Spiral Of Downfall

Terravore

29/03/2024

Punishment 18 Records

1er avril, jour des blagues, des poissons grossièrement découpés et accrochés dans le dos, l’agrafeuse dans la confiture, les nouvelles cocasses et autres calembours joyeux…Désolé de déroger à la tradition, mais cette chronique sera des plus sérieuses, n’étant pas porté sur les galéjades. Et puis après tout, les TERRAVORE méritent de voir leur troisième album traité avec sérieux et respect, puisqu’il incarne la tête de gondole de la vague old-school actuelle, celle qui ne se remet pas de son traumatisme 80’s en prenant des antalgiques 90’s.

TERRAVORE, qu’est-ce que c’est ? Si vous ne le savez pas déjà malgré deux albums bien pesés, c’est un quatuor de Varna en Bulgarie, actif depuis 2015, qui agite l’underground de ses soubresauts Thrash/Death. Un groupe solide, au propos crédible, qui depuis presque dix ans recycle les idées d’il y a quelques décennies en essayant d’y apporter une touche personnelle. Et pour mieux enfoncer le clou, les bulgares ont alourdi leur marteau, puisque Spiral Of Downfall dure bien dix minutes de plus que ses aînés, avec en exergue quelques titres progressifs gouleyants.

Kalin Bachvarov (basse/chant), Trendafil Trendafilov (batterie), Ivan Lazarov (guitare/chœurs) et Boiko Nikolaev (guitare) ont donc mis le pied à l’étrier pour s’offrir une course folle dans les couloirs de l’actualité. Enregistré au Playground studio de Varna par Atanas Machev et le groupe, mixé, masterisé et produit par Georgi Zhelyazkov, et coproduit par Ivan Lazarov, Spiral Of Downfall célèbre ce fameux Crossover entre Thrash et Death, en accentuant l’inspiration avouée sur le Bandcamp du groupe. Sont ainsi cités les incontournables DEMOLITION HAMMER, KREATOR, DEATH, SODOM, et SEPULTURA, balisant un terrain couvert assez vaste, sinuant entre violence froide et bestialité crue, avec quelques petits accès mélodiques très bien placés.

De la vitesse donc, beaucoup d’énergie, et une hargne qui se manifeste parfois par quelques blasts épars, mais toujours efficaces. Parfois à la lisière d’un Blackened Thrash vorace et diabolique, TERRAVORE ose donc plusieurs options, et valide chacune d’entre elles de son talent et de son allant. On glisse sur le toboggan de la nostalgie, comme des gamins revivant leur enfance, avec cette lucidité d’adultes qui savent très bien que les bonbons d’autrefois n’ont plus forcément le même goût une fois la cinquantaine passé.

Mais dès l’explosion dantesque de « Spiral of Downfall », le doute n’est déjà plus permis : TERRAVORE a soigné son grand œuvre pour en faire un magnum opus dont tout le monde les savait capables.

Son puissant, concentré mais large en cinémascope, pour une nouvelle aventure Gore entre le slasher américain et le malsain italien. Avec deux guitares bavardes, des soli compétitifs, et une véritable intelligence d’agencement, les bulgares nous rentrent dedans avec une force incroyable, tout en ménageant un effet de surprise. Ainsi, « Black Tantra » démontre que le groupe n’est pas qu’un taureau qui voit rouge en permanence, et qu’il est largement capable d‘imposer une ambiance sourde, glauque et susciter la paranoïa.   

Mais lorsque le temps est venu de mettre un bon coup de collier, les musiciens répondent présent. On se remémore les sensations éprouvées durant la grande époque du Thrash allemand le plus gourmand, mais aussi les tressaillements suscités par la vague américaine Thrash/Death, SADUS, INCUBUS, pour un « Propagandacide » susceptible d’unir légalement la férocité d’un ASSASSIN et la viabilité d’un SLAYER.

Ambitieux, ce troisième album fait honneur à son rang. Les variations sont multiples, et la facilité old-school ne prend jamais le pas sur la créativité plus contemporaine. En parvenant à glisser quelques harmonies amères dans un contexte purement brutal, les bulgares nous soignent aux petits oignons, lâchant même quelques riffs d’une redondance extrême (« P.O.L », du MORTAL SIN dans le texte et les marges).

Presque Progressif, et en tout cas évolutif, Spiral Of Downfall fait honneur à sa superbe pochette imaginée par Anton Atanasov, en distillant ses attaques très finement pour nous éviter la poussée permanente qui pourrait se montrer trop roborative dans ces circonstances. Très à l’aise en up tempo écumant de rage (« Sleeping Caldera », un modèle d’efficacité, et une vraie démonstration de la part de Trendafil Trendafilov, légitime héritier d’Igorr Cavalera et Tom Hunting), complètement dans son élément lorsque les BPM chauffent, TERRAVORE est un détergent plus qu’efficace, qui débouche les tuyaux sans les faire fondre. De la plomberie haut de gamme, qui nettoie les tympans plus efficacement qu’un coton-tige DESTRUCTION, et qui laisse une impression de perfection dans l’agression.

Avec en sus quelques effets de vibrato, de feedback, des chœurs qui occupent l’espace, et une section basse/batterie à l’abattage conséquent, Spiral Of Downfall peut prétendre se hisser au-dessus du panier des sorties rétro-Thrash actuelles, sans faire partie de cette famille consanguine qui se reproduit entre elle. On appréciera aussi les quelques poignées de main aux cousins suédois, lorsque le spectre d’AT THE GATES pointe le bout de ses harmonies, mais on se concentrera surtout sur cet équilibre très stable entre sophistication US et franchise allemande, en dégustant des tranche de vie à la EXODUS (« Shattered »).

MORBID SAINT en plus poli, la vague sud-américaine en moins sauvage, la Californie plus sournoise et méchante, les points de repère sont nombreux, et « Nostromo » de nous expulser vers l’espace, là où personne ne vous entend crier.

Sans savoir si les aliens vont nous envahir, on peut déjà affirmer que le comité d’accueil est prêt. Les TERRAVORE n’ont pas l’intention de se rendre sans se défendre, et thrashent comme l’avenir de la planète en dépendait. Un troisième chapitre conséquent et important, pour une carrière qui prend un nouveau tournant.

Pour les blagues, nous verrons une autre fois.           

 

   

Titres de l’album:

01. Spiral of Downfall

02. Poisoned Skies

03. Blue Brutality

04. Black Tantra

05. Propagandacide

06. P.O.L

07. Sleeping Caldera

08. Blunt Force Trauma

09. Shattered

10. Nostromo


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/05/2024 à 17:16
85 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49