fatigantes qui auraient même fait bailler la Yoko Ono de 1966. Pour d’autres, c’est la seule explication logique au refus des convenances et de la rationalité, et un chemin qu’on emprunte inconsciemment, sans être capable de classer sa démarche dans une convenance de ton. Ce qui semble être le cas de notre duo du jour, NEVROME.

Pour les non-initiés, NEVROME est donc un duo (mais je l’ai déjà dit il me semble), déjà responsable de deux EP (Girls of Glass et Snow White, tous deux en 2016), et s’articulant autour de Morax (Will), se concentrant sur la basse, le chant et les textes, et Samael (Sam), se contentant de la guitare.

Epaulés par le mystérieux ??? à la batterie, les deux compères depuis leurs débuts ont opté pour une déviance de ton, tendant à rapprocher le Black du Noise, et l’opacifiant un peu plus de Sludge vraiment impénétrable, le tout traité avec un certain sens de l’avant-gardisme bruitiste, qui tend à les rapprocher de combos comme REVENGE ou GNAW THEIR TONGUES, mais encore suffisamment organique et agencé pour les garder éloignés des émanations putrides de l’infâme écurie Satan Records (SEWER/PHANTOM, et cette cohorte de capteurs de sons d’égouts sur quatre pistes fatigué).

Néanmoins, et puisqu’il me faut être honnête, la vision du BM que dispensent les NEVROME est assez particulière en l’état, et résolument personnelle. Sous une production made at home, se cache donc le premier longue durée d’un projet/concept que beaucoup vont rejeter sous prétexte de constructions pas forcément cohérentes, qui laissent une grande part au ressenti et à l’improvisation captée sur le moment, transformant même leurs essais en démos/répétitions couchées sur bandes numériques.

Pour faire court et explicite, NEVROME c’est du bon barouf made in France, qui ne joue pas le consensus et qui a même tendance à le honnir de ses attaques brouillonnes et sans pitié pour les oreilles. Si les premières sorties du duo se focalisaient sur un BM très raw et bordélique, il semblerait qu’un léger glissement de style se soit opéré depuis l’année dernière, puisque ce Black Sun à la pochette une fois de plus très réussie se concentre plus sur une forme inaboutie de Black Sludge vraiment poisseux. Le son si particulier du groupe n’a pas changé, toujours aussi compact et inextricable, mais même si Morax et Samael osent la reprise du maître BURZUM via un « Dunkelheit » encore plus bordélique et nihiliste que l’original (avec en cadeau un écho vibrant assez irritant pour les oreilles, mais on n’est jamais assez perturbant quand on reprend du Count Grishnackh), on comprend assez vite par l’entremise de riffs bien boueux comme celui introduisant « Witchcult » que les deux acolytes s’ouvrent des horizons nouveaux, plus « posés » si je puis m’exprimer ainsi, mais aussi plus convergents vers une lourdeur de ton typique du Sludge le plus sombre et embourbé.

Il sera toutefois très difficile pour les plus modérés des extrêmes d’apprécier ce premier LP qui reste en terre profanée, et qui privilégie la globalité au détriment des détails de composition.

Dès l’entame de « Mastodon Remission », qui laisse un riff bluesy à l’agonie anticiper un débordement Noisy BM d’enfer, les choses sont mises au point et les perspectives réduites. Oui, la musique de NEVROME va jusqu’au bout de la provocation et assume ses positions, ne cherchant guère à fédérer le plus grand dénominateur commun, mais bien à pousser l’expérimentation dans ses derniers retranchements. Breaks inopinés et un peu hasardeux, basse libre qui ondule aléatoirement, plans qui s’enchaînent sans réelle cohésion, et interprétation cathartique s’articulant autour d’un thème central dantesque de dissonances et cris au lointain.

On connaît le principe, et les deux frenchies ne le déforment pas vraiment, mais l’adaptent à leurs vues, pas foncièrement inintéressantes.

Mais si les morceaux les plus intenses ne sont pas dénués d’un certain charme inexplicable (« Remembrance Romance », qui ressemble à un live de MASTODON capté sur un vieux Revox à piles et joué sur une radio à ondes courtes de l’armée, un peu fatiguée), ceux osant un semblant de mélodie et de cohérence ne sont pas les moins intéressants (« Pantera Of The Blue Mountain », instrumental guitare/basse assez harmonieux et aux itérations hypnotiques bien que très naïves).

Mais c’est indubitablement le final « Emperor And Black Sun » qui représente l’acmé de ce premier longue durée, certainement à cause de sa juxtaposition d’une rythmique unique et inamovible et de sons disparates, à peine liés par un riff difficilement perceptible, qui nous rappelle les premières démos des groupes de BM scandinaves du début des nineties.

En conclusion, je dirais que sans se renier, le duo tente d’ouvrir des portes pour ne pas rester cloisonné, même si son style ne séduira pas dans des proportions plus larges qu’avant.

Sans parler de BM expérimental, il convient d’envisager leur musique comme très personnelle, encore un peu trop libre et complaisante pour vraiment convaincre, mais qui peut déboucher sur quelque chose d’intéressant pour peu que les deux amis se disciplinent un peu.

Le bruit c’est bien, mais le bruit créatif, c’est mieux.


Titres de l'album:

  1. Mastodon Remission
  2. Queens Of The Black Age
  3. Remembrance Romance
  4. Dunkelheit (Burzum Cover)
  5. Witchcult
  6. Pantera Of The Blue Mountain
  7. Emperor And Black Sun

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/05/2017 à 18:32
60 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)