Pendant que certains manifestaient lors des mouvements usuels du 1er mai, d’autres en profitaient pour travailler, enfin, plutôt pour sortir des albums. Après tout, tel est le but des formations quelles qu’elles soient, et rien de honteux à cela. L’expression après tout prend corps de différentes façons, comment blâmer des musiciens qui cherchent à exposer leurs vues de façon tout à fait naturelle ?

Ce fut donc le cas d’un duo bien de chez nous, qui a vu le jour en 2015, et qui depuis cherche à repousser les limites des limites, on osant se revendiquer d’un BM expérimental, chose toujours assez dangereuse tant les contours de ces extensions sont plus ou moins flous.

L’expérimental, pour beaucoup, c’est souvent l’occasion de faire n’importe quoi et de le justifier d’une étiquette « libre » et « abstraite », et de nous refourguer des divagations fatigantes qui auraient même fait bailler la Yoko Ono de 1966. Pour d’autres, c’est la seule explication logique au refus des convenances et de la rationalité, et un chemin qu’on emprunte inconsciemment, sans être capable de classer sa démarche dans une convenance de ton. Ce qui semble être le cas de notre duo du jour, NEVROME.

Pour les non-initiés, NEVROME est donc un duo (mais je l’ai déjà dit il me semble), déjà responsable de deux EP (Girls of Glass et Snow White, tous deux en 2016), et s’articulant autour de Morax (Will), se concentrant sur la basse, le chant et les textes, et Samael (Sam), se contentant de la guitare.

Epaulés par le mystérieux ??? à la batterie, les deux compères depuis leurs débuts ont opté pour une déviance de ton, tendant à rapprocher le Black du Noise, et l’opacifiant un peu plus de Sludge vraiment impénétrable, le tout traité avec un certain sens de l’avant-gardisme bruitiste, qui tend à les rapprocher de combos comme REVENGE ou GNAW THEIR TONGUES, mais encore suffisamment organique et agencé pour les garder éloignés des émanations putrides de l’infâme écurie Satan Records (SEWER/PHANTOM, et cette cohorte de capteurs de sons d’égouts sur quatre pistes fatigué).

Néanmoins, et puisqu’il me faut être honnête, la vision du BM que dispensent les NEVROME est assez particulière en l’état, et résolument personnelle. Sous une production made at home, se cache donc le premier longue durée d’un projet/concept que beaucoup vont rejeter sous prétexte de constructions pas forcément cohérentes, qui laissent une grande part au ressenti et à l’improvisation captée sur le moment, transformant même leurs essais en démos/répétitions couchées sur bandes numériques.

Pour faire court et explicite, NEVROME c’est du bon barouf made in France, qui ne joue pas le consensus et qui a même tendance à le honnir de ses attaques brouillonnes et sans pitié pour les oreilles. Si les premières sorties du duo se focalisaient sur un BM très raw et bordélique, il semblerait qu’un léger glissement de style se soit opéré depuis l’année dernière, puisque ce Black Sun à la pochette une fois de plus très réussie se concentre plus sur une forme inaboutie de Black Sludge vraiment poisseux. Le son si particulier du groupe n’a pas changé, toujours aussi compact et inextricable, mais même si Morax et Samael osent la reprise du maître BURZUM via un « Dunkelheit » encore plus bordélique et nihiliste que l’original (avec en cadeau un écho vibrant assez irritant pour les oreilles, mais on n’est jamais assez perturbant quand on reprend du Count Grishnackh), on comprend assez vite par l’entremise de riffs bien boueux comme celui introduisant « Witchcult » que les deux acolytes s’ouvrent des horizons nouveaux, plus « posés » si je puis m’exprimer ainsi, mais aussi plus convergents vers une lourdeur de ton typique du Sludge le plus sombre et embourbé.

Il sera toutefois très difficile pour les plus modérés des extrêmes d’apprécier ce premier LP qui reste en terre profanée, et qui privilégie la globalité au détriment des détails de composition.

Dès l’entame de « Mastodon Remission », qui laisse un riff bluesy à l’agonie anticiper un débordement Noisy BM d’enfer, les choses sont mises au point et les perspectives réduites. Oui, la musique de NEVROME va jusqu’au bout de la provocation et assume ses positions, ne cherchant guère à fédérer le plus grand dénominateur commun, mais bien à pousser l’expérimentation dans ses derniers retranchements. Breaks inopinés et un peu hasardeux, basse libre qui ondule aléatoirement, plans qui s’enchaînent sans réelle cohésion, et interprétation cathartique s’articulant autour d’un thème central dantesque de dissonances et cris au lointain.

On connaît le principe, et les deux frenchies ne le déforment pas vraiment, mais l’adaptent à leurs vues, pas foncièrement inintéressantes.

Mais si les morceaux les plus intenses ne sont pas dénués d’un certain charme inexplicable (« Remembrance Romance », qui ressemble à un live de MASTODON capté sur un vieux Revox à piles et joué sur une radio à ondes courtes de l’armée, un peu fatiguée), ceux osant un semblant de mélodie et de cohérence ne sont pas les moins intéressants (« Pantera Of The Blue Mountain », instrumental guitare/basse assez harmonieux et aux itérations hypnotiques bien que très naïves).

Mais c’est indubitablement le final « Emperor And Black Sun » qui représente l’acmé de ce premier longue durée, certainement à cause de sa juxtaposition d’une rythmique unique et inamovible et de sons disparates, à peine liés par un riff difficilement perceptible, qui nous rappelle les premières démos des groupes de BM scandinaves du début des nineties.

En conclusion, je dirais que sans se renier, le duo tente d’ouvrir des portes pour ne pas rester cloisonné, même si son style ne séduira pas dans des proportions plus larges qu’avant.

Sans parler de BM expérimental, il convient d’envisager leur musique comme très personnelle, encore un peu trop libre et complaisante pour vraiment convaincre, mais qui peut déboucher sur quelque chose d’intéressant pour peu que les deux amis se disciplinent un peu.

Le bruit c’est bien, mais le bruit créatif, c’est mieux.


Titres de l'album:

  1. Mastodon Remission
  2. Queens Of The Black Age
  3. Remembrance Romance
  4. Dunkelheit (Burzum Cover)
  5. Witchcult
  6. Pantera Of The Blue Mountain
  7. Emperor And Black Sun

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/05/2017 à 18:32
60 %    579

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.